Archives par mot-clé : témoin

Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale

Intervention d’Anne-Marie Granet (LARHRA), Professeure d’histoire contemporaine, Université Grenoble Alpes, journées d’étude de l’AFAS, 30 novembre 2010 (mise à jour en septembre 2020), Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes et bénéfices.

Il n’est pas indifférent que ce soit à Aix en Provence, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme et dans le cadre d’une journée organisée par la phonothèque que soient posées ces questions comme celles auxquelles nous invite Véronique Ginouvès. Très tôt en effet dès les premières opérations de recueil du témoignage dans un cadre académique1, c’est principalement à Aix qu’ont émergé des interrogations de cette nature. Celles-ci étaient suscitées par l’usage d’un matériau d’un genre nouveau : la parole des témoins et la mémoire mise en récit à l’oral. A cette époque, la collecte et la conservation des sources orales n’étaient pas légion. Faire appel à un témoin restait une démarche sur les marges et aux marges des disciplines académiques, pour la discipline historienne particulièrement. Le témoignage était en effet délégitimé comme source2 comme était délégitimé le recours au témoin, une démarche qui s’était pour se distinguer nommée « histoire orale »3. Pour les chercheurs qui en faisaient leur miel, il était important de réfléchir aux usages, aux pratiques, aux méthodes de cette histoire orale revendiquée non pas contre l’écrit, mais en complément  de ce dernier4. En même temps que les programmes de recherche appuyés sur des collectes orales en fondaient la démarche, un lieu de conservation était prévu qui posait la spécificité de ce matériau. Il n’est guère étonnant de trouver cette source « à côté » des autres, majoritairement conservée dans des institutions – phonothèques, musées, bibliothèques- plutôt qu’au sein des Archives (départementales ou nationales), sauf exception. La force de la phonothèque d’Aix en Provence est d’avoir, d’abord modestement puis de manière structurée et dynamique, accompagné les recherches autour de l’oralité, permettant de poser régulièrement les questions d’ordre technique mais aussi juridique et déontologique et de les résoudre en partie.

Les années ont passé et pourtant… La source orale (qui a remplacé dans la terminologie et de manière réductrice l’histoire orale)5 continue effectivement à rester une source secondaire, et pour la majorité des historiens français, entachée d’une subjectivité que paradoxalement on ne semble pas concéder de la même façon aux autres. Il apparaît essentiel de reposer cet ensemble de questions dans un contexte de modification radicale des modalités de collecte, de conservation et de diffusion. Celle-ci est liée au rôle du numérique et à la « mise en ligne » des informations, possible et encouragée. Cette nouvelle donne procure des moyens inédits et génère de nouvelles responsabilités scientifiques, juridiques et déontologiques. Qui plus est, elle s’inscrit dans un contexte où le témoignage est particulièrement prégnant. S’il l’est moins dans les instances universitaires, en revanche il l’est particulièrement dans les secteurs associatifs qui engagent des séries de collecte. Il l’est aussi dans les médias qui font la part belle à la parole des témoins à défaut de la prendre réellement en compte, mais qui ont construit un mode de témoigner. Ces questions se posent au chercheur comme à l’enseignant. En dirigeant des mémoires de master qui utilisent la source orale, il participe, à l’instar des étudiants, à la fabrication des sources par le biais de la collecte des récits de témoins, comme il le fait en tant que chercheur. Au-delà, c’est le devenir de ces matériaux qui est posé, leur usage dans un autre cadre et pour des projets distincts de celui de la collecte initiale. Or actuellement, la mise en ligne rapide et directe des témoignages devient un principe, aussi bien de la part des institutions de conservation que des financeurs, au prétexte légitime et prometteur d’ouverture des archives au public, d’accessibilité des documents par l’avancée technologique. Cela rend d’autant plus prégnante une réflexion sur les droits afférant aux usages élargis et médiatisés de ces témoignages, collectés dans le cadre de la recherche.

A la demande de Véronique Ginouves, il s’agit là de la réflexion d’une historienne sur les récits oraux, leur usage comme source directe ou quand ces derniers ont endossé le statut d’archives. Celle-ci sera basée en large partie sur une longue expérience de collecte et de pratique de ces récits, qu’ils soient oraux ou fixés sur la forme audio-visuelle. C’est aussi le propos d’une enseignante qui apprend à des étudiants de licence et de master à collecter de manière rigoureuse et réfléchie le témoignage et la mémoire de témoins pour leur recherche et à les analyser. Une réflexion qui, dans le temps imparti, ne pourra rester que générale et pour bien d’entre vous, somme tout banale.

Un matériau irremplaçable, resté aux marges de la recherche historienne

Sans parler des critiques envers l’histoire orale, la source orale elle-même reste suspecte pour un usage scientifique ; en histoire on continue à lui réserver le rôle d’ersatz, à l’utiliser quand on ne peut faire autrement ou la considérer comme le moyen d’illustrer le vécu6. Cette méfiance est assortie de critiques de deux sortes. Sur le fond d’abord. On ne manquait et on ne manque toujours pas de souligner le caractère subjectif du récit oral : un récit sujet aux déformations, soit pour mythifier, soit pour amplifier, soit pour atténuer ; un récit susceptible d’erreurs, d’occultations et enclin aux oublis ; un récit marqué par ce que l’on nomme le handicap de l’a posteriori, c’est à dire que les témoins racontent avec un décalage temporel les événements ou les éléments dont ils parlent, ce qui, aux yeux des contempteurs, ne peut que générer des erreurs sans parler des déformations liées aux récits successifs. Bref, toutes ces conditions sont opposées à celles des archives écrites, qui elles ne seraient pas entachées de la même subjectivité, qui sont censées plus fiables car fixées à un moment donné et dans un cadre précis. C’est pourtant faire bien peu cas de la nature même de ces archives et des conditions de leur production. Celles-ci répondent également à des objectifs, sont produites dans un contexte particulier, dans un cadre réglementaire et normé quand il est administratif ou particulier pour les archives privées. Reflet des cadres de leur élaboration et des directives qui les sous-tendent, elles sont également imprégnées de subjectivité. Il suffirait de prendre quelques exemples, y compris avec des catégories d’archives pensées et réputées objectives ; cela va des archives de l’état –civil aux recensements, des archives notariés aux enquêtes des corps de l’administration départementale ou nationale. Ces exemples, à condition de pouvoir les détailler, montrent combien à travers la manière de rendre compte des différents actes de la vie sociale on peut saisir la construction d’une normalité et surtout le point de vue des élites, quelles qu’elles soient. Insister sur la seule subjectivité des sources orales, sur la déformation et la reconstruction intrinsèques des faits qu’elles génèrent, c’est les considérer uniquement dans leur apport factuel et non dans ce qui les rend irremplaçables : le récit sur le passé, les représentations que les témoins donnent de ce passé, de leurs actes et la compréhension qu’ils en ont ou qu’ils en donnent, de ces actes qu’ils ont vécus, dont ils se souviennent ou qu’ils auraient aimé vivre, comme le dit si bien Anne Roche. On dépasse largement le seul vécu, les seuls éléments factuels pour aborder les analyses et la conception du temps, de la société, des valeurs que les témoins donnent, acceptent ou veulent transmettre. Ils permettent d’expliquer en partie les comportements, les actes et les manières de penser des témoins, en fonction des groupes sociaux, culturels, idéologiques, … auxquels ils se réfèrent, en fonction du contexte dans lequel ils témoignent directement ou indirectement, quand il s’agit de témoins indirects ou de descendants des acteurs concernés.

Sur la forme ensuite. Une des critiques majeures est celle de leur réalisation. En règle générale, on souligne que les sources orales sont construites par le chercheur pour sa propre recherche et qu’elles sont inutilisables pour d’autres usages que ceux du chercheur lui-même. C’est notamment un des arguments qui a été développé pendant quelques années par les conservateurs du Musée Dauphinois pour expliquer leur réticence à relancer la phonothèque existante, à l’améliorer et la moderniser, en reconsidérant sa place au sein du musée et surtout en direction des chercheurs. L’argument, étayé par la pratique, repose sur le fait que des centaines d’heures d’entretiens sont conservées sans que personne ne revienne ensuite travailler avec et sur ces récits enregistrés. Nous allons revenir sur ce point pour montrer que cet argument peut être facilement discuté.

Pour rester dans le registre formel, un autre aspect majeur renvoie à la technique. La qualité du support et les mutations technologiques compliquent la conservation individuelle et collective de ces sources. Si le transfert des données n’est pas effectué, à terme ces sources peuvent devenir muettes, en l’absence de matériel pour les lire, avec la disparition des appareils qui ont été utilisés pour les collectes. Cette gestion des transferts n’est pas seulement technique ; elle génère un coût, une donnée non négligeable dans les choix des politiques culturelles, notamment pour les phonothèques. Dans ce domaine effectivement cet aspect les distingue des archives papier classiques et notamment des archives administratives.

Des archives comme les autres

Pourtant, malgré les réticences de toute nature à l’endroit des sources orales, on ne peut que souligner la proximité de celles-ci avec les autres catégories. Non seulement elles sont des sources mais elles deviennent des archives comme les autres. Un chercheur travaille certes généralement sur les corpus d’entretiens qu’il a réalisés pour son projet ; il peut retravailler quelques années après sur ces mêmes corpus en les réinterrogeant différemment, comme il peut travailler sur des collectes effectuées par d’autres, à l’instar de n’importe quel fond d’archives classiques.

La première banalité à rappeler, c’est que ces archives donnent accès à des témoignages et à la parole de témoins qui ne pourraient plus être enregistrés en raison, soit de leur disparition soit parce que ces derniers ne témoigneront plus de la même manière. L’évolution ou la modification du récit d’un même témoin, enregistré à plusieurs mois ou années d’intervalle, est d’ailleurs une des critiques les plus fréquentes. On insiste sur la fragilité du témoignage, son manque de rigueur, et l’impossibilité de lui accorder une crédibilité scientifique. Cette manière de délégitimer les archives orales et à travers elles le recours au témoin7, accompagne la mise en valeur des archives écrites jugées fiables car fixées définitivement à une date donnée et donc non susceptibles d’être transformées. C’est faire peu de cas de l’importance de la construction du récit, de l’évolution de la mémoire en fonction du contexte d’énonciation et de production et de l’intérêt majeur de ces nuances ou de ces versions pour l’analyse des phénomènes mémoriels.

Or, il est tout à fait loisible voire même passionnant de questionner les mêmes archives à partir d’interrogations nouvelles, de les utiliser comme matériau pour construire de nouveaux objets, investiguer des sujets neufs et lancer des problématiques inédites. Cette possibilité tient à la richesse intrinsèque des témoignages et de la mémoire orale, pour peu que la collecte ait été faite dans de réelles conditions de qualité scientifique, méthodologique et technique. Cela renvoie à la complexité du récit et aux niveaux variés de lecture que l’on peut en faire. En effet, lorsque l’on réalise des entretiens, surtout si l’on n’est pas un enquêteur trop directif et trop centré sur son seul sujet, on obtient des récits qui vont bien au –delà des seules thématiques attendues ou retenues, des seuls éléments que l’on cherche a priori. La richesse du récit suscite de nouvelles interrogations, de nouvelles entrées et d’ailleurs, on peut rarement aborder l’ensemble de la matière fournie lors d’une première recherche. Ainsi lorsqu’à la fin des années 80 je réalisais ma thèse sur l’histoire et la mémoire des migrations des habitants du Queyras, j’avais ciblé des parcours de vie en même temps que je reconstituais, avec des archives familiales et publiques, des prosopographies d’acteurs pour comprendre la réalité des phénomènes migratoires et la manière dont ceux-ci s‘inséraient dans les économies familiales et collectives. Les récits de ces migrants ou la transmission des parcours familiaux par leurs descendants, envisageant les expériences migratoires de manière globale et complète, alliant narration, explications, ressenti, vécu et représentations, allaient bien au-delà du sujet. Ils permettaient d’envisager ces migrations comme un phénomène pleinement constitutif des sociétés de montagne. Au-delà, d’autres motifs et d’autres éléments émergeaient qui n’entraient pas directement dans le sujet. Mis de côté, je les ai retrouvés lorsque j’ai entamé des travaux sur l’histoire sociale et la mémoire des risques dits naturels en montagne, quelques dix années après ou, plus récemment encore, pour mes recherches sur les parcs et les espaces protégés ainsi que sur le tourisme dans les Alpes. De même le fait d’avoir recueilli des récits complets, à la fois factuels et interprétatifs, envisageant le parcours individuel ou familial – et plus largement villageois – d’un migrant, des origines de son départ jusqu’au retour, temporaire ou définitif, a fourni les bases pour une nouvelle approche sur les thématiques migratoires, peu traitée jusqu’à présent : les phénomènes du retour8. Que ces récits soient le plus souvent tenus non par des acteurs directs mais par des descendants – notamment pour la partie des Queyrassins partis en Amérique latine au cours du 19ème siècle – est une richesse. Elle pose l’importance de la transmission, la force de la mémoire familiale mais plus encore territoriale et permet une entrée pour comprendre les catégories sociales et identitaires au sein d’un territoire9.

Très fréquemment les entretiens ouvrent à d’autres sujets non prévus et apparemment éloignés du thème initial. C’est surtout vrai lorsque le témoin utilise l’entretien pour aborder un sujet qui lui tient à cœur alors qu’il a accepté de témoigner sur un autre. Cette expérience m’est arrivée de manière particulièrement prononcée lors d’une campagne de collecte auprès d’anciens du STO, une collecte réalisée dans le cadre d’un programme européen, qui devait suivre des modalités précises en termes de questions et de thèmes à aborder10. Ce témoin-là était le grand père d’une de mes étudiantes qui avait accepté de parler et même d’être filmé en raison de cette proximité. Agriculteur à la retraite dans un village de la haute Ardèche, il a profité des deux heures qu’a duré l’entretien pour délivrer un magnifique témoignage sur… la vie rurale, plus exactement la fin de la vie rurale traditionnelle. Les passages qui concernent directement l’expérience du STO ne représentent qu’environ une trentaine de minutes, et souvent en réponse à des questions posées alors que le récit sur le monde rural et paysan lui est fluide, à la manière d’un long conte que rapporterait « le dernier des manants11 ». Un témoignage d’une grande richesse, à réinterroger très finement dans l’optique d’une étude sur le monde rural bien sûr, sur le monde paysan des années cinquante mais plus largement sur l’ensemble du siècle. Si le STO n’est pas le sujet majeur, alors qu’il en était la finalité, il n’est pas absent. Au contraire, c’est par une analyse fine de ce monde rural qui surgit des paroles de Monsieur Foriel, que l’on peut mieux comprendre les mentalités, les états d’esprit, les acceptations ou les refus, la manière dont ces témoins comprenaient le monde et le vivaient, des témoins dont la parole est rarement prise en compte, qui sont toujours vus à travers les archives officielles qui parlent en leur nom. C’est en réécoutant Monsieur Foriel que la marque de la guerre de 1914 dans les familles paysannes s’est imposée de manière évidente, que la question des générations des pères partis en 1914 et des fils au STO, s’est aussi éclairée.

L’exemple de cette collecte sur le STO prouve si besoin est, que l’on peut très bien utiliser les entretiens faits par d’autres, à condition qu’ils aient été réalisés et conservés dans des conditions rigoureuses. J’ai pu ainsi bénéficier d’excellents témoignages que certains de mes étudiants avaient collectés quelques années auparavant, dans le cadre du module de formation à l’enquête orale que j’évoquais en commençant. L’écoute de ces témoignages, accompagnant le dossier qu’ils avaient à réaliser, m’a fait mesurer l’intérêt de cette mémoire pseudo honteuse, en tout cas peu valorisante et restée majoritairement silencieuse et proposer aux responsables du programme d’en collecter la mémoire. Certains de ces témoins n’ont plus voulu parler lorsque je les ai sollicités et ont présenté un mutisme sur le sujet qui pouvait être décourageant. Les entretiens déjà obtenus ont été alors précieux pour disposer d’un matériau de choix et surtout autoriser des premières analyses, indispensables pour une participation efficace et affinée au projet.

Prenons un autre exemple, issu également de ma participation à un programme européen. Au début des années 2000, j’ai dirigé la collecte d’une série d’entretiens auprès d’anciens déportés français du camp de Mauthausen et fait travailler quatre de mes doctorantes ou étudiantes avancées12. En 2008, G. Botz le responsable général du projet a demandé à aux responsables de chacun des pays de reprendre les entretiens pour une analyse comparative. J’ai donc relu et réécouté les entretiens réalisés par d’autres et les ai analysés à quelques années d’intervalle. Non seulement certains témoins ont disparu, mais leur parole donnée au début des années 2000 est différente de ce qu’ils ont pu dire ou rapporter quelques années avant (pour ceux que j’avais déjà interviewés). Reflet du contexte mémoriel autour de la déportation et du contexte global, elle tient compte pour ces hommes et ces femmes, souvent dans les dernières années de leur vie, de ce qui leur semble à ce moment-là le plus important de transmettre. Ils peuvent aussi dire des choses qui n’étaient pas audibles auparavant (sur les Kapos, sur les relations sexuelles au sein des camps …).  De mon côté, l’analyse et les éléments que je pouvais faire ressortir sont marqués par le contexte plus récent et les thématiques mémorielles à l’œuvre à la fin des années 2000. Le travail sur ces archives orales, avec des questionnements nouveaux est non seulement possible mais riche. Si elle reste encore peu fréquente en France, cette pratique est largement appliquée par nos collègues à l’étranger pour un ensemble de sujets qui n’appartiennent pas au seul cadre des collectes internationales autour de la déportation et de la Shoah.

 

Insister sur le statut d’archives accordé aux sources orales est important pour les historiens. On le sait, leur travail consiste à questionner les sources déjà utilisées par d’autres, à reformuler des interrogations en fonction d’un contexte épistémologique, des thématiques en cours (pour ne pas dire à la mode), du temps et au final, du contexte global dans lequel le sujet est envisagé. Bien entendu cela impose des conditions de conservation et d’identification contextualisée de ces témoignages pour leur permettre d’acquérir le statut d’archives orales, qui restent, pour un certain nombre de recherche et à côté des archives écrites, des documents iconographiques ou d’autres catégories de sources matérielles et immatérielles, irremplaçables.

Des archives spécifiques. 

Si je me suis attachée à montrer la parenté des archives orales avec les autres, il reste fondamental, pour la clarté et la rigueur du travail, de rappeler qu’elles présentent un certain nombre de spécificités. Sans être trop longue, je me contenterai de lister quelques points dont il sera intéressant de discuter au vu des expériences des uns et des autres.

Je l’ai dit, on ne refait jamais deux fois la même enquête. On ne sollicite pas un témoin pour lui demander de répéter ce qu’il a dit quelques heures, quelques jours auparavant, si par malchance ou maladresse on a raté son entretien du seul point de vue technique. Si l’on revient c’est pour compléter, élargir, préciser des thèmes ou des points effleurés dans l’entretien précédent. Le temps de latence entre deux rencontres est aussi variable en fonction des motifs de la nouvelle entrevue. S’il s’agit du retour sur le même sujet, qui ne s’inscrit pas dans la continuité du précédent entretien, il faut un temps certain avant que le témoin accepte à nouveau de parler et qu’il puisse le faire de manière intéressante. C’est un temps différent de celui nécessaire avant la première prise de parole, surtout lorsqu’il s’agit d’événements dramatiques. Mais encore une fois et malgré les apparences, aucun témoignage n’est anodin, aucune parole accordée ne laisse le témoin indemne.

Là est d’ailleurs la principale spécificité de l’archive orale. A la différence des archives classiques écrites, travailler avec des témoins met en relation directe l’enquêteur avec des hommes et des femmes qui demandent, à juste titre, des comptes sur l’usage de leur parole. Très souvent et cette expérience nous l’avons tous partagée, le témoin n’accepte pas le récit de l’historien ou de l’anthropologue parce qu’il ne s’y retrouve pas. Une réalité normale qui tient au statut du récit historien : un récit qui est d’une autre nature que celui du témoin, un récit qui croise, s’emboîte, se nourrit de celui du témoin et le complète mais s’inscrit dans une autre logique, puisque l’historien n’est en rien son rédacteur ou son porte –parole. Le témoin peut parfois- heureusement de manière très rare- avoir la tentation de demander la destruction ou la transformation de son témoignage, amenant à un vrai débat juridique et déontologique.

La seconde spécificité tient dans la responsabilité de l’historien et plus largement du chercheur dans la qualité du récit obtenu, comme du corpus qu’il constitue pour sa recherche puisqu’il co-construit le récit oral. C’est la grande différence avec les autres catégories d’archives qui existent indépendamment et préalablement à toute recherche. Toutes ces archives-là en effet ne sont pas élaborées par et pour le chercheur. C’est lui qui leur donne ce statut par l’usage qu’il en fait. En revanche, lorsque les sources orales ont pris le statut d’archives sonores, elles rejoignent alors dans la catégorie générale.

 

Ces remarques pointent d’autant plus la nécessité d’une conservation éclairée, rigoureuse et rationnelle qui permette de garder ce matériau dans des conditions techniques, scientifiques et juridiques satisfaisantes.  Comme le pratique la phonothèque de la MMSH ou celle de la BNF, ou à l’étranger le centre de Luddenscheid13, chaque entretien  est accompagné de fiches qui permettent d’identifier le témoin : celles-ci renferment des renseignements classiques (nom et identité, âge, origine, métier…, ) mais également des indications qui le situent et situent sa compétence vis à vis du sujet (position, implication, acteur, transmetteur, adhésion…) ; bref tout ce qui lui attribue le statut d’auteur, à partir duquel on pourra analyser ses dires, la manière de le dire, son point de vue… Ajoutons les indications afférant à l’enquêteur dans son rapport au témoin et à l’enquête (ses motivations, sa manière de conduire l’entretien), ainsi que sur l’enquête elle-même : lieu, date, conditions. Autant d’éléments qui sont bien sûr parfaitement connus des responsables de phonothèques qui ont produit des fiches normalisées aux caractéristiques proches, selon les institutions et les pays.

 

Dans un certain nombre de collectes, en sus de la parole enregistrée, des photographies, des carnets personnels, de la correspondance abondent le récit. Autant de formes de mémoire qui nourrissent et éclairent les témoignages, confirment ou infirment ce que la parole évoque ou suggère, en même temps qu’ils sont un support de la mémoire individuelle comme collective. En retour, les témoignages expliquent, décrivent, décodent ou identifient certains documents qui resteraient muets et incompréhensibles sans l’éclairage apporté par le témoin.

On le comprend, on dépasse le simple cadre de la conservation des entretiens pour se situer dans celle des normes et de la normalisation de la conservation des documents sonores et audio-visuels. Est-il nécessaire d’en avoir une telle normalisation et cette dernière doit-elle se faire au niveau national ou doit-elle sortir du seul cadre national ?

En même temps est-ce le rôle d’une phonothèque de garder tous ces éléments annexes de la parole, dont la conservation demande d’autres compétences, d’autres moyens, matériels comme humains ? La question est moins simple qu’il n’y paraît et ne peut se trancher rapidement, sans parler des coûts pour toutes ces opérations de conservation et de mise à disposition au public et à quel public ?

 

Des archives à exploiter : à quel prix ?

Je l’ai dit, les évolutions techniques actuelles ont particulièrement changé la donne. En simplifiant l’accessibilité et en permettant de le faire à distance, en ouvrant et en favorisant, grâce aux outils techniques de mise en ligne, l’accès au contenu des entretiens, les conditions actuelles bouleversent la donne et les cadres classiques de la conservation et surtout de la diffusion. Ajoutons une donnée qui n’est pas mineure, le financement des structures de conservation14. Selon les modes actuelles, la diffusion large, rapide et entière semble être devenue un nouveau credo. Ce dernier est porté par les institutions qui financent, pour des raisons qui ressortent plus de la visibilité que de l’aide à la recherche. Si l’ouverture et l’accès facilité sont avantageux, séduisants, très importants pour la recherche et sa dynamique, et surtout semblent inexorables dans le contexte culturel actuel, il reste qu’il est essentiel de reposer un certain nombre de questions de fond, compte tenu de la nature même de cette archive. Au risque complètement assumé de passer pour une conservatrice passéiste, revenir sur les enjeux méthodologiques, déontologiques en sus des aspects scientifiques me semble fondamental.  Cela l’est d’autant plus que l’on se trouve dans une configuration qui incite très fortement à la diffusion, parfois en dehors même des règles juridiques de base, même si ces dernières ont évolué.

Le témoin on le sait, maîtrise toujours son récit, ce qu’il dit, ce qu’il ne dit pas, ce qu’il veut bien dire et surtout la formulation qu’il utilise pour ce faire. Cependant, la source obtenue est un discours dont il faut, pour le saisir, pour l’analyser sans faire de contresens ou pire, participer aux déformations du contenu, disposer de l’ensemble de l’entretien, des conditions de sa réalisation ainsi que des éléments majeurs sur le témoin et l’enquêteur. C’est à ce prix que l’on peut conduire un vrai travail scientifique dans le respect du témoin, y compris sur des sujets compliqués ou ambigus. Le travail de montage qui est une première analyse ou celui de sélection arbitraire et rapide, quand les choses ne sont pas faites avec le sérieux et la méthode qui s’imposent, peut participer à la stigmatisation du témoin, en fonction de motifs idéologiques, culturels ou sociaux. Ainsi le témoin peut se trouver piégé par des utilisateurs indélicats qui n’auraient pas pris en compte l’ensemble des éléments et se seraient contentés de la facilité apparente donnée par un accès large. L’enquêteur qui n’est pas dans ce cas l’utilisateur est lui aussi piégé dans la relation de confiance qu’il a pu établir avec son témoin et voir son travail bloqué par des pratiques empreintes de légèreté. Déjà que lorsque toutes les précautions sont prises, on n’échappe pas à l’incompréhension de certains témoins vis à vis des analyses proposées, avec des déceptions voire des blessures bien involontaires et pas toujours perçues.

Je pense notamment à un exemple récent, tiré une fois encore de la collecte autour de STO. Un témoin qui avait été envoyé dans un camp de travail à côté des camps d’Auschwitz, évoque dans son récit « les rayés », décrit la construction des camps aux quels certains d’entre eux ont participé de manière surprenante : « des petites tours crénelées » pour évoquer les miradors, l’inauguration d’un camp avec force consommation d’alcool, etc… . Une audition rapide pourrait positionner ce témoin de manière très négative15. En extrayant et en mettant en exergue ces seuls propos, on pourrait aller jusqu’à le faire accuser d’attitudes graves pouvant aller jusqu’à de l’antisémitisme, ce qu’une analyse minutieuse et recontextualisée de l’ensemble son témoignage contredirait.

Cet exemple me permet d’insister le côté fondamental des lieux de conservation qui ont une ligne de communication et de diffusion au public large, modérée. Le terme de modéré renvoie à celui de modérateur dans les débats, c’est à dire celui qui gère la parole, en fonction des objectifs et du sujet du débat pour que celui –ci soit le plus constructif. C’est la position de la phonothèque d’Aix : mettre en ligne des extraits, permettant de mesure la qualité et l’intérêt de témoignage, d’inciter le chercheur à venir retravailler sur des collectes mais dans les conditions de protection et du témoin et de la collecte sans oublier la déontologie attendue de tout chercheur. Il n’est pas facile de tenir ces positions équilibrées entre le fait de garder à l’abri « des trésors » que personne ne vient plus consulter et la mise en ligne complète et immédiate ou quasi des témoignages, ou même des extraits, tout en facilitant la recherche. La question de la valorisation différente de celle de la restitution, se pose de plus en plus aux institutions de conservation. Elle est théoriquement aisée. Elle l’est moins dans l’application, en raison des nombreux enjeux qui l’entourent. On retrouve le caractère spécifique de ces archives qui, par bien des aspects, rejoignent des archives privées et intimes comme les correspondances. S’il est loisible et passionnant de travailler sur des « archives du fors privé » (Pour reprendre le titre d’un ANR principalement d’historiens modernistes sur le sujet.)), cela devient plus compliqué dès lors que les papiers sont récents. C’est le même contrat moral et implicite qui relie le plus souvent l’enquêteur à son témoin avec des positions là aussi délicates.

Il faut bien réfléchir à tous ces éléments car d’ici quelques années, le risque est réel de se trouver en tant que chercheur confronté à une difficulté, liée à la prise de conscience par les témoins ou leurs descendants des effets potentiels des mises en ligne ou de la mise à disposition de la parole privée à un large public: celle d’avoir des refus plus nombreux ou pire, des discours lénifiants ou formalisés de protection. A l’heure actuelle, ce  processus est moins associé aux phonothèques qu’au rôle des médias. Ces dernières ne s’embarrassent pas toujours de précautions, entraînant chez les témoins le sentiment de s’être fait piégé.

Au final et c’est là le prix de travailler sur des sources orales et avec des témoins mais c’est ce qui lui donne son caractère passionnant, c’est que nous travaillons sur et avec de l’humain, cette « chair fraîche » chère à M. Bloch vis à vis de laquelle note modestie de chercheur doit être entière. Je l’ai dit, aucun témoignage, aucun sujet n’est anodin ; en tout cas, il ne l’est jamais pour celui qui le confie. Il faut savoir reconnaître ce don par le respect du contre don.

Anne-Marie Granet, Professeure d’histoire contemporaine, Université Grenoble Alpes, LARHRA.

 

Credits: Mary Louise Stepan, 21, used to be a waitress. She has a brother in the air corps. She is working on transport parts in the hand mill, Consolidated Aircraft Corp., Fort Worth, Texas (LOC), ca 1939, brary of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA, hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print, No known copyright restrictions.

  1. À la fin des années 1970. []
  2. Il suffit de rappeler la diatribe d’un P. Goubert, un historien majeur de l’époque devant le congrès de l’association des professeurs d’histoire- géographie de l’enseignement secondaire – APHG en 1978, conférence non publiée . []
  3. Si en France, cette expression n’a jamais été réellement acceptée dans les cercles historiens académiques, c’est pourtant celle qui relie tous les chercheurs en sciences humaines qui travaille sur le récit oral et la mémoire collectée à l’oral au niveau international dont l’Association internationale d’histoire orale en est la fédération principale. []
  4. Voir un ouvrage qui a joué un rôle essentiel pour l’apprentissage et l’esprit des collectes menées autour de ce qui deviendra la phonothèque et la MMSH : Bouvier Jean-Claude, Pelen Jean-Noël, Mathieu Guy et Centre de recherches méditerranéennes sur les ethnotextes l’histoire orale et les parlers régionaux (Aix-en-Provence), Tradition orale et identité culturelle : problèmes et méthodes, Paris, Éditions du CNRS, 1980. []
  5. Notamment depuis la table ronde de l’IHTP en 1992, qui a entériné l’évolution déjà à l’œuvre depuis la fin des années 1980. « La bouche de la vérité. La recherche historique et les sources orales », Cahiers de l’IHTP, n° 21, 1992. []
  6. Un peu comme la photographie est le plus souvent utilisée comme une illustration et non comme une source à part entière. []
  7. Je renvoie à l’exemple presque caricatural de la « mise en examen » des époux Aubrac lors de la table ronde organisée par Libération et dont Laurent Douzou a analysé les ressorts dans son ouvrage, La Résistance française, une histoire périlleuse. Points Seuil Histoire 2005. []
  8. Voir en particulier les deux séminaires organisés en partenariat avec le Labisalp, l’un à Grenoble et l’autre à Mendrisio, et qui a donné lieu à une première publication : Les migrations de retour (dir.) avec L. Lorenzetti, Histoire des Alpes, Storia delle Alpi. Geschichte der Alpen, juin 2009/14, 275 p. []
  9. Fabriquer une histoire des sociétés alpines, Récit patrimoine territoire, Publication de HDR, sous HAL –CNRS mai 2020. Sur un autre espace, « Les liens qui demeurent », in Français d’Isère et d’Algérie, Edition du Musée Dauphinois, 2003, pp. 133-142. []
  10. « Mémoires oublieuses, mémoires négligées. Parcours « d’anciens » du STO », dans Engagements. Culture politique, guerres, mémoires, mondes du travail, XVIIIe-XXIe siècles, M.-F. Attard-Maraninchi, X. Daumalin, S. Mourlane, I. Renaudet (dir.), PUP, 2016, p. 313-323. []
  11. C’est ainsi que le témoin s’est défini. []
  12. « Mauthausen Survivors Documentation Project », dirigé par le Professeur G. Botz, Université de Vienne, financé par le gouvernement autrichien et soutenu par le Comité International pour la Mémoire de Mauthausen (2002-2003 []
  13. Pour ne prendre que cet exemple mais on pourrait aussi indiquer d’autres cas. []
  14. Elle pèse d’ailleurs de la même manière pour les archives « classiques », notamment pour les conservateurs des archives départementales notamment. []
  15. Notamment une écoute directe à partir d’internet, ce qu’a fait la Fondation en dehors des engagements qu’elle avait pris, qui étaient : mise à la disposition des chercheurs dans les locaux de la Fondation. []

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Histoire orale et « passés sans traces écrites »

Les 16 et 18 mars 2016 se tenait à l’Institut historique allemand (Paris) une conférence sur le thème Les passés sans traces écrites,  sous la direction de Lisa Regazzoni (Goethe-Universität, Frankfurt am Main). La problématique centrale de la conférence était de comprendre comment les savants, les historiens et les chercheurs des sciences historiques – de l’époque moderne à nos jours – ont abordé les « passés sans traces écrites ». L’objectif était de s’intéresser à la façon dont sont appréhendés ces passés et comment sont reconstruits encore aujourd’hui. Par concept « passés sans traces écrites » les organisateurs de cette conférence désignaient à la fois des évènements, des cultures ou encore des acteurs n’ayant laissé aucun témoignage écrit, voir pour lesquels aucun document écrit n’a été transmis ou conservé et appliquaient ce concept également à l’histoire de l’humanité avant l’apparition de l’écriture ainsi qu’à des groupes spécifiques de personnes qui n’ont, volontairement ou involontairement, laissé aucune trace écrite concernant leur culture actuelle et passée. Florence Descamps (EPHE) y était invitée  à présider une séance le 17 mars 2016 sous les auspices de l’histoire orale. Son intervention publiée ici a conservé ses caractéristiques orales.

L’histoire orale et les « passés sans traces écrites »
Quatre paradigmes,
quatre postures de l’histoire orale, hier et aujourd’hui
Colloque « Les passés sans traces écrites »

Introduction

Alors que la science historique a pendant près d’un siècle affirmé et imposé le primat de l’écrit et du document d’archive primaire pour établir la connaissance du passé, il nous semble qu’on peut considérer l’histoire orale, inventée dans les années 1960 et 1970, comme une tentative pour l’histoire en tant que discipline de prendre en charge les « passés sans traces écrites ». Il s’agirait alors autant d’une forme d’expansion de l’histoire vers des territoires et des objets de recherche qu’elle avait jusque-là laissés aux autres sciences sociales que de l’appropriation ou de l’apprivoisement de nouveaux outils d’investigation et de connaissance venus de ces mêmes sciences sociales.

Mais de quelles sortes de « passés sans traces écrites » s’agit-il ? Comment l’histoire orale les désigne-t-elle et se les approprie-t-elle ? Et ce faisant, comment recompose-t-elle la matrice méthodologique et épistémologique de l’histoire, notamment la relation concurrentielle et toujours sous tension des sources orales et des sources écrites ?

Il me semble que si l’on regarde l’histoire de l’histoire orale, on peut distinguer quatre démarches, qui sont apparues de façon bien distincte, mais qui aujourd’hui dans la pratique des enquêtes orales de terrain se mêlent le plus souvent. Quatre démarches dans lesquelles l’histoire orale, de façon intriquée, définit et qualifie les « passés sans traces écrites » auxquels elle veut accéder ainsi que son rapport aux sources tant orales qu’écrites. Quatre paradigmes qui sont autant de postures possibles pour l’histoire orale et dans lesquelles nous pouvons nous reconnaitre aujourd’hui:

I Premier paradigme : le paradigme militant ou la source orale contre la source écrite.

Ce premier paradigme a donné son identité historique à l’histoire orale telle qu’elle a été inventée et théorisée dans les années 1970. En effet, à compter de la fin du XIXème siècle et de l’installation des bases de l’école historique positiviste et méthodique française, la source orale a été saisie dans un rapport négatif et dissymétrique qui la désigne comme une ressource réservée aux peuples sans écriture, aux sociétés de culture orale, dont l’étude sont dès lors laissées à l’ethnologie, l’anthropologie et l’ethnographie, tandis que les sociétés de l’écrit se voyaient dotées de l’histoire, science des écritures et mémoire nationale institutionnalisée. Cette présentation fondée sur le couple antithétique écriture/oralité est largement une construction polémique, réalisée par les historiens oraux qui dans les années 1960 et 1970 ont voulu construire une autre histoire, une histoire alternative, mais alternative à quoi ? A l’histoire dominante, c’est à dire celle des dominants.

En effet, en Europe, à partir des années 1970, se développe une réflexion historiographique offensive, revendicatrice et militante autour de la source orale : les historiens oraux préconisent le recours aux interviews pour faire l’histoire de populations ou de groupes sociaux qu’ils désignent comme les « anonymes », les « invisibles », ou encore les « oubliés » de l’histoire. Pourquoi sont-ils des « oubliés de l’histoire » ? Pour trois raisons principales, nous disent les historiens oraux :

1) parce qu’ils ne savent ni lire ni écrire et qu’ils ne produisent donc pas d’écrits ; les analphabètes par exemple ;

2) parce qu’ils n’ont pas été objets d’écrits et qu’ils n’ont pas laissé de traces dans les archives;

3) et surtout parce que l’histoire telle qu’elle s’écrit à l’époque, – d’est à dire, l’histoire comme production d’un discours sur le passé – les ignore ou les exclut délibérément de ce récit national.

Ces affirmations sont nourries de l’idée que l’histoire en tant que récit sur le passé est aux mains des institutions et des classes dominantes et que les sources écrites, miroir et fruit de cette domination, passent sous silence l’existence de ces groupes sociaux, leur déniant tout rôle historique et tout intérêt historique. Dans cette perspective, l’histoire orale, en donnant la parole aux « sans voix », créée la possibilité d’une histoire autre tout en se faisant l’antichambre ou le support d’un projet politique et social de conscientisation et d’émancipation sociale et politique.

Des travaux comme ceux de Mercedes Vilanova sur les analphabètes catalans de la République espagnole se situent dans cette ambition ; on trouverait la même inspiration dans l’histoire orale de la classe ouvrière ou paysanne italienne (Giovanni Contini, Alessandro Portelli, Luisa Passerini), dans l’histoire orale américaine (Stud Terkel, Louis Starr)…En France, c’est plutôt l’histoire des femmes des années 1970 qui recueille ce type de problématique (Michèle Perrot, Françoise CribierYvonne Kniebiehler etc.) : les femmes sont absentes des sources écrites, donc il faut leur rendre leur existence historique par la source orale.

En réalité, je ne pense pas qu’il existait en France au XXème siècle, même dans sa première moitié chronologique, des groupes sociaux qui n’aient pas laissé de traces écrites, il suffit de penser aux archives policières, aux archives judiciaires, aux archives militaires, aux archives de l’éducation ou de la bienfaisance sociale ou plus simplement encore à la presse locale. Mais en réalité ce n’est pas tant l’existence ou non de sources écrites qui a conditionné le déploiement de cette histoire orale militante que l’idée que les historiens oraux se faisaient des archives : selon eux, quand bien même elles auraient existé, ces sources écrites n’étaient ni justes ni ajustées à l’objet étudié, elles reflétaient le point de vue des institutions, une histoire vue d’en haut, elles ne permettaient pas de saisir la réalité historique des groupes sociaux d’en-bas.

Dans ce cas, on ne peut donc pas parler de « passés sans traces écrites », mais plutôt de passé déformé par les traces écrites. En ce sens, la source orale ici s’inscrit en contre-point à la source écrite, voire contre la source écrite…

L’histoire orale américaine, canadienne, l’histoire orale en Amérique latine, celle qui est portée par l’association internationale d’histoire orale a conservé cette « option préférentielle » pour les pauvres, pour les anonymes, les humbles, les petits, les dominés. Les pays concernés par cette histoire orale se sont multipliés avec la montée des pays émergents, mais les populations interrogées et étudiées restent en grande partie les mêmes : toujours des paysans et des ouvriers analphabètes, toujours des sans-papiers, des migrants, des émigrés, des réfugiés et des exilés ; sans doute moins de résistants de la Seconde Guerre Mondiale, mais toujours des résistants, des militants anti-dictatures ou des membres des mouvements révolutionnaires, alternatifs ou dissidents1. A cet égard, actuellement en France, un des courants les plus dynamiques de l’histoire orale est celle de l’histoire orale de l’immigration, qui croise histoire urbaine, histoire de l’industrie et de la désindustrialisation, histoire du travail et de l’émancipation sociale, culturelle ou politique. Une histoire orale qui s’efforce également d’intégrer l’objet dans ses études, ce qui nous ramène à l’idée que pour saisir « les passés sans traces écrites », il faut non seulement recueillir la parole individuelle mais aussi les gestes et les objets, c’est à dire convoquer l’image, qu’elle soit fixe ou animée2.

Dans l’arborescence de cet axe de travail de l’histoire orale sur les « sans voix » et les « sans papiers », il faut faire une place à part aux « victimes » des grands traumatismes du XXème siècle, qui ont pris une place dominante dans l’histoire orale française à partir des années 1990 : au premier rang, les déportés, les survivants de la Shoah, les prisonniers des camps de travail ou des camps de détention politique, les victimes des guerres coloniales, civiles ou internationales…Dans ce programme, les témoignages individuels non seulement libèrent une parole opprimée, empêchée, clandestine ou rendue inaudible, mais révèlent ce que les archives institutionnelles écrites ne disent pas, taisent ou cachent volontairement. Le répertoire militant de l’histoire orale se loge aussi dans cette critique de la source écrite perçue comme trompeuse ou opacifiante.

II Le paradigme documentaire ou la source orale à la place de la source écrite.

Ce deuxième paradigme est plus modeste dans ses ambitions que le précédent, moins spectaculaire, moins bruyant, mais il a été très fécond et le reste aujourd’hui. A sa racine, on trouve l’affirmation ou le constat (exact ou erroné, peu importe) d’un passé dépourvu de traces écrites et la volonté pragmatique de pallier cette absence des sources écrites et plus particulièrement des archives, en contournant l’obstacle par la création d’autres sources d’informations, par la méthode des histoires de vie ou des récits de vie par exemple. On trouve cette volonté tant lors de la naissance de l’histoire orale vue d’en bas aux Etats-Unis grâce aux sociologues de l’université de Chicago William Thomas et Florian Znaniecki3 que pour l’histoire orale vue d’en-haut née après 1945 grâce à l’action d’Allan Nevins journaliste et historien, biographe et fondateur du département d’histoire orale de l’université de Columbia, qui constata en son temps la pauvreté des archives américaines sur le président Cleveland auquel il voulait consacrer une biographie et qui décida en conséquence de recourir aux témoignages oraux.

La source orale est ici une source-prothèse, une source palliative, fabriquée à l’échelle quasi-industrielle, corpus par corpus, thématique par thématique, groupe social par groupe social, un ersatz, destinée à suppléer au manque de sources écrites et très paradoxalement à créer de la source écrite, puisqu’à l’origine les interviews orales étaient transcrites et les bandes effacées pour pouvoir resservir. Comme si l’histoire ne pouvait s’écrire qu’avec des sources écrites, quitte à les produire par le subterfuge de l’oralité. Aujourd’hui ces corpus de témoignages oraux archivés et conservés sont tout autant des gisements de ressources documentaires que des corpus patrimoniaux, conservatoires de la mémoire d’un événement à un instant T et témoins-miroirs de la préoccupation mémorielle des contemporains.

Cette inspiration documentaire et palliative, c’est la motivation d’origine du département d’histoire orale de Columbia, c’est aussi en France la motivation du Comité d’histoire de la SGM en 1945-19504, du ministère de La Défense, du ministère des Affaires étrangères, de très nombreux comités d’histoire ministériels, d’entreprises et d’associations d’histoire d’entreprise ou de façon générale des institutions patrimoniales. Il s’agit de documenter les événements du passé pour lesquels les sources écrites n’existent pas ou plus, soit parce qu’elles ont été détruites, soit parce qu’elles sont inaccessibles ou lacunaires. Ce fut et c’est encore la grande motivation de nombreux chercheurs en histoire contemporaine : combler les trous et les interstices des archives ou contourner les délais de réserve qui empêchent la libre communication des archives.

Aujourd’hui, l’emprise bureaucratique de l’Etat a beaucoup augmenté, le filet des archives administratives s’étend désormais très largement jusqu’à la vie privée, et surtout les individus laissent désormais un nombre de traces écrites innombrables dans leur vie quotidienne. Existe-t-il encore dans nos pays occidentaux des « passés sans traces écrites » ? En conséquence, devant les masses d’archives et de sources imprimées, audiovisuelles et photographiques à disposition de l’histoire contemporaine, on pourrait imaginer que la motivation documentaire se soit atténuée ces dernières années, mais elle pourrait bien renaître du fait de la croissance des communications et des transmissions numériques, traces immatérielles, fragiles, éphémères et effaçables d’un seul clic…Car à l’heure du SMS, comment restituer les atermoiements et les émotions du processus décisionnel, en l’absence des petits mots manuscrits en marge d’un document d’archive ?

Mais surtout cette motivation documentaire, elle a été relayée et déployée par un troisième paradigme que j’appellerais le paradigme patrimonial ou mémoriel.

III Le paradigme patrimonial et mémoriel ou la source orale sans la source écrite

Le paradigme patrimonial et mémoriel se greffe sur le paradigme documentaire, mais il peut tout aussi bien avoir des racines dans le premier paradigme militant. Ce courant de l’histoire orale établit la source orale comme le moyen de construire des « monuments à la mémoire de », des monuments commémoratifs qui viennent fixer le souvenir d’un événement du passé, d’un groupe social, d’une personnalité individuelle, d’une institution, d’une technique ou d’une activité, et qui visent à en perpétuer la trace chez les générations futures en l’organisant (accessibilité, diffusion, documentation, esthétisation). C’est sans doute celui qui trouve aujourd’hui sa plus grande diffusion dans l’espace social, car il est à la fois porté par le mouvement de patrimonialisation qui a saisi la société française (patrimoine rural ou urbain, patrimoine industriel, patrimoine paysager etc.) et par les problématiques de mémoire nationale ou collective qui clivent cette même société (l’Occupation, Vichy, la guerre d’Algérie, la décolonisation, l’immigration etc.).

On trouvera ce répertoire dans les musées (musées d’histoire, musées ethnographiques, écomusées, mais aussi musées scientifiques ou techniques), dans les mémoriaux de la Seconde Guerre Mondiale, dans les institutions (publiques ou privées), dans les collectivités locales et dans tous les organismes à mission conservatoire (les Parcs naturels régionaux par exemple) et maintenant, sur les portails ou les plateformes internet qui commencent à se multiplier sous des termes divers comme « mémoire orale de » ou « paroles de ». Ce paradigme patrimonial et mémoriel de l’histoire orale se déploie dans des institutions nationales (le Mémorial de la Shoah par exemple) ou, au contraire, met en avant une forte identité territoriale (musée de pays, PNR) ; il mobilise la double charge émotionnelle de l’oralité et de la mémoire et en définitive, n’a pas besoin de la source écrite, il s’en passe même fort bien. En revanche, il affectionne l’objet, notamment dans le cadre des médiations culturelles, muséographiques ou scénographiques (cf. les biographies d’objets).

IV Le paradigme scientifique ou la source orale en interaction avec la source écrite.

Le quatrième et dernier paradigme est le paradigme scientifique est assez logiquement celui des chercheurs en sciences humaines et sociales, des laboratoires de recherche ou des universités.  Il consiste à dire :

1° que l’histoire orale ne dit pas l’histoire, mais produit pour l’histoire et à destination des historiens des matériaux, des documents à analyser, à critiquer et à interpréter , à l’instar des autres sources (opéré en France par Dominique Schnapper avec les archives orales de la Sécurité sociale en 1975-1980) ;

2° que l’histoire orale, ce n’est pas la source orale à la place de la source écrite ou la source orale contre la source écrite, mais l’intrication des sources orales et des sources écrites, en interrelation, en interaction, en convergence (ou en divergence) les unes avec les autres.

3° que ces matériaux peuvent en effet être construits et érigés en sources, mais selon des questionnements et des modes de validation appropriés et que c’est à l’historien ou au chercheur de trouver le moyen de faire « parler » ces documents, y compris « malgré eux »et « par-delà l’erreur et le mensonge » pour reprendre les mots de Marc Bloch dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien.

Ce paradigme suppose en réalité une réflexion spécifique sur les apports cognitifs comparés de chaque source et sur leur fécondité respective : sources archivistiques primaires, sources imprimées, sources audiovisuelles, sources de presse, sources iconographiques, sources secondaires manuscrites ou témoignages oraux rétrospectifs, sources littéraires etc…. De fait on sait mieux aujourd’hui, après quarante ans d’histoire orale, pour quels types de sujets la parole des acteurs est la plus féconde ou la plus efficace: les biographies individuelles et les biographies collectives, la prosopographie des carrières ; l’invisible quotidien et ses « petits faits vrais » ; les conflits, les crises, les traumatismes et les violences ; le fonctionnement concret des systèmes de pouvoir, et plus encore les traces persistantes du vécu et du ressenti, des émotions, des sentiments, des valeurs et des croyances, bref tout ce qui relève des représentations des acteurs, à la fois voilées et épaissies du travail de la mémoire et du temps présent. Dans ce cas de figure, l’histoire orale ne se soucie plus de savoir si elle vient en rejet ou en remplacement de la source écrite, mais elle se conçoit avant tout comme le vecteur premier de l’expression de la subjectivité individuelle, d’un point de vue sur soi, sur les autres et sur le monde.

Pour conclure, je terminerai de façon plus personnelle en disant qu’il me semble que tout historien qui a recours à la parole des acteurs pour ses recherches manie peu ou prou les quatre démarches, selon des degrés qui lui sont propres : donner de l’existence et de l’épaisseur historique à des catégories d’acteurs méconnus, oubliés ou anonymes ; créer des matériaux documentaires nouveaux et complémentaires pour appréhender un passé qui lui semble incompréhensible faute de sources ou d’informations ; faire mémoire d’un monde plus ou moins révolu ; accéder à la subjectivité des individus…

Crédits photographiques de l’image à la une : Martin-Pena Area of Puerto Rico, 04/1972 par Ken Heyman, Archives nationales des Etats-Unis, pas de restrictions de droits connues.

  1. Cf. la BDIC qui en termes de collecte de témoignages oraux est passée chronologiquement de l’interview des résistants FTP-MOI aux militants FLN et aux algériens des cités bidonvilles de Nanterre et organise aujourd’hui une enquête sur les exilés chiliens… []
  2. Cf. la Cité pour la mémoire et l’histoire de l’immigration et tous les groupes de travail, toutes les associations qui multiplient la collecte de corpus, la création de portails de ressources en ligne et les collectes d’objets []
  3. Cf. Le Paysan Polonais 1918-1920 qui met en pratique la méthode des récits de vie []
  4. collecte de témoignages auprès des prisonniers, sur la Résistance, la déportation, les bombardements des villes et des civils []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien – Jeudi 10 mars 2016, Irstea (Lyon)

Le 10 mars 2016 aura lieu à Lyon, un séminaire sur le thème « Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien. Questions éthiques, juridiques et techniques ». Cette journée sera l’occasion de présenter le projet Sygade1, un système de gestion et d’archivage des données d’entretiens recueillis par les chercheurs en sciences humaines et sociales de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) .

PROGRAMME

9h30 – Genèse et déroulement du projet Sygade et brève démonstration.

10h – Les enjeux de la qualité des données et métadonnées sonores et de leur conservation, par Michel Jacobson (Laboratoire ligérien de linguistique).

11h – Le témoin aux sources du savoir de l’enquête de terrain :quels sont les apports de la signature d’un contrat entre témoin et enquêteur ? par Véronique Ginouvès (USR3125 – AMU/CNRS)

11h45 – Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ? par Florence Descamps (EPHE).

L’après-midi sera consacrée à des ateliers pratiques avant de se centrer sur les enjeux de la valorisation des données de terrain à l’IRSTEA, de dresser un bilan de la journée et d’envisager les suites de ce séminaire.

Atelier 1. Signer un contrat entre informateur et collecteur. Premier retour d’expérience et discussion.

Atelier 2. Les données d’entretien : un matériau pour de futures recherches ? À quelles conditions ?

15h45 – Interventions d’un responsable de la DJA (Direction juridique et des achats) d’Irstea et de la DP2VIST (Direction de la prospective, de la veille et de la valorisation de l’information scientifique et technique) sur les enjeux des données de la recherche à Irstea »

Téléchargez le programme du séminaire (format PDF)

Se rendre à l’IRSTEA Lyon

Crédits photographiques de l’image « à la une » : Margaret Mead (1901-1978) parle à des journalistes à l’Académie des sciences de New-York en juin 1968. On voit également la chimiste Linus Pauling (1901-1994). Photographe : Stephen Siegel. Collection du Smithsonian Institution Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Ce projet est développé dans le cadre de l’appel à projets de soutien au développements des systèmes d’informations scientifiques 2014 (APSIS14) d’Irstea []

2ème séminaire du programme international PIMI « Patrimoines, images, médias, identités »

Accèdez à une synthèse des deux journées à travers les réseaux sociaux ci-dessous et sur https://storify.com/Bagolina/pimi2015-10


Crédits photographiqueq de l’image à la une : sur l’île d’Itaparica, le 28 octobre 2015, photographie de V. Ginouvès.

Testemunhas, Media, Identidades – Témoins, Médias, Identités

Dans le cadre du programme du séminaire de communication et culture contemporaine  de l’université fédérale de Bahia et du projet de coopération scientifique PICS 06714 « Patrimoines-Images-Médias-Identités » se tiendra le deuxième séminaire international d’études de la télévision France/Brésil ; Testemunhas, Media, Identidades Témoins, Médias, Identités les 26 et 27 octobre 2015 (Auditório da Faculdade de Comunicação da UFBA).

Lundi 26 octobre
13h30
Abertura/Ouverture Evelyne Cohen (LARHRA) e/et Itania Gomes (PósCom/UFBA) coordenadoras/coordinatrices do Projet Institucional de Cooperátion Scientifique PICS 06714 / Patrimoines-Images-Médias-Identités (PIMI), Guilherme Maia, coordenador/directeur PósCom/UFBA

14h30
Painel temático 1. Cartografias das testemunhas / Panel thématique 1. : Cartographie des témoins – Coordenação / Présidence de séance: Fernanda Maurício
Marie-France Chambat-Houillon : A la recherche du témoin à la TV/ À procura da testemunha na TV.
Itania Gomes, Valéria Vilas Bôas e Juliana Gutmann: Construções de identidade do repórter-testemunha na TV brasileira / Constructions de l’identité du reporter-témoin à la télévision brésilienne
Evelyne Cohen : Le témoin (ordinaire) aux fondements de la vérité de l’information à partir des journaux télévisés des années cinquante à nos jours / A testemunha comum como fundamento da verdade da informação nos telejornais dos anos cinquenta aos dias atuais.

16h15:Pausa café /Pause café

16h30
Painel temático 2. Testemunho e história de vida Panel thématique 2. Témoignage et histoire de vie – Présidence de séance/ Coordenação: Marie-France Chambat-Houillon
Vera Regina França et Fabíola Souza : História de vida e testemunho na TV: a revelação do sofrimento em público / Histoire de vie et témoignage à la télé: la révélation des souffrances en public.
Anne-Marie Granet-Abisset : De la visibilité à la présence silencieuse Les témoins ‘ordinaires’ à la télévision des années 60 à nos jours / Da visibilidade à presença silenciosa : as testemunhas « comuns » na televisão dos anos sessenta aos dias atuais.
Fernanda Mauricio : Está é minha vida: testemunho, experiência e história de vida na TV brasileira / Ça c’est ma vie : témoignage, expérience et histoire de vie à la télévision brésilienne.

mardi 27 octobre
9h : Reunião científica do PIMI / Réunion scientifique de PIMI –  atividade restrita aos pesquisadores envolvidos no projeto PIMI/ activité restreinte aux chercheurs impliqués dans le projet PIMI
Pausa para almoço/ pause déjeuner

14h
Painel temático 3. Testemunha, celebrização e vida ordinária Panel thématique 3. Témoin, celebritization et la vie ordinaire – Coordenação/ Présidence de séance: Vera Regina França
Maryline Crivello : Témoins et acteurs ordinaires de l’Histoire vivante / As testemunhas e atores comuns da História Viva
Isabelle Gaillard : Le petit commerçant, témoin ‘ordinaire’ de la « révolution » de la distribution pendant les Trente Glorieuses » / O pequeno comerciante, testemunha ‘comum’ da ‘revolução’ da distribuição durante os Gloriosos Trinta
Igor Sacramento : O espetáculo do trauma: narrativas testemunhais de celebridades sobre o bullying num programa de TV / Le spectacle du trauma: des témoignages de célébrités sur le bullying sur une émission de télévision
Ana Paula Goulart : Patologias da memória: testemunhos, mídia e velhice / Pathologies de la mémoire: témoignages, médias et vieillesse

16h : Pausa café / Pause café 16h15

Painel temático 4. Estratégias do testemunho Panel thématique 4. Stratégies du témoignage. Présidence de séance/ Coordenação: Anne-Marie Granet-Abisset
Véronique Ginouvès e Graziela Mello Viana : L’identité des anonymes. Enjeux des enquêtes orales et rôle du témoin / A identidade dos anônimos: os mecanismos da entrevista oral e o papel da testemunha
Elizabeth Bastos Duarte : Entre a comemoração e a autopromoção: os testemunhos do fazer televisual / Entre célébration et auto-promotion: les témoignages de la production télévisuelle
Maria Lília Dias de Castro : Papel da testemunha na construção da identidade em publicidade/ Le rôle du témoin dans la construction de l’identité dans la publicité

18h
Encerram

logosPIM

 

 

 

 

 

 

La phonothèque de la MMSH était présente le 3 juin 2013 au séminaire international d’études sur la télévision Brésil-France à l’université fédérale de Bahia et le 13 avril 2015, à la MMSH, au séminaire international Le témoin à l’écran, approche comparée.

 

Crédits photographiques : Little Rock, [Arkansas]. Filming high school classes (LOC) O’Halloran, Thomas J.,, photographer. Little Rock, [Arkansas]. Filming high school classes 1958 Sept. Pas de restrictions de droits connues.

Le témoin à l’écran : approches comparées

Les 13 avril l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université – CNRS), l’UMR LARHRA (UMR 5190 CNRS), le Centre Ceisme (CIM Paris EA1484), la Phonothèque et le Pôle Image, son, pratiques du numérique de la MMSH, le programme de Post-graduaçao Communication et Culture de la Faculté de Communication de Salvador de Bahia, le groupe de recherche Images et sociabilité de l’Université du Minas Gerais (Grupos de Pesquisa em Imagem e Sociabilidade – Gris), le groupe Médias, Mémoire et Amnésie de l’Université de Rio de Janeiro organisent une journées d’étude sur le thème « Le témoin à l’écran : approches comparées ». Cette journées se tient dans le cadre du programme « Patrimoine, images-médias identités » (PIMI), financé dans le cadre d’un projet international de coopération scientifique (PICS) du CNRS. La journée du 13 avril est ouverte à tou.te.s et sera suivi d’une réunion de travail restreinte, le 14 avril, pour mettre en place l’organisation du projet.

Date :13 avril 2015

Lieu : salle Paul-Albert Février

Horaires : 9h-18h

Le témoin à l’écran : approches comparées, programme

9h Accueil par Maryline Crivello, directrice de l’UMR TELEMME

Présidence de séance Vera Regina França (Minas Gerais)

9h20 Evelyne Cohen (LARHRA) et Itania Gomes (UFBA-POSCOM) coordinatrices France-Brésil du programme PIMI
9 h30 Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS) et Anne-Marie Granet (LARHRA) Le témoin à l’écran. Questionnements et perspectives.

10 heures François Jost (CIM-CEISME) Pour une typologie du témoignage télévisuel

10h30-11 heures pause

Présidence de séance Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS)

11 heures Itania Maria Mota Gomes e Juliana Freire Gutmann (Universidade Federal da Bahia) « Le témoin oculaire de l’histoire » ou celui qui « vit les faits du dedans au dehors »? La construction du reporter-témoin à la télévision brésilienne

11 heures 30 Marie-France Chambat Houillon(CIM-CEISME) La sincérité du témoin

12h Discussion

12h30 Déjeuner

13 h45 Reprise

Présidence de séance François Jost

14 h Vera Regina França e Graziela Mello Vianna (Universidade Federal de Minas Gerais)
Témoignages dans les médias: pluralité des voix ou stratégie mercantile? 

14h35 Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH- USR 3125) European sounds : donner à entendre le patrimoine sonore européen 
15 h Ana Paula Goulart (Universidade Federal do Rio de Janeiro) e Igor Sacramento (Fundação Oswaldo Cruz/ Universidade Federal do Rio de Janeiro) Témoignages de la répression et de la résistance: les images de télévision du Brésil en 1968 

15h35-15h50 Pause

Présidence de séance Anne-Marie Granet Abisset

16 h Djamel Achour Responsable de l’association Anonymal TV La télé au coeur de la cité. Autour du film Jas de Bouffan, reflets d’une mémoire

16h30 Sophie Gebeil (TELEMME, AMU-CNRS) Mémoires locales à l’ère de l’internet : l’association AnonymalTV

http://www.anonymal.tv/ et extraits du film de D. Achour http://www.anonymal.tv/web-tv/emissions/les…/item/reflet-d-une-me-moire

17 h- 17 heures 45  Discussion sur les interventions de la journée .

 

N.B La traduction du brésilien au français sera assurée par Mariana de Souza Gomes (CEISME)

Information sur la journée en langue portugaise.

 

Programme de travail de la journée du 14 avril :

Axes du projet

Présidence de séance Marie-France Chambat Houillon
9 h30 Evelyne Cohen Rappel du programme déposé  PIMI
9h50 Isabelle Gaillard Dimensions économiques : l’émergence et l’essor d’un genre stratégique dans l’économie des chaînes de télévision privée française: la série (des années 1980 à aujourd’hui)
10h15-10h45 Discussion
1/ De l’archive audiovisuelle à sa constitution en patrimoine
2/ Programmes de télévision et genres médiatiques comparés
3/ Etudes des formes télévisuelles de mise en récit et de mise en scène du témoignage
4/ Proposition de formation doctorale : L’atelier numérique des savoirs en sciences humaines et sociales
10h45-11h15 Pause
Présidence de séance Itania Gomes
11h15-11h30 Géraldine Poels (Ina)
11h30- 12 h30  propositions sur les différents axes-Responsables par axes

Présidence de séance Evelyne Cohen
14 heures-17 heures  Calendrier et organisation de PIMI

 

Crédits photographiques de l’image « à la une » : Convair/General Dynamics Plant and Personnel Corporation – F-102/F-106, 1955-1969, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restriction de droits connues.

Retours sur une méthodologie d’enquête

Le traitement documentaire des enquêtes de terrain d’Annie-Hélène Dufour sur Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois, nous ont permis de redécouvrir ce que peut être une méthodologie de terrain finement ciselée. Faite de patience, de connaissances précises de son sujet, d’observation participante et d’humilité, l’approche des témoins et de son sujet se fait progressivement, dans un espace relationnel où chercheur et témoin prennent simplement leur place et gardent leur identité. Sur un sujet abordé entre 1983 et 1988, Annie-Hélène Dufour questionne les compétences et les connaissances des pêcheurs sur la qualité des fonds marins, les poissons et la flore, les techniques et les accessoires de pêche. Au fil des ans, la mise en place du matériel technique d’enregistrement se perfectionne, la conduite de l’entretien qualitatif avec les pêcheurs se ralentit, s’adapte au rythme du vécu de l’instant partagé.

L’une de ces enquêtes est une démonstration de cette approche d’un corps de métier particulier, confronté aux aléas de la nature, aux décisions économiques européennes, à la concurrence,  à la multitude de tâches sans cesse renouvelées. Le témoin de cette enquête prépare un filet, accessoire primordial de son métier, pendant toute la durée de l’entretien ; ses gestes sont précis, il est attentif à ce qu’il fait et, malgré tout, accueillant à l’enquête. Une fois le magnétophone et le micro installé, l’enquêtrice prend le temps de rentrer dans le dialogue, silencieuse, attentive elle aussi aux gestes, à l’avancée du travail et à la disponibilité du témoin.

L’attitude est payante, au bout de quelques trois  minutes l’information vient, au moment et sous la forme choisis par l’informateur.

L’entretien se prolonge, l’enquêtrice relâche son questionnaire et son objectif de recherche pour rentrer un peu plus dans la relation en train de se faire. L’homme travaille, peine un peu sur son filet, évoque ses soucis avec ses fournisseurs, son retard sur ses préparatifs ou la mauvaise qualité des accessoires livrés. L’enquêtrice est aussi à l’écoute de cela, s’intéresse, touche les objets et maintien son attente silencieuse. Ainsi, le pêcheur s’investit à nouveau comme témoin, en demandant les questions (à quelques 37 minutes d’entretien).

L’enquêtrice revient sur sa recherche, précise, clairement énoncée. L’informateur prend le temps de la réflexion et répond, lui aussi, avec précision et professionnalisme. Il n’est pas sujet d’observation ;  il est pleinement co-auteur d’un savoir qu’il transmet en toute connaissance de cause.

Les corpus déposés à la phonothèque et disponibles au public nous offrent, dans une qualité sonore émouvante qui nous rend si proches ces locuteurs disparus depuis1 , une exploration des diverses façons d’aborder la parole et ses contenus à travers l’évolution d’une méthodologie basée sur la relation humaine et le « savoir-écouter ».

Extraits de l’enquête 2504 : « Un pêcheur des Salins-d’Hyères rend compte de ses connaissances sur les espèces de poissons selon les profondeurs et commente l’évolution de la profession depuis les années 1970 », enregistré par Annie-Hélène Dufour (enquêtrice), auprès de Monsieur Saragossa (informateur), 1er février 1985, Les-Salins-d’Hyères. Corpus Les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Crédits photographiques : Working with Fishing Net, India, 2011, auteur Navaneeth Krishnan S. Licence Creative Commons- Paternité – Partage à l’Identique.

  1. Annie-Hélène Dufour est décédée en 2002 []