Archives par mot-clé : titre uniforme

L’archive sonore apprivoisée ou l’approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d’une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l’entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d’une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d’enregistrer le répertoire conséquent d’un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu’il  nomme Sur le pont d’Avignon. Au cour de l’entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l’enlèvement d’une jeune fille par trois cavaliers qui l’emmène pour leur plaisir jusqu’à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d’être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L’ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d’une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l’entretien : rythme, origine de la chanson, condition d’apprentissage et contexte d’interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre « La belle qui fait la morte pour son honneur garder ». On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d’autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d’autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d’enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d’écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de « l’incipit littéraire » qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : « Sur le pont d’Avignon, trois belles s’y promènent » et « Rosette se promène, tout le long de son jardin ».

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d’archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l’amplitude de la valeur informative et de l’identité d’un item sans jamais le découper de sa matrice d’origine, l’entretien qui l’a livré, ni de l’ensemble des autres items qui l’accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L’œuvre d’art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

2011 : Quand le renard entre dans les bases de données pour raconter des histoires au monde…

L’année 2011 va débuter avec la mise en production du portail du patrimoine oral : plus de 81 000 notices documentaires issues de quatre centres d’archives sonores et audiovisuelles sont moissonnées et présentées dans ce catalogue collectif. Elles racontent les histoires des habitants de Bretagne, du Sud-Ouest de la France, de Bourgogne, de la Provence et au-delà vers la Méditerranée. L’occasion enfin de dresser une première cartographie des entretiens de terrain réalisés en France de la fin des années 1950 à nos jours, de pouvoir réaliser des interrogations sur des masses critiques importantes d’archives sonores et de permettre des comparaisons entre les différents corpus, les façons de faire et de dire.

Des récits, d’hommes et de femmes, qui – dans des langues où le français est loin d’être dominant – nous font partager leur mémoire, décrivent leurs savoir-faire, évoquent leur vie quotidienne au village, retracent leur migration, nous racontent des histoires,  chantent ou  jouent pour faire danser,…  Interroger le portail rend compte de documents qui traversent les traditions orales de la France.  Tentons une requête sur le mot « renard »,  un animal oublié dans les villes qui, sur le portail, renvoie vers plus d’une centaine de réponses. Notre renard apparaît damb sa coetta dans des chants à danser de la région de Damazan1 ou avec le loup et la belette dans ceux du pays d’A-Bas2, dans des récits de rituels de protection des poulaillers en Cévennes, des évocations de la sauvagine ou des anecdotes de la vie quotidienne. A force de vivre près de lui, certains agriculteurs savaient même imiter son cri à la perfection.

Le renard est depuis longtemps un personnage important des contes traditionnels, c’est lui qui dupe toujours le loup par sa ruse. L’interrogation du portail du patrimoine oral offre l’occasion de retrouver et comparer des versions multiples de ces récit, celles du « Renard parrain » par exemple3. L’histoire est celle d’une dure journée de travail du loup et du renard qui doit être payée, suivant les versions, par un pot de miel, des salaisons ou du beurre destiné à être mangé en commun. En plein effort, le renard feint d’être appelé pour un baptême lorsque sonnent les cloches de l’église… et cela plusieurs fois au cours de la journée (le plus souvent à trois reprises). Évidemment le renard profite de la pause pour manger en cachette le repas promis au fur et à mesure, évitant ainsi de travailler. A la fin de la journée, grand seigneur, il laisse  au loup la totalité du  salaire et s’enfuit en courant avant que  le loup harassé de sa journée ne découvre le pot de miel ou la motte de beurre dévorée… L’interrogation du portail nous offre une trentaine de versions de ce seul conte  en langue française et occitane. Chacune de ces versions raconte la même histoire, chaque fois avec une langue ou une façon de dire qui lui est propre.

Cette simple interrogation illustre la multitude de facettes que peut prendre l’oralité, et laisse percevoir tout l’intérêt d’interroger des métadonnées homogènes pour des documents du patrimoine oral. L’oralité n’est pas figée, elle est vivante ! Les outils documentaires mis en place permettent d’obtenir, pour chaque oeuvre orale, différentes versions enregistrées issues de témoins dispersés à travers la France. C’est pourquoi la question du titre uniforme des œuvres orales est centrale. Les catalogues internationaux comme ceux de Aarne et Thompson pour le conte et de Conrad Laforte ou de Patrice Coirault pour la chanson francophone sont les outils indispensables qui permettent à tous ces centres documentaire sur l’oralité de parler le même langage. C’est de cette façon que les contes du renard peuvent être retrouvés à partir des titres donnés par les témoins tels qu’ils les racontaient, par ceux que les collecteurs ont indiqué dans leurs publications ou encore par les titres uniformes dans les catalogues, en l’occurence notre « Renard parrain » se retrouvera dans la rubrique « Contes d’animaux sauvages / Animal tales — Wild animals » sous le numéro T15. Mieux encore, chaque oeuvre est décrite et rapprochée de l’enquête de terrain et elle peut être écoutée en prenant en compte le contexte de production et de transmission du témoignage. Enfin, le résultat des requêtes posées au catalogue collectif renvoie systématiquement vers le catalogue originel puisque le portail n’entrepose que des notices en Dublin Core. Il est alors possible, localement, de consulter la notice complète et d’écouter l’enregistrement s’il a été mis en ligne. C’est d’ailleurs, techniquement, un des intérêts majeurs du protocole OAI-PMH que d’offrir cette centralisation des informations et un accès unique pour les recherches tout en conservant l’identité de chaque catalogue. Voilà de nouvelles aventures en perspectives pour Renard qui entre dans la le village global pour avoir dupé le loup…

Le portail du patrimoine oral a été créé par la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles dans le cadre du pôle associé avec la Bibliothèque nationale de France. Il est hébergé sur les serveurs d’IN2P3 avec le soutien du TGE Adonis. C’est la société GB Concept qui l’a mis en oeuvre en s’appuyant sur la plateforme PKP. Les notices sont fournies au format Dublin Core simple.

Crédits photographiques : Un petit renard apprivoisé chez M. et Mme Gordon Jones à Talysarn / Titre de la photographie en gallois : Cadnawes ddof yng nghartre Mr a Mrs Gordon Jones, Talysarn. Ffotograffydd/Photographe : Geoff Charles (1909-2002) Nodyn. Dyddiad/Date: 16 juillet 1959.  Geoff Charles Collection, bibliothèque nationale du Pays de Galles. Pas de restrictions de droits connus.

Ce billet est en parti repris d’un article à paraître dans un prochain numéro de la revue L’internationale de l’imaginaire, revue de la maison des cultures du monde, sur le patrimoine culturel immatériel en France, chez Actes Sud/Babel en janvier 2011.

  1. En région Aquitaine, commune située dans le département de Lot-et-Garonne []
  2. Le pays d’A-Bas ou encore pays d’En-Bas se trouve dans la région de Questembert-Muzillac en Bretagne []
  3. Le titre équivalent de ce conte dans la classification Aarne et Thompson est, en langue anglaise, The Theft of Butter to Playing Godfather, sous le numéro T15 . C’est ce qu’on appelle un « titre uniforme ». Il  permet de retrouver toutes les versions de ce conte que l’on retrouve un peu partout de par le monde. []

La loi Hadopi se pointe à l’horizon de l’Assemblée nationale… ou pourquoi j’ai signé la pétition du réseau des pirates

A la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme, nombre d’enquêtes de terrain enregistrées proposent du répertoire chanté ou conté en langue française ou occitane. Pour chaque chanson ou chaque conte, nous indiquons systématiquement leur titre uniforme. En effet, l’oralité est mouvante : contes et chansons passent de bouches à oreilles et sont interprétées sous des titres multiples même si ils racontent la même histoire. Ainsi, au fil des dépôts, nous découvrons de multiples versions des oeuvres orales enregistrées sur des aires géographiques parfois très éloignées.

Pour les contes, c’est la classification Aarne et Thompson qui sert de référence internationale. Elle est reprise et adaptée au domaine français par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze, accompagnés par Josiane Bru. Ce sont des outils indispensables pour l’indexation des oeuvres orales. Ces catalogues fournissent pour chaque conte une version type et un schéma détaillé du récit, des informations sur les aires culturelles où il a été recueilli, les différentes versions et éventuellement des attestations littéraires anciennes des thèmes ou tous autres éléments utiles à sa com­préhension. Prenons l’exemple du conte du Renard parrain (n°15 dans la classification Aarne-Thompson, dans la série « animaux sauvages »). A travers le portail du patrimoine oral on retrouve sept versions de ce conte dans le catalogue de la phonothèque de la MMSH et sept autres dans celui du Conservatoire occitan, centre de musiques et danses traditionnelles Toulouse/Midi-Pyrénées.

Pour le chant traditionnel francophone et occitan, les deux outils qui dominent sont les catalogues de Patrice Coirault et de Conrad Laforte. Là encore, les chansons sont présentées suivant une classification thématique et accompagnées d’informations sur leur contenu, leur forme, les aires géographiques de leur interprétation et d’une bibliographie. Il est par exemple possible de retrouver, à partir d’un titre, plusieurs versions interprétée. Patrice Coirault, par exemple, classe la chanson « Rossignolet du bois » dans les chansons d’amour poétiques, lyriques (n° 122). La recherche dans le portail du patrimoine oral de ce titre uniforme fournit plusieurs versions en Bretagne, en Provence et dans le Sud-Ouest de la France. Ainsi suivant les interprètes, les amoureux apprennent à s’aimer ou d’autrefois, le galant est accusé de tromperie et la belle imagine une vengeance à sa manière.

Il ne reste rien des noms de ceux qui ont écrit les contes ou les textes et les musiques des chansons traditionnelles. Sans auteur, compositeur ou parolier attitré, les oeuvres orales des enregistrements de terrain engagent uniquement les droits de l’interprète. Les choses se compliquent quand, lors d’une enquête, il prend l’envie soudaine à un témoin de chanter une chanson entendue au hasard de sa vie… car la culture est vivante : elle est faite de rencontres, d’émotions et d’appropriations.

Soyons plus précis et prenons l’exemple de deux collections enregistrées à trente ans de différence en Vésubie (Alpes-Maritimes). La première a été réalisée dans les années 1967 et 1968 par Bernard Lortat-Jacob qui s’intéressait à la façon dont se construit un répertoire chanté dans une commnunauté.  Au milieu des polyphonies piémontaises et nissardes l’ethnomusicologue questionne une petite fille sur les chansons qu’elle aime chanter et elle entonne, entre deux comptines, « Petit papa Noël ». Tino Rossi apprécierait peut-être mais pas la SACEM. La seconde collecte a été enregistrée dans les années 1990. Patrick Vaillant s’intéressait alors au répertoire de Zéphirin Castellon. Ce musicien et compositeur traditionnel a intégré dans son répertoire des chansons qu’il a aimé entendre. Avec ses compagnons il propose une interprétation polyphonique dans la plus pure tradition des Vallées occitanes d’Italie de « Je veux t’aimer » de Frédéric François… Impossible pour la phonothèque de mettre en ligne de tels enregistrements pour des questions de droit d’auteur, nous le savons. Mais avons nous même le droit aujourd’hui de citer dans la base de données les titres des oeuvres d’auteurs ? C’est la question que l’on pourrait se poser en observant l’évolution du site Paroles.net, un site que l’équipe de la phonothèque a souvent utilisé pour repéré des oeuvres musicales de type « variétés ». Depuis quelques temps déjà le site n’affichait plus les paroles des chansons mais signalait à l’internaute dans un encadré que « L’accès aux Paroles de Chansons est provisoirement suspendu pour une question d’autorisations ». Plus récemment encore, un nouvel encadré est venu s’ajouter informant que le site n’affichait plus d’indiquer les noms des interprètes, des paroliers ou des compositeurs « pour les mêmes raisons »

Nous qui documentons les enquêtes de terrain avons nous le droit de signaler les titres de ces chansons, leurs interprètes et leurs auteurs dans nos base de données d’archives sonores ? Devrions-nous sélectionner dans nos fonds uniquement les interprétations d’un monde dévolu où la chanson n’avait pas de propriétaire ? Les anthropologues s’intéressent au contexte de l’interprétation et aux pratiques collectives bien avant le répertoire lui même. Un agriculteur des Cévennes à qui on demandera de chanter ses chansons préférées ne pourra-t-il choisir d’intégrer dans son répertoire « Alexandrie, Alexandra » ? Comment comprendre les pratiques culturelles si on doit passer sous silence les titres des oeuvres interprétées ? Et que faire aussi de la pratique des timbres qui consiste à écrire des paroles sur un air que l’on aime fredonner ? J’ai le souvenir d’une enquête enregistrée dans les Hautes-Alpes auprès d’une bergère qui aimait créer des chansons sur sa communauté en s’inspirant de mélodies de Michel Sardou. Et si à un moment il devenait possible de réclamer des droits rétroactifs à tous ces anonymes ?

La rédaction des lois a parfois des conséquences très concrètes sur le travail des archivistes et risque des blocages à la diffusion des connaissances que nous sommes encore loin d’imaginer. Voilà pourquoi, en tant que diffuseur de contenus culturels, j’ai signé la pétition du réseau des pirates dont je vous restitue ci-dessous la lettre diffusée actuellement sur le réseau.

Vous avez déjà échangé des œuvres? Vous avez déjà téléchargé des films, des tubes, mais aussi des œuvres rares, oubliées ou tombées dans le domaine public? Si tel est le cas, la loi Hadopi va bientôt faire de vous un PIRATE.

Mais si, comme nous, et comme des millions d’autres citoyens en France, vous pensez qu’il est grand temps de reconnaître ces pratiques d’échange comme inscrites dans la révolution numérique, si vous partagez la conviction qu’Internet nous offre de nouveaux espaces de liberté, et qu’il faut les protéger, nous vous invitons à découvrir et signer le Pacte pour les Libertés numériques en cliquant ici : http://reseaudespirates.net/

Pourquoi signer dès aujourd’hui et rejoindre la communauté des pirates? Parce que, dans moins de 4 jours, le débat sur la loi Création & Internet (Hadopi) reprend à l’Assemblée. Le Pacte totalise à ce jour 8000 signatures. Nous pouvons faire mieux, et atteindre 100 000 signataires dans le week-end! Cliquez ici : http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Au delà de l’actualité  de la loi Hadopi, l’ambition du Pacte est de faire des libertés numériques un élément clé de la campagne des élections européennes de juin prochain… et, plus largement, du débat public, comme Nicolas Hulot l’avait fait pour l’écologie. 

Défendons les libertés numériques : prenez le parti des pirates! http://reseaudespirates.net/?q=/user/register

Le réseau des pirates

Et si vous voulez d’autres arguments, allez lire cette très belle explication d’un signataire sur Blogo Numericus : http://blog.homo-numericus.net/article189.html

Crédit photographique : Men of Fort Story operate an azimuth instrument, to measure the angle of splash in sea-target practice, Fort Story, Va., mars 1942, photographie couleur (titre fourni par FSA or OWI agency caption), pas de restriction de diffusion connue. Propriétaire du fonds : Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/cph.3j00108 (n°LC-USW36-963)