Archives par mot-clé : Sardaigne

Polyphonies des collections sonores européennes

TenoreOliena

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
– le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
– l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant sarde, enregistré par Bernard Lortat Jacob en 1992 à Britti (province de Nuoro), CREM

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

Tout est son – Tutto è suono : une exposition à Alghero (Sardaigne)

 

 

 

A Alghero, jusqu’au 30 mars 2012, a lieu une expostion d’instruments issus de la collection privée du musicien Enzo Favata. Cette exposition orignale, est difficilement classable entre organologie et émotion. En effet, ce polyinstrumentiste qui parcourt le monde et sa Sardaigne natale depuis des années n’a cessé de rencontrer et d’échanger avec des musiciens et des luthiers. Ainsi, “Tutto è suono” présente une centaine d’instruments, tous uniques puisque chacun d’eux a été  fabriqué par un artisan. Certains ont été commandés par Enzo Favata lui-même, d’autres collectés ou offerts au grè de ses voyages et de ses concerts, d’autres enfin sont de véritables pièces d’antiquité acquises au fil du temps. Il s’agit donc d’une “expostion d’auteur” où chaque instrument raconte une histoire et évoque le contexte et la communauté au sein de laquelle il a été fabriqué et joué.

L’exposition offre un voyage dans la nature et le monde ancien à travers les matériaux des instruments eux-mêmes (roseau, bois, terre cuite, os, peau d’animaux, crin, boyaux, métal) mais aussi les évènements d”une vie quotidienne où la musique scandait le monde (danse, combat, mariage, naissance, funérailles, fêtes, Carnaval, prières, travail). Les catégories organologiques organisent l’espace où l’on peut admirer flûtes, clarinettes popualires, haubois, trompettes, flûtes globulaires, orgues à bouche.. L’occasion est trop belle de pouvoir admirer les flûtes sardes magiues : aluneddas, benas et pipiolos.

Enzo Favata, n’est pas que musicien, il est aussi le fondateur, avec Enedina Sanna ici commissaire de l’exposition, de l’association Archivi del Sud, qui réunit depuis les années 1980 de nombreuses collectes des traditions orales en Sardaigne. Soucieux de faire le lien avec la mémoire sonore de ces instruments, les deux artistes ont associé l’écoute d’archives à la découverte de qui accompagnent ces maginifiques instruments qui viennent venus de Sardaigne mais aussi du Brésil, d’Egypte, du Maroc, des Balkans, du Tibet, d’Australie, d’Inde ou du Japon.

Cette visite est une belle façon de découvrir un musicien et son histoire, des instruments traditionnels et leurs contexte de fabrication et d »interpréation et tout un monde de musiques et de sons. Si vous n’avez pas la chance d’aller à Alghero, vous pouvez contacter isoladeisuoni@gmail.com et faire venir la Sardaigne chez vous.

Zummara du Maroc (clarinettes populaires, à anche simple)

Texte de présentation de l’exposition en langue italienne

La mostra si basa su una collezione di strumenti di proprietà del musicista Enzo Favata, che ha raccolto gli esemplari nel corso di molti anni nei quali, per la sua attività concertistica, è entrato in contatto diretto con musicisti e artigiani della Sardegna e di altri paesi, in particolare Brasile, Egitto, Marocco, Balcani, Giappone, India. Gli strumenti esposti sono per lo più pezzi unici realizzati da artigiani, altri sono pezzi d’antiquariato, altri ancora sono stati costruiti su commissione dello stesso musicista.

Si tratta di una “collezione d’autore”, dove ogni strumento è accompagnato da una sua storia personale, che evoca l’ambiente e la comunità al quale appartiene. Ciò permette che l’esposizione sia visitabile su un doppio un percorso, da una parte quello oggettivo, di informazione musicologica, dall’altra un percorso “emozionale” che invita ad accostarsi senza preconcetti all’ascolto e alla scoperta di culture musicali diverse.

Nell’epoca del suono digitale e della musica de-materializzata che pervade la nostra vita quotidiana con strumenti di elaborazione e riproduzione sempre più piccoli e leggeri, questa esposizione mette in risalto il suono “materiale”, prodotto da strumenti che nella loro materia sono una sintesi del mondo naturale: canna, legno, terracotta, osso, pelle di animali, crine, budella, metallo risuonano da migliaia di anni, accompagnando la vita dell’uomo in ogni sua espressione comunitaria, la danza e la battaglia, il matrimonio e il funerale, la preghiera e il lavoro.

Gli strumenti esposti rappresentano la tradizione musicale di diversi paesi del mondo. Sono rappresentati in modo particolare gli strumenti a fiato, suddivisi in flauti, clarinetti popolari, oboi, trombe, flauti globulari e organi a bocca. Tra gli strumenti a fiato della Sardegna si possono ammirare diversi esemplari di launeddas, benas e pipiolos.

Numerosi gli strumenti provenienti da altri paesi, in particolare da America Latina, diverse regioni europee e del Mediterraneo arabo, e il lontano Oriente, Cina, Giappone, India, Tibet, fino all’Australia rappresentata dal didgeridoo. Ciò consente una comparazione tra gli strumenti occidentali più noti e quelli diffusi in altre aree geografiche: ad esempio si potranno raffrontare i diversi tipi di clarinetti popolari, come le launeddas sarde, l’arghoul egiziano, la zummara del Maghreb.

Accanto a diversi esemplari di percussioni e idiofoni, vi sono anche oggetti e giocattoli sonori che pur non essendo propriamente strumenti musicali, incuriosiscono per le modalità di produzione del suono e l’ambito d’uso: da su furrianughe sardo alla sudafricana vuvuzela.

Una sezione è dedicata ai suoni delle feste più significative della Sardegna, in particolare il Carnevale barbaricino. Un’ultima sezione ripercorre la storia degli archivi sonori e dei ricercatori che nel corso del Novecento hanno contribuito a far conoscere la straordinaria ricchezza del patrimonio costituito dalle musiche popolari in tutto il mondo.

La mostra è dotata di supporti per l’ascolto dei suoni e la visione di filmati relativi agli strumenti esposti. Si possono programmare visite speciali per le scuole dalle primarie alle superiori, elaborate sulla base delle esigenze didattiche e educative. Per informazioni: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

Texte de présentation de l’exposition en langue anglaise

The exhibition is based on the collection owned by the musician Enzo Favata, who collected the specimens in the course of many years in which, for its concerts, came into direct contact with musicians and artisans of Sardinia and other countries, particularly Brazil, Egypt, Morocco, the Balkans, Japan, India. The instruments are mostly unique pieces made by artisans, others are antiques, others were built on commission of the same musician.

This is an artistic collection, where each instrument is accompanied by his personal story, which evokes the environment and the community to which it belongs. This allows the exposure is visited by a dual path, on the one hand the objective, musicological information, on the other path « emotional » approach that invites you to listen without preconceptions, and to discover different music cultures.

In the era of digital sound and music de-materialized that pervades our everyday life with tools for processing and reproduction ever smaller and lighter, this exhibition highlights the sound « material », produced by instruments that are a synthesis of the natural world: cane, wood, clay, bone, animal skin, hair, entrails, metal resonate thousands of years, accompanying the man’s life in every community expression, dance and battle, marriage and funeral, prayer and work.

The instruments exposed are representative of the musical traditions of different countries of the world. They are represented in a particular way the wind instruments, divided into flutes, clarinets popular, oboes, trumpets, flutes, mouth organs and globular. Among the wind instruments of Sardinia you can see several examples of launeddas, and benas pipiolos.

Many instruments from other countries, particularly Latin America, several countries of the Mediterranean regions of Europe and the Far East, China, Japan, India, Tibet. This allows a comparison between the Sardinians and those instruments typically spread to other geographical areas: in essence, you can compare the different types of clarinets popular, such as sardines launeddas, the arghoul Egypt, the Maghreb zummara.

A section is devoted to the most important festivals in Sardinia, in particular, Carnival Barbaricino. A final section covers the history of sound archives and researchers in the twentieth century have helped to raise awareness of the extraordinary richness of the music made ​​by people all over the world.

The exhibition features support for listening to sounds and watching movies on instruments on display. Special visits can be programmed for tourists. For more information, please contact: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

 

Revue de presse de l’exposition :

Ciao Sardinia : http://www.ciaosardinia.com/ita/sardegna/news/mostra-tutto-e-suono-alghero-15-dicembre—30-marzo

Sardegna Oggi : http://www.sardegnaoggi.it/Spettacolo_e_Cultura/2011-12-21/17229/Tutto_e_suono_strumenti_da_tutto_il_mondo_in_mostra_ad_Alghero.html

 

Crédits photographiques : Enedina Sanna

Des archives à la scène : la mémoire orale à l’ère du numérique

http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=615&s=17&v=9&c=4461&id=235535

L’association Archivi del Sud ne se contente pas de collecter, numériser, structurer et mettre à disposition des documents sonores enregistrés sur le terrain. Depuis sa création elle se préoccupe aussi de valoriser et diffuser ces enregistrements. En effet, à quoi peut bien servir l’investissement gigantesque dans la sauvegarde et le catalogage des documents sonores si les enregistrements de terrain demeurent cachés au plus grand nombre ou ne sont accessibles qu’à ceux qui possèdent les clés du savoir ? Le projet « De l’archive à la scène » appartient à cette dynamique : faire sortir de la boîte à archive le patrimoine culturel pour qu’il puisse nourrir le plus grand nombre.


http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&s=17&v=9&c=4461&id=240947

Pour cela l’association a inventé un nouveau moment de convivialité, à l’image des veillées où se transmettaient les histoires après les rudes journées de travail agricoles : Le fiabe a merenda. Les fables ne se racontaient pas au goûter mais peu importe, c’est une façon d’écouter et de grignoter comme à la veillée, car la cuisine appartient, elle aussi à la joie du partage et aux souvenirs. Voilà comment depuis, Archivi del Sud parcours le monde en racontant les archives qu’elle engrange depuis des années, au moment du goûter. Pourtant le mot même de « goûter » n’existe pas en sarde : en Sardaigne on peut prendre le petit-déjeuner (immulzare), le repas de midi (bustare) et celui du soir (chenare) mais le goûter est une invention moderne qui a échappé à la langue sarde. Alors comme pour nous dire que les traditions sont là pour être bouleversées, dans les Fiabe a merende, entre chaque récit, le conteur offre un goûter à ceux qui l’écoutent. Après l’histoire de Pauleddu, le petit berger qui déclenche une tempête pour avoir recherché l’origine d’un chant merveilleux qu’il entend la nuit et qui émane d’une fée, le premier goûter est constitué de « Crêpes di pane carasau con formaggio peccorino grattugiato ». Le pain carasau, en Sardaigne est le pain que les touristes appellent « carta da musica », un pain très fin cuit deux fois, qui se conserve longtemps dans les biasses de cuir de bergers. Il a pris le nom de carta da musica car il est si dur et si fin qu’il est possible de le faire sonner comme un tambourin. Il semble qu’en parlant de pain on s’éloigne des archives sonores mais pas du tout, le pain a une place importante dans la société rurale sarde et souvent dans les histoires il est question d’enfants qui ont faim, leur curiosité et leur astuce les poussent à rechercher le moindre quignon. D’ailleurs, outre la carta da musica, il y a toute une diversité de pains en Sardaigne et le meilleur est toujours celui qui a un levain naturel. L’occasion d’écouter le deuxième conte, récit de la légende du levain découvert par la fille de Sainte Anne, la petite Mariedda qui l’a vole à la vieille  sa sabia Sibilla. Le second goûter qui suit son histoire est celui des paysans, à base de tranches de pain accompagnées d’huile d’olive, de tomate et de sel. Les oreilles et les estomacs sont donc déjà bien garnis lorsque débute le récit de Saint Antoine et de sa ruse pour récupérer du feu en Enfer. Il faut bien que les hommes puissent se réchauffer, cuire leur nourriture et le pain bien entendu. Car voilà déjà la Terza merenda, le délice de Ricotta e miele. La Ricotta des bergers, douce et blanche comme la neige, posée sur un morceau de pain carasau et sur laquelle le miel est délicatement déposé, formant une dentelle sucrée…

Ce délicieux spectacle produit par l’association Archivi del Sud a traversé la Sardaigne depuis 2006, à travers de nombreuses villes et village mais aussi des festivals, dont le magique Festival del racconto Mille e un Nurraghe.  Il est une façon magnifique de faire vivre les contes en les rattachant à la vie quotidienne, aux joies et aux échanges qu’ils peuvent générer. Pour ne pas se priver de continuer à écouter, la revue de l’association, Contos, raconte cette aventure et propose une carte postale sonore, créée par Enzo Favata musicien sarde où l’on peut saisir un instantané de l’île, des bruits du travail agricole aux ambiances de fête (où l’on entend – encore ! – les Mamuthones) en passant par la voix des conteurs. A chaque spectacle, les contes changent, les goûters demeurent ! Enedina Sanna est celle qui transmet inlassablement depuis la création de cette association, qui a toujours oeuvré pour que le patrimoine immatériel ne soit pas enfoui dans des boîtes d’archives, qu’il se promène, qu’il chante, qu’il danse, qu’il mange et nous repaisse… Enedina Sanna viendra nourrir vos oreilles des contes sardes en langue française au Festival des conteurs de Francette Orsoni, le 26 et 29 novembre 2010 : n’hésitez plus à faire un goûter !

Crédits photographiques : Orgosolo, murales  2007/02/06, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=235535 et Pane carasau par Maisto Alberto, 2007/10/17, http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=240947Images sous Creative Commons

Un documentaire sur les Mamutones de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) : à la recherche d’informations

Le défilé des Mamutones du village de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) se pratique encore et on trouve sur YouTube plusieurs dizaines de films sur ce rituel très ancien. Parmi eux, j’ai découvert ce documentaire qui couvre la journée de carnaval. Il nous transporte dans ce petit village de la province de Nuoro où nous allons pouvoir observer tous les habitants au coeur de la fête. Les Mamutones défilent sur leurs pas de danse boiteux, faisant sonner leurs cloches sur leur dos, tandis que les Issocadores les encadrent et lancent en riant et en plaisantant, leur lasso (soca) pour tenter d’attraper quelqu’un dans le public. Les mamutones parcourent le village, s’arrêtent parfois pour boire un verre, toujours silencieux. Ils traversent à plusieurs reprises la grande place du village où les attendent les habitants en déroulant les chaînes du ballu tundu et que joue l’accordéon. Un carnaval triste qualifié « de miel amer » par le commentateur. Daté approximativement des années 1950 par le déposant sur YouTube, il n’y a aucun nom de réalisateur – ou autre auteur – indiqué dans le générique sur le support. La seule information est le titre : « I Mamuthones ». Peut-être qu’un internaute pourra m’indiquer d’autres informations ? Merci par avance.