Archives par mot-clé : Niger

Avent 2021 – Le fonds Akoli Daouel, une introduction à la culture orale nigérienne

Il y a dans l’idée que rien au monde n’est assez
unique pour ne pas pouvoir entrer dans une liste,
quelque chose d’exaltant et de terrifiant à la fois. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.167

Akoli Daouel, né en 1937 à Tchingarène, département d’In-Gall, dans la région d’Agadez (Niger), est un ancien journaliste et homme politique nigérien. Issu d’une famille d’éleveur de bétail dont le père était chef de tribu, il devient dans les années 1960, le premier infirmier touareg du Niger. Son parcours, au cœur du moment de la décolonisation, est marqué par les évolutions liés au besoin d’élite formée dans un pays naissant : infirmier, journaliste, homme de radio, enseignant, entrepreneur dans le domaine du tourisme, acteur politique. Sa vie politique débute en 1970 et se continue avec quelques interruptions jusqu’en 2001 où il occupe deux postes de ministre sous deux gouvernements différents . Pendant cette période, il occupe plusieurs postes à responsabilité  mais il est aussi journaliste ; il couvre les déplacements d’Hamani Diori, devenu le premier président de la République du Niger en 19601. Entre 1961 et 1963, sa carrière de journaliste le mène à devenir directeur de la station régionale de Radio Niger d’Agadez puis, après 1974, il devient directeur des programmes de La Voix du Sahel2. En 1981, il est le directeur d’une société d’Etat, la Société Nigérienne de Télévision (SNT), qui a commencé à introduire la réception en noir et blanc des émissions télévisées au Niger. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Akoli Daouel, une introduction à la culture orale nigérienne

  1. Fiche wikipédia, « Akoli Daouel » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akoli_Daouel []
  2. A la suite du coup d’Etat de Seyni Kountché, Radio Niger, créé en 1958, devient La Voix du Sahel en 1974. Cette station dépend depuis 1967 de l’Office de radiodiffusion-télévision du Niger – ORTN. []

Avent 2021 – Les archives de Marceau Gast, l’anthropologue pédagogue

Notes concernant les objets qui sont sur ma table de travail : Je passe plusieurs heures par jour assis à ma table de travail. Parfois je souhaiterais qu’elle soit le plus vide possible. Mais le plus souvent je préfère qu’elle soit encombrée à l’excès […] Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.17

Marceau Gast (1927-2010), ethnologue, spécialiste de l’alimentation, directeur de recherche au CNRS, dont les archives sont déposées à la MMSH, a recueilli et produit de nombreux matériaux sur ses différents terrains à travers l’Algérie, le Niger, le Yémen et la France – qu’il s’agisse du Queyras, où il a mené un terrain comparatif sur le travail du bois des coffres kabyles, ou des différents projets autour de la pédagogie Freinet menés avec Pierre Guérin. Soucieux de s’assurer la sauvegarde tous ces matériaux et de leur diffusion auprès du plus grand nombre1, il a documenté minutieusement dans différents carnets son terrain et ses documents qu’il rangeait dans ses chemises, ses classeurs, ses boitiers ou ses cartons.  Une des richesse de son fonds réside dans la multiplicité des supports et donne à lire les interactions entre les informations contenues sur les différents matériaux. Ainsi, les photographies viennent en soutien pour nous représenter visuellement ce que décrit à l’oral ou à l’écrit Marceau Gast. Les carnets de terrain nous précisent les dates, le contexte de rencontre avec les témoins, les relations sur le terrain et le cheminement de la pensée du chercheur. Les enregistrements sonores, donnent vie à tous les noms cités et  nous permettent d’entendre les instruments photographiés ou les situations racontées dans les carnets.

En guise de synthèse, et pour vous donner envie de mieux connaître ce fonds qui est loin d ‘être encore circoncis, ce billet vous présente rapidement, à travers une brève biographie de Marceau Gast, les différentes thématiques  présentes dans le fonds sous différents formats.

Continuer la lecture de Avent 2021 – Les archives de Marceau Gast, l’anthropologue pédagogue

  1. Marceau Gast a commencé à s’intéresser à l’organisation de ses archives et à leurs futurs usages dès 2004 en entrant en contact avec la phonothèque de la MMSH avec qui il a signé quatre conventions sur la conservation et la diffusion de ses fonds. Après son décès, ses archives ont été déposée dans un bureau à l’IREMAM et à la Médiathèque de la MMSH. Par ailleurs une partie des photographies du sud algérien a été confiée à la numérisation, sur un financement du service patrimoine d’AMU pour la numérisation (1902 clichés ont été numérisés). Le secteur Archives de la recherche est en train de repérer ces différents dépôts. Une lettre de don, confiant ces archives a été signée par l’ensemble des ayants droit (épouse et enfants) le 26 mars 2021 . []

Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “ des traces de la réalité des autres ” – Partie 2/2

P) Comment je classe : Le résultat de tout cela aboutit à des catégories vraiment étranges ; par exemple, une chemise pleine de papiers divers et sur laquelle est écrit “A CLASSER” ; ou bien un tiroir étiqueté “URGENT 1” et ne contenant rien (dans le tiroir “URGENT 2” il y a quelques vieilles photographies, dans le tiroir “URGENT 3” des cahiers neufs). Bref, je me débrouille. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.164.

Cette deuxième partie1 permettra au·à la lecteur·trice une exploration plus approfondie des différents axes de recherche de Jean-Pierre Olivier de Sardan, au Niger principalement, mais aussi dans le sud de la France en région Occitanie, au Ghana, Bénin et Côte d’Ivoire. Les corpus sont présentés en fonction de deux supports : audiovisuel et textuel. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “ des traces de la réalité des autres ” – Partie 2/2

  1. La première partie, publiée le 4 décembre 2021,  présente l’ensemble du fonds ainsi que son auteur []

Annick Boissel

J'ai obtenu la Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles, délivrée par le CNAM / INTD à Paris, en 2021. Après avoir effectué un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, j'exerce aujourd'hui mon activité dans le domaine des archives de la recherche. Par ailleurs mon activité d'infirmière libérale à Aix en Provence, m'a amenée à m'interroger sur la conservation, la transmission et la valorisation des productions photographiques familiales.

More Posts

Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “des traces de la réalité des autres” – Partie 1/2

G) L’Exposition Universelle : La répartition des produits à l’intérieur de ces groupes et de leur classes réserve d’innombrables surprises dans le détail desquelles il est impossible de rentrer.  Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.160.

Lors de sa participation au séminaire “Archives de la recherche” à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix en Provence qui s’est tenu en avril 2021, Jean-Pierre Olivier de Sardan a eu l’occasion de s’exprimer sur les raisons qui l’ont conduit à déposer ses archives, évoquant d’une part des raisons épistémologiques, qualifiant d’autre part les données qualitatives de la recherche en anthropologie comme “l’intermédiaire entre le produit scientifique et la réalité” et enfin pour des raisons liées à la question de la restitution des archives, restitution et partage souhaité et évoqué dès le dépôt à la phonothèque de la MMSH, avec le Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local  (LASDEL), à Niamey, au Niger. Le billet des carnets de la phonothèque, intitulé Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?, rédigé par Pauline Muller, rend compte précisément de l’intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan : “des traces de la réalité des autres” – Partie 1/2

Annick Boissel

J'ai obtenu la Licence professionnelle Métiers de l'information : Archives, médiation et patrimoine, parcours Archives orales et audiovisuelles, délivrée par le CNAM / INTD à Paris, en 2021. Après avoir effectué un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, j'exerce aujourd'hui mon activité dans le domaine des archives de la recherche. Par ailleurs mon activité d'infirmière libérale à Aix en Provence, m'a amenée à m'interroger sur la conservation, la transmission et la valorisation des productions photographiques familiales.

More Posts

Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

En 2020 et 2021, la phonothèque de la MMSH a effectué le catalogage sur la plateforme Calames de la partie sonore du fonds Bernus, conservé aux Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM). Il s’agissait de créer un instrument de recherche [en ligne] au format XML/EAD (format interopérable dédié à la description archivistique) afin d’améliorer la visibilité et l’accès à ces documents sonores datant des années 1960 à 1980, riches en témoignages, en contes, en chants et en histoire du peuple touarègue. Continuer la lecture de Le fonds Suzanne et Edmond Bernus : voyage sonore chez les Touaregs

Dosso à la période coloniale : nouveau dépôt d’archives sonores à la phonothèque

L’historien Jean-Paul Rothiot (né en 1947 à Mirecourt, Vosges) a mené, entre 1978 et 1979, des enquêtes sur le passé colonial de la région de Dosso (actuel Niger). Il était alors conseiller pédagogique à l’INDRAP (Institut national de documentation et d’animation pédagogique) de Niamey, poste qu’il a occupé de septembre 1973 à juin 1979, et préparait une thèse – soutenue en juin 1984 à l’université de Paris VII sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch : Zarmakoy Aouta, les débuts de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (1898-1913). Les enquêtes orales ont été menées en même temps que des dépouillements d’archives coloniales à Niamey et Dosso.

Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes
Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes

Le corpus sonore a fait l’objet d’un dépôt en novembre 2015 à la phonothèque. Il comprend 22 cassettes audio dont le son est assez mauvais dans l’ensemble et certains passages difficilement perceptibles. L’ensemble a été numérisé à la phonothèque. L’ensemble peut être écouté en ligne à partir de la notice du corpus ou par le formulaire de recherche.

Extraits de l’enquête menée à Dosso le 20/07/1979 (Casette 22, JP Rothiot)

Une présentation détaillée du contenu des cassettes, des thèmes abordés, du nom des informateurs, des villages, cantons et secteurs concernés documente ce corpus, accompagnée d’un entretien de 18 mn avec Jean-Paul Rothiot (réalisé par Hélène Claudot-Hawad le 22/11/2015 à Mirecourt), destiné à contextualiser l’élaboration de ces documents sonores. L’auteur explique sa méthode d’enquête.

Méthode d’enquête (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Ali Seybou et Mounkaila Alpha, deux élèves de terminales du lycée Issa Korombe (dont Jean-Paul Rothiot avait été enseignant en 1973-75 au CEG 3 de Niamey) ont participé activement à ces enquêtes comme interprètes et aides.

Participants aux enquêtes (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Les personnes interrogées ont souvent été les kwarakoy (chefs de village) entourés des anciens, qui s’exprimaient en langue zarma (djerma-songhay). Quelques informateurs, anciens fonctionnaires, se sont exprimés en français qu’ils possédaient parfaitement (Moumouni Saley, Wadibi Goubekoy, Mayaki Issa, Zaroumei Adamou…).

Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979
Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979

Cependant, pour rédiger sa thèse, l’historien est parti non des enquêtes audio, un matériau auquel il n’était pas habitué, mais des notes qu’il avait prises au cours des entretiens. L’enquête portait sur les origines de chaque village, les migrations, les questions de lignage, de chefferie (transformation de la chefferie sous l’impact colonial) et la réaction des populations face à la domination coloniale (perception des impôts, travail forcé, greniers de réserves, famines, aménagement rural, arachide, coton…) avec comme résultat l’acceptation ou les révoltes. Les notes ont été classées en fiches thématiques.

Archives Rothiot (fiches d'enquêtes), cliché HCH, 2015
Archives Rothiot (fiches d’enquêtes)

Archives Rothiot (Fiches thématiques)
Archives Rothiot (classement de diapositives sur la région de Dosso)

 

 

 

 

 

 

 

Fiches classées par thème (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Comme l’écrit Jean-Paul Rothiot, ces informations orales ont été importantes car elles l’ont amené au cœur de sa thèse, avec le personnage du Zarmakoy (chef des Zarmas), Aouta, et ses relations complexes avec les autorités coloniales. D’autres enquêtes ont été menées en décembre 1982 et janvier 1983 au cours d’un bref séjour, alors que la rédaction de la thèse était commencée.

L'historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)
L’historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)

 

Crédits photographiques :Jean-Paul Rothiot (photo à la une : Sambara, 1979), sauf clichés 4 et 6 (Hélène Claudot-Hawad)

L’entretien intégral avec Jean-Paul Rothiot qui présente et contextualise la constitution de son fonds sonore sur la domination coloniale dans la région de Dosso est accessible en ligne : Contextualisation d’un fonds sonore enregistré à propos de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (Niger) entre 1898 et 1913 (enquête n°4976)

 

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website