Archives par mot-clé : traitement documentaire

État des lieux du traitement du fonds Annie-Hélène Dufour

En 2018 la phonothèque de la MMSH a obtenu un financement de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) pour le catalogage rétrospectif sur Calames du fonds Annie-Hélène Dufour.  Ce billet est l’occasion de faire un état des lieux de ce fonds et de son traitement.

Annie-Hélène Dufour a été enseignante-chercheure à l’Université de Provence Aix-Marseille I (devenue Aix-Marseille Université) et à l’IDEMEC à partir de 1994 jusqu’à son décès le 22 août 2002. Ses matériaux de terrain ont été déposés à la phonothèque en 2007. Ils documentent ses travaux de recherche qui ont porté sur : l’étude des pratiques et les représentations de l’espace en Provence sur différents terrains (terre/mer, espaces cultivés/espaces sauvages, villages urbanisés/campagnes) et à travers différentes pratiques (pêche, chasse, agriculture…) ; la définition et l’expression des identités collectives ; et en fin de carrière, sur l’ethnobotanique à travers les thèmes du platane et du jardinage. Ce fonds est constitué d’archives sonores déposées sous forme de bandes magnétiques et de cassettes audio. Elles sont accompagnées d’ouvrages, de photographies, de vidéos et d’archives papier. Les enregistrements sonores (106h) correspondent aux enquêtes de terrains d’Annie-Hélène Dufour. Celles-ci ont été numérisées et mises en ligne sur la base de données de la phonothèque où elles sont présentées à travers 8 corpus répondant à ses axes de recherches. Continuer la lecture de État des lieux du traitement du fonds Annie-Hélène Dufour

Clôture et nouveaux horizons pour le fonds Roche-Taranger

Le fonds Roche-Taranger, constitué d’enquêtes orales menées par des étudiants de l’Université de Provence1 entre 1977 et 1998, est issu d’un cours de littérature et d’un cours de cinéma dirigés par Anne Roche et Marie-Claude Taranger.

Ce fonds est important, non seulement par sa volumétrie (183 cassettes analogiques numérisées, 217 fichiers numériques issus de ces supports, plus de 164 heures d’archives sonores et 2,74 mètres linéaires d’archives papier) mais aussi par son contenu2. Continuer la lecture de Clôture et nouveaux horizons pour le fonds Roche-Taranger

  1. Devenue Aix-Marseille Université depuis 2012. []
  2. Le fonds Roche-Taranger comprend 5 corpus d’archives : Le corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est le plus important en nombre d’enquêtes. Il rassemble des récits d’hommes et de femmes à propos de leurs souvenirs et de leur vision de l’histoire avant 1945. Le corpus « « Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé… » : récits autobiographiques de français en Algérie, au Maroc, en Tunisie dans les années 1930 à 1962 » regroupe les témoignages de Français qui ont vécu entre 1930 et 1962 dans un pays du Maghreb. La majorité des entretiens porte sur des récits d’appelés de la guerre d’Algérie et a été enregistrée durant l’année universitaire 1990-1991. Le corpus « Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France » regroupe des témoignages de contemporains ayant vécu l’arrivée du cinéma en Provence. Le corpus « Archives orales annexes au fonds Roche-Taranger » est constitué par des enregistrements qui accompagnent les enquêtes orales réalisées en majorité par des étudiants. On y trouve des conférences ainsi que des séances de téléenseignement sur la thématique du récit autobiographique. Enfin, le corpus « Documentation d’accompagnement du fonds Roche-Taranger » présente les documents manuscrits et tapuscrits relatifs à ces enquêtes orales, principalement des transcriptions d’élèves et leurs analyses correspondantes ainsi que des documents liés aux différentes publications des enseignantes. []

Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France

En 1984 deux chercheuses, Anne Roche et Marie-Claude Taranger, décidèrent d’intégrer un cours sur le cinéma des années 1930  avec des entretiens faits par les étudiants en DEUG1 Cinéma à l’Université de Provence2 pendant l’année académique 1984-1985. Ces enregistrement ont été déposés à la phonothèque de la MMSH avec le corpus de Celles qui n’ont pas écrit, les cassettes étaient simplement scotchées entre elles et le titre « Le cinéma des années 1930 » inscrit sur leur jaquette sans plus d’information. A la différence des autres enquêtes de la collection, aucune transcription ne les accompagnait. Continuer la lecture de Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France

  1. Diplôme d’études universitaires générales, supprimé en 2006. []
  2. Aujourd’hui Aix-Marseille Université. []

Mise à jour du guide d’analyse documentaire du son inédit

14567172481_61457c1a23_o

La commission documentation de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) vient de mettre à jour le guide d’analyse documentaire du son inédit, coordonnée par Claire Marcadé. Il est désormais accessible en ligne sous le titre Patrimoine culturel immatériel. Traitement documentaire des archives sonores inédites. Guide de bonnes pratiques.

Le catalogage les enquêtes enregistrées sur le terrain avait fait l’objet dès 1997 d’un guide d’analyse documentaire publié par la commission documentation de la FAMDT. Cette commission regroupe des centres de ressources documentaires à travers la France qui sont depuis 1999 pôle associé à la BnF dans le domaine de l’oralité. En 2001 le guide a été mis à jour et publié par l’AFAS et la FAMDT puis en 2007, traduit en langue espagnole avec le soutien de l’IFEA et publié par les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de Colombie.

Crédits photographiques : The U.S. National Archives Follow Accordionist in a Polka Band at the Gibbon Ballroom at Gibbon, Minnesota, 20 Miles North of New Ulm, vers 1975. Photographie d Schulke, Flip, 1930-2008. Pas de restrictions de droit connues.

Réunion de travail de la commission documentation de la FAMDT en juillet 2014 à Nantes menée par Claire Marcardé (premier plan) pour la mise à jour du guide documentaire du son inédit. Photographie de Véronique Ginouvès, juillet 2014.

« La mélodie de la semaine », à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association « La mélodie de la semaine« , offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais « All Rights Reserved » (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson « La barque aux 30 matelots », une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée « Ont anarem gardar ». []

Présentation d’un corpus sonore : Enquêtes orales sur le légendaire sarrasin en France

Au cours des années 1990, Karine-Larissa Basset mène une série d’enquêtes orales dans le cadre de sa thèse de doctorat de troisième cycle d’Histoire portant sur le légendaire sarrasin1. Le corpus réunit une cinquantaine d’informateurs pour 69 heures d’enquêtes. Les notices documentant les 49 enquêtes déposées en 20082 sont désormais disponibles en ligne sur la base Ganoub.

Le terme de légendaire sarrasin désigne « l’ensemble des récits de tradition orale et écrite autour du thème des Sarrasins, ces Arabes musulmans venus, au VIIIème siècle, à la conquête de ce qui ne s’appelait pas encore l’Europe »3. Outre les ruines, monuments et toponymes attestées par les historiens, l’historiographie régionale a révélé « l’existence de traditions populaires évoquant les Sarrasins. […] Les traditions invoquées sont d’ordres divers; ce sont des légendes toponymiques (ex.: la grotte des Sarrasins), des motifs narratifs mêlant souvent thème historique et thème merveilleux (ex.: le trésor des Sarrasins) et, fait plus remarquable, un légendaire d’ascendance touchant certaines communautés villageoises ou certaines familles, qui revendiquent des ancêtres sarrasins ou sont désignées comme étant d’origine sarrasine ».

Trois grandes aires d’enquêtes forment ce corpus sonore : le pays du Véron et ses alentours en Indre-et-Loire, la région des Deux-Sèvres autour de Bressuire et Moulins, et le Languedoc. Un sous-corpus cohérent, formé par les enquêtes menées dans le Véron (Indre-et-Loire), se distingue. Trois communes forment le Véron (Savigny-en-Véron, Avoine, Beaumont-en-Véron) qui a pour particularité d’occuper le confluent de la Vienne et de la Loire. Dans cette aire d’enquête, les récits des Véronnais et ceux de leurs voisins d’outre-Vienne et d’outre-Loire témoignent de l’existence d’une légende d’ascendance : elle attribue à certains habitants des ancêtres Sarrasins. L’intérêt des enquêtes est de dévoiler le complexe de causes menant à l’existence et à la persistance de cette légende. Ainsi, le terrain spécifique sur lequel prend vie ce récit (l’isolement du Véron vis-à-vis des communes d’outre-Vienne et d’outre-Loire dû à son placement au confluent) semble déterminant dans l’apparition de cette légende. Il apparaît également que la légende s’inscrit dans un contexte de rivalité entre villages, cette légende d’ascendance ayant apparemment été suggérée en premier lieu par les villages alentours, peut-être dans un but de moquerie.

Les déclarations de cet informateur savignien, dans lesquelles l’utilisation du « on » est frappante, sont caractéristiques du discours que l’on peut retrouver dans les enquêtes du Véron (voir la notice de cette enquête, n°3507) :

Un certain parti pris méthodologique caractérise aussi les enquêtes véronnaises. Celles-ci sont généralement conduites par un questionnement large sur les évènements liés à la région et à la commune. L’intérêt de cette méthode est de pouvoir assister à l’apparition « naturelle » de la légende dans le récit de chacun sans que le thème soit imposé, sa dynamique selon les régions et selon les individus.

Dans la région des Deux-Sèvres, les informateurs sont particulièrement attentifs aux toponymes pour prouver la présence sarrasine, comme dans le récit d’une habitante de Moulins qui relate une légende alliant légendaire historique et légendaire fantastique en assimilant les farfadets aux Sarrasins autour des rochers de Pyrôme.

Enfin, le témoignage particulier d’un habitant des Deux-Sèvres au sujet de ses nombreuses recherches sur l’occupation sarrasine dans sa région a fait l’objet d’une série de 8 enquêtes. Atteint d’une maladie du sang héréditaire, l’informateur considère que la présence de cette maladie dans les Deux-Sèvres, dont la région est un « foyer », est liée au passage des Sarrasins, premiers porteurs selon lui de la maladie. L’enquêtrice s’est essentiellement intéressée aux motivations très personnelles de l’informateur, à la recherche des origines de sa maladie, dans une « quête autobiographique » comme l’a nommée Karine-Larissa Basset.

En-deçà de l’unité apparente du légendaire sarrasin, ce corpus d’enquêtes orales témoigne de la diversité des approches et appropriations de ces légendes, de sa manière de vivre dans le récit de chacun, du récit collectif au récit individuel.

Crédits photographiques: Charles Martel à la Bataille de Poitiers, détail de Charles de Steuben, Bataille de Poitiers en octobre 732, huile sur toile, 1834-1837, domaine public : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e7/Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png/705px-Steuben_-_Bataille_de_Poitiers.png

  1. Karine Basset, « Nos ancêtres les Sarrasins » : une altérité originelle face à l’histoire : analyse historique d’un récit d’ascendance (France, XIXe-XXe siècles), thèse de doctorat, Paris 7, 2003 (voir notice SUDOC). La thèse a été publiée en 2006 sous le titre Le légendaire sarrasin en France : configurations et histoire d’un contre-récit national, XIXe-XXe siècles. Un compte-rendu par Pierre Guichard est paru dans la Revue des mondes musulmans en méditerranée en 2008. []
  2. Un contrat de dépôt a été signé par l’enquêtrice. Les enregistrements sont disponibles en écoute à la phonothèque de la MMSH sur autorisation de l’auteur. []
  3. Karine Basset, « Le légendaire Sarrasin : quelques enjeux de mémoire », Confluences, n°24, p. 65, Hiver 1997-1998 []

L’archive sonore apprivoisée ou l’approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d’une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l’entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d’une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d’enregistrer le répertoire conséquent d’un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu’il  nomme Sur le pont d’Avignon. Au cour de l’entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l’enlèvement d’une jeune fille par trois cavaliers qui l’emmène pour leur plaisir jusqu’à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d’être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L’ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d’une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l’entretien : rythme, origine de la chanson, condition d’apprentissage et contexte d’interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre « La belle qui fait la morte pour son honneur garder ». On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d’autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d’autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d’enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d’écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de « l’incipit littéraire » qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : « Sur le pont d’Avignon, trois belles s’y promènent » et « Rosette se promène, tout le long de son jardin ».

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d’archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l’amplitude de la valeur informative et de l’identité d’un item sans jamais le découper de sa matrice d’origine, l’entretien qui l’a livré, ni de l’ensemble des autres items qui l’accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L’œuvre d’art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre « St. Pierre May. 14 » (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l’oral

Conrad Laforte et Patrice Coirault sont les compagnons de route de ceux qui gèrent des fonds d’archives sonores dont les collections portent sur le domaine de la littérature orale. En effet, tout comme le conte1, la chanson de tradition orale court le monde avec ses versions qui changent d’un village, d’une région, d’un continent à l’autre. Conrad Laforte (1921-2008), ethnologue, bibliothécaire archiviste, professeur à l’université de Laval, a créé le premier catalogue international de la chanson folklorique française en six volumes (1977-1987). Ainsi, au moment de l’indexation d’une chanson, ce catalogue permet de relier une version chantée à un titre uniforme.

Trouver une bibliothèque qui propose un exemplaire papier de la totalité des volumes n’est pas des plus facile2 . Plusieurs volumes du catalogue ont été numérisés dans le cadre du projet Google books mais aucun n’est entièrement en libre accès. La classification dans son ensemble peut toutefois être parcourue à travers la base de données de Dastum3 qui a utilisé le catalogue Conrad Laforte pour l’indexation de la littérature orale de ses collections sonores.

Prenons par exemple la chanson « Rossignolet du bois », vous en trouvez deux versions dans les notices de la base de Dastum, quatre dans celle de la phonothèque de la MMSH, six sur celle du centre occitan des musiques et danses traditionnelles. Toutes ces versions sont regroupées sous le même code, ici  [LAF] II, F-09  c’est à dire que dans le deuxième tome du catalogue Laforte,  dans la partie des chansons strophiques

A. Chansons à caractère épique (ou tragique)

B. Sujets religieux

C. Chansons romanesques

D. Chansons comiques

E. Chansons idylliques

F. Chansons bucoliques

G. Chansons saisonnières

H. Cycle de voyage : les départs

I. Cycle de voyage : les retours

J. Cycle de voyage : le déserteur

K. Cycle de voyage : la navigation

L. Cycle de voyage : les coureurs de bois, les chantiers forestiers, la drave, etc…

M. Cycle de voyage : les militaires

N. Cycle de voyage : l’ennui et les messages

O. Chansons sur l’état civil et les conditions sociales

P. Chansons de circonstance

Q. Chansons d’ivrogne

R. Chansons à boire

Ainsi « Le rossignolet sauvage » est la neuvième chanson présentée dans la section « F » des chansons bucoliques.  Conrad Laforte en propose des versions sur plus de quatre pages de bibliographie.

J’avais déjà remarqué que trouver des versions électroniques en libre accès de ce type de monographies peut devenir très compliqué. D’après mes recherches, seuls trois volumes de la classification de Conrad Laforte sont accessibles en ligne sur Google Books en aperçu : le volume deux sur Les chansons strophiques, le volume quatre sur Les chansons énumératives et le volume cinq sur Les chansons brèves (les enfantines). Certes, en aperçu certaines pages ne sont pas accessibles  mais il est possible de faire des recherches sur les mots du titre des chansons et les numéros des catalogues, lorsqu’on connait la difficulté de manipuler le catalogue papier, c’est tout de même un avantage. Il faut également noter que l’ouvrage écrit avec Carmen Roberge  sur Les chansons à caractère religieux (1988) n’est, lui aussi, qu’accessible en aperçu mais sa consultation est très pratique car la table des matières est bien faite et affiche les titres des chansons cliquables. Ce n’est pas rien au vu de l’interface pas toujours facile à utiliser de Google Books. Intérêt supplémentaire de cet ouvrage, toutes les chansons sont accompagnées de leurs partitions musicales  (mais ciblez votre recherche, vous ne pouvez visualiser qu’un nombre de page limité).  Si vous connaissez ou trouvez d’autres ouvrages de Conrad Laforte en texte intégral, merci de les signaler dans les commentaires !

L’occasion vous est offerte aujourd’hui de mieux comprendre la force et la richesse de ce catalogue à travers des mélanges posthumes qui viennent d’être publiés autour de l’oeuvre de Conrad Laforte sous le titre « M’amie, faites moi un bouquet… »4. Jean-Nicolas De Surmont a dirigé ce travail collectif, publié avec la collaboration de Serge Gauthier, qui réunit 17 articles de 19 auteurs. L’appel à contribution avait été lancé dès 2006 et ce sont les Presses de l’université de Laval qui ont publié cet ensemble qui porte à la fois sur et autour de l’œuvre de Conrad Laforte. Belle occasion, c’est justement en 2011 que les PUL ont relancé la collection Les archives de folklore fondée en 1946 par Luc Lacourcière et aujourd’hui dirigée par Jean-Pierre Pichette5. Ce dernier publie d’ailleurs un entretien avec Conrad Laforte au début de l’ouvrage. Formons le souhait que d’autres titres suivent sur ce domaine car les archivistes de la tradition orale ont toujours besoin d’outils or, les publications sur cette thématique de recherche tendent à se raréfier ces dernières années.

Une critique de l’ouvrage est paru dans les Cahiers d’ethnomusicologie (2014)  : Sylvie Genest, « Jean-Nicolas DE SURMONT, dir. : « M’amie, faites-moi un bouquet… » Mélanges posthumes autour de l’œuvre de Conrad Laforte », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 26 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 31 décembre 2015. URL : http://ethnomusicologie.revues.org/2096

(Mise à jour du billet le 31 décembre 2015)

  1. Sur le conte, je vous renvoie également vers le billet sur La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral, du 26 avril 2011 []
  2. Une rapide interrogation du SUDOC montre que le nombre de bibliothèques qui le détiennent sont peu nombreuses et que souvent, certains volumes sont manquants. Comme les notices de localisation du SUDOC ne sont pas citables, je vous laisse faire la recherche… []
  3. Dastum, qui signifit « recueillir » en langue bretonne, est une association qui depuis les années 1970 collecte la littérature orale en Bretagne. Plus de 8000 heures, numérisées et indexées, sont accessibles au public sur place et une grande partie est en ligne. []
  4. La phonothèque de la MMSH y publie un article, sous le titre Les phonothèques de l’oral en France, catalyseurs de nouveaux corpus interdisciplinaires sur l’oralité. L’article est déposé sur HAL-SHS sous deux versions la première date de 2008, elle a été mise à jour en 2011  []
  5. A propos de cette collection, vous pouvez lire l’article de L’encyclopédie canadienne. Encyclopédie de la musique au Canada [Consulté le 19 novembre 2011] []

La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l’oral

La tradition orale est mouvante, et les contes se retrouvent sous des versions multiples à travers le temps et l’espace. Contes d’animaux, contes de l’ogre dupé, contes sur les trompeurs ou les naïfs, les hommes et les femmes, les maîtres et les serviteurs, quête initiatique des contes merveilleux, contes licencieux, contes à thème religieux ou récits de peurs… Enregistrés sur le terrain, les témoins qui ont fait part de leur répertoire conté et dont la parole est conservée dans les phonothèques, restituent ces histoires avec cette façon de dire qui tisse le réel dans le détour de l’imaginaire1. Pour indexer ces répertoires de contes traditionnels et s’y retrouver à travers toutes les versions transmise oralement, l’outil qui sert de référence internationale est la classification AT (ou AaTh, pour Aarne et Thompson) qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments que l’on y retrouve.
Toutefois, cet ouvrage n’est pas facile à acquérir ou même à consulter : la dernière version éditée, publiée en 2004, est désespérément « Currently unavailable » sur Amazon, les précédentes ne sont plus diffusées et une rapide recherche sur le Sudoc montre que très peu de bibliothèques en possèdent des exemplaires2. Biblioweb qui présente sur son carnets des ressources en ligne numérisées, s’intéresse régulièrement aux contes. Vous trouverez sur ce site un point sur différents documents en ligne qui peuvent vous aider à mieux comprendre et utiliser cette classification. En ligne, excepté les listes des titres et numéros de contes, en français ou en anglais, parfois commentées, il n’y a pas vraiment de ressources qui offre une utilisation complète de cet outil avec tous ses index et sa bibliographie3.
Googlebooks permet depuis peu d’effectuer de premières recherches dans les éditions de 1928, 1961 et 19874. La classification ne peut pas être parcourue en texte intégral mais le texte est accessible en extraits (même pour l’édition de 1928 qui devrait pourtant être tombée dans le domaine public). Si vous recherchez « Tom Thumb », vous trouvez tout de suite le numéro que lui ont donné Antti Aarne et Stith Thompson : le Petit Poucet est rangé au numéro 700 des contes merveilleux, dans les « Autres contes surnaturels » ; si vous tapez le chiffre 15, vous retrouvez le conte du renard parrain, n° 15 dans les contes d’animaux sous le titre : the Theft of Butter (Honey) by Playing Godfather qui peut être raconté de multiples façons. Par contre, si vous recherchez « Fox » vous n’affichez que quelques uns des extraits de contes où le renard apparaît.
La classification Aarne et Thompson fait partie des outils qui devraient pouvoir être accessibles à tous et il est vraiment dommage de ne pas y avoir accès plus facilement. Dans leur ouvrage sur les légendes urbaines5 Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renarda s’y réfèrent pour regrouper des versions  de récits et je suis certaine que nombre de récits racontés aujourd’hui se retrouveraient dans ce grand entrepôt d’histoires. Peut-être que la version française du catalogue sur laquelle travaille actuellement Josiane Bru, au centre d’anthropologie sociale à Toulouse, offrira un de ces jours une version électronique… à suivre.
A compléter si vous le souhaitez, une bibliographie sur les outils de classification du conte de tradition orale réalisée avec Zotero en lien avec ce billet : http://www.zotero.org/groups/phonotheque/items/collection/ARDPFMGI
Crédits photographiques :
National Museum of African Art Docent James Brown, Jr., with Preschoolers, photographie de Jeffrey Ploskonka, 1988, Smithonian Museum. Pas de restrictions de droit connues.
Des enfants dans un camp de migrants en Orégon (Amérique du Nord) écoutent Mary Brown qui leur lit des histoires. Photographer/Studio: O.S.C. Extension ServiceDate: 1945. Notes: Miss Mary Brown, state supervisor for camp work with Home Missions Council of North America, reads to children at migrant camp. Original Format: Gelatin silver prints. Oregon State University Archives. Pas de restrictions de droit connues.
  1. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1983 []
  2. La bibliothèque de la MMSH possède des exemplaires de plusieurs éditions. En effet, elle a bénéficié dans ses acquisitions de l’influence de plusieurs chercheurs dans le domaine de la littérature orale, en particulier de celle de Jean-Noël Pelen qui a débuté sa carrière de chercheur en collectant des contes traditionnel en Cévennes []
  3. L‘article de Wkipedia sur la classification Aarne-Thomson est sans doute le plus complet en ligne, en français et en anglais []
  4. L’édition de 1928,  prise dans les collections de l’université de l’Indiana, a été numérisée en 2009 comme celle de 1987 qui vient de l’Université de l’Etat de Pennsylvanie. L’édition de 1961 a été numérisée en janvier 2010 à partir d’un exemplaire de l’Université de Michigan []
  5. Légendes urbaines : Rumeurs d’aujourd’hui de Véronique Campion-Vincent Jean-Bruno Renard, Petite bibliothèque Payot, 2002 []