Archives par mot-clé : Pays A3V

La Minoterie des Alpes-de-haute-Provence

En juillet 2016 est paru l’ouvrage : La Minoterie des Alpes, inventaire du patrimoine, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, par Géraud Buffa, Photographes : Marc Heller, Frédéric Pauvarel, cartes et schémas : Sarah Bossy, Collection Parcours du patrimoine n°403, Ed. Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cet ouvrage, remarquablement illustré et documenté, est consultable à la bibliothèque de la MMSH (en cours de cotation). Conçu comme un guide, il  retrace le parcours de la Minoterie de La Mure-Argens située sur les bords de l’Issole et desservie par le « Canal du Moulin ». Elle était à l’origine une fabrique de draps qui fut rachetée à la fin du dix-neuvième siècle pour être transformée en minoterie. Parfaitement conservé, le moulin renferme une machinerie imposante qui servait à trier, broyer, extraire et ensacher le blé. La commune de La Mure-Argens a racheté ce moulin pour le transformer en musée qui fut inauguré le 18 juin 2016. Vous pouvez le visiter jusqu’au 18 septembre.

Géraud Buffa1 a publié à la fin de ce guide, une enquête de la phonothèque qui retrace l’histoire de la Minoterie, il s’agit de l’entretien n°4167, « Témoignage sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines » réalisé en 2012 par Corinne Cassé, ethnologue, dans le cadre du projet Mémoires orales des industries du bord de l’eau en collaboration avec le pays A3V (Pays Asses Verdon Vaïre Var). Les extraits sonores issus de l’enquête reprenant les propos de la fille du dernier meunier peuvent être écoutés sur Les carnets de la phonothèque.

À découvrir également :
http://fr.calameo.com/accounts/4224234
http://www.secrets-de-fabriques.fr : Musée de la Minoterie des Alpes, moulins d’Entrevaux, draperies du Verdon, distillerie de lavande de Barème  à voir sur secrets de fabriques.

En image à la une, photo de couverture de l’ouvrage.

  1. Géraud Buffa est conservateur territorial du patrimoine au Service de l’Inventaire et du Patrimoine de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur []

Vie quotidienne paysanne dans le pays du haut et moyen Verdon jusqu’en 1970

Dans le monde agricole avant la seconde guerre mondiale, dans la vallée du Haut Verdon comme ailleurs les connaissances fines de la terre, de ses capacités et des soins à y apporter sont les seules garanties pour assurer une production suffisante et échapper à une trop grande pauvreté. Les hommes développent leur ingéniosité pour soulager leur travail, optimiser les tâches et perfectionner les outils. Les témoins des villes et villages de Barrême, Saint-André-les-Alpes, Colmars-les-Alpes et La-Foux-d’Allos ont livré leurs souvenirs de ces trouvailles et savoir-faire pour vivre et parfois survivre.

Explications sur la nécessité de varier les cultures pour ne pas appauvrir la terre (extrait de l’enquête 4180)

Technique pour fouler le blé à l’aide d’un mulet (extrait de l’enquête 4160)

Souvenirs de l’utilisation d’un traineau de transport (extrait de l’enquête 4160)

Pour assurer les ressources alimentaires, on compte sur la complémentarité des cultures et les ressources de l’espace sauvage.

Complémentarité des cultures et des ressources de l’espace sauvage (extrait de l’enquête 4160)

Chasse à la marmotte en pays d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce contexte, les enfants de chaque famille modeste sont investis dans les travaux des champs ; seuls les enfants de propriétaires vont au-delà du certificat d’études. Plusieurs récits témoignent de l’attachement à la scolarisation des enfants, malgré le besoin de leur force de travail aux côtés des adultes, l’école étant pressentie comme le seul moyen d’échapper à la précarité du travail paysan.

Souvenirs des trajets jusqu’à l’école dans la montagne enneigée (extrait de l’enquête 4160)

Monde paysan qui connait plusieurs chamboulement jusqu’aux années de vente massive de terrains agricoles pour le tourisme.

Evolutions progressive des terrains agricoles autour d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Souvenirs de l’électrification de la Foux d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce quotidien décrit comme tellement tributaire de la multiplication de petites ressources, toujours incertaines, de la crainte de la pauvreté et de la soumission aux aléas naturels les fêtes et les animations rattachées aux grandes saisons de la terre tiennent une place toute particulière.

Explications sur la petite paysannerie avant 1945 et la pauvreté dans les campagnes (extrait de l’enquête 4185)

Les souvenirs de ces fêtes sont vifs : c’est l’occasion de renouer ou resserrer des liens au sein de la communauté, de rompre avec le quotidien et pour les jeunes de faire la rencontre de futurs époux. La saison de la lavande qui colore brutalement les montagnes alentours et sa distillation en sont un exemple. Les témoins évoquent son parfum, l’activité fébrile qui agite le pays.

Souvenirs des fêtes autour de l’hôtel de la gare de Barrême (extrait de l’enquête 4174)

Crédits photographiques et video

Fonctionnement du ventaire par André Rouvier, Barrême, 2012, Corinne Cassé.

Maison de village aux pieds des montagnes, Alpes, Bibliothèque municipale de Toulouse, domaine public.

Les travaux des champs : le labour, Trutat Eugène, 1910, bibliothèque municipale de Toulouse, collection numérique, domaine public.

Témoignages sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines

Dans les témoignages recueillis en 2012 sur l’histoire de la minoterie de la Mure-Argens la rivière de l’Issole et les usages de la farine prennent une place centrale. L’accès aux cours d’eau, source de vie, pour les hommes, les plantes et les bêtes, intimement dépendants les uns des autres, devient un enjeu. Indispensables aux activités des moulins, des scieries, des draperies et des distilleries, l’accès à l’eau et son usage sont réglementés, objets de querelles, de conflits, de procès, de décisions administratives. Le projet « Secrets de fabriques » dans le cadre duquel ont été recueillis ces témoignages, s’alimente de deux autres ensemble de travaux de recherche : une prospection archivistique réalisée par un cabinet de spécialistes et les recherches historiques spécifiques au monde de la draperie. Les multiples archives glanées par le cabinet d’archivistes attestent de la quantité d’actes notariés et de démarches administratives et juridiques des propriétaires de la minoterie pour utiliser l’eau de la rivière.

Toute l’histoire de l’accès aux cours d’eau est décrite dans les archives des entreprises, dans les archives communales et notariales. La puissance de l’eau et son énergie sont un bien précieux, jalousement gardé, étroitement surveillé et ses canaux entretenus saison après saison. L’eau est un acteur omniprésent de cette aventure industrielle.

L’interrogation de la base de la phonothèque avec les thèmes du cours d’eau, de l’adduction de l’eau ou encore de l’usage et propriété de l’eau ne propose pas moins de quelques 90 références d’enquêtes en Provence, dans les Alpes, en Italie, dans la vallée de la Roya et jusqu’au Yemen. Le thème de l’eau est universel et international comme celui du pain et de la fabrication de la farine et du rôle du meunier, largement enquêté par Christian BrombergerPierre CosteJean-Noël Pelen, Danielle Musset et Claudette Castell et Nicole Coulomb dans différentes régions de France et d’Italie. Danielle Musset, aujourd’hui conservatrice du musée ethnologique de Salagon, et membre du comité scientifique encadrant le collectage des mémoires de l’industrie en pays A3V, a enquêté dans les années 90, Ernest Dol, minotier de la Mure-Argens. En 2012, dans le cadre du projet du pays A3V, sa fille dépose également ses souvenirs.

Explications sur les liens étroits entre l’activité de meunier et l’usage des cours d’eau (extrait de l’enquête 4167)

Au bord de l’eau vit la minoterie. En son sein tournent les machines et leurs pièces de bois, de cuir, de métal. Elle prend une apparence presque humaine, fait vibrer l’ensemble du bâtiment et la famille du meunier qui vit à son rythme. Les témoins se souviennent d’odeurs, d’un bruit sourd permanent auquel le meunier s’est habitué mais qui surprend les visiteurs. Chaque son révèle une action, une circulation du grain. Chacun est connu et reconnu par le meunier qui peut ainsi déceler, avec l’aide de la masselotte et du tintement de sa cloche, une baisse de régime, un problème sur le circuit de production. L’intervention est immédiate et précise. On ne peut quitter ce ventre qui vibre, qui ne peut s’arrêter. « Remettre un moulin en route c’est toute une histoire ». Si le propriétaire s’évade quelques heures pour livrer de la farine, il laisse l’ensemble sous la surveillance de ses meuniers en qui il met toute sa confiance. L’attachement au bâtiment et au métier semble puissants dans les souvenirs : physique, viscéral.

Évocation du son de la machinerie de la minoterie (extrait de l’enquête 4167)

Explications sur les risques d’engorgements dans la machinerie et les interventions du minotier (extrait de l’enquête 4167)

Il n’y a pas de saison de fermeture pour la minoterie. Les souvenirs d’enfance et de vacances se déroulent dans le bâtiment ou sur les berges de l’Issole. Ils témoignent d’une existence intimement liée au moulin et à son fonctionnement toute l’année, quel que soit le débit de l’eau, quelles que soient les quantités de farine et la qualité de ses blés.

Souvenirs de la vie dans la minoterie (extrait de l’enquête 4161)

Mis à part quelques rares achats à l’extérieur, l’espace sauvage environnant le moulin et les terres cultivées, propriétés de la famille du meunier, suffisent à la vie en autarcie.

(Extrait de l’enquête 4167)

Tous les témoins interrogés situent un tournant crucial avec l’arrivée des grands moulins (Storione, Moulins de Paris) dans les rapports entre meuniers et boulangers. Changements dans les rapports humains et dans le contrat moral qui semblait lier les deux : d’un commerce de proximité et d’une sorte de fidélité au fournisseur à un rapport commercial plus distancié, plus systématique avec des représentants concurrents. Autrefois, le boulanger pouvait aller chercher à pied une petite quantité de farine, traverser le village avec son charreton à bras jusqu’au moulin où le temps se suspendait l’espace de la visite et de l’achat.

Souvenirs d’une femme de boulanger de l’achat de farine directement à la minoterie (extrait de l’enquête 4164)

Dans l’univers de la farine, comme dans toute branche professionnelle, la recherche des compétences fines existe à tous les niveaux. De même un bon professionnel capable de faire tourner une turbine hydroélectrique sera recherché à travers toute la vallée (ce fut le cas pour la turbine de Colmars), un bon boulanger, sachant « travailler » la farine, quelle que soit sa qualité et sa « force », sera identifié comme un expert. Ce qui semblerait être dû au talent et au hasard est en fait le produit d’une longue suite d’expérimentations, d’observations, d’éliminations et d’essais renouvelés. Tel boulanger est réputé plus « dégourdit » que les autres, il fait du « bon pain avec tout », il sent sa farine, en mesure la température, suit sa fermentation avec attention et curiosité. Son savoir s’avère être issu d’un processus rôdé, organisé et qui fait ses preuves. Son travail et ses connaissances seront utilisés au même titre que l’expertise d’un laboratoire par la filière commercialisant la farine.

Explications sur les savoir-faire du boulanger (extrait de l’enquête 4182)

Ces enquêtes autour de la culture du blé dans les environs de Saint-André-les-Alpes, la fabrication de la farine et du pain nous apportent des informations sur les évolutions des professions à travers les époques et à chaque génération…

Explications sur les apports de modernité dans la boulangerie familiale (extrait de l’enquête 4186)

…la vie quotidienne des enfants du meunier

(extrait de l’enquête 4161)

… et les différents usages de la farine

et de ce que l’on appelle les « issues »

Crédits photographiques

Elie et la veuve de Serepta, Bernardo Strozzi, huile sur toile, 1644-Kunsthistorisches Museum, Creative Commons Attribution-Share Alike. La veuve s’apprête a utiliser sa dernière huile et sa dernière farine pour nourrir le prophète Elie. Wikimedia Commons.

La mémoire de l’exploitation de la lavande dans le pays barrêmois (04) avant 1950

Plusieurs témoignages déclinent l’évolution de l’exploitation de la lavande autour de Barrême (04) avant les années 1950 dans la collection Mémoires orales des industries du bord de l’eau. Les témoins évoquent leurs propres expériences (coupes sur les terrains sauvages, embauches saisonnières, culture de la lavande, alambics de campagne) et celles de leurs parents à l’époque de l’installation de la distillerie de l’allemand Schimmel à Barrême. C’est la belle époque de l’exploitation de la lavande par les parfumeurs grassois qui viennent dynamiser le contexte économique et social des « paoutous », surnom peu flatteur donné aux barrêmois en raison des fréquents débordements des rivières voisines qui laissent de durables traces de boue dans les rues du village.

Explications sur le surnom des barrêmois (extrait de l’enquête 4175)

La lavande tient une place particulière dans les mémoires provençales et dans les récits déposés à la phonothèque. Dans le corpus des enquêtes diverses réalisées par, ou sur l’impulsion de, la famille Martel, dans le collectage de La tradition orale à Soleihas, comme dans les travaux de collectage à Courbons dans les années 1970 dans le cadre des campagnes du MNATP, jusqu’à celles plus récentes de la MSH de Nice sur les enquêtes d’histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera. Il faut aussi entendre les chants des coupeurs de lavande enregistrés en 1959 par Jean Mascaux qui reconstituent l’ambiance des repas collectifs des travailleurs saisonniers. Dans cette enquête, les ouvriers sans doute venus de la région de Valence interprètent plusieurs chants a capella rythmés en frappant des mains à la manière andalouse au milieu des rires et des interpellations des convives.

La plante concerne plusieurs territoires comme le Luberon, interrogé dans la collection Enquêtes ethnobotaniques en Luberon (1994-1995), ou encore le mont Ventoux en 1980-1981 Mémoire orale d’une commune du Ventoux.

Lavendula_Rillke-110627CreativeCommonsPartageal-identiqueSource importante de revenus, avant l’apparition des cultures immenses de lavandin, de l’exportation massive de fleurs des pays de l’Est ou de la substitution du parfum de synthèse, la lavande sauvage Lavandula Angustifolia, a laissé des traces profondes dans les mémoires paysannes de la première partie du 20ème siècle.

Explications sur les  revenus apportés par l’exploitation de la lavande

(extrait de l’enquête 4179)

(extrait de l’enquête 4185)

Les témoignages recueillis en 2012 sur l’exploitation de la lavande avant la seconde guerre mondiale présentent une série d’exemples de souvenirs transmis au sein des familles. Nous vous proposons d’en écouter ici quelques extraits. Souvenirs d’une ressource extraordinaire lorsque la vente des fleurs dépassait largement le salaire d’un instituteur, souvenirs des activités autour des nombreux alambics de campagne, ou encore de l’attente fébrile de la date autorisant la première coupe sur les terrains sauvages de montagne. Un entretien particulier entre deux générations de salariés de la distillerie Mane, compare les salaires des années 40 et des années 70, et permet de comprendre l’écart entre deux sociétés, entre ce que représentait le salaire à la distillerie avant la guerre et pour un étudiant en 1970.

Les entretiens nous font découvrir une multitude de détails. Par exemple, celui de ce lavandiculteur aujourd’hui, qui connait, par récit entendu au sein de sa famille, de son réseau relationnel ou par sa propre participation, les histoires d’utilisation des alambics de campagne jusqu’au années 60 et 70.

Discussion familiale autour du fonctionnement des alambics de campagne dans les années 50-60 (extrait de l’enquête 4179)

L’informateur peut situer ces utilisations dans leur contexte, les expériences et les erreurs du passé, et peut les comprendre, les expliquer :  le trop petit nombre d’alambics de campagne face à la multiplication des parcelles, l’impossibilité de stocker la fleur, la connaissance grossière de la combustion et de la fabrication chimique de l’essence. Dans son parcours il a cherché à savoir et à comprendre l’impact de la chauffe et de sa régularité dans la qualité de l’essence. Ce savoir lui a permis d’améliorer sa pratique en perfectionnant les acquis des générations précédentes.

Dans un environnement de procédés très artisanaux, la technologie de la distillerie Mane, avec ses 10 cuves installées en série et alimentées par une chaudière fait figure d’exception. Son produit est de grande qualité mais aussi très stable là où les autres production varient fortement.

Explications sur le fonctionnement technique de la distillerie Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4180)

Le travail au sein de la distillerie Mane a laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire de ses salariés. Malgré le temps ou le peu de temps passé dans l’entreprise, chacun a été marqué par les techniques inventives de la machinerie du début du 20ème siècle à la distillerie Mane de Barrême. Ce témoin, par sa curiosité, son observation attentive a appris un savoir-faire technique, des procédés chimiques et en témoigne encore avec passion.

Souvenir de la filtration de l’essence après distillation (extrait de l’enquête 4175)

Évocation du travail autour des alambics de la société Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4175)

L’or bleu, la lavande, dont tout un chacun essaye de vendre de la fleur ou de l’essence aux courtiers des parfumeries de Grasse, dépasse toutes les autres sources de revenus. Les témoins se souviennent des soins aux cultures, de la récupération des graines sous les tiges dressées en « andins » pour éviter quelles ne pourrissent dans la cours de la distillerie de Barrême.

Récupération des graines de lavande pour le repiquage de pieds (extrait de l’enquête 4175)

La vie reprend à la belle saison. De grands évènements rythment l’année : les foires, les fêtes votives, les saisons agricoles. Celle de la lavande ne déroge pas à la règle. Les courtiers visitent les villages, les coupeurs sont embauchés, les locaux comme ceux venus d’Italie ou d’Espagne, les distilleries et les alambics de campagne tournent à plein régime. Cette suractivité temporaire fait circuler les hommes, les bêtes, créé de l’activité et des odeurs. Le soir venu, on vient bader, flâner du côté des distilleries. C’est l’occasion de se retrouver et de profiter du parfum qui envahit tout.

Souvenirs de la saison de la lavande (extrait de l’enquête 4174)

Les savoir-faire autour de l’exploitation de la lavande sont multiples : de la coupe des fleurs au meilleur moment, de leur entreposage pour éviter le moisissement à ceux plus récents entourant la distillation. Ce jeune lavandiculteur explique la nécessaire « désinfection » des cuves entre les distillations de plantes différentes pour assurer une qualité optimale de l’essence AOC. Ce savoir-faire est issu de son héritage familial, de ses études comme de son expérimentation personnelle. Au cours de son entretien il décrit ses choix de pratiques professionnelles respectant une charte de qualité pour une valorisation d’un produit local et son plaisir de transmettre ses connaissances aux visiteurs de son entreprise.
Tous les savoirs semblent se croiser, des techniques modernes des jeunes professionnels, issus de leurs études spécialisées, aux savoirs plus anciens, empiriques comme cette description du voyage de l’essence dans la tige de la lavande, en fonction du froid, du soleil, de la pluie.

Explications sur le nettoyage des cuves entre différentes distillations (extrait de l’enquête 4180)

Explications sur l’influence de la météorologie sur l’essence végétale (extrait de l’enquête 4181)

Le travail de la main, la maîtrise du geste, le rythme des mouvements font la différence d’un terrain à l’autre, d’une plantation à l’autre et de sa configuration. Dans cette description des différentes formes de « coupe » de lavande, les savoir-faire et compétences techniques se présentent comme des spécialités de groupes de travailleurs. Dans les équipes de coupeurs venus d’Italie ou d’Espagne, la façon de couper se transmettait, d’une génération à l’autre, d’un coupeur à l’autre. Elle semblait devenir une carte de visite professionnelle, un savoir spécifique, observé, reconnu, discuté, en compétition dans le monde de la lavande. Il est aussi question de la pénibilité du travail sous la morsure du soleil.

Explications sur les différentes façons de couper des ouvriers français, italiens et espagnols et sur le chant au travail (extrait de l’enquête 4180)

Crédits photographiques
Lavandula Angustifolia, Rillke, 2011, Creative Commons, partage à l’identique

Cueillette de lavande sauvage sur le mont Ventoux, 1910, auteur inconnu, domaine public, wikicommons

Mémoires orales des industries du bord de l’eau des pays Asses, Verdon, Vaïre et Var

Dans le cadre de l’opération de mise en tourisme du patrimoine culturel du Pays A3V1 j’ai réalisé, en tant qu’ethnologue au sein de l’association Paroles Vives, plusieurs collectages de la mémoire orale des activités drapières, de la minoterie de la Mure-Argens et de la distillerie de Barrême.  La campagne de collecte s’est déroulée du 28 avril au 30 août 2012. Vous pouvez écouter de nombreux extraits de ces enquêtes contextualisés sur le blog du projet Museoa3v

Ce travail, limité dans le temps, n’avait pas la prétention de produire une analyse close de cette réalité industrielle mais d’ouvrir des fenêtres sur certains de ces aspects concrets : qu’avaient apporté ces entreprises pour la population, quel était le contexte social de leur implantation, de quoi héritaient-elles et qu’avaient-elles laissé ?

Les témoins sont les descendants des propriétaires, des contemporains, des professionnels partenaires de ces entreprises, ou de jeunes professionnels héritiers des savoir-faire. Chaque récit d’expériences personnelles et de souvenirs familiaux illustre l’un ou l’autre aspect de l’activité industrielle : la vie quotidienne dans la minoterie, la transmission du métier, l’appropriation et l’intégration des atouts du territoire dans une activité, la recherche de la nouveauté, des évolutions technologiques. Chacune de ces pièces de mémoire personnelle est légitime car elle compose, avec toutes les autres, le portrait vivant d’une aventure humaine, de son territoire, de son époque et de ses valeurs.

Trente deux heures d’entretiens ont été ainsi collectées et font partie aujourd’hui des archives du patrimoine commun. Elles sont déposées auprès de l’association Pays A3V, commanditaire du collectage, et auprès de plusieurs partenaires du projet pour sa conservation et sa mise à disposition : les archives départementales 04, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, le Musée de Salagon, le Service de l’Inventaire général du Patrimoine Culturel, les Communautés de Communes du Moyen et du Haut Verdon Val d’Allos.

Les témoins participant aux entretiens ont donné par contrat leur autorisation pour l’utilisation de leur parole dans le cadre de restitutions muséographiques, culturelles et touristiques. Trente trois personnes sur seize villes et villages, de Barrême à la Foux-d’Allos, ont légué leurs souvenirs sur les entreprises de la région, l’utilisation de l’eau, les évolutions techniques, la vie quotidienne des campagnes des années 1930 aux années 1980.

La grille d’enquête utilisée couvrait les trois domaines majeurs et leurs liens professionnels : distillerie et culture de lavande, minoterie, production de céréales et activité de boulangerie, draperie et élevage ovin. Très vite les commentaires des personnes ont révélé une imbrication étroite entre les espaces professionnels. Chacun, chacune avait une expérience plus ou moins lointaine de ces professions, les familles allant souvent de l’une à l’autre pour trouver les revenus nécessaires au foyer. Dans l’ensemble des récits les thèmes de l’évolution des techniques, de l’ingéniosité et de la créativité dominent largement.

Ces souvenirs d’activité sont, pour les témoins, l’occasion d’exposer une réalité rurale difficile pour leurs parents au début du 20ème siècle jusque dans les années 1960 même si leurs souvenirs d’enfance sont colorés d’une sensation plus sereine que la vie aujourd’hui. Ils se situent néanmoins dans un contexte social de travail incessant, sans congé, pour un résultat toujours précaire, permettant tout juste de subvenir aux besoins élémentaires. Les plus modestes louaient leur force de travail dans les travaux agricoles, ceux de la terre, des bêtes et du bois et, lorsqu’ils le pouvaient, entretenaient leurs maigres hectares. Ainsi, l’apparition d’entreprises, même de petite taille, représentait une embauche plus pérenne et un salariat régulier pour des dizaines de personnes et la sécurité de leur famille. Les héritiers de ces entrepreneurs nous ont raconté l’investissement financier et l’intérêt de leurs aïeux pour les avancées technologiques, leur formation, leurs relations avec la population.

Cette première campagne de collectage révèle une disposition certaine des témoins à penser leur région sur une longue période de développement et de transitions. Entre l’élevage et la culture comme uniques moyens de subsistance, les villages ont connu les bouleversements des deux guerres, des expériences industrielles, de leur fermeture, des métamorphoses du tourisme (de luxe puis de masse), du chômage des femmes et du départ des jeunes.

Si les difficultés quotidiennes ne sont pas éludées, ce sont les savoir-faire, les compétences et la créativité de ces hommes et de ces femmes qui prennent une place centrale dans tous les entretiens. Les activités professionnelles interrogées rendent compte des liens entre les villages mais aussi vers les régions voisines, Marseille, Nice, Gap, pour vendre, acheter, travailler et se former

Enfin, un éclairage très actuel des professions, éleveurs ou encore lavandiculteurs, expose l’intégration des connaissances fines des expériences du passé dans une exploitation en 2012, avec ses parti pris, la précision de ses savoir-faire, ses choix économiques.

Une série de trois espaces est réservée sur ces carnets à l’écoute d’extraits d’entretiens  sélectionnés :

– l’exploitation de la lavande, la distillerie de Barrême

– la minoterie de la Mure-Argens, la vie au moulin, les liens avec le monde de la boulangerie

– la vie quotidienne et le travail dans les campagnes à la Foux-d’Allos, Barrême, Saint-André-les-Alpes

La thématique des savoir-faire, leur apparition et leur transmission, est transversale à tous les sujets. Cette sélection d’extraits n’est pas exhaustive, elle ne rendra compte que d’une partie de la mémoire collectée, de quelques fenêtres ouvertes sur un ensemble plus vaste que vous pourrez découvrir en écoutant l’intégralité de la collection.

L’intégralité des notices descriptives de la collection est disponible sur le site de la phonothèque de la MMSH. L’association Paroles Vives a été chargée du traitement documentaire de ces enquêtes suivant la méthodologie prescrite par la phonothèque de la MMSH.

La restitution sur les carnets est une façon de remercier l’ensemble des personnes rencontrées  d’avoir accepté de nous  rencontrer. Celles qui nous ont aidé dans la construction du terrain et les témoins et leur famille, pour leur accueil et leur participation, pour la qualité de leur témoignage et leur volonté de transmettre ces savoir-faire et ces savoir-être comme un héritage commun. Cette écoute leur permettra aussi de s’entendre et d’écouter la voix de tous les autres.

Chacun et chacune est dépositaire d’éléments uniques de cet héritage et, de fait, un témoin légitime. Dans un contexte idéal, cette mémoire devrait avoir un espace où être déposée, entendue et conservée pour être transmise.

Le projet de mise en tourisme du patrimoine culturel du pays A3V réalise en partie cette mission. La société toute ensemble des vallées peut elle aussi prendre soin de cette mémoire en légitimant cette prise de parole, en la stimulant et en aménageant des espaces de recueil, inspirée d’un dicton auquel on prête plusieurs origines, dont une sénégalaise : Si tu ne sais pas où tu vas, au moins sache d’où tu viens.

Crédits photographiques

Colmars-les-Alpes vue générale, Mossot, Wikipedia, Creative Commons Attribution-Share Alike.

  1. Le A et les trois V du pays A3V correspondent aux pays d’Asses, Verdon, Vaïre, Var est une association qui regroupe 40 communes des cantons de Castellane, Saint- André-les-Alpes, Barrême, Colmars, Annot et Entrevaux. []