Archives par mot-clé : nouvelle année

2016, belle et bonne année collaborative et sonore !

Si le bilan de l’année 2015 s’avère extrêmement riche pour la phonothèque de la MMSH, c’est  parce que, avec le soutien de plusieurs financements1, une équipe efficace y a travaillé toute l’année de façon solidaire et soutenue, facilitant la réalisation de plusieurs projets : l’intégration des collections de la phonothèque sur le portail Europeana , le catalogage de nouvelles archives sur Calames, le traitement des données de l’ANR Colostrum,  la valorisation en langues grecque et française d’une collection sur les réfugiés de Smyrne, la valorisation d’archives sonores autour de la commensalité sur Les Carnets de la phonothèque.

Forte de cette équipe, en 2015, la phonothèque s’est résolument engagée en faveur des biens communs de la connaissance. Non seulement en transférant ses métadonnées dans le domaine public (sous la licence Creative Commons CC-0) pour leur exposition dans le cadre du programme Europeana Sounds mais aussi à travers deux projets participatifs originaux. Le premier, l’organisation d’une  journée contributive ou Edit-a-thon, a – pour la première fois – relié des articles de wikipedia à des extraits d’enquêtes d’histoire orale issus des collections de la phonothèque. Le second est encore en cours de réalisation et s’inscrit dans le projet collectif du Consortium des archives des ethnologues coordonné par Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche des humanités numériques). Il s’agit de rendre possible la transcription des matériaux de terrain en sciences humaines et sociales, à travers une plateforme présentant des carnets d’ethnologues manuscrits numérisés. Actuellement, la version beta est en face de finalisation… nous auront l’occasion d’en parler plus longuement en 2016.

2015 aura donc été une année riche en réalisations, mais rien n’aurait  été possible sans un travail d’équipe, à partir des projets menés par les phonothécaires Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié, avec le soutien et la participation active de Mathilde Bresc.

23912906402_0a76faf9b3_o

Dans le cadre de l’ANR Colostrum, Joël Candau2, son coordinateur, a pris en compte les enjeux de la collecte et de la conservation des données de la recherche. Il a confié à la phonothèque de la MMSH le traitement, l’archivage et la mise en accès des données constituées sur le terrain puisqu’une série d’entretiens a été enregistrée avec la même grille d’enquête dans les 7 pays participants : l’Allemagne, le Brésil, le Burkina-Faso, le Cambodge, le Maroc. Grâce au financement de l’ANR, Marine Soubrié a catalogué l’ensemble des entretiens et les a mis en ligne en prenant en compte les questions éthiques et juridiques . C’est également elle qui a organisé la formation au catalogage EAD (Encoded Archival Description) sur Calames en juin 2015, accompagnant le formateur, Patrick Latour3 dans l’installation technique de l’outil d’édition XML pour Calames, XMETAL. Enfin, elle a  participé au catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger.

Après avoir réalisé son stage de Master 2 « Archives numériques » soutenu à  l’ENSSIB  – Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de mars à mai 2015 à  la phonothèque, Ariane Néroulidis a été chargée du catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger appuyée par un financement de l’ABES. Devenue experte dans la structuration des données sonores, elle a représenté la phonothèque de la MMSH au séminaire d’Europeana Sounds à Athènes, et contribué au data mapping4 des données de la phonothèque à travers l’éditeur XML MINT pour l’intégration des archives de la phonothèque sur le portail Europeana

Marine Soubrié et Ariane Néroulidis ont également représenté la phonothèque lors de deux évènements professionnels. Le premier, en collaboration avec Françoise Acquier, documentaliste au CRESSON, lors des journées des FREDOC 2015 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (29 septembre – 2 octobre). Le second,  le 26 novembre dernier à la MMSH, avait pour objectif de faire se rencontrer les acteurs des  humanités numériques d »AMU dans le cadre du PR2I5.

23393838423_83001683d6_oHélène Loukou avait  effectué en 2013 un stage Erasmus à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de son master en bibliothéconomie soutenu à  l’université de Thessalonique. A cette occasion elle avait réalisé un  film documentaire sur les activités de la phonothèque.

En 2015, Hélène Loukou a décidé de suivre un second master sur le métier des archives et des bibliothèques, cette fois-ci à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de ce stage elle a traité une collection en langue grecque sur les réfugiés de Smyrne sur l’île de Syros qui a fait l’effet d’une convention entre les archives historiques des Cyclades et la MMSH.

23392454944_f383be7fd4_oDepuis l’automne 2014, Mathilde Bresc, également bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, soutien l’équipe de la phonothèque en traitant des collection sonores, en particulier celles en langue provençale. Cuisinière amatrice, elle a  eu l’idée de proposer de rédiger des billets de blogs mensuels pour valoriser les archives sonores évoquant la commensalité, l’alimentation ou les recettes culinaires.  Ainsi, en 2015, vous avez pu écouter et peut-être goûté la soupe de potimarron vert,  les plats du souper traditionnel provençal de Noël, la tourte à la bourrache, les loukoums, le gratin de pissenlits, les panisses à la pomme-de-terre, les ganses, la soupe verte  ou recevoir quelques conseils sur la façon de conserver le fromage dans une courge ou de cuisiner les amandes et les noisettes. Toute l’équipe de la médiathèque en a bénéficié car chaque recette a été testée !

2016 s’annonce…  La fin des financements adossés à ces projets et leur réussite va disperser une partie de l’équipe mais les archives sonores demeureront un lien indéfectible. Nous sommes curieuses de découvrir ce que le web apportera dans l’année à venir et l’expérience de chacune se mêlera à l’aventure pour mettre en avant l’oralité du monde. Nous vous retrouverons peut-être le 14 janvier pour la première journée d’étude de l’année organisée par la phonothèque sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, mais en attendant toute l’équipe  envoie ses meilleurs voeux à tous les lecteurs des Carnets de la phonothèque !

Crédits photographiques : Ariane Néroulidis et Marine Soubrié à la médiathèque de la MMSH puis photographies de l’edit-a-thon du 27 octobre où a participé toute l’équipe de la phonothèque : Mathilde Bresc, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis et Marine Soubrié. Photographies de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC. Image à la une : l’équipe olympique de natation anglaise en 1948.

 

  1. Outre le financement de l’USR 3125, les financements obtenus par la phonothèque en 2015 ont plusieurs sources : l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES, L’Agence nationale de la recherche – ANR, la Commission européenne dans le cadre du programme Europeana Sounds, Huma-Num à travers le Consortium des archives des ethnologues, le LabexMed. []
  2. Professeur des Universités, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie «Mémoire, Identité et Cognition sociale» – E.A. 3179 []
  3. Voir le portrait de Patrick Latour sur Arabesque n°80. []
  4. Dans ce cas précis, il s’agissait de réaliser une  correspondance entre deux modèles de données : le DC -Dublin Core, exporté de la base Ganoub dans un fichier en CSV – Comma-separated values, en EDM – Europeana Data Model []
  5. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []

1er janvier 2013 = 1st Public Domain Day

 

Le Manifeste du domaine public affiche en préambule une phrase prononcée par Victor Hugo lors de son discours d’ouverture du congrés littéraire international le 7 juin 1878  :

Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient—le mot n’est pas trop vaste—au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. 

Quelques 130 ans plus tard elle est donc toujours d’actualité. Au-delà du Manifeste, le Center for the Study of the Public Domain et le Réseau uropéen Communia ont décidé de dédier une journée à la célébration du domaine public, chaque premier jour de la nouvelle année. Celle du 1er janvier 2013 sera le premier évènement.

Après des décennies de mesures qui n’ont singulièrement cessé de réduire le domaine public, le Manifeste vient réaffirmer avec force à quel point son rôle est précieux ; surtout au moment où Internet et les technologies numériques offrent la possibilité d’utiliser et de redistribuer la culture avec une facilité et une puissance qui ne pouvaient, jusqu’ici être imaginées, sinon par les poètes visionnaires, tel Victo Hugo qui continue ainsi son discours :

Ah ! la lumière ! la lumière toujours ! la lumière partout ! Le besoin de tout c’est la lumière. La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout ; enseignez, montrez, démontrez ; multipliez les écoles ; les écoles sont les points lumineux de la civilisation.

Pour annoncer cette grande fête du domaine public, le groupe de Savoirs Communs a créé en décembre un Calendrier de l’Avent original, vous présentant différents créateurs-trices dont les oeuvres (textes, photographies, dessins et caricatures, sculptures, peintures ou même monuments) rejoindront dès 2013 nos biens communs de la connaissance. Sont ainsi à l’honneur Luigi Antonelli, Guillaume Apollinaire, Roberto Arlt, André Bellessort, Paul Bigot, Jacques-Émile Blanche, Franz Boas, Leonetto Cappiello, Pierre Champion, Charlie Christian, Léon Daudet, Neel Doff, Germaine Dulac, Emma Calvé, Hector Guimard, Miguel Hernández, Joseph Hornecker, André de Lorde, Bronisław K. Malinowski, Victor Margueritte, Tina Modotti, Robert Musil, Biófilo Panclasta, Ernest Pérochon, Bruno SchultzAnnemarie Schwarzenbach, Charles Seignobos, Édith Stein, Grant Wood, Stefan Zweig, illustres créateurs-trices auquel s’est ajouté Pouhiou, en domaine public volontaire. 

Des oeuvres qui premettront -et ce, dès ce nouvel an- à l’ensemble des humain-e-s de se cultiver, s’éduquer, se faire rêver s’enrichir ou s’inspirer en toute liberté. 

Signez le Manifeste !

 

Crédits photographiques : Children in Fort Smith Are Learning That Protecting the Environment Will Take More Than Awareness …, 06/1972 (U.S. National Archives’), Photographer: Olive, Jim Subjects: Fort Smith (Sebastian county, Arkansas, United States) inhabited place Environmental Protection Agency Project. Pas de restrictions de droit connues.

Permalien : http://arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=553911

Belle année sonore 2012 !

 

Crédits photographiques : Young smiling woman, holding a camera, photographie de Alvan S. Harper (1847-1911) prise entre 1885 et 1910. Plaque de verre de la collection de la bibliothèque et archives nationales de Floride. Permalien : www.floridamemory.com/items/show/129743 Pas de restrictions de droits connues.

2011 : Quand le renard entre dans les bases de données pour raconter des histoires au monde…

L’année 2011 va débuter avec la mise en production du portail du patrimoine oral : plus de 81 000 notices documentaires issues de quatre centres d’archives sonores et audiovisuelles sont moissonnées et présentées dans ce catalogue collectif. Elles racontent les histoires des habitants de Bretagne, du Sud-Ouest de la France, de Bourgogne, de la Provence et au-delà vers la Méditerranée. L’occasion enfin de dresser une première cartographie des entretiens de terrain réalisés en France de la fin des années 1950 à nos jours, de pouvoir réaliser des interrogations sur des masses critiques importantes d’archives sonores et de permettre des comparaisons entre les différents corpus, les façons de faire et de dire.

Des récits, d’hommes et de femmes, qui – dans des langues où le français est loin d’être dominant – nous font partager leur mémoire, décrivent leurs savoir-faire, évoquent leur vie quotidienne au village, retracent leur migration, nous racontent des histoires,  chantent ou  jouent pour faire danser,…  Interroger le portail rend compte de documents qui traversent les traditions orales de la France.  Tentons une requête sur le mot « renard »,  un animal oublié dans les villes qui, sur le portail, renvoie vers plus d’une centaine de réponses. Notre renard apparaît damb sa coetta dans des chants à danser de la région de Damazan1 ou avec le loup et la belette dans ceux du pays d’A-Bas2, dans des récits de rituels de protection des poulaillers en Cévennes, des évocations de la sauvagine ou des anecdotes de la vie quotidienne. A force de vivre près de lui, certains agriculteurs savaient même imiter son cri à la perfection.

Le renard est depuis longtemps un personnage important des contes traditionnels, c’est lui qui dupe toujours le loup par sa ruse. L’interrogation du portail du patrimoine oral offre l’occasion de retrouver et comparer des versions multiples de ces récit, celles du « Renard parrain » par exemple3. L’histoire est celle d’une dure journée de travail du loup et du renard qui doit être payée, suivant les versions, par un pot de miel, des salaisons ou du beurre destiné à être mangé en commun. En plein effort, le renard feint d’être appelé pour un baptême lorsque sonnent les cloches de l’église… et cela plusieurs fois au cours de la journée (le plus souvent à trois reprises). Évidemment le renard profite de la pause pour manger en cachette le repas promis au fur et à mesure, évitant ainsi de travailler. A la fin de la journée, grand seigneur, il laisse  au loup la totalité du  salaire et s’enfuit en courant avant que  le loup harassé de sa journée ne découvre le pot de miel ou la motte de beurre dévorée… L’interrogation du portail nous offre une trentaine de versions de ce seul conte  en langue française et occitane. Chacune de ces versions raconte la même histoire, chaque fois avec une langue ou une façon de dire qui lui est propre.

Cette simple interrogation illustre la multitude de facettes que peut prendre l’oralité, et laisse percevoir tout l’intérêt d’interroger des métadonnées homogènes pour des documents du patrimoine oral. L’oralité n’est pas figée, elle est vivante ! Les outils documentaires mis en place permettent d’obtenir, pour chaque oeuvre orale, différentes versions enregistrées issues de témoins dispersés à travers la France. C’est pourquoi la question du titre uniforme des œuvres orales est centrale. Les catalogues internationaux comme ceux de Aarne et Thompson pour le conte et de Conrad Laforte ou de Patrice Coirault pour la chanson francophone sont les outils indispensables qui permettent à tous ces centres documentaire sur l’oralité de parler le même langage. C’est de cette façon que les contes du renard peuvent être retrouvés à partir des titres donnés par les témoins tels qu’ils les racontaient, par ceux que les collecteurs ont indiqué dans leurs publications ou encore par les titres uniformes dans les catalogues, en l’occurence notre « Renard parrain » se retrouvera dans la rubrique « Contes d’animaux sauvages / Animal tales — Wild animals » sous le numéro T15. Mieux encore, chaque oeuvre est décrite et rapprochée de l’enquête de terrain et elle peut être écoutée en prenant en compte le contexte de production et de transmission du témoignage. Enfin, le résultat des requêtes posées au catalogue collectif renvoie systématiquement vers le catalogue originel puisque le portail n’entrepose que des notices en Dublin Core. Il est alors possible, localement, de consulter la notice complète et d’écouter l’enregistrement s’il a été mis en ligne. C’est d’ailleurs, techniquement, un des intérêts majeurs du protocole OAI-PMH que d’offrir cette centralisation des informations et un accès unique pour les recherches tout en conservant l’identité de chaque catalogue. Voilà de nouvelles aventures en perspectives pour Renard qui entre dans la le village global pour avoir dupé le loup…

Le portail du patrimoine oral a été créé par la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles dans le cadre du pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France. Il est hébergé sur les serveurs d’IN2P3 avec le soutien du TGE Adonis. C’est la société GB Concept qui l’a mis en oeuvre en s’appuyant sur la plateforme PKP. Les notices sont fournies au format Dublin Core simple.

Crédits photographiques : Un petit renard apprivoisé chez M. et Mme Gordon Jones à Talysarn / Titre de la photographie en gallois : Cadnawes ddof yng nghartre Mr a Mrs Gordon Jones, Talysarn. Ffotograffydd/Photographe : Geoff Charles (1909-2002) Nodyn. Dyddiad/Date: 16 juillet 1959.  Geoff Charles Collection, bibliothèque nationale du Pays de Galles. Pas de restrictions de droits connus.

Ce billet est en parti repris d’un article à paraître dans un prochain numéro de la revue L’internationale de l’imaginaire, revue de la maison des cultures du monde, sur le patrimoine culturel immatériel en France, chez Actes Sud/Babel en janvier 2011.

  1. En région Aquitaine, commune située dans le département de Lot-et-Garonne []
  2. Le pays d’A-Bas ou encore pays d’En-Bas se trouve dans la région de Questembert-Muzillac en Bretagne []
  3. Le titre équivalent de ce conte dans la classification Aarne et Thompson est, en langue anglaise, The Theft of Butter to Playing Godfather, sous le numéro T15 . C’est ce qu’on appelle un « titre uniforme ». Il  permet de retrouver toutes les versions de ce conte que l’on retrouve un peu partout de par le monde. []

2009, année des archives sonores en ligne ?

L’année toute neuve, sera-t-elle celle des archives sonores en ligne ? Jusque là les exemples d’écoute en ligne d’entretiens de terrain en France se comptaient sur les doigts de la main mais voilà que les projets se multiplient.

Après le lancement en Corse de Repertorium, décrit dans les carnets de la phonothèque en décembre, trois sites proposent l’écoute en ligne d’archives de terrain.  Les archives départementales du Cantal (AD15), qui depuis plusieurs années déjà ont créé une section audiovisuelle, viennent tout récemment de proposer une recherche spécifique à ces fonds. A près plusieurs campagnes de collectes et de dépôts, un fonds d’envergure a été constitué. Aujourd’hui vous pouvez écouter des entretiens mais aussi visualiser des films : « L’exemple du mois » est un film couleur muet déposé par un particulier qui a filmé, en 1938 dans les rues d’Aurillac, un défilé organisé pour le millénaire de la naissance de Gerbert, futur pape Sylvestre II. Vous vous repérez dans les collections à travers une recherche simple,  avancée ou en cliquant sur une carte du Cantal. Le site ne propose pas encore de présentation globale des fonds ni du contexte des recherches, il est donc difficile de se faire une idée de l’ensemble des enregistrements et des notices mis à disposition. Ceux qui peuvent être écoutés en ligne sont bien évidemment ceux pour lesquels les archives du Cantal ont obtenu les droits d’utilisation et de diffusion. Il s’agit principalement d’enquêtes récentes réalisées par le directeur des AD15, Edouard Bouyé, et par Frédéric Bianchi, responsable du département audiovisuel, auxquelles s’ajoutent les enregistrements des animations organisées par les archives départementales (forums d’associations, lectures de texte, conférences…) et des émissions radiophoniques de la radio libre Radio 15 (années 1980).

En Basse-Normandie, le CRéCET (centre régional de culture ethnologique et technique) vient de mettre en ligne deux entretiens sélectionnés dans les enquêtes réalisées par l’association. Ici, il s’agit avant tout de valoriser les entretiens dans une démarche de sensibilisation à l’ethnologie en direction du grand public. Il est ainsi possible d’écouter un récit de vie réalisé en 2007 auprès de Lucienne Cabana, ouvrière dans le textile des années 20 aux années 1970, et des extraits d’entretiens enregistrés auprès de différents acteurs du port de Caen-Ouistreham sur le thème de l’escale. L’onglet « base de données du site » ne semble pas encore fonctionner mais il permettra certainement de prendre connaissance des différents entretiens réalisés par l’association.

Le site du patrimoine oral et festif en Aquitaine, Son d’Aquí est plus ancien et les collections documentées sont nombreuses. Vous pouvez écouter en ligne plusieurs fonds sonores dans leur totalité, lorsque les questions des droit ont été réglées, ou sous forme d’extraits. Vous pouvez par exemple accéder au fonds Guy-René Busnel, ancien chercheur du MNATP/MuCEM, qui a enregistré dans le village d’Aas (Vallée d’Ossau) en 1962 ; au archives du festival de Siros (1967-2006) où ont été présentés de nombreux chanteurs et conteurs béarnais ; diverses collectes de Pierre Boissière et de Pierre Corbefin, que l’on retrouve également dans la base de données du centre des musiques et danses traditionnelles en Midi-Pyrénées à Toulouse (mais sans les extraits sonores) ; les archives d’un des pionnier de l’édition discographique occitane, Jean Moureu (1924-1995) créateur de la maison de disques Junqué-Oc (Jurançon, Pyrénées-Atlantiques).

Ainsi les collections sonores inédites deviennent peu à peu accessibles sur la toile. Mais cette expansion montre aussi un paysage documentaire dispersé et morcelé et la cartographie des archives sonores inédites en France reste à faire. C’était déjà une remarque du rapport Cribier/Feller en 2003*. Comment repérer les collections sonores dans leur ensemble ? Les portails pourraient être une solution à cet éparpillement. Ce sera justement l’un des axes des prochaines rencontres nationales de l’ACIM (association pour la coopération des professionnels de l’information musicale). Dans le programme de ces rencontres plusieurs portails, nationaux et européens, seront présentés (Gallica 2, la Cité de la musique, le portail du patrimoine oral et Michael). Ces portails pourraient devenir de véritables outils de partage , de mutualisation, de valorisation mais aussi de repérage et de cartographie du patrimoine sonore inédit.

* Cribier F., Feller E., 2003, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la ‘société civile’., Rapport au Ministère de la recherche, 2 vol., 170 p. [en ligne] http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/rapport/Rapdonneesqualita.pdf

Crédit photographique :Drinking to the New Year, New-York [prise de vue entre 1910 et 1915], plaque de verre, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress).
http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2163812678