Archives par mot-clé : Silverio Pessoa

Siverio Pessoa & La Talvera – ForrOccitània

Depuis le Pernambouc, Silvério Pessoa a souvent ramené ses musiques et le forró, pour les associer au groupe occitan, La Talvera. Ces rencontres, débutées en 2003, avaient fait naître un nouveau groupe sous le nom de ForrOccitània, ce disque démontre que l’association a fonctionné sur la durée. L’intention est claire : faire parler les langues entre elles et faire jouer les musiciens ensemble. Accordéon, triangle, tambourin sont les instruments du forró, déjà communs dans le Sud de la France ; s’y ajoute le fifre (pifre occitan et pifano du Nordeste). Ils se retrouvent ici quasiment dans tous les morceaux accompagnés parfois du graïle (hautbois languedocien), du cavaquinho (sorte de guitare d’origine portugaise à quatre cordes), de la bodega (famille de la cornemuse), de la viole à 12 cordes et plus classiquement de saxophones, clarinettes et clavierS. De belles bigarrures musicales où les couleurs des deux pays conservent leur originalité tout en réussissant la fusion. On ne sait plus alors si le chant est occitan ou brésilien, la fête est lancée, le voyage engagé – Escotatz (traditionnel portugais)- titre 8 :

Occitània ven brasiliera

O tão linda

Lo Sertão dança la borrèia

La Résistance est clairement le dénominateur commun de cette fusion. Ce n’est certainement pas le choix le plus facile, car rien de plus mystérieux que la réussite d’un texte engagé en musique. L’interpellation pour un monde « sans flic et sans CRS » est éventée, quant aux noms des hommes politiques, ils sont vite balayés par l’actualité (Chora bananeira – titre 4). D’ailleurs, les injonctions qui parcourent le disque semblent ne pas toujours être faciles à suivre malgré leur simplicité apparente « Es a totòm de plan causir sa dralha, E de sortir de la gregaritat » (Nas terras/Las linhas de la man – titre 3). Pourtant, certains airs trouvent une force et une identité étourdissantes et s’illuminent de cette énergie combattante. Cela fonctionne surtout lorsque les deux récits historiques s’entremêlent dans la contestation. La combinaison des trois héros nés à la fin du 19ème siècle de la chanson Landon, Lampao et Padre Ciço (titre 5) mélange des histoires dont on a souvenance même si on les a oubliées ou jamais entendues. Le bandit Virgulino, surnommé « Le Lampion » à cause de sa puissance de feu, le Père Ciço qui l’a soutenu et le chansonnier Landou ne se sont pas croisés mais ils se seraient certainement unis dans leur refus de l’asservissement.

D’autres chants traversent notre imaginaire avec une fulgurance étonnante, nous faisant brusquement changer d’hémisphère : la valse de Jòrdi Amado (titre 2), où l’accordéon prend des accents andins, est une merveille de tendresse où l’on croit voir virevolter Dona Flor dans les bras de ses deux maris. A la fin de l’avant dernier titre (Casa de aranha/Escotish de l’aranha), la brutalité de la force musicale de deux très brèves séquences  d’archives sonores brésiliennes et tarnaises, nous pincent le coeur… A quand le voyage dans le temps ?

Crédits photographiques :

Couverture du disque ForrOccitània, 2012, http://outrobrasil.com

Brazilië door Johannes VingboonsNationaal ArchiefBeschrijving: « Paraijba » Gezicht op Paraiba, João Pessoa, BraziliëDatum: 1665, URL: http://beeldbank.nationaalarchief.nl/na:col1:dat510088. Pas de restrictions de droit connues.

 

Chronique publiée pour Pastel, le 24 septembre 2012 : http://www.pastel-revue-musique.org/2012/09/forroccitania-silverio-pessoa-et-la.html

Nordeste occitan


Quelques accords de banjo suivis de la voix de bluesman méridional de Moussu T, donne le son de ce disque. Dès le premier chant les paroles passent tranquillement du provençal au portugais… il va s’agir de Maratge, d’échanges. Le Brésil et l’Occitanie se rencontrent sur 15 plages ensoleillées et cela semble couler de source : on dirait que les cultures de la Résistance s’entendent bien. Les voix de La mal coiffée, qui habituellement prennent la clé des champs, s’adaptent à la poésie urbaine (plage 6) ; Les bombes 2 bal, lascives, se lancent dans la mélodie tropicale (plage 12)  ; Original Occitana nous offre une version de Diga Janeta très sérieusement « trad » dans sa polyphonie et complètement disjonctée dans ses paroles (plage 14) ; une introduction à la mandole sur un air oriental mélancolique interrompu brutalement par une double voix Karpienna/Pessoa nous foudroie, « Guerra são piores quando são interior / Les pires guerres sont intérieures » ; un pincement de cœur nous étreint en retrouvant les Fabulous troubadors (plage 5) que l’on n’a plus entendu depuis bien longtemps.

Enfin, tout se termine sur une poésie lancinante chantée à la forme du pays de Pernambouc : un dizain de vers de sept syllabes qui énumère les uns après les autres les artistes de ce Nordeste occitan qui ont participé au projet et leurs qualités. Silvério Pessoa nous explique sa démarche sur son titre « Mix raça » (plage 13) : cada um tem un pouco de cada cor / Dos navios negreiros / Da força dos índios / Edas melodias do povo Europeu (Chacun a en lui un peu de chaque couleur / Des navires négriers / De la force des indiens / Et des mélodies du peuple européen). C’est Marc Régnier, un parisien amoureux du Brésil qui a eu l’idée après avoir écouté un peu par hasard Massilia Sound System (plage 3) de se lancer dans cette aventure. Il a très vite découvert que cette idée était déjà ancienne, puisque dès les années 1980 Claude Sicre puis le groupe la Talvera (plage 2) étaient partis à la recherche des musiciens du Nordeste et que leurs liens avec cette terre et ces hommes ont perduré. Sans doute la qualité sonore de l’ensemble du cédé aurait pu être meilleure mais les enregistrements ont été réalisés dans des endroits multiples et parfois improbables de Nice à Toulouse en passant par Carcassonne, Cordes-sur-Ciel et Peyriac au fond du Minervois, cela n’a pas dû faciliter le mixage. Peu importe, l’aïoli a prise, le disque renvoie à une ambiance de fête, de danse d’un monde populaire énergique et rebelle. Un Nordeste occitan dont on aimerait entendre clamer la vitalité plus souvent.

Référence : Silvério Pessoa invite, Collectiu : encontros occitan, 2011 : http://www.silveriopessoa.com.br Chronique rédigée pour la revue Pastel.

Crédits photographiques : Bonecos de barro de Caruarú – Pernambuco, Brésil, photographie de Paula FJ, 2007. Licence CC.