Archives par mot-clé : PCI

Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France, 6 & 7 juillet 2016, MMSH

Sur proposition du Département du pilotage de recherche et de la politique scientifique – DPRPS du Ministère de la Culture et de la Communication, l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC UMR 7307, CNRS et Aix-Marseille-Université) accueillera les journées 2016 « Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France » à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Les deux journées se dérouleront autour d’ateliers de présentation des travaux en cours, d’une réflexion sur les formes d’inventaires interactifs et collaboratifs, d’une présentation de l’outil « semanticpedia » et de questionnements à propos de l’attractivité des inventaires.

PROGRAMME

Mercredi 6 juillet

10h30-11h Accueil, introduction des journées par Sylvie Grenet et Pascal Liévaux (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication) Continuer la lecture de Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France, 6 & 7 juillet 2016, MMSH

1er anniversaire de l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du PCI : enjeux et perspectives

Dans le cadre du 1er anniversaire de l’inscription du Gwoka sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, Rèpriz, CMDTP – centre de musique et de danse traditionnelle et populaire de la Guadeloupe, organise une série de séminaires et d’événements culturels du 13 au 28 novembre 2015 sur les enjeux et les perspectives de cette inscription.Capture d’écran 2015-11-13 à 21.22.06

PROGRAMME

Vendredi 13 novembre, 18h30 à la Bibliothèque Multimédia Place Schœlcher à Sainte-Anne, Projection du film documentaire Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa. Ce film retrace les grandes étapes de la préparation du dossier de candidature et la journée du 26 novembre 2014 à l’UNESCO – Réalisateur : Philippe Mugerin – Production : Centre Rèpriz

Samedi 21 novembre 2015 – 9h00-12h30 / 14h30-17h30 au Centre Rèpriz, 2 rue Dubouchage à Pointe-à-Pitre, Séminaire sur la collecte, l’archivage et la valorisation du patrimoine culturel immatériel, ejneux et problématiques du terrain. Interventions de Dominique Cyrille1, Gustav Michaux-Vignes2 et Véronique Ginouvès3.

Atelier : Réaliser une collecte sur le terrain
– Préciser le cadre méthodologie de la collecte
– Créer une carte heuristique pour sa grille d’enquête
– Appréhender les modalités de cession de droits patrimoniaux des archives à collecter
– Savoir utiliser son magnétophone pour enregistrer un entretien
– Lister les informations signalétiques à archiver avec l’enregistrement
– Enregistrement d’un bref entretien sur une thématique préalablement définie ;
– Restitution et discussions de l’expérience pratique.
Sur inscription : nombre de places limité

Jeudi 26 novembre 2015 – 9h00-11h00 à l’Ecole primaire Florent Donnat de Saint-Protais à Sainte-Anne :  Patrimoine culturel immatériel et éducation : Découverte des instruments de musiques traditionnlles de la Guadeloupe » en partenariat avec l’Ecole primaire Florent Donnat de Saint-Protais et Latilyé Savan’n : Intervenant : Patrick Solvet

Jeudi 26 novembre 2015 à 19h00 au Mémorial ACTe, projection du film documentaire « Gwoka-la Linèsko, jou mèkrédi-lasa ».

Vendredi 27 novembre 2015 à partir de 20h00 – Cité Bologne à Basse-Terre, Gran Léwoz « Hommage à Gérard Pomer » en partenariat avec l’association Cité Bologne Fleurie

Samedi 28 novembre – 9h00/17h30 Séminaire à l’Université des Antilles (salle 7 de la Faculté de droit et d’économie) en partenariat avec le CAGI. La conférence de Christian Hottin4, sur le thème  « La Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel : Ses origines, ses enjeux et son fonctionnement« , sera suivie d’une présentation sur le PCI en Bretagne, par Charles Quimbert5 et en Guadeloupe, par Félix COTELLON6.

 

Crédits de l’image à la une : photographie de Stephanie Jubely, juin 2014 (CC BY-NC-ND 2.0).

  1. Docteur ès Musicologie de l’Université Paris-IV Sorbonne, Maître de Conférence Department of African and African-American Studies, Lehman College – City University of New York (CUNY), Responsable de la mission Patrimoine au Centre des Musiques et Danses Traditionnelles de la Guadeloupe. []
  2. Responsable de l’Espace Musique et Cinéma à la Médiathèque Caraïbe, LAMECA []
  3. Responsable des archives sonores de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) USR 3125 AMU – Aix-en-Provence, Ingénieure de recherche CNRS []
  4. A la direction  des patrimoines, il est responsable du patrimoine culturel immatériel et de la politique en ethnologie de la France. Depuis 2006, il coordonne les activités de mise en œuvre de la convention de l’UNESCO pour la sauvegarde du PCI : inventaires, candidatures à l’UNESCO, recherches pluridisciplinaires []
  5. Directeur de l’association Bretagne culture et diversité, Docteur en linguistique, chanteur, collecteur, pédagogue, ex-directeur de Dastum. Il est un des artisans de la demande d’inscription du Fest-Noz sur la liste du PCI. []
  6. Président de Rèpriz, centre régional des musiques et danses traditionnelles et populaires de la Guadeloupe []

Les tweets de deux journées autour du patrimoine culturel immatériel dans le Morvan

Pour vous donner une idée des échanges et des expériences présentées lors des journées qui ont lieu à la Maison du Patrimoine oral de Bourgogne dans le Morvan à Anost autour des projets participatifs en Europe (Italie, Flandre, France, Pays-Basque) et en Guyane en lien avec lePCI,  voilà le fil des tweets #rencontresPCIanost.

 

Le programme des ces deux journées est accessible ici. Elles ont été organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel et avec le soutien de la Région Bourgogne.

Patrimoines, participation, citoyenneté – 4 & 5 septembre 2015, Anost

Les 4 et 5 septembre 2015 auront lieu dans le Morvan deux journées de rencontre et d’échanges pour que se croisent les expériences et les réflexions autours de projets participatifs  en France et en Europe (Italie, Belgique, Espagne). Le patrimoine culturel immatériel (PCI) sera au centre des débats, posant ainsi la question des rapports entre patrimoines et citoyenneté. Ces journées-rencontres se tiendront à la Maison du patrimoine oral de Bourgogne (Anost). Elles sont organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel et avec le soutien de la Région Bourgogne.

arton1016-8632b

Programme

Vendredi 4 septembre 2015

9 h 15 – 9 h 45 : Ouverture par Séverine Cachat, anthropologue, directrice du CFPCI , Caroline Darroux, anthropologue, Centre Georges Chevrier et Jean-Louis Tornatore, anthropologue, Centre Georges Chevrier

9 h 45 – 12 h 30 : Modération : Pascal Ribaud, président de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne
Caroline Darroux et Pierre Léger, président de l’Association des « Langues de Bourgogne » à Anost :
Émergence citoyenne et institutionnalisation : la place de la participation dans le projet Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne
Benjamin Assié, directeur du CIRDOC (Béziers) : Le CIRDOC, de la bibliothèque occitane d’initiative populaire à la bibliothèque-forum des acteurs du PCI

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-Marseille Université et Mikaël O’Sullivan, directeur de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne : Le patrimoine oral à l’heure des humanités numériques : le portail du patrimoine oral, outil de recherche et de valorisation du patrimoine culturel immatériel

14 h – 15 h 30 : Modération : Séverine Cachat
Emmie Segers, LECA, Expertise centrum alledaags erfgoed (Gand, Belgique) : Autour des jupes des géants. Expériences participatives de sauvegarde et réseaux d’acteurs du patrimoine culturel immatériel en Flandre
Flavie Ailhaud, ethnologue, Ville d’Arbois, et Noël Barbe, anthropologue, LAHIC – IIAC et DRAC Franche-Comté : À propos d’une candidature Unesco et de l’organisation des publics. Retours critiques sur les réglages du dossier du Biou d’Arbois

15 h 30 – 16 h : Pause

16 h – 17 h : Marion Trannoy, responsable du Musée de Corse : Patrimonialisation et interculturalité, ce que participer veut dire entre centre et ultra-périphérie. Communication précédée du film réalisé par la communauté wayana dans le cadre de la candidature du rituel du maraké pour la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

21 h – 22 h 30 : Spectacle « Tourne les histoires et rêve la musique », Jean Dollet et Simon Guillaumeau.

Samedi 5 septembre 2015

9 h 15 – 12 h 15 : Modération : Caroline Darroux
Valentina Zingari, anthropologue, université de Sienne et réseau Simbdea (Italie) : Patrimoines : approches intégrées, PCI et participation en Italie.Le terrain de Cocullo, pays de la montagne méditerranéenne
Gaizka Aranguren, directeur de Labrit multimedia (Pampelune, Espagne) : Identité et développement local : méthodologie, modèles et exemples de gestion participative du PCI

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine, Centre Georges Chevrier, président du Conseil scientifique du Parc du Morvan : Enjeux d’un partenariat de recherche scientifique en lien avec les habitants pour questionner la patrimonialisation en milieu rural

12 h 15 – 12 h 30 : Mots de fin par Jean-Louis Tornatore

Crédits photographiques : Le Jour ni l’Heure 8455 : Gislebert (?), chapiteau des Vieillards de l’Apocalypse, musiciens, joueurs de luth, c. 1170, cathédrale Saint-Lazare d’Autun, Saône-&-Loire, Bourgogne, photographie de Renaud Camus, lundi 3 mars 2014, 12:32:08 http://www.renaud-camus.net/librairie

Patrimoine Culturel et numérique : transmission, participation, enjeux (Vitré, 8 & 9 septembre 2015)

Les mardi 8 et mercredi 9 septembre 2015 se tiendra le quatrième séminaire international du CFPCI1 où le PCI sera étudié sous toutes les coutures du numérique avec un focus sur les enjeux de la transmission et de la participation à l’inventaire. Trois axes vont aider le public à approfondir ces questions :

– Numérique et participation : les nouveaux outils numériques semblent offrir des solutions innovantes pour faciliter l’engagement des communautés dans la définition de leur PCI. Si des expérimentations sont en cours dans cette direction, elles rencontrent plusieurs obstacles techniques, sociaux et éthiques. Comment convaincre les communautés d’utiliser ces nouvelles plateformes ? Quelles sont les solutions techniques les plus adéquates ? Est-il possible de s’appuyer sur des médias sociaux déjà populaires comme Facebook et YouTube dans une démarche institutionnelle de protection du patrimoine ?

– Transmission, valorisation, médiation : les nouvelles technologies se sont imposées comme le meilleur et le plus fiable support de documentation et d’archivage du patrimoine. L’avantage de ces outils ne consiste pas seulement dans la facilité de conservation et de sauvegarde des informations concernant les éléments patrimoniaux mais aussi dans les opportunités qu’ils offrent pour accéder à ces informations et les valoriser. Quel est l’impact réel du numérique pour la valorisation du PCI ? Quels sont les défis auxquels les projets de valorisation numérique du PCI sont confrontés ?

– Enjeux juridiques et éthiques : ces dernières années, la sauvegarde et la valorisation du PCI ont soulevé plusieurs questions liées aux droits des communautés de pratique. La protection de ces droits devient encore plus complexe avec l’entrée en scène du numérique, qui alimente lui-même de nombreux débats éthiques et juridiques. Comment trouver une médiation entre d’une part le droit d’auteur des communautés et auteurs de documents numériques, et d’autre part le droit d’accès et le besoin de valorisation du PCI ? Quelles solutions adopter pour protéger le droit à la vie privée des membres des communautés sans limiter les possibilités de diffusion de leurs pratiques ?

Programme (en cours)

Mardi 8 septembre 2015 10h45

Accueil 11h Ouverture, Séverine Cachat, directrice du CFPCI (Maison des Cultures du Monde), et Christian Hottin, conservateur du patrimoine, adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication)

11h15 PCI et numérique : observatoire des acteurs et des usages, Marta Severo, maîtresse de conférences, université de Lille III (laboratoire GERiiCO), et Francesca Cominelli, maîtresse de conférences, université de Paris I (IREST)

11h45 Wikipédia et patrimoine : une définition participative, Rémi Mathis, conservateur du patrimoine, Bibliothèque nationale de France, président de Wikimédia France de 2011 à 2014 12h45 Déjeuner (buffet)

13h45 Session 1 – Participation, transmission, valorisation Présidente de séance : Marta Severo 13h45 Hugues Sicard, spécialiste de gestion de l’information, section du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco

14h25 Le cas de la République de Corée et l’exemple du projet ichpedia.org, Hwarim Cho et In-Sook Ma, professeures, université nationale de Chonbuk (République de Corée)

15h05 Le projet « PCI Lab pour la valorisation numérique de l’Inventaire français du PCI », Jean-Jacques Casteret, directeur de l’Ethnopôle InOc (Institut occitan d’Aquitaine), Mélanie Larché, chargée de la médiation scientifique (InOc)

15h45 Pause

16h15 Le projet écossais ichscotlandwiki.org, Alison et Alistair McCleery, professeurs, Edinburgh Napier University (Écosse)

16h55 Le projet i-Treasures, Francesca Dagnino, Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), Italie

17h35 The global archiving of intangible heritage, Sheenagh Pietrobruno, Assistant Professor, School of Social Communication, Faculty of Human Sciences, Saint Paul University (Canada) (à confirmer)

18h15 – Visite du CFPCI et des expositions

Mercredi 9 septembre 2015

8h45 Accueil 9h00 Ouverture de la journée

9h15 Session 2 –  Le PCI face au numérique : enjeux juridiques et éthiques Président de séance : Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique, université d’Angers

9h15 Pour un humanisme numérique, Milad Doueihi, titulaire de la chaire d’humanisme numérique (Labex OBVIL), université de Paris IV-Sorbonne/chaire sur les cultures numériques, université Laval (Canada)

10h15 Le patrimoine nativement numérique : enjeux de gouvernance, de recherche et de valorisation, Valérie Schafer, chargée de recherche CNRS (Institut des sciences de la communication), responsable du pôle Trajectoires du numérique

11h A-t-on le droit de réutiliser les données culturelles publiques ?, Anne-Laure Stérin, juriste, chargée de cours à l’université Paris 1 -Panthéon Sorbonne.

11h45 Enjeux et pratiques éthiques pour la diffusion des archives orales dans une phonothèque de recherche, Véronique Ginouvès (visioconférence), responsable de la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (CNRS/Aix-Marseille université)

12h30 Déjeuner

14h Session 3 – Projets et retours d’expériences (table-ronde) Présidente de séance : Florence Pizzorni, conservateur en chef, inspection générale des Musées de France, direction générale des patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication) – Jean-Pierre Dalbera, chef de la mission recherche et technologie du ministère de la Culture et de la Communication de 1989 à 2004, expert, Sylvaine Leblond-Martin, musicologue, docteure en sciences de l’information et de la communication, Renan Mouren, chercheur en sciences de l’information et de la communication, chaire Unesco ITEN (Information, Transmission, Édition Numériques), université de Paris VIII/Fondation Maison des sciences de l’Homme : Enjeux et spécificités de la médiation numérique – Elisabeth de Pablo, ingénieure d’études, Fondation Maison des sciences de l’Homme, responsable éditoriale du programme Archives audiovisuelles de la recherche : « Patrimoine culturel immatériel andin », un exemple de portail audiovisuel consacré au patrimoine vivant (à confirmer) – Charles Quimbert, directeur, Bretagne Culture Diversité : Création d’un web documentaire participatif sur le fest-noz – Nolwenn Blanchard, chargée de l’audiovisuel et des ressources, CFPCI, et Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI : Valoriser les archives de la Maison des Cultures du Monde : expositions virtuelles du projet « performing arts » (Institut culturel de Google)

16h15 Conclusions, Marta Severo

Ouvert au public sur inscription (indispensable) : info@cfpci.fr

Comité d’organisation Séverine Cachat, CFPCI Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI Marta Severo, laboratoire Geriico, université de Lille III Christian Hottin, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture

Contacts severine.cachat-at-cfpci.fr ; marta.severo-at-univ-lille3.fr

Lieu Centre français du patrimoine culturel immatériel Maison des Cultures du Monde Prieuré des Bénédictins 2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré Tél. : +33 (0)2 99 75 48 92 info@cfpci.fr

 

Crédits photographiques de l’image à la une : 2007 Powwow, photographie de Walter Larrimore, archives du Smithsonian Institution, pas de restriction de droits connues.

  1. Le centre français du patrimoine culturel immatériel (PCI) – Maison des Cultures du Monde – Vitré (35)  organise ce séminaire en collaboration avec le laboratoire Geriico (université de Lille III) avec le soutien de la direction générale des Patrimoines, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (ministère de la Culture et de la Communication) ; l’université nationale de Chonbuk (république de Corée) et la chaire Unesco ITEN (université de Paris VIII) sont également partenaires []

Patrimoine culturel immatériel : jeux d’acteurs et questions de méthode

Les 16 et 17 avril 2015 se tiendront à la MMSH d’Aix-en-Provence deux journées sur les inventaires du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI). Ces rencontres, à la fois journées de réflexion et de formation, réuniront divers acteurs qui agissent autour de la valorisation du PCI. Ces journées sont les troisièmes organisée à la MMSH1 bâties sur ce modèle et concernant cette thématique.

Dans la continuité des travaux menés depuis 2008 sur les inventaires du patrimoine culturel immatériel, ces journées entendent mener une réflexion sur les jeux d’acteurs à l’œuvre et sur les questions de méthode posées par la réalisation de ces inventaires d’un type nouveau. Comment articuler les méthodes des inventaires traditionnels et les méthodes spécifiques de l’inventaire du PCI ? La spécificité du PCI rend-elle nécessaire l’élaboration de méthodes d’inventaires nouvelles ? Comment s’assurer de la participation des communautés et intéresser ces dernières à la médiation et à la valorisation du PCI ? Pour répondre à ces questions, ces journées d’étude et de formation souhaitent confronter des expériences d’acteurs qui participent à des démarches d’inventaire, et des interventions d’experts sur les méthodes de collecte et la construction des projets de patrimonialisation.

Jeudi 16 avril 2015 – Salle 10

Après-midi – Président de séance – discutant : Cyril Isnart (IDEMEC UMR 7307, CNRS-AMU)

14h00 : Ouverture des travaux par Dionigi Albera (directeur de l’IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU) et Introduction par Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU)

14h30 : Médiations du patrimoine et élaboration d’une fiche d’inventaire. Le cas des fêtes de l’ours dans les Pyrénées par Claudie Voisenat (CNRS, IIAC-Lahic, Paris) et Christelle Nau (médiatrice du patrimoine à l’Office de tourisme de Prats-de-Mollo) – Présentation des méthodes de travail collaboratif mises en place avec les professionnels locaux de la médiation du patrimoine, pour l’élaboration de la fiche d’inventaire sur les fêtes de l’ours.

16h00 : Projets de patrimonialisation et méthodes participatives en Catalogne par Joan Reguant (coordinateur des projets culturels de la Fondation pour la Diète Méditerranéenne, Barcelone) – Pistes et propositions pour augmenter la participation des communautés aux démarches de patrimonialisation. Exemple d’un projet transfrontalier Espagne-Andorre-France (Brandons).

17h00 – 17h30 : Conclusions de la première journée par Christian Hottin (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Vendredi 17 avril 2015 – Salle 3

Matin :  Président de séance – discutant : L. S. Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307, CNRS-AMU) – 9h30, Introduction de la deuxième journée

10h00 – 12h00 : Table-ronde – Forum des inventaires (1e partie) : avec la participation des représentants d’équipes impliquées dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI avec Sylvie Grenet-Coye (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication), Jean-Jacques Casteret (INOC-Aquitaine, Pau), Patricia Heiniger-Casteret et Mélanie Larché (ITEM, Université de Pau), Séverine Cachat (CFPCI Vitré), Yann Leborgne, Chloé Bour et Séverine Le Guel (CRECET Normandie), Morgane Dallic (PNR Morbihan), Simone Tortoriello et Daniel Ortiz (association Ile du Monde), Luc Avot (Fédération Internationale des Trompes de France), Francesca Cominelli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Lucie Saban (association Mémoire Vivante, Marie-Galante), Julie Léonard (Bretagne Culture et Diversité) –  Le forum s’inscrit dans la continuité des séminaires tenus depuis deux ans au MCC. Il réunit les équipes actuellement engagées en France dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI et permet de discuter régulièrement de l’avancée de l’inventaire en France et de poser un ensemble de questions méthodologiques.

Après-midi : Présidente de séance – discutante : V. Ginouvès (USR 3525 CNRS-MMSH)

14h00 – 16h00 : Table-ronde – Forum des inventaires (2e partie) : avec la participation des représentants d’équipes impliquées dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI – Reprise des débats et projet d’élaboration en commun d’un vademecum concernant les méthodologies des inventaires du PCI en France.

16h00 – 16h30 : Conclusions et perspective par L.S. Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU) et S. Grenet-Coye (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Ces journées sont organisées avec le soutien de l’IDEMEC (UMR 7307 – AMU/CNRS), de l’USR 3525, et du Ministère de la Culture et de la Communication.

Entrée libre, sur inscription auprès de Chloé Rosati-Marzetti : fiches.pci<at>gmail.com

 

Crédits photographiques : Image from page 278 of « Chess and playing cards » (1898), Culin, Stewart, 1858-1929 United States National Museum University of Pennsylvania. University Museum. Domaine public.

  1. Rappelons qu’à Aix-en-Provence deux journées se sont tenues en 2013 sur le thème Restituer les inventaires du PCI : expériences participatives et comparaisons internationales et en 2012 sur le thème Collecter le patrimoine immatériel : pratiques, usages, bricolage de l’inventaire. []

Vous jouez ? Participez à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel !

Cubains aux dominos

Depuis 2011 est engagé un  inventaire national du patrimoine culturel immatériel (PCI) sur la thématique du jeu en France réalisé par les différentes communautés1 qui pratiquent les jeux traditionnels en partenariat avec des organismes de recherches et des associations culturelles. Les jeux repérés sont ceux de type sportif, joués par des adultes, transmis de génération en génération et spécifiques à un territoire donné. Les fiches rédigées sont ensuite publiées sur le site du Ministère de la culture au format PDF. Pour engager un dialogue avec les joueurs – qu’ils soient rédacteur des fiches ou qu’ils souhaitent les commenter, les enrichir ou en créer de nouvelles -, une partie de l’inventaire réalisé sous la direction de Laurent-Sébastien Fournier a été repris dans un carnet de recherche, sous le titre Restituer l’inventaire du PCI.

Si vous pratiquez un jeu traditionnel ou si vous êtes tout simplement intéressé par cet inventaire,  je vous invite à aller consulter ce carnet qui vient de lancer un appel à participation sur ce projet.

Crédits photographiques :  « Cuban American men playing dominoes in Little Havana: Miami, Florida », vers 1975, pas d’indication de photographe, collection de la State Library and Archives of Florida, pas de restrictions de droits connues.

  1. Le terme est ici celui qu’emploie l’UNESCO dans ses textes et qui est repris par le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication, en charge de l’inventaire national. Pour être au clair sur les différents inventaires du PCI et leurs enjeux, vous pouvez consulter un précédent billet des Carnets de la phonothèque. []

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l’exemple du « caveau à légumes » (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l’intérêt de l’archivage numérique du PCI :

Qu’est-ce qu’une entrevue enregistrée au sujet d’un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l’époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d’y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d’apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu’en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d’une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d’une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l’avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d’archives de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d’Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s’intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d’informations sur les métadonnées et l’indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l’associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l’audiovisuel :

– Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

– La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

– Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l’indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []

Prolongation de l’exposition « Hors champs » jusqu’au 15 décembre 2013

5243245155_7b60b4abf1_z
Il commence à faire vraiment froid… c’est l’occasion de profiter de l’ambiance polaire du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui explore le thème de la construction et de l’usage des images en anthropologie en s’inspirant du monde des inuits et de l’exploration des pôles. De l’approche muséale à une vision poétique associant l’art et l’ethnographie, en passant par la navigation virtuelle (et des réseaux sociaux), l’exposition s’intéresse au choix du point de vue : ce qui est révélé par l’image et ce qui reste hors du cadre. N’hésitez pas à aller ouvrir les frigos du Musée de Neauchâtel, la réflexion proposée sur le patrimoine culturel immatériel dégèle tous les esprits…

Si vous avez la chance d’être à Neuchâtel le 12 décembre pour la clôture, vous pourrez vivre d’étonnantes aventures culturelles immatérielles : le MEN propose un repas (19h) et un concert original (20h15) du duo Bristophe (Brice Catherin et Christophe Schweizer) : du hors-champs à l’hors-chant les musiciens vont proposer de libérer les auditeurs d’une écoute passive en les lâchant dans un monde sonore inconnu…

Depuis le 7 mars et jusqu’au 15 décembre 2013, informations pratiques sur le site web : http://www.men.ch

Catalogue en vente sur le site du Musée.

 

Revue de presse : 

Chardon, Elisabeth. « A Neuchâtel, plongée dans les frigos de l’ethno », Le Temps, 10 novembre 2012, http://www.letemps.ch/Page/Uuid/657d2f70-2ab0-11e2-a2c0-14d6685ecc15%7C0

Gonseth, Marc-Olivier « Politics and poetics of displaying Promenade dans un bac à glaçons », Roots & Routes : research on visual culture, Anno III, n°10, aprile-giugno 2013 http://www.roots-routes.org/2012/11/12/politics-and-poetics-of-displayingprovvisoriodi-marc-olivier-gonseth

Thomas-Bourgnieuf, Martine. « Chez les visages pôles », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/chez-les-visages-poles_871728

« Interview par Martine Thomas-Bourgnieuf, : Marc-Olivier Gonseth, directeur du MEN, explique la singularité de son musée », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/regarder-le-patrimoine-culturel-immateriel-avec-de-nouvelles-lunettes_871744

 

Crédits photographiques : 

A man from the Umingmaktormiut, an Eskimo tribe that before Rasmussen’s visit had never been described or photgraphed, 1924, Leo Hansen photographer, Smithsonian Archives, no known copyright restrictions.

– Affiche de l’exposition « Hors champs » (MEN).

Restituer les inventaires du patrimoine culturel immatériel : Expériences participatives et comparaisons internationales

L’inventaire du patrimoine culturel immatériel se poursuit en France depuis 2008 sous la responsabilité du Ministère de la Culture. Mais comment se saisir efficacement des données collectées ? Comment diffuser ces données et favoriser une démarche participative dans les inventaires à venir ? Pour répondre à ces questions, ces journées d’étude et de formation souhaitent confronter des expériences d’acteurs ayant déjà participé à des démarches d’inventaire, des interventions d’experts sur les méthodes de collecte et les techniques de diffusion des résultats, et des analyses de chercheurs spécialistes des domaines concernés par le patrimoine culturel immatériel. La première journée sera plus axée sur le cas de la patrimonialisation des jeux traditionnels ; la deuxième journée envisagera les méthodologies permettant la mise en œuvre d’inventaires participatifs.

La journée d’étude a lieu les 17 et 18 juin 2013 à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), à Aix-en-Provence. Elle est ouverte à tous sur inscription (contactez ginouves(@)mmsh.univ-aix.fr si vous rencontrez un problème).

Lundi 17 juin 2013

14h : Introduction

Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence)

14h15 : Claude Lévi-Strauss et l’anthropologie des jeux au XXe siècle

Thierry Wendling (CNRS, iiAC-Lahic, Paris)

L’œuvre de Claude Lévi-Strauss présente un contraste surprenant : d’un côté, elle abonde en métaphores ludiques (le jeu sert de modèle pour comprendre la parenté, les mythes, le progrès des civilisations) ; de l’autre, elle se révèle faible pour tout ce qui concerne la description et l’analyse des pratiques ludiques. Lévi-Strauss ayant exercé un ascendant déterminant sur l’anthropologie du XXe s, l’évaluation critique de ce regard sur les jeux est nécessaire.

15h00 : Table-ronde n°1 « Expériences et témoignages : le cas des jeux traditionnels »

Peggy Liaigre (Confédération FALSAB des jeux traditionnels de Bretagne)

Jean-Philippe Joly (Association JeuxTradiNormandie)

Karine Michel (Ingénieure de recherche contractuelle CNRS, IDEMEC)

Ronald Renson (Université de Louvain, Sportimonium)

Animation de la table-ronde : Patricia Heiniger-Casteret (Université de Pau).

17h – Pause

17h30 : Quelle(s) géographie(s) des jeux ? Tentatives de reconnexions disciplinaires et conceptuelles

Manoug Borzakian (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse)

Cette intervention s’appuiera sur les résultats d’une enquête menée sur la distribution spatiale des pratiquants français de six jeux institutionnels ; elle propose d’explorer deux pistes ouvertes par cette approche cartographique. La première (re)place l’espace géographique au cœur de la compréhension du social, en évaluant son importance comme déterminant des pratiques ludiques – donc plus largement des pratiques culturelles. La seconde interroge la pertinence des distinctions entre différentes définitions de la culture et différentes approches disciplinaires qui leur sont liées.

18h15

Conclusion de la première journée.

 

Mardi 18 juin 2013

9h30 Introduction de la deuxième journée

10h

Table-ronde n°2 « Méthodes participatives et diffusion des inventaires »

Sylvie Grenet (Ministère français de la Culture)

Jean-Jacques Casteret (INOC-Aquitaine, Pau)

Pierre Bonnet (Chargé de mission à la culture régionale, Région PACA)

Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH, USR 3125 CNRS – AMU)

Maya Saidani (Centre national de recherche préhistorique, historique et anthropologique, Alger)

Animation de la table-ronde : L. S. Fournier (Université de Nantes et CNRS)

L’objectif de cette table-ronde est de comparer les méthodologies et les actions liées aux inventaires du PCI dans différents types d’institutions, afin d’ouvrir une réflexion sur les possibilités de diffuser et de restituer les inventaires réalisés. La démarche nationale d’inventaire mise en place à l’échelle nationale en France par le Ministère de la Culture sera présentée en premier lieu par S. Grenet. A l’échelle régionale, seront ensuite comparés les cas de l’Aquitaine et la Région Provence Alpes Côte d’Azur. En Aquitaine, J.-J. Casteret présentera l’Institut Occitan d’Aquitaine (InOc–Aquitaine), opérateur régional pour l’occitan en convention avec la Région, l’Etat et les cinq Départements aquitains. Après avoir mis en place un dispositif numérique de valorisation des archives sonores (2005-2011), puis expérimenté sous maîtrise d’ouvrage du Ministère de la Culture un protocole d’inventaire régional du PCI (2008-2010), l’InOc œuvre aujourd’hui à la mise en place d’un dispositif public de sauvegarde du PCI du domaine occitan en Aquitaine. Au centre de ce dispositif naissant, le site internet sondaqui.com, deviendra au 1e juin 2013 le site régional du PCI occitan. En Provence, P. Bonnet présentera les actions culturelles menées par la Région Provence Alpes Côte d’Azur. Il insistera en particulier sur le cas de l’opération « Le monde est chez nous », une rencontre de musique et de danses du monde organisée à Aubagne (Bouches du Rhône) les 8 et 9 juin 2013, qui rassemble 800 artistes autour de plus de 35 cultures du monde. Les interventions de V. Ginouvès et de M. Saidani permettront de replacer les actions présentées dans un contexte plus large, au regard des nouvelles technologies de l’information et de la communication d’une part, et en relation avec les enjeux du PCI en Méditerranée d’autre part.

12h  Repas

Après-midi : ouvertures et comparaisons internationales

14h : Comment impliquer les communautés de façon participative dans l’inventaire du PCI : le cas du Burkina Faso

Ludovic Kibora (INSS/CNRST, Ouagadougou, Burkina Faso)

La difficulté qui réside dans le processus d’’inscription d’un élément du PCI sur l’une des deux listes est liée à ce qui peut paraître comme une contradiction inhérente à la convention 2003. En effet, celle-ci précise qu’il s’agit du PCI des communautés tout en affirmant que ce sont les Etats-parties signataires, qui sont engagés par la convention. Alors, dans cette situation, la plupart du temps les initiatives proviennent de l’Etat et de ses démembrements, dans un contexte où  les communautés  ne sont pas toujours conscientes de la possibilité qu’elles ont de pouvoir valoriser autrement un élément de leurs pratiques culturelles. L’Etat est donc obligé d’être l’organe directeur du processus. Il est fortement impliqué dans les pays africains à travers la direction chargée du patrimoine culturel, logée au sein du ministère de la culture. C’est elle qui presque toujours prend l’initiative d’engager le processus d’inscription d’un élément sur une des listes du PCI. Pour ne pas être en porte-à-faux avec l’esprit du PCI, les agents de l’Etat développent toute forme d’ingéniosité pour mettre les communautés en avant à travers leurs représentants et des cadres participatifs appropriés. Si l’initiative était laissée entièrement aux communautés elles-mêmes, il y aurait peu de chances de voir certains pays, notamment ceux d’Afrique de l’ouest, inscrire un seul élément de leur PCI. Notre communication portera sur l’implication des communautés vivant au Burkina Faso à l’inventaire de leur patrimoine culturel immatériel.

15h : La participation des ONG aux travaux de l’UNESCO : changements de paradigmes patrimoniaux et méthodes participatives

Valentina Zingari (Université de Sienne, Italie, coordinatrice du groupe de travail  SIMBDEA-ICH)

Au sein d’une ONG italienne accréditée par l’UNESCO-ICH en 2010, SIMBDEA, nous travaillons à un projet de création d’un réseau pour la sauvegarde du PCI, suivant les orientations des Directives opérationnelles qui accompagnent le texte de la Convention. Ce projet est porté par un groupe d’anthropologues engagés dans des actions de connaissance et valorisation des patrimoines culturels non institutionnalisés, animés par une vision de la recherche ethnographique basée sur l’écoute de la parole, la constitution d’archives orales, les expériences de muséographie participative, suivant des méthodes qui tachent de répondre aux demandes sociales de patrimonialisation. Les enjeux des « nouveaux terrains de l’ethnologie » appellent à une réflexion sur le rôle de médiateurs et la posture de « pont » entre les communautés et les institutions que les chercheurs en sciences humaines et sociales se trouvent à assumer. Le projet de réseau bénéficie d’un dialogue intense avec les juristes du patrimoine culturel et droits de l’homme, en particulier le groupe de l’Université de Venise, Cà Foscari. Dans le cadre de ce projet, les « inventaires participatifs », les méthodes d’identification patrimoniale, occupent une place centrale. Un premier projet est en train de se concrétiser dans les Abruzzes, accompagné par l’anthropologue Antonio Arantes, un des pères du système d’inventaire brésilien basé sur le concept de « références culturelles ».  Mais la réflexion sur les méthodes n’est qu’à ses débuts. A cet égard, les expériences ethnographiques dans le domaine de la « recherche-action », de la muséographie de société, des écomusées se révèlent précieuses et pertinentes. En Italie, certaines régions comme la Lombardie, se sont dotées d’une loi régionale et d’un « registre du PCI », un inventaire régional qui peut aussi inclure des éléments inscrits ou à inscrire dans les listes Unesco, mais qui travaille dans une perspective large et participée de documentation sur le PCI.  Cette région a accueilli, en janvier 2013, une première rencontre internationale sur « le patrimoine culturel immatériel entre société civile, recherche et institutions ». 

16h : Inventaires et comparaisons internationales : l’état actuel des débats

Christian Hottin (Ministère français de la culture)

17h – Conclusions

 

Journées organisées avec le soutien de l’IDEMEC UMR 7307, de l’USR 3525, et du Ministère de la culture.

 

Crédits photographiques : atelier de reliure au marché de Soumbédioune, Dakar, juin 2012. Véronique Ginouvès, juin 2012.