Archives par mot-clé : Suisse

Un ancien numéro de Sonorités nouvellement paru… le n°41

Nous avions déjà fait le récit, sur ce carnet, de la mise aux standards et aux normes éditoriales de la revue de l’AFAS – association française des documents sonores, oraux et audiovisuels1 il y a presque cinq ans, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités. Tout en poursuivant le processus (nouveau logo, nouvelle couverture, nouvelle maquette, nouveau comité de rédaction, nouvelle charte éditoriale…), l’association n’a  cessé de publier et même si l’année 2015 était compliquée pour l’équipe éditoriale, le numéro 41 est paru en libre accès sur le site de la revue. Mais, pour la première fois depuis sa création, ce numéro paraissait uniquement au format électronique. Continuer la lecture de Un ancien numéro de Sonorités nouvellement paru… le n°41

  1. L’association a été créée en 1978 et sa première revue dont le premier numéro (n°0) est paru en 1980 avait pour titre, Sonorités. Le premier numéro du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS (n°0) qui a départ avait une simple vocation de communication est paru en 1980. Les deux titres ont été réuni sous Bulletin de l’AFAS. Sonorités au moment de la création de la nouvelle maquette en 2005. []

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

Continuer la lecture de Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []

Compte-rendu : « Que faire des archives sonores ? »

Oiseau en cage

Le 21 novembre dernier s’est tenu au Rize (Villeurbanne) une journée d’étude sur le thème « La fabrique des patrimoines musicaux » annoncée sur le carnet, à laquelle la phonothèque de la MMSH a participé dans le cadre de l’atelier  « Que faire des archives sonores ». Un compte-rendu vient d’être publié sur le carnet Cinémadoc.

Un grand merci donc à Rémy Besson  qui a retranscrit les échanges très riches de l’après-midi. Je retiens pour ma part les remarques Yann Laville (conservateur adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel) qui a insisté sur la nécessité de lâcher du lest sur les angoisses d’exhaustivité des archivistes. Nous ne pourrons jamais tout conserver et il faudra être capable d’utiliser les archives en dépit des absences, des trous et des vides comme d’ailleurs cela a toujours été le cas dans l’histoire des archives… Mais voilà, le numérique donne l’illusion de pouvoir tendre vers l’exhaustivité d’où cette obsession de chercher à obtenir les informations, le dépit lorsqu’on ne trouve que le silence. Par contre,  on l’oublie parfois et pourtant , peut-être plus qu’auparavant, il convient de documenter au mieux le passage du matériel au numérique. Pour mieux comprendre cette nécessité et ses modalités, la lecture de l’ouvrage Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? de Jean-François Bert est d’un grand secours. Son carnet, Archives et pratiques savantes renvoie également vers de nouvelles réflexions qui devraient élargir nos débats autour des archives sonores.

Pour rappel, la journée était organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture.

Crédits photographiques : Oiseau en cage à Cacao, village Hmong en Guyane, décembre 2014, photographie de V. Ginouvès. (CC BY-NC-SA 3.0 FR)

Prolongation de l’exposition « Hors champs » jusqu’au 15 décembre 2013

5243245155_7b60b4abf1_z
Il commence à faire vraiment froid… c’est l’occasion de profiter de l’ambiance polaire du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui explore le thème de la construction et de l’usage des images en anthropologie en s’inspirant du monde des inuits et de l’exploration des pôles. De l’approche muséale à une vision poétique associant l’art et l’ethnographie, en passant par la navigation virtuelle (et des réseaux sociaux), l’exposition s’intéresse au choix du point de vue : ce qui est révélé par l’image et ce qui reste hors du cadre. N’hésitez pas à aller ouvrir les frigos du Musée de Neauchâtel, la réflexion proposée sur le patrimoine culturel immatériel dégèle tous les esprits…

Si vous avez la chance d’être à Neuchâtel le 12 décembre pour la clôture, vous pourrez vivre d’étonnantes aventures culturelles immatérielles : le MEN propose un repas (19h) et un concert original (20h15) du duo Bristophe (Brice Catherin et Christophe Schweizer) : du hors-champs à l’hors-chant les musiciens vont proposer de libérer les auditeurs d’une écoute passive en les lâchant dans un monde sonore inconnu…

Depuis le 7 mars et jusqu’au 15 décembre 2013, informations pratiques sur le site web : http://www.men.ch

Catalogue en vente sur le site du Musée.

 

Revue de presse : 

Chardon, Elisabeth. « A Neuchâtel, plongée dans les frigos de l’ethno », Le Temps, 10 novembre 2012, http://www.letemps.ch/Page/Uuid/657d2f70-2ab0-11e2-a2c0-14d6685ecc15%7C0

Gonseth, Marc-Olivier « Politics and poetics of displaying Promenade dans un bac à glaçons », Roots & Routes : research on visual culture, Anno III, n°10, aprile-giugno 2013 http://www.roots-routes.org/2012/11/12/politics-and-poetics-of-displayingprovvisoriodi-marc-olivier-gonseth

Thomas-Bourgnieuf, Martine. « Chez les visages pôles », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/chez-les-visages-poles_871728

« Interview par Martine Thomas-Bourgnieuf, : Marc-Olivier Gonseth, directeur du MEN, explique la singularité de son musée », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/regarder-le-patrimoine-culturel-immateriel-avec-de-nouvelles-lunettes_871744

 

Crédits photographiques : 

A man from the Umingmaktormiut, an Eskimo tribe that before Rasmussen’s visit had never been described or photgraphed, 1924, Leo Hansen photographer, Smithsonian Archives, no known copyright restrictions.

– Affiche de l’exposition « Hors champs » (MEN).

Des bruits à Neuchâtel

L’exposition Bruits, échos du patrimoine immatériel devrait intéresser les gestionnaires de fonds d’archives sonores en ce qu’elle questionne les différentes façons dont les sociétés humaines appréhendent, organisent, conservent et mettent en valeur leurs productions sonores. Elle y scrute les processus de patrimonialisation, mettant à mal l’opposition matériel / immatériel, démontrant que l’objet n’est intéressant que parce qu’il nous dit d’immatériel : impossible de saisir le matériel sans user de formes matérielles. A l’heure des inventaires qui ne cessent d’être entrepris sous les auspices de l’UNESCO, quand les archives sonores sont souvent jugées bien trop matérielles pour représenter un patrimoine « vivant », voilà qui nous fait dresser l’oreille… Car à explorer l’immatériel, voilà bien le paradoxe, il nous faut pourtant – pour le conserver, le revoir ou le réentendre – prendre soin des supports sur lequel on l’a capturé. L’exposition pose ainsi de nombreuses questions cruciales pour le gestionnaire de collections sonores. Par exemple, alors que dans les années 1970 le chercheur sur le terrain économisait soigneusement sa bande analogique pour réaliser ses enquêtes, celui du 21e siècle a à sa disposition des moyens de captation sonores compacts, efficaces, simples d’utilisation… que va-t-on garder de ces heures d’entretiens, de ce flot d’information continu ? Ou encore, plus cruelle : comment gérer intelligemment la masse de données sonores accumulées dans les archives du monde entier et dont les contenus intéressent au premier chef les vendeurs et les gestionnaires de données des plateformes ou des portails Internet ? Impitoyable enfin : ne faudrait-il pas accepter que certains éléments disparaissent, pour que d’autres prennent sens, faute de quoi le monde serait englouti par son double muséal ?

Cette exposition, première d’une trilogie consacrée au patrimoine culturel immatériel (PCI), se rit de notre folie patrimoniale.  Organisée par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel en collaboration avec l’institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel, elle mène le visiteur sur un parcours poétique, musical, dérangeant, joyeux et savant. Un catalogue l’accompagne1, magnifiquement illustré, édité par Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville et Grégoire Mayor. ; l’affiche de l’exposition, réalisée par François Schuitten, renvoie à la forme de surréalisme muséal que l’on retrouve dans l’aventure de la visite. Les deux autres expositions sur le PCI qui l’attendent en 2012 et 2013  semble tout aussi  déconcertantes puisqu’au lieu d’évoquer les images il sera question de hors-champs et la parole sera présentée à travers le secret, pour « Bruits », il vous reste jusqu’au 15 septembre pour vous y rendre.

Le catalogue Bruits: échos du patrimoine immatériel (2011, 21 x 27 cm, 360 p., ISBN 978-2-88078-037-1) peut être commandé au musée ethnologique de Neuchâtel, 50.00 CHF/ 38€.

Pour avoir une idée plus précise de l’exposition, vous pouvez également lire sur le Temps du 4 octobre 2010, Les ethnologues font du bruit au musée par Elisabeth Chardon, un long article qui décrit l’ensemble du parcours du visiteur (accès libre au texte sur inscription au journal).

  1. En langue française, anglaise et allemande, le catalogue présente une série d’articles de Salvatore Bevilacqua, Karin Bijsterveld, François Borel, Gaetano Ciarcia, Marc-Olivier Gonseth, Yann Laville, Grégoire Mayor, Gérôme Guibert, Jean-Pierre Gutto, Fabien Hein, Caleb Kelly, Walter Leimgruber, Pierre Mariétan, Alain Mueller, Jean-Marie Privat, Béatrice Ramaut-Chevassus, Pablo Vidal González, Nicolas Walzer []