Archives par mot-clé : thèse

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les « nouveaux luthiers » avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

Utiliser les archives télévisées, radiophoniques et du Web pour la recherche : nouveau catalogue documentaire

Consultez (en ligne ou à la MMSH) le catalogue des mémoires et thèses universitaires, s’appuyant sur des sources télévisées, radiophoniques et du Web – en majorité de l’Ina – déposés à la médiathèque de la MMSH. N’hésitez pas à l’enrichir en déposant des travaux !

Pourquoi ce catalogue ?

Continuer la lecture de Utiliser les archives télévisées, radiophoniques et du Web pour la recherche : nouveau catalogue documentaire

Atelier numérique en Méditerranée – Frontières, migrations, mobilités : programme

Cet atelier doctoral (ATED) s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes. il est organisé en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMES,IRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.


Programme de l’ATED, 22-26 juin 2015

Lundi 22  juin

8h30

– Accueil par Karima Dirèche, directrice de l’IRMC.

– Présentation des étudiants et des intervenants.

– Présentation du programme et de l’organisation des ateliers de publication

10h-11h45

Session 1 : Les humanités numériques : état des lieux,

conférences introductives :

– Maryline Crivello (Directrice de l’UMR Telemme) : Expériences de projets numériques en sciences humaines (articles électronique, colloques et séminaires)

– Delphine Cavallo (Responsable du pôle Information scientifique, Cléo) : Les digital humanities, renouvellement des collaborations entre chercheurs et ingénieurs. Une expérience de plateforme de blogging scientifique

– Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, Huma-Num) : La politique du CNRS. La sauvegarde sur le long terme de la recherche

 

Discussion avec les doctorants.

11h45-12h : Pause

12h-14hAtelier de travail (1)

– Sophie Gebeil (UMR TELEMME – AMU) : Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web

– Mohamed Naimi (CERSS – Université de Rabat) : Printemps arabe et digital humanities. Cas du Maroc : de la constitution d’un “espace des mouvements sociaux”

20h30-22h – Soirée-Débat

Watch the Med  (17min), film réalisé par Charles Heller (Université Goldsmiths, Londres)

Mardi 23 juin

Session 2 : Les sources numériques en SHS, recherche et méthode

8h-9h – Discussion avec l’ensemble des participants sur la journée précédente

9h-11h45 Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, TGIR Human-Num) La recherche d’information à l’heure du web sémantique : enjeux, méthodes et outils

11h45-12h : Pause

12h-14h Atelier de travail (2)

– Célia Lamblin (LabexMed – AMU) : L’usage du numérique dans l’étude du numérique du phénomène des migrations égyptiennes en France

– Hicham Jamid (Université d’Agadir – LEMASE) : Le transnationalisme des migrants marocains hautemement qualifiés. Une preuve par le Web.

20h30-21h30 – Soirée-Edition

Atelier publication sur le carnet du Pôle image – son, pratiques numériques avec Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH).

Mercredi 24 juin

8h-9h – Séance de restitution collective

9h-12hAtelier de travail (3)

– Sabrina Melouah (Université d’Annaba) : Créativité langagière chez les utilisateurs algériens de la messagerie instantanée sur Facebook.

– David Lagarde (LISST-CIEU Université de Toulouse 2) : Dynamiques et réseaux de l’installation des réfugiés syriens en Jordanie.

– Alain Zind (Université Paris 8) : La représentation du conflit irakien (2003-2010)  par ses acteurs. La question du numérique.

12h-12h15 : Pause

Session 3 : Migrations connectées

12h15-14h :  Sociologie numérique des migrations Dana Diminescu (Ecole d’Ingénieur Télécom Paritec)

20h30-22hSoirée-Documentaire

God Went Surfing with the Devil d’Alexander Klein (2011), film réalisé et présenté par Samuel Jaquesson (Association Surfer pour la paix) et discussion avec les participants

Jeudi 25 juin

8h-9h –  Séance de restitution collective

9h-12h :  Atelier de travail (3)

– Marion Breteau (IDEMEC – AMU) : Usages des NTIC et contours de l’intimité chez la jeunesse omanaise.

– Ahmad Abdoul-Malik (LEST – AMU) :  Les migrations internationales à l’ère du numérique. Les usages du numérique dans l’organisation d’activités de commerce transnational.

– Eya Jrad (Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis) : La sécurité des frontières en Afrique du Nord.

12h-12h15 : Pause

Session 4: Frontières, art et numérique

12h15-14h : Cédric Parizot A Crossing Industry : un jeu vidéo sur les borderscapes israélo-palestiniens

Visite organisée par l’’IRMC de la Medina de Tunis

Vendredi 26 juin

Session 5 : Publier sa recherche : l’expérience des carnets


8h-12h

Conférence de Kmar Bendana, Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC), auteure du carnet Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine http://hctc.hypotheses.org

Atelier- Edition sur les carnets du Pôle, animé par Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès  (USR 3125 – MMSH)

12h-12h15 : Pause

12h15-13h : Présentation des différents billets par les doctorants.

 13h-14h : Bilan de l’atelier doctoral et conclusions

Crédits photographiques : page à la une extraiteSidi-Bou-Saïd vers 1906, photographie extraite de l’ouvrage de Norma Lorimer, page 372 : « By the waters of Carthage », domaine public.

Présentation d’un corpus sonore : Enquêtes orales sur le légendaire sarrasin en France

Au cours des années 1990, Karine-Larissa Basset mène une série d’enquêtes orales dans le cadre de sa thèse de doctorat de troisième cycle d’Histoire portant sur le légendaire sarrasin1. Le corpus réunit une cinquantaine d’informateurs pour 69 heures d’enquêtes. Les notices documentant les 49 enquêtes déposées en 20082 sont désormais disponibles en ligne sur la base Ganoub.

Le terme de légendaire sarrasin désigne « l’ensemble des récits de tradition orale et écrite autour du thème des Sarrasins, ces Arabes musulmans venus, au VIIIème siècle, à la conquête de ce qui ne s’appelait pas encore l’Europe »3. Outre les ruines, monuments et toponymes attestées par les historiens, l’historiographie régionale a révélé « l’existence de traditions populaires évoquant les Sarrasins. […] Les traditions invoquées sont d’ordres divers; ce sont des légendes toponymiques (ex.: la grotte des Sarrasins), des motifs narratifs mêlant souvent thème historique et thème merveilleux (ex.: le trésor des Sarrasins) et, fait plus remarquable, un légendaire d’ascendance touchant certaines communautés villageoises ou certaines familles, qui revendiquent des ancêtres sarrasins ou sont désignées comme étant d’origine sarrasine ».

Trois grandes aires d’enquêtes forment ce corpus sonore : le pays du Véron et ses alentours en Indre-et-Loire, la région des Deux-Sèvres autour de Bressuire et Moulins, et le Languedoc. Un sous-corpus cohérent, formé par les enquêtes menées dans le Véron (Indre-et-Loire), se distingue. Trois communes forment le Véron (Savigny-en-Véron, Avoine, Beaumont-en-Véron) qui a pour particularité d’occuper le confluent de la Vienne et de la Loire. Dans cette aire d’enquête, les récits des Véronnais et ceux de leurs voisins d’outre-Vienne et d’outre-Loire témoignent de l’existence d’une légende d’ascendance : elle attribue à certains habitants des ancêtres Sarrasins. L’intérêt des enquêtes est de dévoiler le complexe de causes menant à l’existence et à la persistance de cette légende. Ainsi, le terrain spécifique sur lequel prend vie ce récit (l’isolement du Véron vis-à-vis des communes d’outre-Vienne et d’outre-Loire dû à son placement au confluent) semble déterminant dans l’apparition de cette légende. Il apparaît également que la légende s’inscrit dans un contexte de rivalité entre villages, cette légende d’ascendance ayant apparemment été suggérée en premier lieu par les villages alentours, peut-être dans un but de moquerie.

Les déclarations de cet informateur savignien, dans lesquelles l’utilisation du « on » est frappante, sont caractéristiques du discours que l’on peut retrouver dans les enquêtes du Véron (voir la notice de cette enquête, n°3507) :

Un certain parti pris méthodologique caractérise aussi les enquêtes véronnaises. Celles-ci sont généralement conduites par un questionnement large sur les évènements liés à la région et à la commune. L’intérêt de cette méthode est de pouvoir assister à l’apparition « naturelle » de la légende dans le récit de chacun sans que le thème soit imposé, sa dynamique selon les régions et selon les individus.

Dans la région des Deux-Sèvres, les informateurs sont particulièrement attentifs aux toponymes pour prouver la présence sarrasine, comme dans le récit d’une habitante de Moulins qui relate une légende alliant légendaire historique et légendaire fantastique en assimilant les farfadets aux Sarrasins autour des rochers de Pyrôme.

Enfin, le témoignage particulier d’un habitant des Deux-Sèvres au sujet de ses nombreuses recherches sur l’occupation sarrasine dans sa région a fait l’objet d’une série de 8 enquêtes. Atteint d’une maladie du sang héréditaire, l’informateur considère que la présence de cette maladie dans les Deux-Sèvres, dont la région est un « foyer », est liée au passage des Sarrasins, premiers porteurs selon lui de la maladie. L’enquêtrice s’est essentiellement intéressée aux motivations très personnelles de l’informateur, à la recherche des origines de sa maladie, dans une « quête autobiographique » comme l’a nommée Karine-Larissa Basset.

En-deçà de l’unité apparente du légendaire sarrasin, ce corpus d’enquêtes orales témoigne de la diversité des approches et appropriations de ces légendes, de sa manière de vivre dans le récit de chacun, du récit collectif au récit individuel.

Crédits photographiques: Charles Martel à la Bataille de Poitiers, détail de Charles de Steuben, Bataille de Poitiers en octobre 732, huile sur toile, 1834-1837, domaine public : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e7/Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png/705px-Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png

  1. Karine Basset, « Nos ancêtres les Sarrasins » : une altérité originelle face à l’histoire : analyse historique d’un récit d’ascendance (France, XIXe-XXe siècles), thèse de doctorat, Paris 7, 2003 (voir notice SUDOC). La thèse a été publiée en 2006 sous le titre Le légendaire sarrasin en France : configurations et histoire d’un contre-récit national, XIXe-XXe siècles. Un compte-rendu par Pierre Guichard est paru dans la Revue des mondes musulmans en méditerranée en 2008. []
  2. Un contrat de dépôt a été signé par l’enquêtrice. Les enregistrements sont disponibles en écoute à la phonothèque de la MMSH sur autorisation de l’auteur. []
  3. Karine Basset, « Le légendaire Sarrasin : quelques enjeux de mémoire », Confluences, n°24, p. 65, Hiver 1997-1998 []

Documentation du fonds Olivier Féraud : mon expérience de stagiaire à la phonothèque de la MMSH

Je me répétais: tu sais que dans les moments importants de ta vie tu as de la chancetu trouveras… de nouveau étudiante à presque 30 ans, un peu frustrée par mon accent étranger, j’avais besoin de trouver un stage pratique qui puisse correspondre à mon Master Monde du Livre à l’Université de Provence. J’ai été acceptée à la Médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, un campus de recherche et d’enseignement en sciences humaines et sociales, spécialisé sur le monde méditerranéen. Cette médiathèque constitue un important appui documentaire pour les étudiants en sciences humaines et sociales. Elle est constituée de trois services (la bibliothèque, l’iconothèque et la phonothèque) qui rassemblent des fonds et des collections en provenance de divers laboratoires de la MMSH.

Je suis restée une semaine dans chacun des services et mon expérience à la phonothèque a été particulièrement riche car j’ai pu suivre un projet du début à la fin. Le projet du stage portait sur le traitement documentaire d’enquêtes de terrain réalisées dans le cadre de la thèse de doctorat d’Olivier Féraud, rattaché au  LAIOS, Laboratoire d’Anthropologie et d’Histoire des Institutions Culturelles. Ethnomusicologue, Olivier Féraud a réalisé en 2003 un mémoire de maîtrise intitulé Les voix du marché : le cri de marchand et son écoute, sous la direction de Bernard Lortat-Jacob. Il est également  musicien, luthier et chercheur en archéomusicologie. Consultable en ligne sur TEL, sa thèse, Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples propose une approche pluridisciplinaire où la production sonore se révèle le centre de la vie sociale du quartier, mettant en avant les relations des acteurs quotidiens.

Il ne s’agissait pas de numérisation puisque les enquêtes étaient déjà au format numérique : Olivier Féraud avait réalisé ses enquêtes au format Wave. Mon travail consistait principalement à les écouter ou visionner les films (formats mov, m4v) pour que je puisse les analyser et les cataloguer. Pour chaque enregistrement, je rédigeais un résumé explicitant le contenu et le contexte de la production,  ses caractéristiques, le but de l’émission vocale et remplissais les différents champs de la base de données. Je travaillais sur le logiciel documentaire de la phonothèque, Alexandrie. Aucun détail qui pourrait définir le mieux un document sonore ne devait pas échapper à cette analyse. Alors pour chaque enquête j’indiquais ainsi la cote, le numéro d’inventaire, le nom de l’enquêteur et de l’informateur, le genre du document (ex: expression vocale, paysage sonore), la durée de l’enregistrement, les noms cités, les lieux cités, les instruments, les descripteurs, la production et technique du son, sa qualité. Avec l’aide de Marie Doumain qui travaille depuis deux ans à la phonothèque, j’ai réussi à comprendre  le fonctionnement d’un thesaurus documentaire et appris à sélectionner les descripteurs. Une fois les données validées par la responsable du service, j’ai imprimé un catalogue pour le chercheurs avec des index afin que lui aussi relise et reprenne éventuellement le travail réalisé. Enfin, avec l’accord du chercheur et en fonction de la volonté des informateurs, les enregistrements sonores ont été mis en ligne en lien avec les notices documentaires.

Les 23 enregistrements sonores enregistrés à Naples, constituent un corpus d’une durée totale de 43 minutes à laquelle s’ajoutent 6 séquences audiovisuelles, d’une durée totale de 40 minutes. J’ai découvert un paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouaient dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural. Pour tout documenter, je me suis appuyé sur le Guide d’analyse documentaire du son inédit et bien évidemment sur la thèse d’Olivier Féraud qu’il considère une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

Maintenant peut-être avez-vous la curiosité de faire la connaissance de Pino qui lance des appels exposant les attributs du poisson d’une voix incisive pour susciter l’urgence et l’envie ? Je vous laisse vous imaginer son âge, son portrait, son histoire racontée par ses mélismes.

Impossible de ne pas tambouriner le rythme en écoutant une « tammurriata » pendant la fête de Monte Somma, mieux connu sous le nom de « Vésuve », interprétée pour vous par le groupe ‘A parenz’ d’Auniundo .

Enfin, malgré la chaleur de l’été l’envie vous viendra peut-être de vous préparer des marrons chauds en écoutant un castagnaro (vendeur de marrons). Ce n’est pas grave si vous ne connaissez pas la langue napolitaine, ses explications sont sous-titrées en français.

Olivier Féraud a réussi à associer l’image et le son dans des diaporamas, sorte de « films sonores » qui offrent une nouvelle façon de contextualiser les enquêtes orales. L’un d’entre eux vous invite à la fête qui a lieu le mardi in albis, après les Pâques. Tout en écoutant un canto sul tamburo, des photos des chanteurs avec leur auditoire glissent sous vos yeux.

A vous désormais de reconstituer le puzzle de ce quartier populaire de Naples !

Crédits photographiques : Alina Zaharia, la station de numérisation de la phonothèque de la MMSH.

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts