Archives par mot-clé : norme

Expériences et actualités en direct du Cines : retour sur la journée utilisateurs du 21 septembre 2018

La sixième édition de la journée utilisateurs PAC (Plateforme d’Archivage au CINES) s’est tenue au Cines  à Montpellier le 21 septembre. Deux grands axes y étaient développés : les questions et actualités relatives à l’archivage sur le long terme et  le retour d’expérience des utilisateurs.

Avant de revenir sur ce qui s’est dit durant cette journée, il nous semble important de souligner qu’un débat reste ouvert, à savoir que recouvre exactement le terme d’archivage numérique pérenne ? Peut-on aujourd’hui réellement employer ce terme de « pérenne » et ne serait-il pas plus prudent de parler d’archivage sur le très long terme ? Quoiqu’il en soit,  tout le monde s’accorde sur un fait : l’archivage numérique mis en place par le Cines ne correspond pas à une simple sauvegarde. En effet, il ne s’agit pas seulement de préserver le code binaire d’un fichier mais d’archiver des documents sur a minima 30 ans. Les trois objectifs de cet archivage sont les suivants : la conservation du document, son accessibilité et la préservation de son intelligibilité. Pour ce faire, il faut mettre en œuvre des solutions pour lutter contre les menaces qui inéluctablement entament un fichier tout au long de sa vie. L’équipe du Cines a mis au point des stratégies de défense sur quatre fronts touchant aux principaux risques : Continuer la lecture de Expériences et actualités en direct du Cines : retour sur la journée utilisateurs du 21 septembre 2018

Archivage électronique : la norme Z42-013 remise à jour

Le journal officiel du 26 février 2009 vient de publier l’annonce de la parution de la norme NF Z42-013 sous le titre « Archivage électronique. ― Spécifications relatives à la conception et à l’exploitation de systèmes informatiques en vue d’assurer la conservation et l’intégrité des documents stockés dans ces systèmes, homologuée le 20 novembre 2001 (indice de classement : Z42-013) ». Cette norme est importante pour les archivistes qui conservent leurs documents au format numérique puisqu’elle définit les spécifications relatives à la conception et à l’exploitation des systèmes d’archivages électronique dans l’objectif d’assurer la conservation et l’intégrité des documents archivés. D’après les articles qui commentent le texte, sa principale nouveauté serait d’encadrer la preuve pour les documents gravés sur supports ré inscriptibles. En effet, sa première version (2001) ne prenait en compte que les WORM (Write Once Read Many = support de stockage non effaçable)

Malheureusement, il semble que les archivistes de l’audiovisuel aient été oubliés dans sa rédaction car rien n’est dit sur l’ouverture de la norme aux supports prenant en compte du son et de l’image animée, déjà absents dans la version de 2001. Voilà tout de même un début de reconnaissance de la notion d’original numérique qui se pose aujourd’hui de façon cruciale dans les phonothèques de l’oral. En effet, les chercheurs utilisent désormais des magnétophones numériques et déposent leurs entretiens sous la forme de fichiers. Comment l’archiviste peut-il apporter ensuite la preuve que c’est bien l’original nmérique qui est analysé dans sa base de données ? A la lecture de l’entretien avec Bruno Dillet, un des rédacteurs de la norme, on peut comprendre qu’il leur faudra apprendre à « crypto-sceller » les documents déposés. Au moment où les supports physiques de l’imprimé comme du du son disparaissent, ces questions sont devenues capitales.

Crédit photographique : General view of one of the classification yards of the Chicago and Northwestern Railroad, Chicago, Ill. (LOC), Photographe : Delano, Jack (1914- ). Prise de vue : décembre 1942. Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. Pas de restriction de publication connue. http://lcweb2.loc.gov/cgi-bin/query/h?pp/fsac:@field(NUMBER+@band(fsac+1a34680))