Archives par mot-clé : numérisation

Écouter la mine. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs de charbon du Tarn

Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines
Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines

Alors que le charbon de bois est exploité en forêt par des charbonniers, une autre proto-industrie apparaît au Moyen-âge, lorsque les paysans découvrent à Carmaux le « carbo de pèira » dans leurs champs, la pierre qui brûle, et l’exploitent. Ce charbon de terre supplante peu à peu le charbon de bois comme combustible mais son véritable essor en Carmausin date du milieu du xviiie avec l’arrivée de la famille de Solages et de la Révolution Industrielle au xixe siècle. Il est alors exploité par deux sociétés concurrentes, la SMC (Société des mines de Carmaux) créée en 1865 et la SMA (Société des mines d’Albi) à partir de 1890. Elles sont ensuite nationalisées en 1946 et regroupées sous une même entité, les HBA (Houillères du Bassin d’Aquitaine), elle-même fondue sous l’entité HBCM (Houillères du Bassin du Centre et du Midi) en 1969. De la période moyenâgeuse jusqu’en 1987, le charbon tarnais est exploité par le biais de galeries de mine : c’est l’exploitation par le fond où quelques 106 millions de tonnes sont extraites du sous-sol. Ce mode sera remplacé en 1987 par une exploitation en découverte, définitivement arrêtée en 1997.
Les techniques d’exploitation et d’extraction du charbon ne cessent d’évoluer au cours des siècles, rythmant ainsi une production en constante augmentation. Le métier de mineur suit cette évolution, qui connaîtra pour le xxe siècle un profond changement avec l’arrivée de la mécanisation au fond de la mine à partir des années 1960.

En 2000-2001, le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines, créé en 1989 et désormais musée départemental du Tarn, a conduit une série d’enquêtes orales auprès d’anciens mineurs du Carmausin ayant connu la période antérieure à la mécanisation et celle-ci. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Archives départementales du Tarn qui conservent les exemplaires originaux des enregistrements. Ce fonds compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grands axes : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine. Le premier axe renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. Le second porte sur l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, le dernier jour. Le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

En 2009, l’ensemble du fonds, enregistré sur cassettes DAT, a été entièrement numérisé par le secteur d’archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales. En 2008, un contrat de cession de droit et d’utilisation a été adressé a posteriori à chacun des témoins afin d’être en mesure de communiquer le contenu des enregistrements en salle de lecture et de le diffuser sur Internet. L’autorisation de communication et de diffusion a été accordée par la majeure partie d’entre eux.
Ces entretiens sont à l’heure actuelle en cours de catalogage et les Archives départementales espèrent bien les rendre accessibles avant la fin de l’année. Dans l’attente de leur communication voici un court extrait audio. En espérant que vous suivrez l’aventure sonore…

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001
Numérisation et analyse archivistique : Céline Della Savia, 2009

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédits photographiques : Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines. Extrait sonore : Guy Batista. Cote : 8AV03.

Quel est ce bruit au fond de la bibliothèque ?

En ce moment se déroule à Fréjus, une école thématique du CNRS sur le thème de la  préservation et diffusion numériques des sources de la recherche en sciences humaines et sociales. Ce sont les Centres nationaux de ressources numériques du CNRS qui sont à l’origine de cette formation (TELMA, CRDO, CN2SV CRHST) soutenue par le TGE Adonis. Impossible de résumer en quelques lignes ce qui s’y passe, vous trouverez toutes les informations sur le wiki de l’école et sur les signets partagés développés au fil de la semaine. J’aimerais simplement vous faire partager l’intervention riche et originale de Lou Burnard qui a ouvert la réflexion sur les “humanités numériques” avec un très joli titre Getting over the page*.

Quel est ce bruit qu’on entend au fond de la bibliothèque ? s’interroge-t-il…  C’est le chuchotement des livres qui se parlent. Lou Burnard les a entendu dire que la numérisation n’est pas un simple acte technique (tiens, j’ai déjà lu ça quelque part il y a déjà longtemps) et que si elle permet de lire, annoter, faire des liens, elle encourage aussi les livres à se parler entre eux. Ils se parlent d’autant mieux que la numérisation est aujourd’hui irrévocable et que  l’infrastructure de connaissance est désormais largement numérisée. Lou Burnard a parcouru pour nous la brève histoire héroïque des digital humanities commencée à l’aube de ces temps improbables où le courriel n’existait pas et parcourue d’aventures les plus folles, de la carte perforée au XML. Pour nous faire comprendre tous les enjeux du text encoding initiative, il nous a présenté quelques projets dont il a suivi les évolutions, insistant sur le fait que pour encoder un texte il faut savoir, avant, le décoder. Le cas du Lexicon of greek personal names est assez exemplaire. Ce Who’s who de la Grèce antique a été créé au début des années 1970 pour tranquillement arriver au 21e siècle sans perte d’information, passant d’une application à une autre, toujours plus performante, intégrant au passage les travaux d’autres communautés comme Pleiades ou Aphrodidias. Sa réflexion sur les textes numériques devenus bien commun comme l’air qu’on respire et son appel à la convergence m’ont rappelé les idées d’Hervé le Crosnier, sans l’évocation inquiétante du contrôle de l’usage par les propriétaires des contenusSon appel – en conclusion- à la communauté scientifique de participer au web sémantique se voulait encourageant.

* Définition sur le dictionnaire en ligne Worldreference du verbe “to get over” : http://www.wordreference.com/enfr/to+Get+over

  1. traverser (stream, bridge); passer au-dessus de (wall);
  2. se remettre de (illness, shock); I can’t ~ over it (amazed) je n’en reviens pas;
  3. surmonter (problem);to ~ sth over with en finir avec qch.
Crédits photographiques :
Collection Adolph B. Rice Studio, février 1956, issu de la . Library of VirginiaNo known restrictions on publication. http://flickr.com/photos/library_of_virginia/2899334394/