Archives par mot-clé : Syrie

Forum on alternative archival practices, Beyrouth, 14 & 15 décembre 2018

ACSS is a regional, independent, non-profit organization, dedicated to strengthening social science research and knowledge production in the Arab world which is organizing today and tomorrow an inventive forum in Beyrouth. Following on twitter : #AlternativeArchivesDownload the program in arabic and english Continuer la lecture de Forum on alternative archival practices, Beyrouth, 14 & 15 décembre 2018

Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ?

Depuis le 15 mars 2012, nous attendions que Bassel Khartabil soit libéré. Après tout, c’était certainement une erreur. Malgré l’horreur de la guerre, un geôlier, un militaire, quelqu’un comprendrait vite que c’était une erreur. Bassel était simplement informaticien et travaillait à un internet libre en développant les Creatives Commons dans son pays.  Alors que j’attendais, il a été exécuté. Cela s’est passé il y a longtemps déjà, sans doute en octobre 2015.

Une fois dévastés par l’absurdité et l’absence, Bassel Khartabil est toujours là ! Un fonds à sa mémoire vient d’être ouvert, hébergé par la fondation des Creatives Commons The Bassel Khartabil Memorial Fund, une communauté internationale s’est constituée dès les débuts de son incarcération dont il est le ciment toujours très animée, une playlist donne à entendre les formes sensibles du souvenir et des images de ceux qui attendaient, encore ouverte. A très bientôt Bassel.

Si l’on me disait encore : Que ferais-tu si tu mourrais aujourd’hui ? Je répondrais sur-le-champ : Si le sommeil me gagne, je m’endormirai ; si j’ai soif, je boirai ; si j’écris, ce que j’écris me plaira et j’ignorerai la question ; si je déjeune, j’ajouterai un peu de moutarde et de poivre à ma grillade ; si je me rase, je pourrai me couper au lobe ; si j’embrasse mon amie, je dévorerai ses lèvres comme une figue ; si je lis, je sauterai quelques pages ; si j’épluche des oignons, je verserai quelques larmes ; si je marche, j’irai plus lentement ; si j’existe ainsi qu’à présent, je ne penserai pas au néant ; si je ne suis pas présent, l’affaire ne me concernera pas ; si j’écoute Mozart, je me rapprocherai du carré des anges ; si je dors, je continuerai à dormir, rêvant et follement amoureux du gardénia ; si je ris, je réduirai mon rire de moitié par décence. Que puis-je faire ? Que puis-je faire d’autre, même si j’étais plus courageux qu’une tête brûlée et plus fort qu’Hercule ? Extrait de « La trace du papillon », Mahmoud Darwich.

Suivez Freebassel sur Instagram et @freebassel sur Twitter

Crédit photographique :  Portrait de Bassel Khartabil lors du Creative Commons Arab Regional Meeting, par Mohamed Nanabhay, 24 octobre 2010  (CC BY)

Archiver Michel Seurat

L’empreinte de Michel Seurat dans la recherche en sciences sociales sur le Moyen-Orient a perduré bien après sa disparition en 1986. Dès 1989, Gilles Kepel et Olivier Mongin procédaient à une « opération de sauvetage » des écrits du chercheur en publiant L’Etat de barbarie1. Dans leur avant-propos de l’ouvrage, MM Kepel et Mongin écrivaient : « en rassemblant ici ce qui avait déjà pris forme, on voudrait susciter chez d’autres chercheurs le désir d’exploiter plus avant une veine dont la fécondité paraît grande. »2. Mais pour ce qui était des archives sonores de Michel Seurat, elles étaient plus difficilement exploitables du fait de leur format analogique et de leur hétérogénéité. En 2009, l’Institut français du Proche Orient s’est alors tourné vers la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme pour procéder à leur traitement3. Continuer la lecture de Archiver Michel Seurat

  1. Seurat, Michel, L’Etat de barbarie, Paris, Le Seuil, collection « Esprit », 1989, 335 p. []
  2. L’Etat de barbarie, p. 11. []
  3. En 2009, Franck Mermier, directeur du Département des études contemporaines de l’Ifpo de 2002 à 2009, a confié les enregistrements à la phonothèque de la MMSH par souci de conservation. []

#Freebasselday, 5ème anniversaire

Aujourd’hui cela fera 5 ans que Bassel Khartabil est en détention en Syrie. Ingénieur, défenseur du logiciel libre et contributeur au projet des Creatives Commons, Bassel a été enlevé sans raison particulière le 15 mars 2012. Il a été emprisonné, sans doute dans plusieurs établissements, et avec lui ont disparu quelques 65 000 syriens dans les geôles du régime qui a recours depuis 5 ans aux disparitions forcées1 . De Bassel, plus personne n’a entendu parler depuis plus d’un an.  L’habitude devient angoissante, désormais quatre billets dans ce carnet  s’insurgent contre cette détention, en 2013, 2014, 2015, 2016. Peu importe, le collectif de soutien de Bassel Khartabil est international et tenace. Cette année encore, prenez le temps de penser à lui, comme à l’un de vos proches, comme à une personne à laquelle vous tenez et qu’avec force vous souhaitez retrouver : Continuer la lecture de #Freebasselday, 5ème anniversaire

  1. Voir le documentaire « Disparus, la guerre invisible de Syrie », d’Etienne Huver et Sophie Nivelle-Cardinale, qui a reçu le 27 mai 2016 le prix Albert Londres dans la catégorie Audiovisuel []

Alors que j’attendais…

Voilà comment le metteur en scène Omar Abussaada évoque la  Syrie dans un entretien au journal La terrasse1 : « On parle souvent de guerre à propos de la situation en Syrie. Je ne suis pas très à l’aise avec ce terme-là. Car ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de la répression brutale qui mit fin, en 2011, à l’impulsion révolutionnaire. C’est à partir de ce moment-là que ma vie a définitivement changé. Ma famille a quitté Damas. La plupart de mes amis sont partis vivre à l’étranger. Et parmi ceux qui sont restés, certains ont été arrêtés par les autorités (…). Aujourd’hui, plus que jamais, le théâtre est la chose qui me permet de continuer à vivre, de faire face à la mort. » Continuer la lecture de Alors que j’attendais…

  1. La terrasse, 26 juin 2016, n°245. []

Adieu Ustadh Souheil

Il y a un an, le 11 septembre 2015, Souheil Chebat, professeur de langue arabe à l’Institut Français du Proche-Orient, nous quittait. En mai 2010, il avait accepté d’enregistrer un entretien1, sur son expérience au sein de l’Institut dans le cadre d’un projet de recherche sur les archives de l’Institut. Ce billet est l’occasion de l’écouter encore une fois, et de lui rendre hommage.

Continuer la lecture de Adieu Ustadh Souheil

  1. L’entretien mené par Véronique Ginouvès et François Siino est conservé à la phonothèque et diffusé, avec l’accord de Souheil Chebat en ligne sur la base de la phonothèque sous le numéro d’enquête n°4042 []

#FreeBasselDay 2016

En 2013, 2014, 2015 des appels ont été lancés sur ce blog et partout dans la presse et sur internet pour que soit libéré Bassel Khatibi emprisonné en Syrie. Un réseau de volontaires s’est créé pour aider à soutenir ces campagnes de presse. Rien n’y a fait. En 2015, un article paru en langue française puis anglaise a retracé les bribes d’histoire que l’on peut recueillir sur cet informaticien qui vit pour un Internet libre et risque d’en mourir Un billet sur le blog de la Jimmy Wales Foundation, paru le 5 mars dernier nous enjoint à continuer à poser la question sans relâche : Où est Bassel ?  #WhereIsBassel? Il a disparu depuis 2012 !

Pour ce triste jour d’anniversaire, et malgré toutes les menaces sur sa vie, continuons de réclamer sa libération !

Une marche de protestation aura lieu le 19 mars prochain conjointement à Paris, San Francisco, Berlin et Londres. A Paris, elle partira de la Bibliothèque publique d’Information (BPI) à 14h !

Aidez-nous à soutenir la campagne pour la libération de Bassel en signant la lettre de soutien et la pétition et suivre les informations

sur le site http://freebassel.org

et sur Twitter https://twitter.com/freebassel

freebassel-infosheet-2016-color-outlines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire orale par Antigone (de Shatila)

Elles sont huit femmes face au spectateurs qui lancent en langue arabe, dans un chœur monodique et puissant, la vieille histoire d’Antigone. Celle-la même qui a accompagné son père Œdipe à Colonne, celle qui s’est entêtée à enterrer son frère Polynice et pour cela a été enterrée vivante, subissant la rage de son oncle Créon. Pour nous raconter cette histoire, elles sont assises sur des chaises de bois et de paille. Peut-être sont elles épuisées de la route qu’elles ont parcouru entre Alep, Daraa ou Damas et Beyrouth et dont elle vont nous faire le récit entrelacé dans les vers d’Antigone ? Peut-être qu’elle sont assises ainsi comme on peut l’être dans la cuisine avec ses amies, pour leur confier soudain – parce que les circonstances s’y prêtent – des récits jusqu’ici enfouis, des récits que l’on a jusqu’ici préféré oublier.

Car les chaises vont bouger. Le chœur est là pour rythmer les monologues de chacune d’entre elle, indiquer le passage de l’une à l’autre. Comme dans la tradition du théâtre antique, il est mené par une coryphée qui sort du chœur régulièrement pour s’installer à son petit bureau de bois. C’est elle qui a la fonction de guider le spectateur, lui faire comprendre le contexte à travers la lecture de son journal intime qui raconte pourquoi ces huit femmes, qui habitent le camp de Shatila à Beyrouth, sont là ce soir.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9556

Ainsi, assise à son bureau, elle raconte d’abord sa surprise – au milieu du désordre du camp de Shatila – d’apprendre que des cours de théâtre se mettent en place et s’adressent à des femmes. Elle est la seule « dans la vraie vie » : elle boit quelques gorgées de thé ou d’eau à même la bouteille au fil de sa lecture, elle feuillette son journal, elle fume… – les autres ne prennent vie que lorsqu’elles racontent, comme si elles représentaient l' »Histoire » -. Elle a tout noté de ces deux mois de travail et de répétitions, avec la tristesse de l’excitation du premier jour qui sait déjà que l’aventure qui rompt son quotidien sinistre, se terminera.  « Aide par le théâtre », c’était ce qui circulait par le bouche à oreille dans le camp de Shatila et laissait chacune circonspecte. Antigone of Shatila@Didier Nadeau0066

Au camps, une trentaine de femmes décident de participer à ce projet mené par Omar Abusaada1 et participent à des ateliers d’écriture qui vont peut à peu constituer le corps d’Antigone. Car chacune se reconnait dans ce personnage entêté à défendre ses valeurs, essentielles pour se construire, et à prendre son destin en main.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9965

Assises sur leurs chaises, pieds nus, elles sont semblables et différentes. Chacune a sa façon de se tenir, de porter son foulard, de se vêtir. Lorsqu’elles sont sous la lumière, cette individualité déferle dans un récit qui renvoie à une traversée de quelques kilomètres qui les a arrachées à leur vie, leur maison, leurs proches – de la Syrie au Liban. La soeur qui a perdu son frère, la mère qui a perdu ses fils, la fille qui a perdu son père, celle qui ne parle pas de ses morts mais du combat de la vie chaque jour… Des récits qui nous happent et viennent éclairer les statistiques que l’on lit trop souvent sans s’en représenter la réalité.  L’écriture est belle, la diction mélodieuse, plongeant le spectateur dans chacune de ces bribes d’Histoire, uniques et universelles.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9936

Une soeur court d’une faction à une autre pour chercher son frère disparu. La rumeur le dit mort, elle veut l’enterrer. Contrainte à définitivement quitter sa campagne d’Alep sans avoir pu le retrouver, elle emporte avec elle une pierre de sa maison détruite par un bombardement. Une fille retrouve l’odeur de son père mort d’épuisement dans ses bras en dépliant le pull-over qu’il portait ce jour là. Elle déplie avec lui cette journée, où à l’hôpital libanais, en tant que réfugiés, leur douleur s’est heurtée à une absence totale de considération. Il y a aussi cette épouse réveillée un matin pour la première fois de sa vie après son mari, le lit est vide. Inquiète aussitôt – car tout qui change de l’habitude peut être douloureux -, elle s’alarme d’autant plus quand il lui demande de ne pas ranger, de rien préparer mais de partir en taxi, quitter le camp, aller à Beyrouth. Et voilà qu’il entre dans un magasin, lui achète un chemisier et  lui souhaite une belle Saint-Valentin ! Quel émerveillement que de ressentir ce bonheur simple de ne plus trembler. Il y a celle mariée très jeune à un mari grincheux qui lui impose de porter un voile intégral. Sa propre famille soutient cette obligation, le ciel et les oiseaux s’obscurcissent. Mais le camp de Shatila curieusement va la libérer. En voulant ramasser son linge, étendu sur la terrasse de leur pauvre appartement le lendemain même de leur long périple,  elle découvre que quelqu’un lui a volé son voile. Les premiers jours, son mari lui impose la règle, « Pas de voile, pas de sorties » mais son épuisement et les vicissitudes de la vie quotidienne auront le dessus : il finira par la laisser aller visage découvert.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9888

« Aide par le théâtre », c’était par ces mots que ces actrices se sont décider à participer à ce projet d’écriture de pièce sans savoir qu’à travers le théâtre c’est elles qui allaient aider le public à comprendre l’Histoire. Leurs bribes de récits de vie, nous permettent de partager pour un instant leur intimité, leur douleur et leurs espoirs. Loin du stéréotype des femmes au foulard, elles se découvrent opiniâtres telles Antigone, créatrices, actrices, conteuses… Et leurs histoires nous permettent de comprendre le monde.

Antigone of Chatila©Didier Nadeau9478

Mise en scène : Omar Abusaada
Dramaturgie : Mohammad Al Attar
Préparation des actrices : Hala Omran
Lumières : Hasan Al Balkhi
Première européenne à la Friche de la Belle de Mai,
A Hambourg lundi 1er février et mardi 2 à 15h et à 20h, théâtre  Thalia. Réservations : http://www.thalia-theater.de
Si nous apprenons d’autres dates nous le signalerons sur le carnet.

Traduction (les didascalies en langue française s’affichent sur les deux côtés de la scène pendant le spectacle) : Lise Alchami, Khadija Fadel avec le soutien de Simon Dubois.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau0057Actrices : Fatema Al Hasan, Faten Al Hasan, Aicha Al Khalaf, Muntaha Al Shahadat, Israa Alabdou, Fadoa Alaoyete, Zarifa Aljafar, Zakieh Alkhalaf, Heba Alsahly, Reem Meselmani, Esraa Shahror, Walaa Sokare, Wessam Soukari.

Crédits photographiques : Merci à Didier Nadeau (Atelier Pan, Marseille) de m’avoir autorisée à diffuser ses images pour ce billet.

 

Voir une vidéo sur les répétitions de la pièce à Beyrouth :

  1. Omar Abusaada est un metteur en scène syrien qui a créé la troupe Studio Theatre. Son premier spectacle ‘Insomnia’ en 2004 a été joué à Damas et au Contact Theatre Festival de Manchester. Il enchaîne ensuite les productions en Syrie : Poster (2006), Samah (2008) – une improvisation collective réalisée avec un groupe de jeunes prisonniers – puis Al Merwad wa Al Mekhala (2009) – joué à l’opéra national de Syrie à Damas – et Look at the Streets.  This is how Hope looks like (2011). Il quitte la Syrie en 2011 et continue son travail de metteur en scène comme Can You Please Look at the Camera? []

#FREEBASSELDAY 2015

Depuis le 15 mars Bassel Khartabil a été emprisonné, en Syrie et chaque 15 mars la communauté des Creatives Commons et du libre accès à la connaissance sur Internet lui rend hommage et appelle à sa libération.

Depuis le 15 mars 2012, on ne sait rien.  Même si on doit découvrir l’horreur, donnez nous des nouvelles de Bassel.

 

Crédits photographiques : #FREEBASSEL campaign. Pictures taken in Amsterdam, Haarlem and Utrecht par Kennisland. CC BY-SA 2.0

#FREEBASSELDAY 2014

FREEBASSELDAY-2014-Head-Outline

Il y a un an le web résonnait d’une rumeur mondiale pour libérer Bassel Khartibi, informaticien pour un internet libre, emprisonné illégalement en Syrie. Depuis, la torture a été systématisée dans ce pays où 6,8 millions de déplacés ont besoin d’une assistance humanitaire. Bassel n’est sans doute qu’un grain de sable au milieu de ces milliers de personnes en souffrance, mais on a vu des grains de sable enrayer des machines complexes, alors continuons à appuyer la libération de Bassel ! Le 15 mars,  jour du #FREEBASSELDAY 2014, Bassel sera emprisonné depuis deux ans. Vous pouvez rejoindre des groupes de soutien à San Francisco, à Berlin ou en créer vous même, cuisiner en son honneur, suivre les tweets sur #freebassel… et tout ce que vous imaginez possible pour vous ce jour là qui puisse s’ajouter au grain de sable, pour que s’interrompe l’horreur dans ce pays où les enfants grandissent plus vite que partout au monde.

#FreeBassel Cookbook