Archives par mot-clé : restauration d’instrument

De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Pierre Barthel débute sa formation de luthier en 1974 à 18 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes mais « par hasard », dit-il. Vers 17 ans, alors qu’il souhaite devenir ingénieur du son, un documentaire lui donne envie de s’orienter vers la lutherie.

Continuer la lecture de De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée

Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris
Anne Houssay, luthière, travaillant à la Cité de la musique à Paris, 2014 (cliché HCH)

Après un premier entretien présentant le début de son parcours professionnel, la luthière Anne Houssay reprend le fil de son récit à partir du stage qu’elle effectue en 1983 chez le luthier Jean Schmitt à Lyon. Ce dernier semblait intéressé par les recherches et expérimentations sur les vernis qu’elle avait menées à l’Ecole de lutherie de Newark en Angleterre.

Recherches sur les vernis de lutherie (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Chargée de vernir 17 altos, elle prépare des fonds de bois et des tests de couleur avec des mélanges différents de pigments organiques, mais finalement, Jean Schmitt réalise les recettes « au feeling », une leçon de pragmatisme, conclut-elle en riant.

Recettes de vernis et pragmatisme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Ingrédients de vernis (atelier de Pierre Claudot, 1982)
Ingrédients de vernis (atelier de P. Claudot, 1982)

Ensuite, elle doit faire le montage de nombreux instruments de location selon une méthode nouvelle pour elle.

Une méthode de montage (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle est installée dans un atelier à part où elle se sent isolée tout en étant surveillée.

Seule à l’établi (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A la réouverture de la Maison, après les vacances de juillet, elle rejoint l’atelier général et travaille à la préparation des instruments de location. Son contrat se termine en septembre et n’est pas renouvelé. Au chômage, elle essaye en vain de trouver de l’embauche dans un autre atelier de lutherie (les jeunes qui sortent de Mirecourt ont la préférence).

Difficulté à trouver de l’embauche (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Finalement, elle s’établit comme luthière indépendante à Lyon en mai 1984 dans un petit local proche de l’Opéra, des écoles de musique et des autres luthiers et archetiers lyonnais. Elle fait l’expérience difficile de monter une entreprise avec des moyens très limités. Elle suit des stages de formation à la création et à la gestion d’entreprise et évoque les efforts d’une association féminine pour mettre en œuvre un système de tontine en cherchant des fonds auprès des entreprises.

Créer une entreprise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

La luthière Anne Houssay devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)
La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 (coll. Anne Houssay)

L’ouverture de son atelier, bien que petit et modeste, suscite quelques tensions chez ses confrères. Pour trouver des clients, elle démarche sans grand succès les écoles de musique, découvrant qu’il s’agit d’un territoire partagé entre luthiers.

Trouver des clients (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle finit par avoir une petite clientèle qui comprend les mécontents des autres ateliers, les curieux, et quelques fans qui la soutiennent. Elle fait du neuf et des réparations, vend des cordes, mais son activité n’est pas suffisamment rentable.

Une activité peu rentable (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

En 1984, elle rejoint l’ALADFI, Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale, créée en 1982 par de jeunes luthiers et archetiers formés en dehors du réseau de Mirecourt et « unis par la volonté de proposer une autre approche du métier » [site de l’ALADFI]. Elle y retrouve des luthiers ayant appris le métier à l’étranger (notamment à Crémone en Italie) qui ont du mal à entrer dans le réseau professionnel français, où existent divers blocages (générationnels ou liés à une logique dynastique de familles de luthiers).

Les luthiers formés à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

L’ALADFI est un espace d’échanges, d’organisation d’événements et de discussions professionnelles sur divers sujets, comme la question épineuse des « commissions » versées aux professeurs, une pratique à bien connaître dans un réseau assez fermé, pour comprendre l’impossibilité de certaines transactions. Anne Houssay en donne des exemples.

Vente tronquée (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

A cette période, les deux groupes professionnels (GLAAF et ADALFI) s’opposent, situation qui s’améliorera plus tard avec les nouvelles générations.

Deux groupements professionnels (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Anne Houssay à l'établi dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)
Anne Houssay dans son atelier à Lyon (cliché Marie-France Chevalier)

A l’atelier, parmi ses clients, Anne Houssay a des musiciens traditionnels qui font de la folk-music.

Instruments folk (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Elle essaie de développer les locations d’instruments et évoque les rapports des luthiers avec les Gitans marchands spécialistes d’instruments à cordes, qui connaissent le cycle économique des ateliers et passent au moment opportun pour vendre ou acheter. Grâce à l’aide de deux d’entre eux, elle constitue un parc locatif d’instruments pour avoir un revenu plus stable :

Le parc de location (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Pendant quatre ans, Anne Houssay maintient son atelier mais survit à peine. Le réseau des luthiers formés à l’étranger demeure sa seule ouverture professionnelle. En 1988, elle reprend ses études en acoustique, participe à des rencontres sur la facture instrumentale et reçoit des stagiaires ingénieurs en acoustique, ce qui la sort de l’isolement, mais ne résout pas ses problèmes financiers. En 1990, sa candidature est retenue pour un poste de conservateur-restaurateur d’instruments à cordes frottées dans le cadre du projet de nouveau musée de la musique à La Villette. Mais il ne  s’agit que d’un CDD de 6 mois.

Responsable des instruments à cordes frottées (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Rien n’étant assuré pour l’avenir, elle conserve pendant quatre ans son atelier à Lyon où elle part travailler le week-end. Au musée de la musique, elle participe au déménagement des instruments et a le privilège de voir les précieuses collections instrumentales à deux reprises (emballage et déballage). Au musée, les restaurations d’instruments se décident de manière collégiale par une commission. C’est une expérience très enrichissante qui la forme au métier de conservation du patrimoine.

Une période enrichissante (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Accrochage des instruments avec Anne Houssay (à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (coll. A. Houssay)
Accrochage des instruments (avec Anne Houssay à droite) au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk)

Après avoir enchaîné des contrats d’un an renouvelable, en 1993, la Cité de la musique est instituée, la collection d‘instruments lui est reversée, mais non le personnel du musée qui alors se mobilise syndicalement face à la nouvelle direction qui ne veut pas le garder. Le nouveau musée est ouvert en 1997, soit 7 ans après la fermeture de l’ancien. Entretemps, l’équipe travaille à la restauration et à la préparation des collections.

Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)
Anne HOUSSAY, Atelier de restauration de la Cité de musique (cliché HCH)

Anne Houssay obtient un CDI mais avec une fonction reformulée sous le titre « Technicienne de restauration », sans aucune mention de sa spécialité en instruments à cordes frottées. Depuis 24 ans, elle assume au musée des tâches assez variées. Après son DEA d’histoire des techniques passé en 2004 à l’université sur le thème « Fabriquants, musiciens et cordes harmoniques », elle s’inscrit en thèse.

Une thèse sur le choix des bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Sur les qualités sonores du bois, elle revient sur l’approche des luthiers et sur celle des acousticiens dont les résultats peuvent être comparés.

Tester la sonorité du bois (Anne Houssay, extrait de l’enquête n° 4914)

Les "fournitures" ou bois de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH
Les « fournitures » de lutherie (atelier de Pierre Claudot, 1981), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée. 5 février 2015, Paris. Enregistrement numérique :  121 min [http://phonotheque.hypotheses.org/17142 ] Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4914.

Crédits photographiques : La luthière Anne Houssay (à gauche)  devant son atelier Son-couleur à Lyon en 1989 et Instruments dans l’atelier d’Anne Houssay (coll. Anne Houssay) ; Anne Houssay à l’établi (cliché Marie-France Chevalier) ; Accrochage des instruments au Musée de la musique, Paris, 1996 (cliché Harald Gottschalk), tous droits réservés ; autres : H. Claudot-Hawad.

Remerciements au photographe Harald Gottschalk d’avoir autorisé la publication de sa photographie sur le site des Carnets de la phonothèque.

 

Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite

Le luthier Pierre Enel et l'enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Pierre Enel et l’enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier. Pierre Enel, désormais mal voyant, commence par ces quelques mots : “triste métier”. Il a mené trente ans de sa carrière en dehors de Mirecourt. Il parle des conditions rudes du métier plus que des traditions de la ville liées à la profession, et, se jugeant trop critique, souhaite régulièrement interrompre l’entretien.

Pas le choix (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

A douze ans, en 1914, beaucoup d’hommes sont à la guerre, le petit Pierre est d’abord ferblantier avant de débuter son apprentissage de luthier en 1916 dans la Maison Mougenot.

L’apprentissage  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Il part ensuite à 16 ans chez son oncle, le luthier Charles Enel, installé à Paris, chez lequel il restera jusqu’en 1934. Ensuite, il ira à Lyon. Suite à des soucis personnels, il décide de rentrer à Mirecourt et travaillera à distance pour son oncle pendant huit ans. Il se spécialisera dans la restauration fine d’instruments anciens, développant aussi, par l’observation, son estimation de la valeur des instruments (selon lui, ceux réalisés à Mirecourt ne dépassent pas l’instrument d’étude).

Il évoque son travail comme celui d’un martyre obligé, afin de faire vivre la famille au prix d’un travail énorme, disant à la fois la vie inimaginable d’alors et la normalité que cela représentait. Les patrons d’ateliers ne vivaient pas forcément mieux que leurs ouvriers. C’était une vie de labeur et de rigueur pour tous.

La dureté du métier  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Tout le monde devait beaucoup travailler, mais pour des rémunérations très faibles qui ne permettaient pas de vivre de manière décente.

Travailler beaucoup pour gagner peu  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Atelier du luthier Pierre Enel à Mirecourt. Au mur, la photo de son ami d'enfance, le luthier Albert Claudot (cliché J. D. Braconnier)
Atelier du luthier Pierre Enel à Mirecourt. Au mur, la photo de son ami d’enfance, le luthier Albert Claudot (cliché J. D. Braconnier)

Mirecourt jusqu’à l’après guerre était isolée et ni les clients, ni les musiciens n’y venaient. Les artisans vendaient leurs instruments aux collègues installés dans les grandes villes et aux professeurs qui prenaient une commission importante sur la revente de l’instrument.

Les clients des luthiers de Mirecourt  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Pierre Enel dénigre l’évolution de la lutherie vers quelque chose de scientifique ou d’artistique, soulignant les éléments fondamentaux : l’épaisseur et la qualité du bois. Pour avoir une bonne formation, il évoque l’importance de “qui vous dresse” et où vous pouvez voir beaucoup de beaux instruments.

L’importance de « qui vous dresse »  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enfin, pour faire un vrai luthier, il faut au moins 15 ans de métier.

Le temps utile pour acquérir le métier (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque :http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Enel, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite. Mirecourt, 1982. 1 cass. 41 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3493.

Crédits photographiques : Monsieur Pierre Enel avec l’enquêtrice, Hélène Claudot-Hawad, chez lui en 1982 ; Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.