Archives par mot-clé : pain

Recette du mois : La fougasse du 15 août

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle de la fougasse du 15 août.

Dans notre métier de phonothécaire, une grande partie de notre temps de travail se passe à écouter des enquêtes de terrain enregistrées pour les cataloguer. Plongé dans l’analyse d’un corpus sonore parfois sur plusieurs semaines, la voix des témoins et des chercheurs font alors partie de notre environnement sonore quotidien, alors que les enquêtes sont souvent très anciennes. Ainsi en est-il des travaux menés par Nicole Coulomb et  Claudette Castell qui ont parcouru les Cévennes à la fin des années 1970 pour enregistrer des chansons, des contes, des jeux et des témoignages de la vie autrefois. La phonothèque est riche de plusieurs centaines d’heures qu’elles ont récoltées. Je voudrais ce mois ci, en hommage à  Claudette Castell,  décédée accidentellement en 2015, vous proposer d’écouter un extrait de l’enquête n° 390,  enregistré en 1979 à Altier (48880 Lozère), qui fait partie de leur corpus.

Voilà donc la recette:

Ingrédients :
½ paquet de levure de boulanger ou levain 30gr,
100g de sucre,
2 œufs, 40g de beurre,
¼ de verre de fleur d’oranger,
une pincée de sel,
250 g de farine blanche1.

Préparation :
Utiliser de la levure de boulanger ou faire son levain soi-même2.
Pétrir la farine, le beurre, 75g sucre, la moitié de la dose de l’eau de fleur d’oranger, le sel, la levure (l’autre moitié de l’eau de fleur d’oranger sera utilisée pour imbiber la fougasse et les 25g de sucre restant serviront à saupoudrer la fougasse à la fin de la cuisson). La pâte doit avoir la consistance de la pâte à pain (même un peu plus molle). Laisser lever une heure, en couvrant d’un saladier dans un endroit chaud, au bout d’une heure, repétrir.
Etaler une épaisseur de pâte de 2 cm environ, faire des entailles, couvrir, toujours avec un saladier pour éviter qu’en gonflant elle  se colle. Laisser lever toute une nuit.
Faire cuire à160° pendant 45mn (il faut la cuire doucement donc éventuellement baisser la température).
Sortir du four et arrosez de fleur d’oranger et saupoudrez de sucre  type cassonade de préférence.

Voilà pour clore ce billet un extrait sonore qui donne à entendre la voix – et le rire – de Claudette Castell alors qu’elle interroge une habitante d’un village près de Pont-de-Montvert, Madame Marthe Servières, avec Nicole Coulomb, à propos des récits de peur qui se disaient aux enfants au début du siècle dans les villages cévenols :

Crédits photographiques : Mathilde Bresc CC BY 2.0 FR

  1. bio ici, comme à mon habitude []
  2. Je procède ainsi pour fabriquer mon levain naturel : mélanger à parts égales farine de seigle et eau, et en laisser fermenter plusieurs jours avant de l’utiliser à raison de 30 à 60 % du poids de farine. Il suffit ensuite d’en conserver un peu et de lui redonner régulièrement eau et farine pour en avoir toujours à disposition, les ferments se multipliant à chaque fois que l’on « nourrit » le levain,  mais vous trouverez aisément des recettes en ligne, si le cœur vous en dit d’essayer []

Recette du mois : Le pain au quotidien dans la vallée de l’Ubaye

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle du pain.

Concernant la fabrication du pain,  je vous propose, ce mois-ci d’écouter les enquêtes suivantes  : la première, n° 4068  est enregistrée en 1988 à Saint-Paul-sur-Ubaye (04530 Alpes-de-Haute-Provence) par Danielle Musset auprès de  la famille Signoret, accompagnée de Jean-François Robert, ethnologue.  Elle donne le contexte de la fabrication du pain dans un four de village collectif au milieu du vingtième siècle. La seconde précise la recette et la durée de la levée de la pâte. Il s’agit de l’entretien, n°2959 effectué à Sospel (06380) en 2006 par Emmanuel Klingbeil auprès de Louisette et Roger Gnech.

Voilà donc les différentes façon de procéder :

Les proportions ne sont pas indiquées avec précision toutefois voici une préparation possible (prévoir de s’y prendre 24h à l’avance) :

Ingrédients : 300 g de farine de blé1, 210 millilitres d’eau tiède, 1 cuillère à café de sel, 12 g de levure de bière fraîche de boulanger, 1 cuillère à soupe de miel.

Préparation : la veille au soir pétrir tous les ingrédients durant 10 à 12 min, la pâte à pain doit se décoller des bords et du fond du saladier. Le matin, la sortir sur le plan de travail aplatir puis rabattre un bord vers le centre, procéder de même avec le bord droit, tourner la pâte à 90° et refaire à nouveau le même pliage. Replacer la pâte dans le saladier recouverte d’un torchon humide durant 3 heures. Puis réitérer le mode opératoire précédent et refaire 4 pliages, la laisser lever recouverte d’un torchon humide. Placer la pâte à nouveau sur le plan de travail et refaire les 4 pliages. Couper la pâte à pain en pâtons et former des boules ou laisser tel quel et laisser reposer 15 minutes recouvertes d’un torchon. Finaliser votre forme de pain définitive, fariner le pain et laisser reposer encore 1h30 à température ambiante. Préchauffer le four à 220°C pour un four électrique et 180° pour un four à gaz2. Placer votre pain sur la plaque de cuisson recouverte d’un papier sulfurisé et tracer des grignes (des entailles). Enfourner sur la plaque de cuisson chaude à 220°C durant 30 à 35 min.

L’extrait suivant,  donne à entendre les différents moments de la fabrication du pain et les termes propres à la langue régionale de Sospel.

Vous pourrez consulter de nombreux ouvrages sur le sujet, tous disponibles à la Médiathèque de la MMSH:

  • Pains d’hier et d’aujourd’hui, Mouette Barboff, 2006, 143 p. Cote 641 BAR
  • Le livre intitulé : Le folklore du boulanger, de Christian Bouyer, Maisonneuve et Larose, 1984, 126 p. Cote 12-23544
  • L’inventaire du patrimoine culinaire des Alpes du Sud, de Gilles Desjardins, Jean-François Robert, Christine Escallier, 1989, 275 p. avec cartes des aires culinaires alpines et méditerranéennes; CETTAL – Centre d’étude des techniques traditionnelles alimentaires. Cote GL-20313 ; l’ouvrage est également présent au musée départemental ethnologique de Salagon.

Crédits photographiques : Mathilde Bresc CC BY 2.0 FR

  1. Au moment de mettre en pratique la recette, le choix s’est porté sur une farine de Khorasan  – ou Kamut – issue de blé ancien qui nécessite un travail de la pâte plus important []
  2. Je vous conseille de ne pas oublier de placer une coupelle d’eau pour garantir le bon taux d’humidité et obtenir une plus belle croûte []