Archives par mot-clé : open access

Questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données dans le cadre européen : retours d’expérience dans le domaine de la musique

Collaboration scientifique en Europe et diffusion des données : comment prendre en compte les questions juridiques et éthiques ? Retours d’expérience dans le domaine de la musique

14 janvier 2016 – MMSH – Salle Paul-Albert Février

#ethiquedroit

Entrée libre sur inscription

Impulsées par le numérique, de nouvelles méthodes de travail scientifique se sont développées, favorisant la diffusion et le partage des résultats et des données de la recherche dans un objectif d’intérêt public. Le mouvement de l’open access et de l’open data interfère désormais dans la construction des stratégies de recherche et dans l’élaboration de nouvelles collaborations scientifiques.

Dans ce nouveau contexte, les acteurs de la recherche s’appuient de plus en plus sur des programmes européens (programme-cadre de recherche Horizon 2020) afin de financer leurs projets scientifiques. Pour répondre aux exigences de ces programmes, les équipes scientifiques sont souvent amenées à s’appuyer sur les humanités numériques et à réaliser des outils ou des systèmes de valorisation. Or, les pays de l’Union européenne ne sont pas dotés d’une législation harmonisée en matière de droit d’auteur. Les débats suscités par les propositions initiales du rapport Reda1 témoignent de l’importance des questions juridiques et éthiques qui se cristallisent notamment autour de la notion de souveraineté scientifique. Concrètement, ces nouveaux modes de diffusion bouleversent les systèmes de pensée, les modèles économiques mais aussi les usages. Dans ce contexte en mutation, la communauté des sciences humaines et sociales est par conséquent vivement incitée à reconsidérer ces enjeux.

Cette journée d’étude, résolument tournée vers l’Europe, est organisée autour de deux conférences et de plusieurs présentations d’expériences concrètes dans le domaine musical. La conférence de Lucie Guibault, professeure associée à l’Institut de droit de l’information de l’Université d’Amsterdam (UVA) aura pour objectif d’éclairer les chercheurs sur les enjeux que pose la Commission européenne dans les programmes de financement ; l’intervention de Lisette Kalshoven, conseillère sur le droit d’auteur, le patrimoine et l’enseignement ouvert au sein de l’ONG Kennisland, engagée dans le programme Europeana Sounds, se concentrera sur les outils qui peuvent être mis en place dans le cadre de programmes européens en vue de répondre à la demande institutionnelle.

La journée est soutenue par le LabexMed  ainsi que le Consortium Musica de la TGIR Huma-Num. Elle s’inscrit dans le cadre du projet de rédaction d’un recueil de bonnes pratiques sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données de la recherche en sciences humaines sociales et du programme européen Europeana Sounds.

Programme

Accueil à partir de 9h (salle Paul Albert Février, MMSH Aix-en-Provence)

9h 30 Mots de bienvenue du Labexmed par Blandine Decamps-JulienPrésentation du groupe de travail “Questions éthiques et juridiques” par Véronique Ginouvès (USR 3125) et Isabelle Gras (SCD AMU)

10h-11h30 La publication en libre accès au cœur de la demande européenne. État des lieux et enjeux juridiques en matière de diffusion de la recherche Lucie Guibault A lire : “Legal aspects of open access to publicly funded research”, L. Guibault, T. Margoni , Chapter 7 of OECD report Enquiries Into Intellectual Property’s Economic Impact, 2015.

11h30-12h15 Stéphane Pouyllau – La plateforme ISIDORE, un levier pour donner de la visibilité à ses recherches et participer à la diffusion des savoirs grâce à l’Open Access A lire : “Web de données, big data, open data, quels rôles pour les documentalistes ?” Documentaliste – Sciences de l’Information, 2013, Vol. 50, pp.32-33.

14h-16h Introduction à l’après-midi par un membre du Consortium Musica (à préciser)

Lisette Kalshoven Advisor copyright, heritage and open education, Kennisland How to underline legal and ethical issues within European programs (good practices, guidelines,training, surveys) / Resituer les questions juridiques et éthiques dans le cadre des programmes européens. Exemples d’outils : guide de bonnes pratiques, formations, enquêtes…  (Presentation in english / intervention en langue anglaise)

16h – 17h – Retours d’expérience :

  • Mettre en ligne les musiques du monde : quelles questions juridiques et éthiques ? par Joséphine Simonnot, MAE, LESC, CREM
  • L’échappée belle d’une collection sonore sur la lutherie, Hélène Claudot-Hawad (Directrice de recherche, CNRS)
  • Prendre en compte les questions juridiques et éthiques dans un programme ANR, l’exemple de Spectacle(s) en ligne (sous réserve)

17h- Conclusions : Après cette journée, quelles orientations pour le groupe de travail “Questions éthiques et juridiques” ? par Véronique Ginouvès (USR3125) et Isabelle Gras (SCD AMU).

Modalités d’inscription :   journée gratuite (le déjeuner est à la charge des participant).

Inscription nécessaire sur ce formulaire en ligne.

Plan d’accès de la MMSHhttp://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/Pages/acces.aspxsur

Crédits photographiques de l’image à la une : Portail de l’église NS de Rosario dos Pretos, Le Pelorinho, Salvador-de-Bahia, 31 mai 2013, photographie de V. Ginouvès (CC BY-NC-ND 2.0).

  1. Rapport sur la mise en œuvre de la directive 2001/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 22 mai 2001 sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information A lire dans son intégralité en ligne : 2014/2256 – INI []

ANOIKTH ΠΡΟΣΒΑΣΗ ! ΑΝ ΟΧΙ ΤΩΡΑ, ΠΟΤΕ ?

Ποιος φοβάται την ανοικτή πρόσβαση;  είναι ο τίτλος του  κειμένου  που εμφανίστηκε αρχικά στην  γαλλική εφημερίδα Le Monde στις 15 Μαρτίου 2013  με υπογραφές από 60 μέλη της  ευρύτερης πανεπιστημιακής και ερευνητικής κοινότητας (από πρυτάνεις πανεπιστημίων ανθρωπιστικών επιστημών μέχρι βιβλιοθηκονόμους, εκδότες και φοιτητές). Οι συγγραφείς προτάσσουν την ανάγκη οικειοποίησης της λογικής της ανοικτής πρόσβασης στο επιστημονικό υλικό από όλα τα πανεπιστημιακά  και ερευνητικά ιδρύματα.  Η  ελεύθερη  γνώση είναι ο μόνος τρόπος για μία  μάθηση μη  περιχαρακωμένη, ελεύθερη για όλους, χωρίς οικονομικούς περιορισμούς και προνομιούχες τάξεις. Βρίσκοντας εναλλακτικούς τρόπους πρόσβασης στην επιστημονική γνώση, ενισχύουμε τον κόσμο με τον πλούτο των αξιολογημένων πληροφοριών, δίνουμε  νέα ώθηση στην έρευνα και δεν  αφήνουμε την οικονομική κρίση να αποθαρρύνει την ανάγκη της μάθησης.

Το κείμενο βρίσκεται στον ιστότοπο I love Open Access που μαζεύει  υπογραφές για την προώθηση του εγχειρήματος, απαντάει σε συχνές ερωτήσεις και έχει δημίουργησει ένα γλωσσάριο με όρους σχετικά με την ανοικτή πρόσβαση.

Υπόγραψε και εσύ, αν όχι τώρα, πότε;

(το κάλεσμα,  απευθύνεται σε όλους, φοιτητές, βιβλιοθηκονόμους, δημοσιογράφους κλπ) 

L’information sur la pétition en français sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/10615

Le libre accès c’est maintenant

Le Monde a publié aujourd’hui une tribune sous la forme d’une question – Qui a peur du libre accès ? – soutenue en quelques heures par des centaines d’acteurs du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur : présidents d’universités, directeurs de maisons des sciences de l’homme et de laboratoires, éditeurs, revues, enseignants-chercheurs, représentants de bibliothèques universitaires, archivistes…  Les auteurs éclairent la décision de la Commission européenne d’émettre une recommandation relative à la publication en accès ouvert des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics. Le texte du Monde est prolongé par un site I love Open Access qui recense les signatures et propose une liste de questions fréquentes, d’initiatives de référence et d’un glossaire de l’accès ouvert. Cet appel s’adresse à tous, et tous peuvent le signer, le libre accès, c’est maintenant !

 

Crédits photographiques : Bookstore, Washington, D.C. par Vachon, John, novembre 1937. Collection de la Bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues.

Formation : les sciences humaines et sociales sur Internet, Dakar, 4-7 juin 2012

Formation : « Les sciences humaines et sociales sur Internet » – 4 au 7 juin 2012, Dakar

Organisée par l’IRD à l’initiative d’Alice Desclaux, cette session comprend une formation sur deux jours, une conférence et un atelier.

Programme

Les deux premières journées sont commune avec l’AFIMESS (Atelier de Formation Intensive de Méthodologie en Sciences Sociales)

Lundi 4 juin, salle de conférence Hann 

9h30-12h30 :

Session 1. Comprendre les enjeux de l’édition électronique scientifique

  • Les modèles économiques
  • La mise en place d’une stratégie de publication
  • La nécessité de l’indexation et de la citabilité

14h-17h :

Session 2.

  • Mettre en place une stratégie de recherche sur le Web
  • Comment utiliser Google mais aussi les moteurs spécialisés
  • Utiliser les réseaux sociaux dans ses recherches
  • Créer un système de veille documentaire pour sa recherche

Mardi 5 juin, salle de conférence Hann 

9h30-12h30 :

Session 3

  • Maîtriser son identité numérique
  • Participer à la conversation scientifique : carnets de recherche et réseaux sociaux
  • Citer et être cité correctement sur le web
  • Mettre en place des stratégies d’egoréférencement.

14h-17h :

Session 4

  • Questions diverses
  •  Zot’attaya (Questions autour de Zotero)
  • Retour sur des questions et thèmes abordés lors de la formation

Mercredi 6 juin, salle de conférence Hann :

Conférence de Jean-Christophe Peyssard (Cléo), ouverte à des personnes extérieures sur invitation (archivistes, éditeurs, responsables édition SHS)

15h-17h :

« La nouvelle économie de la publication numérique en SHS. OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales »

L’internet a révolutionné l’accès à la connaissance: désormais les documents essentiels en sciences humaines et sociales peuvent être consultés et téléchargés par les chercheurs et les étudiants aussi bien en Afrique qu’en Europe. Néanmoins les modes d’utilisation ou les sites de ressources documentaires sont souvent mal connus. Par ailleurs, la recherche (via les moteurs de recherche) ou l’organisation de publications en ligne (par les éditeurs) s’appuient le plus souvent sur des organisations privées et à but lucratif, dont les logiques ne sont pas seulement basées sur la diffusion du savoir. Il est donc important de mieux connaître les initiatives publiques de diffusion de la connaissance en SHS, pour un usage de recherche, de documentation ou de publication.

Créé en 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) développe les plateformes Revues.org et Calenda, désormais bien connues des chercheurs en SHS en Europe, mais pas encore suffisamment en Afrique. Ouverte plus récemment, la plateforme Hypotheses.org donne la possibilité aux équipes de recherche de diffuser simplement et rapidement de l’information scientifique sur leurs activités sous la forme de “carnets de recherche”.

Par ailleurs, le Cléo est engagé dans un programme de numérisation et de diffusion de plusieurs milliers de livres de sciences humaines et sociales en libre accès sur les huit prochaines années. L’ensemble de l’offre éditoriale proposée à partir de ces plateformes représente un environnement cohérent de publication et de communication : OpenEdition.org. Cette initiative vise à constituer une base documentaire internationale, multilingue et en libre accès pour les sciences humaines et sociales. Elle permet la construction d’un modèle économique durable pour les publications en libre accès dans ces disciplines : OpenEdition Freemium.

Ces initiatives seront présentées et discutées au cours d’une conférence qui intéressera les chercheurs, les documentalistes et responsables de centre de documentation, les doctorants, les éditeurs en SHS, les acteurs qui appuient l’édition et la recherche au Sud…. La conférence leur permettra d’accroître leurs connaissances sur les possibilités actuelles d’accès aux ressources documentaires en SHS, et d’envisager de nouvelles perspectives en vue de la publication et la valorisation scientifiques.

Jeudi 7 juin,

salle de conférence Hann ou salle informatique :

Formation ouverte à des persnnes non chercheurs (secrétariat d’unités, chercheurs et administratifs SHS), sur inscription en début de semaine.

14h-17h : Hypotheses.org, une plateforme de carnets de recherche eb SHS, initiation au blogging scientifique, par Véronique Ginouvès et Jean-Christophe Peyssard.

 

 

Présentation de la formation

Objectifs :

Cette formation en trois volets devrait permettre de comprendre les relations entre les modalités de circulation des publications et des ressources numériques en SHS, les usages des réseaux sociaux, la mise en place de stratégies de recherche et de veille sur Internet et d’appréhender comment, dans cet environnement, développer son identité numérique. Les grands enjeux scientifiques suscités par le développement d’Internet, la vitalité du Web en SHS et les pratiques de coopération et de publication scientifiques seront mis au centre de la formation. Une présentation des principales tendances et du paysage actuel de l’offre numérique dans le domaine de l’édition scientifique permettra d’éclairer ces enjeux et leurs perspectives.

Methode :

La formation propose une mise en pratique sur des postes informatiques à partir d’exemples en SHS et plus particulièrement sur les sujets des participants.

Thèmes abordés :

1. Comprendre les enjeux des modèles économiques des publications sur internet pour mieux cibler sa stratégie

Cet axe de la formation sera assuré par un membre du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo, http://openedition.org). Il abordera les bouleversements qu’ont connus les publications en sciences sociales tant du point de vue éditorial, qu’économique et technologique ; les critères d’évaluation de la recherche de type quantitatif seront abordés. L’objectif est de proposer un panorama des enjeux et des évolutions et comment s’orientent les nouveaux usages à venir.

2. Renouveler sa  stratégie de recherche sur Internet en sciences humaines et sociales et réaliser une veille efficace sur  Internet

L’objectif est de comprendre comment l’information est organisée sur Internet pour bien sélectionner les outils de recherche et repérer les ressources de qualité en sciences humaines et sociales. Les enjeux du Web ainsi que des différents modes de coopération et d’échange d’information au sein de la communauté SHS seront abordés. Face au foisonnement d’information sur Internet, certains outils permettent d’organiser les données de façon active et organisée, en assimilant efficacement et rapidement un grand volume de données. Une des méthodes abordées sera la syndication de contenu, outil de veille et de lecture rapide des informations en ligne mais aussi les alertes, les listes de diffusion et les réseaux sociaux.

3. Construire son identité numérique

Dans un univers ou l’information est foisonnante et où la valeur économique se porte sur l’attention des acteurs, l’identité numérique revêt une importance toute particulière. Le chercheur doit pouvoir se donner les moyens de maîtriser et valoriser les informations qu’il produit, celles le concernant – lui ou son champ de recherche – diffusées par des tiers. La formation démontrera, à partir d’exemples concrets, quels sont les outils disponibles pour la communauté scientifique. Les questions de citabilité, le reférencement, les archives ouvertes et le blogging scientifique seront abordés.

 

Formateurs

Véronique Ginouvès, CNRS, USR3125

Responsable de la phonothèque MMSH Aix-en-Provence

http://phonotheque.hypotheses.org

 

Jean-Christophe Peyssard, CNRS, Cléo

Responsable des partenariats – Centre pour l’édition électronique ouverte

http://cleo.cnrs.fr

 

Crédits photographiques : Getting salt from lac Retba, Sénégal, photographie de Herr Hartmann, sous licence creative commons (CC BY-NC 2.0) : http://fr.fotopedia.com/items/flickr-382143413

 


Liquid book : le livre au fil du ruisseau

Impossible de résumer en un billet la deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte du Cléo qui s’est déroulée à Marseille sur le thème circulation des savoirs à l’ère numérique. Pendant une semaine se sont succédés conférences, cours et ateliers pratiques1 encourageant les participants à échanger sur leurs pratiques, leurs métiers, leurs usages. Tous les formats du livre numérique ont été envisagés comme les modèles économiques de sa diffusion, les dispositifs de médiation et les métiers émergents liés à son développement. La dernière conférence matinale par Octavio Kulesz qui rendait compte d’une étude sur l’édition électronique dans les pays du Sud restitue il me semble la qualité et la démarche de toutes les interventions : lumineuses, pénétrantes, internationales, engagées, concrètes. Il me faudra un peu de temps pour assimiler toutes les connaissances acquises mais je suis déjà riche des rencontres de cette semaine et j’ai acquis un nouveau lexique.

Un peu par hasard, j’ai matérialisé à la fin de la semaine ce que pouvait être un de ces mots qui clignotaient dans les yeux des participants (reflets des badges offerts dans le doggy bag à l’inscription), en visitant le ruisseau des Aygalades : « liquid book ». Ce ruisseau se trouve en plein coeur de Marseille dans une zone d’activités industrielles qui draine 8000 emplois. Dans le cadre des journées européennes du patrimoine,  Christine Breton, conservateur du patrimoine, et Philippe Mioche, professeur d’histoire contemporaine, s’étaient partagés deux groupes de promeneurs leur racontant le paysage traversé. Partis de l’usine Saint-Louis de sucre de canne (la dernière en France) et de betteraves nous avons remonté le ruisseau pendant une heure trente. A l’arrivée, sur le territoire de la Cité des arts de la rue, quelle surprise de découvrir une cascade miraculeuse !

Ce cheminement a donné lieu à l’édition d’un livre au format des arrondissements arpentés : 15/16 ; un livre constitué des récits des habitants de ses berges, de l’étude des archives et d’images qui font rêver2 . Il a été offert aux promeneurs au milieu de leur périple.

Au moment de nous l’offrir, au milieu des Jardins des cheminots, notre guide a voulu nous amuser en rappelant que le livre demeure une sacré belle invention : et la voilà qui nous mime un petit film qui circule depuis quelques mois sur les messages électroniques (et dont François Bon lors de sa conférence à l’université d’été s’est d’ailleurs plaint de son multipostage tous azimuts). Réalisée par des bibliothécaires espagnols, l’animation est une parodie de la publicité du ebook pour présenter notre vieil ami le livre papier. J’ai fini par comprendre. Le livre ne se réduit pas à un objet : électronique, humain, paysager ou de papier, son histoire est loin d’être terminée. Elisée Reclus nous le racontait déjà3  « L’histoire d’un ruisseau, même de celui qui naît et se perd dans la mousse, est l’histoire de l’infini ». Rendez-vous à la prochaine université d’été pour connaître la suite…

 

 

 

Crédits photographiques :

– La cascade des Aygalades ;

– Présentation de l’équipe du Cléo lors de l’université d’été de l’édition électronique ouverte ;

– Lecture d’un extrait du Livre du ruisseau par une habitante du quartier des Aygalades dans les Jardins des cheminots ;

– La sucrière de Saint-Louis ;

– Les randonneurs des Aygalades ;

– Terril de bauxite, zone industrielle des Arnavants ;

– Les raisins prêts à être vendangés dans les Jardins des cheminots

Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2011

  1. guettez sur le blog du Cléo la plupart des interventions seront mises en lignes. Vous pouvez aussi suivre le fil du twitter de la semaine sur #uecleo []
  2. Le livre du ruisseau – Hôtel du Nord, Récits d’hospitalité, n° spécial / Christine Breton, Philippe Mioche, Arnavant. Marseille : édition commune, 2011. 63p. []
  3. Histoire d’un ruisseau, Bibliothèque d’éducation et de récréation J. Hetzel et Cie, 1869. Sur Internet Archives, vous avez l’embarras du choix pour le lire : vous pouvez décider de parcourir le manuscrit original au format PDF ou en plein texte, ou encore sélectionner les formats Daisy, ePub, Mobi, vous pouvez décider de le télécharger sur un Kindle ou enfin l’écouter en streaming au format DiVu []