Archives par mot-clé : Revues.org

Liquid book : le livre au fil du ruisseau

Impossible de résumer en un billet la deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte du Cléo qui s’est déroulée à Marseille sur le thème circulation des savoirs à l’ère numérique. Pendant une semaine se sont succédés conférences, cours et ateliers pratiques1 encourageant les participants à échanger sur leurs pratiques, leurs métiers, leurs usages. Tous les formats du livre numérique ont été envisagés comme les modèles économiques de sa diffusion, les dispositifs de médiation et les métiers émergents liés à son développement. La dernière conférence matinale par Octavio Kulesz qui rendait compte d’une étude sur l’édition électronique dans les pays du Sud restitue il me semble la qualité et la démarche de toutes les interventions : lumineuses, pénétrantes, internationales, engagées, concrètes. Il me faudra un peu de temps pour assimiler toutes les connaissances acquises mais je suis déjà riche des rencontres de cette semaine et j’ai acquis un nouveau lexique.

Un peu par hasard, j’ai matérialisé à la fin de la semaine ce que pouvait être un de ces mots qui clignotaient dans les yeux des participants (reflets des badges offerts dans le doggy bag à l’inscription), en visitant le ruisseau des Aygalades : « liquid book ». Ce ruisseau se trouve en plein coeur de Marseille dans une zone d’activités industrielles qui draine 8000 emplois. Dans le cadre des journées européennes du patrimoine,  Christine Breton, conservateur du patrimoine, et Philippe Mioche, professeur d’histoire contemporaine, s’étaient partagés deux groupes de promeneurs leur racontant le paysage traversé. Partis de l’usine Saint-Louis de sucre de canne (la dernière en France) et de betteraves nous avons remonté le ruisseau pendant une heure trente. A l’arrivée, sur le territoire de la Cité des arts de la rue, quelle surprise de découvrir une cascade miraculeuse !

Ce cheminement a donné lieu à l’édition d’un livre au format des arrondissements arpentés : 15/16 ; un livre constitué des récits des habitants de ses berges, de l’étude des archives et d’images qui font rêver2 . Il a été offert aux promeneurs au milieu de leur périple.

Au moment de nous l’offrir, au milieu des Jardins des cheminots, notre guide a voulu nous amuser en rappelant que le livre demeure une sacré belle invention : et la voilà qui nous mime un petit film qui circule depuis quelques mois sur les messages électroniques (et dont François Bon lors de sa conférence à l’université d’été s’est d’ailleurs plaint de son multipostage tous azimuts). Réalisée par des bibliothécaires espagnols, l’animation est une parodie de la publicité du ebook pour présenter notre vieil ami le livre papier. J’ai fini par comprendre. Le livre ne se réduit pas à un objet : électronique, humain, paysager ou de papier, son histoire est loin d’être terminée. Elisée Reclus nous le racontait déjà3  « L’histoire d’un ruisseau, même de celui qui naît et se perd dans la mousse, est l’histoire de l’infini ». Rendez-vous à la prochaine université d’été pour connaître la suite…

 

 

 

Crédits photographiques :

– La cascade des Aygalades ;

– Présentation de l’équipe du Cléo lors de l’université d’été de l’édition électronique ouverte ;

– Lecture d’un extrait du Livre du ruisseau par une habitante du quartier des Aygalades dans les Jardins des cheminots ;

– La sucrière de Saint-Louis ;

– Les randonneurs des Aygalades ;

– Terril de bauxite, zone industrielle des Arnavants ;

– Les raisins prêts à être vendangés dans les Jardins des cheminots

Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2011

  1. guettez sur le blog du Cléo la plupart des interventions seront mises en lignes. Vous pouvez aussi suivre le fil du twitter de la semaine sur #uecleo []
  2. Le livre du ruisseau – Hôtel du Nord, Récits d’hospitalité, n° spécial / Christine Breton, Philippe Mioche, Arnavant. Marseille : édition commune, 2011. 63p. []
  3. Histoire d’un ruisseau, Bibliothèque d’éducation et de récréation J. Hetzel et Cie, 1869. Sur Internet Archives, vous avez l’embarras du choix pour le lire : vous pouvez décider de parcourir le manuscrit original au format PDF ou en plein texte, ou encore sélectionner les formats Daisy, ePub, Mobi, vous pouvez décider de le télécharger sur un Kindle ou enfin l’écouter en streaming au format DiVu []

Un compte-rendu de la journée d’études des professionnels de l’information de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS – 25 novembre 2010

L’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a organisé, le jeudi 25 novembre dernier, une journée d’études consacrée aux professionnels de l’information de la BAP F. Cette branche d’activités professionnelle de l’enseignement supérieur et de la recherche regroupe les métiers de la documentation, de la culture, de la communication, de l’édition et des TICE ; elle est décrite dans un REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l’ENseignement Supérieur (REFERENS). Le programme détaillée et les interventions de la journée sont disponibles sur le site de l’INSHS

Côté métier

La BAP F est fortement représentée dans les unités SHS. 600 personnes accompagnent la vie quotidienne des chercheurs et soutiennent la diffusion des résultats de la recherche en créant un site, en faisant des actions de communication, en proposant une documentation structurée ou en réalisant de la cartographie. Ces métiers sont en constante évolution car très liés aux technologies de l’information et de la communication. L’INSHS a le désir d’animer ce réseau de compétences en aidant à la circulation et à la mutualisation des bonnes pratiques.

Qui sommes-nous ? Des femmes principalement (74%) de plus de 35 ans, documentalistes (50%), ingénieur(e)s d’étude, travaillant à Paris et la région parisienne et aussi dans des unités situées en région, et en particulier en Rhône Alpes et en Provence. L’observatoire des métiers du CNRS pour la BAPF va proposer un répertoire d’activités plus précis que le répertoire des emploi-type, lui même différent de fiches de poste. Un débat a eu lieu autour de la question des missions des professionnels de l’information dans les laboratoires.

Les plateformes à notre service

Les missions du TGE Adonis (http://www.tge-adonis.fr) ont été rappelées : structuration des ressources numériques, moyen de stockage et de calculs pour les laboratoires, plateforme de recherche nommée ISIDORE qui a été inaugurée en décembre 2010. Il s’agit d’un moteur de recherche spécialisé en SHS qui moissonnent les données de collections, 35 à ce jour, et valorisent ainsi des ressources du web invisible comme la banque de données Regards, tout en permettant une recherche globale sur divers portails existants, Revues.org, Crévilles, Persée

Le TGE Adonis a participé à la finalisation de deux autres plateformes proposées par le CCSD. La première présentée lors de cette journée a été SciencesConf-Hal Gestion de conférences (http://www.sciencesconf.org) : il s’agit d’une interface de gestion de conférence pour absolument tout faire autour d’un projet de colloque : appels à communication, création de liste de diffusion, formulaire d’inscription, circuit fermé de validation, actes finalisés, dépôt dans HAL, outils statistiques, site pérenne. Tout projet de site pour un colloque doit être déclaré et soumis à validation, ensuite nous pouvons disposer d’un site propre entièrement paramétrable (interface proche de Hal), y compris le graphisme…La plateforme est articulée avec Azur colloque (centre de paiement du CNRS). Le site est opérationnel depuis fin 2010.

Médihal (https://medihal.archives-ouvertes.fr), autre service du CCSD et projet du TGE Adonis, a pour mission d’archiver de façon pérenne des corpus d’images. Ce projet est né du constat que les chercheurs disposent d’un grand nombre de photos sur des disques durs cassés ! De plus en plus de données numériques sont délocalisées pour être conservées. L’objectif de Médihal est donc de conserver les données de la recherche et de diffuser les collections d’images, d’ouvrir les données à un public et à un autre usage. Comment sont structurées les métadonnées dans Médihal ? Elles suivent les normes IPTC Core Schema for XMP et proposent des images aux formats JPG et TIFF. Au moment de la saisie, il est possible d’indiquer la latitude et la longitude de la prise de vue et d’avoir ainsi automatiquement l’affichage de la géolocalisation de la photographie. Des flux RSS sont générés par auteur et par catégorie. Les images peuvent être diffusées sous licence créative commons ou sous des droits spécifiques. Il s’agit avant tout de mettre en valeur des séries, des collections d’images attachées à un projet de recherche à ou à la numérisation d’un fonds patrimonial ; à voir en exemple, les collections de l’Ifpo et de la Bibliothèque Universitaire de Lyon1.

La présentation a donné lieu à un débat sur la validation des documents déposés. L’extension du service aux données sonores et audiovisuelles pose le problème de façon plus cruciale encore : si il est possible de lire rapidement un document textuel ou de visualiser une photographie, impossible de savoir ce qu’il y a dans un document sonore ou filmique sans prendre le temps d’ouvrir le fichier et d’écouter ou regarder sur la durée : écouter ou visualiser une information continue devient une tâche beaucoup trop lourde pour le valideur. Il faudra trouver d’autres modalités pour les formats audios et vidéos. A lire : la notice de MediHal dans Aldébaran http://aldebaran.revues.org/6509

Aux côtés des revues, la plateforme Revues.org propose désormais des collections de livres en ligne. Il en existe déjà 13 à ce jour. A titre d’exemples, les Presses Universitaires de Rennes (PUR), le Collège de France, ou les éditions Droz ont choisi de mettre en ligne une partie de leur catalogue de monographies via Revues.org. (http://livres.revues.org).
La plateforme de livres de Revues.org qui utilise le logiciel d’édition électronique Lodel permet de réaliser une diffusion multicanal des livres électroniques avec la possibilité d’en proposer la lecture sur liseuse au format ePub. Le Bookserver de Revues.org permet depuis quelques mois, à tout un chacun, de consulter et lire les publications membres de Revues.org sur smartphone, tablette ou liseuse (http://leo.hypotheses.org/5222).

La politique de Revues.org est toujours celle du libre accès au texte intégral, à laquelle s’ajoute la possibilité de s’abonner à une serie des services payants au travers de l’offre OpenEdition Freemium. L’objectif d’OpenEdition Freemium est de développer un modèle économique durable pour le développement du libre accès à la littérature scientifique. OpenEdition Freemium qui s’adresse en priorité aux bibliothèques est présentée comme une forme d’alliance que le Cléo souhaite établir avec ces dernières. L’objectif est de doter le libre accès d’un véritable modèle économique pérenne et d’offrir un mode d’accès à l’information scientifique adapté aux besoins des utilisateurs des bibliothèques, étudiants, enseignant et chercheurs.

Les projets dans les unités

Caroline Abela a présenté le centre de documentation Regards à Bordeaux (http://www.regards.cnrs.fr) qui met à disposition un catalogue très riche, intégré au moteur de recherche Isidore. Il couvre des thèmes variés : géographie, aménagement, développement, environnement, santé, sociétés. Outre cette base de données, des services en direction de publics différents  sont mis en oeuvre : un portail de veille qui propose une sélection de revues thématique, une base de sommaires de revues, une page delicious qui sélectionne des sites par thèmes, un carnet de recherche sur la plateforme Hypothèses – Terrferm – qui accompagne un projet ANR, une collection de photographie  en cours d’intégration sur Médihal.

Depuis 2001 l’ISH a spécialisé une partie de ses savoir-faire dans l’image animée à travers la création du Pôle Image Animée (PIA). Il apporte un soutien technique dans toutes les phases de la production audiovisuelle : écriture du scénario tournage, montage, diffusion. Une base de données des vidéos est en cours de réalisation. C’est un site de recherche qui croise le travail des chercheurs, des conteurs et des réalisateurs. Cette base méritera une notice dans Aldébaran ! Le catalogue des vidéos éditées est accessible sur le site (http://25images.ish-lyon.cnrs.fr).

Telemeta est un logiciel réalisé pour rendre accessible les archives sonores de la recherche de plusieurs laboratoires : le Centre de Recherche en Ethnomusicologie au sein du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Maison René Ginouvès), le LAM (lutherie, accoustique, musique), le département de la musique de la parole au sein du MuCEM, la phonothèque de la MMSH. Telemeta vise à rendre ces archives accessibles aux chercheurs et, dans la mesure du possible, au public, dans le respect des droits intellectuels et moraux des musiciens et des collecteurs. Mise au point grâce au soutien du programme TGE-Adonis du CNRS et du Ministère de la Culture, elle permet aux chercheurs d’échanger les données en ligne, avec les communautés productrices de ces musiques dans leur pays d’origine, notamment au moyen d’outils collaboratifs comme des marqueurs, des espaces de commentaires, etc… Le logiciel est librement accessible et ses spécifications sont décrites avec précision.

Enfin, vous avez pu déjà visionner sur les Carnets de la Phonothèque la présentation qui a été faite du site Aldébaran (http://aldebaran.revues.org/). L’équipe de ce projet qui propose une sélection des ressources documentaires en sciences humaines en a profité pour lancer un appel à collaboration : si vous êtes intéressés pour rédiger des notices qui permette à la communauté de s’approprier les outils électroniques, de les partager, de mieux les comprendre… n’hésitez pas à nous rejoindre !

Crédits photographiques : « Women in white » doctor Navy planes (motors) at the Naval Air Base, Corpus Christi, Texas, 1944. Photographie de Hollem, Howard R. Biblitohèque du Congrès. Pas de restrictions de droit connues. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34880