Archives par mot-clé : OAW

Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

On October 17th, in the middle of the Open Access Week, and in the frame of the Europeana Sounds program, we invite you to join us in an afternoon dedicated to the annotation of the MMSH sound archives in order to help us to enrich our sourds with a focus on the geolocation. You will tag on History Pin a set of oral history interviews from the MMSH Sound Archives Center. For this session, we choose two very different historical periods : a collection about oral memory of Armenians living in Bouches-du-Rhône  (South of France), and an other about french people in Algeria in the middle of the 20th century ; both are under creative commons CC-BY. Continuer la lecture de Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

Le 17 octobre  2016, avec le soutien du programme européen Europeana Sounds, au cœur de l’Open Access Week, l’équipe de la phonothèque de la MMSH organise une après-midi dédiée à l’annotation de ses archives. Une centaine d’entretiens1 sont disponibles à l’écoute sur SoundCloud dans la Playlist de la phonothèque de la MMSH.
Le but de cet atelier collaboratif est de géolocaliser ces enregistrements sur la plateforme HistoryPin qui permet d’épingler des médias à l’aide de Google Maps. Continuer la lecture de Enrichissez les collections de la phonothèque ! Journée collaborative, le 17 octobre 2016

  1. Deux thématiques historiques ont été sélectionnées en fonction de leur intérêt historique et parce qu’elles ne posaient pas de problèmes juridiques de diffusion : la collection créée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône, et des récits de vie de français ayant vécu en Algérie, au Maroc ou en Tunisie entre 1930 et 1962. []

DIMANCHE – La semaine de l’Open Access Week : Les anonymes du field recording

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le 6 septembre 2014, l’émission Culture Musique sur France Culture diffusait une émission sur le thème De l’archet universel au mastering des Daft Punk, avec Vincent Segal, violoncelliste, et Chab, musicien et ingénieur du son.

À la 50ème minute et 17 secondes, Vincent Segal évoque une situation qui se retrouve dans de nombreux document sonores réalisés dans le cadre d’enquêtes de terrain : trop souvent le témoin qui interprète l’oeuvre orale enregistrée est complètement anonyme. Les enquêteurs sont toujours indiqués, les ingénieurs du son aussi. Mais les noms de ceux qui chantent, qui jouent ou qui racontent apparaissent rarement sur les jaquettes de disques ou les emballages de bobines. Cela fait aussi partie du travail de la phonothèque de la MMSH, ce travail de fourmi pour retrouver les noms de tous ceux qui ont été enregistrés au fil du temps sur le terrain des ethnologues ou des historiens,  pour que leur parole puisse être entendue librement – en accord avec les règles éthiques et juridiques -.

Le dernier jour de la semaine de l’Open Access Week vient  rendre hommage à tous les anonymes du field recording à travers cet extrait de l’intervention Vincent Segal transcrit du podcast de l’émission :

« On disait Field Recording en anglais, c’est à dire c’est l’idée d’enregistrer dans les champs,… et c’est ce que je prône pour la plupart du travail que je fait.  A l’époque c’était effectivement fait comme un  travail d’archive et en fait j’ai toujours été touché… parce que, comme c’était enregistré en mono avec un seul micro, on entend l’environnement autant que le chanteur et les instruments et en fait il n’y a pas de mixage, c’est à dire que c’est comme ça… Il y a les collections de Radio France, d’Ocora, je les ai en vinyles, je les adore (…), j’ai les collections du Musée de l’homme, et en 78 tours, celles de la  mission Ogooué, au Congo et au Gabon (…).

Il n’y a pas longtemps un ami m’a dit :
« Je voudrais que tu me donnes ta chanteuse préférée…  »
Et je lui ai donné  – mais j’ai fait exprès, mais ce n’était pas un jeu… -je lui ai donné cette jeune fille qui chante sur le bord du fleuve et je lui ai dit « C’est ma chanteuse préférée… personne ne saura jamais comment elle s’appelle »

Parce qu’en fait ce qui ce qui est assez triste c’est que l’ingénieur du son son nom est marqué,.. c’est marqué le nom des ethnologues… mais par contre les gens ont dit « Une jeune fille chante au bord de la rivière ». Ça c’est la tristesse un peu de cette époque. C’est à dire qu’ils le savaient bien… Je suis sûr, que les gens qui ont enregistré savaient qu’ils avaient des chef d’oeuvre en face mais on ne saura jamais comment elle s’appelle. Souvent dans ces collections là il y a plein de chanteurs que j’écoute et je suis souvent très ému mais je ne saurai jamais qui est la personne qui chante. (…) On ne saura jamais qui chante et ce sont des chefs d’oeuvre. »

Crédits photographiques de l’image « à la une » : [Girl by river] photographie de Scott, Winfield, ca. 1895-1910. Collection : Thomas Hudson Thatcher collection of Mexico and Texas photographs. Service to Southern Methodist University – SMU Central Universities Libraries. Pas de restrictions de droit connues.  

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête « Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur« .

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []

VENDREDI – La semaine de l’Open Access Week : Le loup et le renard parrain

Pour indexer la littérature orale les phonothèques utilisent un référentiel essentiel pour retrouver les titres uniformes des contes. Il pourrait se nommer TUC, tout comme il on appelle TUM les titres uniforme musicaux, plus classiquement utilisé dans les discothèques. Il permet de retrouver dans la mouvance de l’oralité plusieurs versions interprétées à partir d’une même histoire. Le référentiel utilisé est la classification Aarne-Thompson qui malheureusement – peut-être par méconnaissance de l’outil ou des sources sonores – n’est pas en ligne sous forme d’outil documentaire directement utilisable1. Pourquoi ne pas imaginer intégrer le référentiel directement dans IdRef ? Certains titres y sont déjà entrés.

Les contes du renard occupent les numéros 1 à 69 dans cette classification Aarne et Thompson et le numéro 15 est l’histoire du renard parrain. The Theft of Butter – Honey – to Playing Godfather se retrouve largement à travers le monde avec d’autres animaux. Dans ce conte, le renard et le loup travaillent (aux champs, en tant que bûcheron…) et le renard prétexte un baptème pour manger le miel (ou le beurre, ou tout ce qui représente la paie promise pour le travail réalisé).

Neuf versions du conte du renard parrain dont la plupart sont cévenoles ont été collectées par différents chercheurs qui ont déposé leurs sources à la phonothèque de la MMSH. Le portail du patrimoine oral en propose 22 versions.

Pour les version déposées à la MMSH, la plus ancienne a été enregistrée par Jean-Noël Pelen en 1974 à Sainte-Cécile-d’Angorges auprès de Gabriel Teisser sous le titre Le loup et le renard bûcheron qui enregistrera une autre version du même conte en 1975 (n°1990). Jean-Noël Pelen collectera ensuite deux versions du renard parrain auprès de Paul Larguier en 1980 (enquête 1962) et 1989 (enquête 2060, celle-là même mise en écoute pour le vendredi de l’Open access week) à Saint-Andéol-de-Clerguemort.

Toujours en Cévennes, en 1979 et 1986 plusieurs enregistrements ont été réalisés auprès de Marcel Volpilière – enquêtes 661 et 429 (en ligne) – qui donnent à entendre un récit qui sera publié dans l’ouvrage La barque qui allait sur l’eau et sur la terre2. Enfin, les enquêtes 734 et 871 ont été enregistrée au Pompidou en 1997 et à Saint-André-de-Valborgne en 1998 par Pierre Laurence.

Parmi les collections sonores de la phonothèque, une seule version provient du Vaucluse, enregistrée en 1974 à Puyméras par Jean-Louis Ramel, elle a pour titre Lou reinart et lou loup.

Nous vous proposons d’écouter en ligne,  sur la nouvelle base de données de la phonothèque, la version enregistrée par Jean-Noël Pelen, en avril 1989 auprès de Paul Larguier à Paul Saint-Andéol-de-Clerguemort au coeur des Cévennes (n°2060).

Pour rappel un billet avait déjà été publié sur le Renard Parrain sur Les Carnets de la phonothèque et le carnet Biblioweb a consacré un billet à la classification Aarne et Thompson en 2011. Enfin un article très complet de Josiane Bru sur le Bulletin de l’AFAS (1999) précise l’intérêt de ce référentiel dans les SHS et pour le traitement des archives.

Crédits photographiques : A Young Female Fox near Galbraith Lake Camp (Alaska), 08/1973, National Archives’ Local Identifier: 412-DA-7945. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Une bibliographie de cette classification est accessible en ligne ici : https://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI []
  2. Claudette Castell et Nicole Coulomb, GARAE, 1986 []

JEUDI – La semaine de l’Open Access Week : Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Crieuse de tombola à Naples en décembre 2007, enquête n°1335, enregistrée par Olivier Féraud (9 min).

La crieuse de tombola (« lotteria ») est une figure sociale attachée aux quartiers populaires napolitains. Ces tombolas sont organisées par les commerçants et par une communauté d’habitants du quartier. Les cris de la vendeuse dénotent un caractère exceptionel quant à la durée et la linéarité de l’allongement final. La voix se fait d’autant plus puissante qu’elle doit se faire entendre dans le milieu bruyant du marché. Pour attirer encore plus l’attention, elle secoue telle une maracas le petit panier d’osier contenant les numéros.

Pour en savoir plus sur ce corpus sonore, voir : FERAUD, Olivier. Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p.

Crédits photographiques pour l’image « à la une » : Naples Italy, 1941-1945, San Diego Air and Space Museum Archive – SDASM Archives, pas de restrictions de droits connues.

MERCREDI – La semaine de l’Open Access Week : L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

homme et pigeon

L’élevage des pigeons et les anciens pigeonniers dans le village de Limans, enquête n°4473, issue de la collection du Musée départemental ethnologique de Haute Provence (Salagon) déposée à la phonothèque de la MMSH, enregistrée par Laurence Miceli-Nicolas auprès de Marie-Louise Caton à Limans en 1991.

Résumé de l’enquête : L’informatrice, fille d’agriculteur, possédait une ferme à Limans avec son mari dans laquelle se trouvait un pigeonnier. Il était « ordinaire » selon elle, contrairement à certains que l’on peut trouver à Limans comme le grand pigeonnier du Curé-Martin, bâtiment aujourd’hui classé. Après avoir évoqué sa jeunesse, elle décrit le pigeonnier dans lequel les pigeons entraient et sortaient librement. Les nids étaient creusés directement dans le mur et orientées vers le sud. Un autre pigeonnier à Simiane-la-Rotonde possédait des niches pouvant se fermer à l’aide de trappes. Ces dernières étaient fermées durant les semailles afin d’éviter aux oiseaux de manger les graines. Elle et son mari s’en occupaient très peu et les oiseaux se nourrissaient tout seul. Ils n’intervenaient que l’hiver quand la terre était gelée et qu’ils avaient du mal à s’alimenter. Ils mangeaient des graines avec les poules et profitaient de l’eau des nombreuses fontaines de la région. Il fallait une échelle pour accéder à la plupart des nids où nichaient une bonne partie de l’année des pigeons « voyageurs ». Les niches (« boulins ») étaient nettoyées chaque année à la fin de l’hiver, avant la période de reproduction. Elle ne pratiquait pas l’élevage, mais elle pouvait revendre quelques pigeonneaux pour gagner un peu d’argent. Pour cela, elle leur coupait le bout de l’aile afin qu’ils ne s’envolent pas, et elle les mettait dans une volière aménagée. Les pigeonniers de Limans ont été construits il y a longtemps, certains datent même du 16e siècle. Il fallait autrefois payer une taxe sur les pigeonniers, taxe abolit à la Révolution. Ils étaient donc réservés à une certaine élite possédant des terres, symbole de richesse. Marie-Louise Caton utilisait la colombine de pigeons comme engrais, préalablement mélangée avec d’autres fumiers (mouton, cheval). Parfois elle tuait un pigeon pour le cuisiner, mais elle n’aimait pas le faire. Elle lui donnait une goutte d’alcool afin qu’il « souffre moins ». Elle les cuisinait soit rôtis au four, soit en « salmis ». Elle prépare pour cela une sauce avec les abats et les parties non consommées du pigeon, et y ajoute de l’ail, des oignons et du poivre. Le foie est écrasé dans la sauce afin de lier l’ensemble. Plusieurs membres de sa famille ont possédé des pigeonniers. Ils n’étaient pas un moyen de subsistance pour les propriétaires. Les pigeonniers ont pour la plupart disparu, le phénomène est pour elle lié à la disparition progressive de la petite paysannerie. Ils n’arrivent plus à survivre et ce sont eux qui possédaient souvent sur leurs terres des pigeonniers. Tout en regardant des revues « Alpes de Lumière », l’enquêtrice et l’informatrice commentent plusieurs pigeonniers de la région. L’enquêtrice lui pose plusieurs questions relatives aux pratiques et aux traditions opérées dans les pigeonniers. Un problème de batterie de l’appareil d’enregistrement coupe l’enregistrement avant la fin.

Crédits photographiques :
– Franco-British carrier pigeon which makes long distance flights, circa 1918, National Library of Scotland.
– Image à la une : Boy with pigeons at [Circular] Quay, Sydney, 22/6/1935, by Sam Hood, State Library of New South Wales.
Pas de restrictions de droits connues.

MARDI – La semaine de l’Open Access Week : Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

L’enquête que nous vous proposons aujourd’hui est issue du corpus : mémoires orales des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Ce corpus est composé de 106 enquêtes recueillies auprès de 126 personnes. Le collectage de ce corpus se déroula entre fin 2006 et fin 2007, il fut piloté par un comité composé d’anthropologues et d’historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH.1

L’enquête choisie va vous faire découvrir les souvenirs d’une famille descendant d’Arméniens à Marseille et de la transmission des éléments de la culture arménienne sur deux générations.

Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens, D2315-1, D2315-2, n°2077, enregistrée à Marseille le 23 novembre 2006, durée : 1h 58min.

Crédit photographique: Service, Bain News, Armenians, 1899. http://www.loc.gov/pictures/collection/ggbain/item/ggb2006002495/. Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’ensemble du corpus est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. []

Profitez de l’open acess week pour écouter les archives de la recherche

OAWLes chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques.

Dans le cadre de l’Open Access Week sur le thème de « Generation Open ! », un atelier de deux heures est organisé à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme tous les jours du 13 au 17 octobre, de 14 heures à 16 heures. L’objectif est d’offrir aux chercheurs et étudiants chercheurs la possibilité :

– d’écouter des exemples de fonds sonores librement accessibles en ligne à partir d’une recherche réalisée dans Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH ;

– de connaître les différents canaux à travers lesquels ces sources orales vont être diffusées et valorisées (Carnet de recherche, plateformes de recherche comme Europeana, Telemeta, Isidore, Calames…)

– d’échanger sur les questions juridiques et éthiques qui peuvent se poser au moment de la diffusion des entretiens enregistrés ;

– de recueillir des exemples de contrats d’autorisation de consultation et de diffusion utilisés auprès d’informateurs et d’enquêteurs pour la mise en ligne de sources orales.

Projet labellisé FOSTER  (Facilitate Open Science Training for European Research).

Crédits photographiques : île de Bongoyo, baie des requins, Tanzanie, photogr. Véronique Ginouvès, août 2015.

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus « Celles qui n’ont pas écrit », réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une « figure », se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au « Boeuf à la mode », cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les « bandits » qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un « délire » à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.