Archives par mot-clé : Sofraluth

Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois

L'archetière Cathy Baroin exarçant dans l'ancien atelier de René Morizot à Mirecourt
Cathy Baroin établie dans l’ancien atelier de R. Morizot à Mirecourt, début des années 2000 (coll. part.)

Catherine (appelée Cathy) Baroin est mirecurtienne. Elle se forme à l’archèterie à 29 ans, après avoir exercé d’autres métiers du bois où elle a acquis une connaissance des outils, des gestes et de la matière. En effet, en 1974, à 16 ans, elle entre à l’école de sculpture sur bois au LEP (Lycée d’enseignement technique) de Neufchâteau. Elle obtient son Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de sculpture en 1978 et travaille dans l’entreprise de menuiserie de son oncle pour sculpter des ornements sur meubles. En 1979, à 21 ans, elle est embauchée pour sculpter des têtes de violons à la SOFRALUTH (Société française de lutherie), entreprise de Mirecourt qui fabrique des instruments de musique à cordes destinés à l’étude. Elle apprend également, dans ce contexte, à fabriquer un instrument complet.

Sculpter des têtes de violon (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

 

Lutherie, bois pour tête de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1990)
Bois pour têtes de violon (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse, vers 1990)

Après le travail à la gouge qu’elle connaissait, elle se forme au maniement précis des petits rabots et du canif de luthier, ainsi qu’à certaines opérations spécifiques à la lutherie.

Opérations spécifiques à la lutherie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Le métier de luthier et le pourquoi des opérations de fabrication se transmettent selon la tradition sans discussion sur leur bien-fondé.

Faire selon la tradition (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché de Jacques D. Braconnier)
Atelier de la Sofraluth à Mirecourt, 1982 (cliché J. D. Braconnier).  Sur la photo, sont présents (du 1er plan à G en boucle jusqu’au 1er plan à D) : Yves Morizot, Yan Strick, Jean-Pierre Voinson, Cathy Baroin, Didier Beaujard, Dominique Galand, Michel Cune et Isabelle Fleche-Duval.

C. Baroin reste pendant six ans à la SOFRALUTH jusqu’à la fermeture de l’entreprise en 1985, à laquelle succède la SOMIFI (Société mirecurtienne de facture instrumentale) où elle travaille deux ans. Puis la fabrique de violons est reprise par une nouvelle direction. Craignant la tendance à mécaniser et à diviser les tâches, C. Baroin cherche d’autres débouchés.

Eviter la mécanisation des tâches (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Outils d'archèterie (atelier de Cathy Baroin), Mirecourt
Outils et matériaux d’archèterie (cliché C. Baroin)

Elle se forme pendant un an dans l’atelier de l’archetier Gilles Duhaut à Mirecourt et y travaillera plus de trois ans, d’octobre 1987 à janvier 1991.

Elle commence par fabriquer ses outils (mandrin à passant, rabots) :

 

Fabrication des outils d’archèterie (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Rabotage (atelier de Cathy Baroin)
Rabotage (auto-cliché C. Baroin)

Elle raconte le façonnage de sa première baguette d’archet une fois qu’on lui a montré les gestes nécessaires.

La 1e baguette (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Les opérations de fabrication d’un archet sont diversifiées et le travail de matériaux variés (comme le bois, la nacre, le métal, le cuir, l’ivoire) l’intéresse.

Matériaux variés (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Matériaux pour fabriquer un archet (atelier de Cathy Baroin, Mirecourt)
Matériaux pour la fabrication de l’archet (cliché C. Baroin)

Elle forme plusieurs apprentis au sein de cet atelier. Certains se découragent face à des techniques qu’ils n’arrivent pas à reproduire.

Le nœud (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En 1991, elle rejoint l’entreprise Moinier qui veut mettre en place une section d’archèterie. Elle y travaille pendant six ans jusqu’en 1997. Poussée à produire beaucoup, elle doit mécaniser une partie de son travail en dépit de ses réticences.

La mécanisation (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Ces techniques industrielles la contrarient d’autant plus qu’elle a le sentiment qu’elles ne respectent pas le bois en lui enlevant ses propriétés.

Des techniques néfastes (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Perturbée par la pression exercée par le secteur commercial de l’entreprise, elle en vient à perdre les bases du métier. Pour gérer ces changements, elle part travailler une fois par semaine à Lyon dans l’atelier de l’archetier Franck Daguin .

Atelier Alain Monier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)
Atelier Alain Moinier (successeur de la Somifi qui a succédé à la Sofraluth) à Mirecourt, vers 1995 (cliché J. D. Braconnier)

Quand l’entreprise ferme, elle décide de s’établir à son compte. Au préalable, elle obtient une aide de l’ANPE (Agence Nationale pour l’Emploi) pour une formation à la réparation et à la restauration d’archets dans l’atelier de Pierre Guillaume à Bruxelles.

La réparation des archets (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En février 1998, elle ouvre son propre atelier chez elle. Après la vente de la maison familiale, elle s’installe dans l’atelier de René Morizot dont elle partage la location avec un luthier – d’abord Jean-Pierre Voinson jusqu’en 2004, puis Anne Sophie Benoit (aujourd’hui Trivin).

La location de l’atelier Morizot (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Cathy Baroin exerçant dans l'ancien atelier de René Morizot
Cathy Baroin exerçant dans l’ancien atelier de René Morizot (coll. C. Baroin)

Le binôme archetier/luthier est une formule intéressante pour l’atelier.

Un binôme intéressant (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

En octobre 2006, une inondation endommage le stock de bois. Un an après, sa co-équipière Anne Sophie Trivin, suite à des contraintes familiales, doit s’interrompre . En 2009, après des cambriolages et un accident, Cathy Baroin dénonce son bail et se réinstalle chez elle. Elle commence à travailler aussi pour d’autres ateliers dans le Massif central, mais l’opération n’est pas rentable.

Travailler dans le Massif Central (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Pourquoi avoir choisi l’archèterie ? Cathy Baroin est certes mirecurtienne, mais sans tradition familiale connue dans cet artisanat , avec quelques présomptions cependant puisque sa grand-mère paternelle porte le nom d’une lignée de luthiers de Mirecourt, les Cabasse. Elle revient sur son attirance pour le travail manuel en général et pour la lutherie en particulier. Petite, elle habitait en face de la fabrique de lutherie Laberte. Avec son ami d’enfance, le fils du directeur Philippe Laberte, elle visitait en cachette les ateliers, fascinée par le travail des ouvriers luthiers. Elle raconte plusieurs anecdotes à ce sujet.

Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (carte postale)
Un atelier de la Maison Humbert-Laberte Frères à Mirecourt (début XXe siècle), carte postale

A 12 ans, elle fabrique une guitare et à cette occasion entre pour la première fois dans l’atelier Gérôme à Mirecourt.

La 1e guitare (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Intéressée par l’archèterie, elle allait voir Charles Bazin dans son atelier, qui avait une forte personnalité.

Charles Bazin (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

A partir de 2006, elle observe une chute du pouvoir d’achat de ses clients.

Payer en quatre fois (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

Face à la crise qui s’esquisse, elle change de statut pour diminuer ses charges.

Esquisse de crise (Catherine Baroin, extrait d’enquête n°4916)

La concurrence chinoise ne lui paraît pas décisive. Il s’agit d’une crise plus générale, qui relève aussi de la pratique musicale en déclin dans les familles et dans l’enseignement général.

L'archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt
L’archetière Cathy Baroin dans son atelier à Mirecourt, 2016 (cliché A.S. Trivin)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Baroin, Catherine (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Choisir d’être archetière : un parcours entre différents métiers du bois. Mirecourt, 22 novembre 2015. Enregistrement numérique : 59 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4916.

Crédits photographiques :  Photos 1 et 8 : coll. C. Baroin ; photo 2 : H. Claudot-Hawad ; photos 4, 5, 6 : C. Baroin ; photo 3 (Sofraluth) et 7 (Atelier Alain Moinier) : J. D. Braconnier ; photo 9 : carte postale du début du siècle ; photo 10  : A. S. Trivin.  

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.