Archives par mot-clé : répertoire

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la « Mémoire orale du Mont Lozère » et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les « bêtises » de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités « avant la télévision » était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les « Chansons et danses populaires du Mont Lozère »3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []

Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d’anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l’histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l’un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l’on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C’est ce qui fait, d’un premier abord, tout l’intérêt du croisement de ces différents types d’interprétation d’une même chanson. Qu’elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d’une amante), un drame domestique (femme d’un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d’un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d’une pratique du chant comme moyen de se distraire, d’apprendre des nouvelles de l’extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l’écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu’elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises « d’oreille » pour quelques unes.

L’attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d’origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s’embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d’autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l’écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l’écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d’en interpréter une chanson, même s’ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l’écriture a fait l’objet d’un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que « la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes » des différentes migrations, plus qu’un « répertoire spécifique de chants indigènes », ont donné « la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont ».

Au sein de la collection d’enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l’ampleur esthétique d’un chant, par sa version initialement recueillie auprès d’un ancien mineur, par exemple pour les morceaux « En revenant de Lille j’ai fait l’amour à une fille » ou « Le pauvre vigneron », et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d’un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l’article de Christian Bromberger, Les chansons  »populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []

Chansons d’amour en Provence

51gOCcwbUxL._SS500_

Depuis la fin des années 1980, Jean-Luc Domenge collecte des témoignages et du répertoire chanté ou conté à travers la Provence orientale, il furète assidûment dans les bibliothèques et les salles d’archives à la recherche d’inédits et publie ses résultats aux éditions Cantar lou Païs. Deux recueils de contes issus de ses recherches ont déjà été publiés, l’un sur les contes merveilleux l’autre sur les contes du diable et de l’ogre. Cette fois, c’est la chanson qui est à l’honneur. Jean-Luc Domenge connait bien le sujet puisqu’il a travaillé à la republication des Chants populaires de la Provence de Damase Arbaud en 1999 chez le même éditeur. Ici, le projet est de présenter le  répertoire qu’il a collecté, en s’appuyant sur le Catalogue de la chanson française de Patrice Coirault, et en proposant pour chacune des chansons le plus possible d’informations (source, partition, contexte, références). Belle entreprise qui débute avec les chansons d’amour, dans la lignée de Coirault. Pour la réaliser, Jean-Luc Domenge nous transmet en grande partie des chansons qu’il a enregistrées au fil de ses collectes et il y ajoute des sources écrites publiées ou inédites. Bien sûr, vous y trouverez nombre de versions prises chez Damase Arbaud, chez Julien Tiersot ou dans l’enquête Fourtoul mais aussi des chansons retrouvées dans les nombreuses revues et almanachs et les ouvrages de félibres qu’il a dépouillés.

Ses infatigables recherches en bibliothèques lui ont permis également de repérer des manuscrits jusqu’ici inédits et ses informateurs ont accepté de lui prêter des cahiers de chansons qu’il a aussi intégrées dans le corpus. Bref, voilà 150 chansons qui vont offrir un paysage renouvelé de la chanson traditionnelle provençale. Trois années de travail lui auront été nécessaires pour préparer l’édition de ces chants. Pour cela, il a travaillé avec son éditeur Patrick Meyer, fondateur de l’association Cantar lou païs ; Laurence Déou, professeur de galoubet tambourin et chanteuse à ses heures, a transcrit les enregistrements sonores ; Gael Princivale, musicien, a mis au service du projet ses connaissances en informatique musicale en reprenant les 140 partitions de l’ouvrage et en réalisant les fichiers MP3 et MIDI accessibles sur un cédérom qui accompagne l’ouvrage ; Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, a rédigé la préface. L’index vous indique au regard du titre l’origine de la version – et il y en a souvent plusieurs : 10 versions pour Diga Janeta, 11 pour Aquestei mountagno, 9 pour Vitorino ou 10 pour Lou gibous. La bibliographie répertorie près de 80 références. Cet ouvrage devient ainsi un outil de travail indispensable pour les chanteurs de langue d’oc de la jeune génération à la recherche de répertoire mais aussi pour ceux qui s’intéressent tout simplement aux archives sonores chantées. Un seul regret, le cédérom joint propose uniquement une ligne de piano pour découvrir les mélodies… certes la musique provençale est avant tout monodique et cette ligne musicale est suffisante pour pouvoir fredonner un air. Tout de même, il aurait été plus précieux – et sans nul doute plus joyeux – de donner à écouter le chant des interprètes qui ont été enregistrés. D’autant que rien n’est dit sur le lieux de conservation et de mise à disposition des archives sonores à la source de l’ouvrage. N’hésitez pas à commander ce livre à l’association Cantar lou pais. 302 chemin plan aux grottes. 06530 St Cézaire sur Siagne (cantarloupais@laposte.net).