Archives par mot-clé : transmission

Patrimoine Culturel et numérique : transmission, participation, enjeux (Vitré, 8 & 9 septembre 2015)

Les mardi 8 et mercredi 9 septembre 2015 se tiendra le quatrième séminaire international du CFPCI1 où le PCI sera étudié sous toutes les coutures du numérique avec un focus sur les enjeux de la transmission et de la participation à l’inventaire. Trois axes vont aider le public à approfondir ces questions :

– Numérique et participation : les nouveaux outils numériques semblent offrir des solutions innovantes pour faciliter l’engagement des communautés dans la définition de leur PCI. Si des expérimentations sont en cours dans cette direction, elles rencontrent plusieurs obstacles techniques, sociaux et éthiques. Comment convaincre les communautés d’utiliser ces nouvelles plateformes ? Quelles sont les solutions techniques les plus adéquates ? Est-il possible de s’appuyer sur des médias sociaux déjà populaires comme Facebook et YouTube dans une démarche institutionnelle de protection du patrimoine ?

– Transmission, valorisation, médiation : les nouvelles technologies se sont imposées comme le meilleur et le plus fiable support de documentation et d’archivage du patrimoine. L’avantage de ces outils ne consiste pas seulement dans la facilité de conservation et de sauvegarde des informations concernant les éléments patrimoniaux mais aussi dans les opportunités qu’ils offrent pour accéder à ces informations et les valoriser. Quel est l’impact réel du numérique pour la valorisation du PCI ? Quels sont les défis auxquels les projets de valorisation numérique du PCI sont confrontés ?

– Enjeux juridiques et éthiques : ces dernières années, la sauvegarde et la valorisation du PCI ont soulevé plusieurs questions liées aux droits des communautés de pratique. La protection de ces droits devient encore plus complexe avec l’entrée en scène du numérique, qui alimente lui-même de nombreux débats éthiques et juridiques. Comment trouver une médiation entre d’une part le droit d’auteur des communautés et auteurs de documents numériques, et d’autre part le droit d’accès et le besoin de valorisation du PCI ? Quelles solutions adopter pour protéger le droit à la vie privée des membres des communautés sans limiter les possibilités de diffusion de leurs pratiques ?

Programme (en cours)

Mardi 8 septembre 2015 10h45

Accueil 11h Ouverture, Séverine Cachat, directrice du CFPCI (Maison des Cultures du Monde), et Christian Hottin, conservateur du patrimoine, adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication)

11h15 PCI et numérique : observatoire des acteurs et des usages, Marta Severo, maîtresse de conférences, université de Lille III (laboratoire GERiiCO), et Francesca Cominelli, maîtresse de conférences, université de Paris I (IREST)

11h45 Wikipédia et patrimoine : une définition participative, Rémi Mathis, conservateur du patrimoine, Bibliothèque nationale de France, président de Wikimédia France de 2011 à 2014 12h45 Déjeuner (buffet)

13h45 Session 1 – Participation, transmission, valorisation Présidente de séance : Marta Severo 13h45 Hugues Sicard, spécialiste de gestion de l’information, section du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco

14h25 Le cas de la République de Corée et l’exemple du projet ichpedia.org, Hwarim Cho et In-Sook Ma, professeures, université nationale de Chonbuk (République de Corée)

15h05 Le projet « PCI Lab pour la valorisation numérique de l’Inventaire français du PCI », Jean-Jacques Casteret, directeur de l’Ethnopôle InOc (Institut occitan d’Aquitaine), Mélanie Larché, chargée de la médiation scientifique (InOc)

15h45 Pause

16h15 Le projet écossais ichscotlandwiki.org, Alison et Alistair McCleery, professeurs, Edinburgh Napier University (Écosse)

16h55 Le projet i-Treasures, Francesca Dagnino, Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), Italie

17h35 The global archiving of intangible heritage, Sheenagh Pietrobruno, Assistant Professor, School of Social Communication, Faculty of Human Sciences, Saint Paul University (Canada) (à confirmer)

18h15 – Visite du CFPCI et des expositions

Mercredi 9 septembre 2015

8h45 Accueil 9h00 Ouverture de la journée

9h15 Session 2 –  Le PCI face au numérique : enjeux juridiques et éthiques Président de séance : Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique, université d’Angers

9h15 Pour un humanisme numérique, Milad Doueihi, titulaire de la chaire d’humanisme numérique (Labex OBVIL), université de Paris IV-Sorbonne/chaire sur les cultures numériques, université Laval (Canada)

10h15 Le patrimoine nativement numérique : enjeux de gouvernance, de recherche et de valorisation, Valérie Schafer, chargée de recherche CNRS (Institut des sciences de la communication), responsable du pôle Trajectoires du numérique

11h A-t-on le droit de réutiliser les données culturelles publiques ?, Anne-Laure Stérin, juriste, chargée de cours à l’université Paris 1 -Panthéon Sorbonne.

11h45 Enjeux et pratiques éthiques pour la diffusion des archives orales dans une phonothèque de recherche, Véronique Ginouvès (visioconférence), responsable de la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (CNRS/Aix-Marseille université)

12h30 Déjeuner

14h Session 3 – Projets et retours d’expériences (table-ronde) Présidente de séance : Florence Pizzorni, conservateur en chef, inspection générale des Musées de France, direction générale des patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication) – Jean-Pierre Dalbera, chef de la mission recherche et technologie du ministère de la Culture et de la Communication de 1989 à 2004, expert, Sylvaine Leblond-Martin, musicologue, docteure en sciences de l’information et de la communication, Renan Mouren, chercheur en sciences de l’information et de la communication, chaire Unesco ITEN (Information, Transmission, Édition Numériques), université de Paris VIII/Fondation Maison des sciences de l’Homme : Enjeux et spécificités de la médiation numérique – Elisabeth de Pablo, ingénieure d’études, Fondation Maison des sciences de l’Homme, responsable éditoriale du programme Archives audiovisuelles de la recherche : « Patrimoine culturel immatériel andin », un exemple de portail audiovisuel consacré au patrimoine vivant (à confirmer) – Charles Quimbert, directeur, Bretagne Culture Diversité : Création d’un web documentaire participatif sur le fest-noz – Nolwenn Blanchard, chargée de l’audiovisuel et des ressources, CFPCI, et Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI : Valoriser les archives de la Maison des Cultures du Monde : expositions virtuelles du projet « performing arts » (Institut culturel de Google)

16h15 Conclusions, Marta Severo

Ouvert au public sur inscription (indispensable) : info@cfpci.fr

Comité d’organisation Séverine Cachat, CFPCI Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI Marta Severo, laboratoire Geriico, université de Lille III Christian Hottin, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture

Contacts severine.cachat-at-cfpci.fr ; marta.severo-at-univ-lille3.fr

Lieu Centre français du patrimoine culturel immatériel Maison des Cultures du Monde Prieuré des Bénédictins 2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré Tél. : +33 (0)2 99 75 48 92 info@cfpci.fr

 

Crédits photographiques de l’image à la une : 2007 Powwow, photographie de Walter Larrimore, archives du Smithsonian Institution, pas de restriction de droits connues.

  1. Le centre français du patrimoine culturel immatériel (PCI) – Maison des Cultures du Monde – Vitré (35)  organise ce séminaire en collaboration avec le laboratoire Geriico (université de Lille III) avec le soutien de la direction générale des Patrimoines, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (ministère de la Culture et de la Communication) ; l’université nationale de Chonbuk (république de Corée) et la chaire Unesco ITEN (université de Paris VIII) sont également partenaires []

Expérience d’enquête orale sur la transmission culinaire en Guyane

Mardi 18 mars, 15h00, dans le cadre d’un enseignement sur la collecte de données numériques au sein du Pôle Universitaire de Guyane nous voilà avec un exercice pratique à réaliser : interroger un témoin qui accepterait de répondre à nos questions sur ses pratiques culinaires et leur transmission. Nous n’avions que deux magnétophones, deux groupes de huit étudiants se sont formés. Les questionnaires sont établis, il ne manque plus que notre informateur, une salle assez silencieuse. Ça y est, tout est trouvé, nous pouvons commencer.

Le but de l’opération est de collecter des données orales sur la transmission culinaire. Nous disposons d’un enregistreur numérique (Zoom H4) avec des consignes spécifiques sur le format des fichiers pour respecter les standards de conservation. Chaque personne du groupe a un rôle bien précis : l’une est chargée de présenter le contrat autorisant l’exploitation de l’enquête orale et d’informer le témoin sur les conditions juridiques et éthiques qui encadrent ce projet, une se préoccupe des aspects techniques (orientation du micro, volume sonore, spatialisation…), une autre pose les questions, d’autres notent et vérifient que les questions de la grille d’enquête, représentée sur une carte heuristique, ont toutes été couvertes.

Notre enquête s’est bien déroulée dans l’ensemble, nous n’avons pas eu de difficultés pour trouver une personne qui accepte de témoigner de son expérience sur la transmission de la cuisine dans sa famille.

Nous avons pu mener notre entretien à terme, car nos deux témoins ont été dynamiques et bienveillants même si nous nous sommes rendus compte que nos questions trop fermées n’ont pas toujours permis aux témoins de s’exprimer plus librement. En effet, cette enquête a été une première pour nous et en prenant du recul nous avons pu constater que nous aurions pu mieux la gérer (temps, questions, réactions, aspects techniques etc…) si elle avait été mieux préparée. Il nous aurait peut être aussi fallu trouver un moyen pour mettre le témoin en confiance afin qu’il se livre à nous sans craintes.

Malgré le support de la carte heuristique, nous n’avons pas eu assez de temps pour établir un questionnaire plus pertinent. Nous étions pleins d’enthousiasme à l’idée de produire un enregistrement de qualité. Zut, c’était trop compter sur notre bonne volonté. Paf, il nous fallait trouver une salle. Mince le magnétophone ne fonctionne pas. Ouf, l’appareil fonctionne, nous pouvons démarrer notre enquête.

Nous avons donc posé nos questions à nos témoins sur leurs habitudes culinaires pour en venir progressivement à leur apprentissage de la cuisine. Sans surprise, les mamans jouent un rôle important dans cette transmission et les plats traditionnels de Guyane sont mis en avant. Surtout nous avons constaté qu’il n’est pas toujours facile de ne pas se perdre, de relancer les témoins, de ne pas fermer les questions, mais nous avons finalement appris beaucoup de choses. Par exemple, lorsqu’un témoin a évoqué les haricots, nous avons complété sa réponse en ajoutant leur couleur sans attendre ses précisions.

Au delà de la recette du poisson boucané que vous avez écouté plus haut, nous avons compris que la position d’écoute de l’enquêteur est essentielle, avec des manières d’acquiescer qui relancent sans fermer, de rester neutre, de poser des questions ouvertes, de conserver notre objectif sans nous tenir toujours à notre “grille” de questions. La carte heuristique est pratique pour cela, elle permet de représenter un cheminement mental et de sortir du piège de la liste de questions linéaires.

La bonne utilisation du matériel et de l’environnement est importante : les bruits ambiants parasitent la compréhension du message. Et poser l’appareil sur la table les amplifie ! Pour les contourner, il faut tenir l’appareil à la main et l’approcher alternativement de la bouche du témoin et de l’enquêteur. Quoi qu’il en soit, cette expérience s’est avérée enrichissante. Elle nous a permis de découvrir notre complémentarité au sein du groupe et nous a appris sur nous mêmes. Nous avons compris d’une des qualités essentielles pour réussir un bon entretien est d’être en empathie avec son témoin et de sortir de ses propres représentations. Nous ne pouvons que remercier nos témoins de leur patience, de leur confiance, face à huit personnes et un appareil d’enregistrement.

Un autre récit (façon Petit Nicolas) de cette après-midi par Pierre :

Mardi, avec la maîtresse, on a fait un truc épatant. Enfin quand je dis avec la maîtresse, la maîtresse elle était pas là, elle nous a laissé tous seuls, c’est ça qui est épatant. Mais à sa place elle nous a donné un drôle d’appareil qui s’appelle zoom H4. Tu parles d’un nom !

zoomH4

D’abord on a fait un joli dessin, que la maîtresse, elle a appelé “carte heuristique”. J’ai pas compris le nom, mais on a passé du temps sur le dessin. Il avait plein de couleurs, et plein de branches comme une fleur.

Et puis, on est allé dans la cour et on a trouvé une fille qu’on ne connaissait pas. Elle était chouette la fille, elle a pas eu peur, pourtant on était toute une bande, comme les 7 nains. On l’a posé sur une table (l’appareil zoom H4, pas la fille, elle elle était sur une chaise devant), on a appuyé sur REC, qui veut dire “vas-y, enregistre”, c’est plus court, et on a posé des questions à la chouette fille. Et elle a répondu. Comme c’était pas assez, on a reposé d’autres questions, et elle a encore répondu. Elle était cool la chouette fille, même si à la fin, elle commençait à en avoir un peu marre.

Tu parles, on voulait savoir qui c’est qui lui avait appris à faire à manger. On pensait qu’une fille ça sait cuisiner mais elle, elle aimait que les pâtes et les patates. Bon c’est vrai que moi aussi j’aime bien les pâtes et les patates, mais il parait que c’est pas du vrai manger, que c’est trop facile et que ça compte pas. A la fin, on a compris que c’était sa maman qui lui apprenait, mais que elle, la chouette fille, elle faisait pas beaucoup à manger, et que sa maman se débrouille très bien toute seule.

Bon si quand même, elle fait du gâteau au chocolat et de la mousse au chocolat. Si je la croise une autre fois dans la cour, la fille chouette, c’est sûr que je lui offre du chocolat, je crois qu’elle aimera bien.

Après on a fait signer un contrat à la chouette fille, qui dit qu’on peut mettre son enregistrement là dessous, mais elle a pas voulu qu’on la prenne en photo, même si le contrat le disait aussi.

Après, on est revenu dans la classe avec la maîtresse et on a écouté les enregistrements. Houlala, c’est là qu’on a appris à poser des questions, mais c’était trop tard, on l’avait déjà fait. En plus dans la salle où on s’était mis y avait un truc qui faisait un gros bruit, et la chouette fille, on l’entend pas en fait.

La maîtresse elle nous a dit que si on redoublait, on pourrait recommencer. C’est ce que je vais faire, j’aimerais bien interroger à nouveau la chouette fille.

 

Texte collectif rédigé par les étudiants du Master 2 Sociétés et interculturalité, promotion 2013-2014 : Manuella, Ludivine, Chloé, Laura, Dayale, Noémi, Pierre, Maryse, Nicole, Emilie, Dimitri, Mary, Odile, Boris, Sofia. La carte mentale a été faite par Emilie.

groupe

amphi

 Crédits photographiques : Nicole, Chloé, Manuella, Véronique, mars 2014, Cayenne.

LUNDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille (Cote D2364 – N°2126. Enregistré le 19 octobre 2007 à Marseille  par Johana Lees. Durée : 2h).

Ecouter l’enquête en ligne

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 avec l’objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Dans l’entretien présenté ici à l’écoute, l’informatrice, âgée de 81 ans, raconte l’histoire de sa famille et de celle de son époux de la fin des années 1920 jusqu’à sa retraite. Elle raconte l’exode et les longues marches subies, l’arrivée en France en 1930 avec un contrat de travail en Ardèche dans les filatures de soie, leur installation à Marseille et les déménagements fréquents, les difficultés pour obtenir des papiers et la vie dans la clandestinité. Elle raconte également comment sa famille est devenue française tout en transmettant aux générations suivantes les racines de leur culture arménienne. Dans sa famille, personne n’a jamais participé à la vie associative arménienne en France : ils se disent non  »arménophile » mais fier  »d’être arméniens ».

Cette enquête (comme l’ensemble du corpus sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône) est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH.

 

Crédits photographiques : Jeune femme en costume traditionnel arménien à Artin [Armenian woman in national costume, Artvin], photographiée entre 1905 et 1915 par Sergeĭ Mikhaĭlovich (1863-1944), collections de la bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droits connues.

La mémoire de l’exploitation de la lavande dans le pays barrêmois (04) avant 1950

Plusieurs témoignages déclinent l’évolution de l’exploitation de la lavande autour de Barrême (04) avant les années 1950 dans la collection Mémoires orales des industries du bord de l’eau. Les témoins évoquent leurs propres expériences (coupes sur les terrains sauvages, embauches saisonnières, culture de la lavande, alambics de campagne) et celles de leurs parents à l’époque de l’installation de la distillerie de l’allemand Schimmel à Barrême. C’est la belle époque de l’exploitation de la lavande par les parfumeurs grassois qui viennent dynamiser le contexte économique et social des « paoutous », surnom peu flatteur donné aux barrêmois en raison des fréquents débordements des rivières voisines qui laissent de durables traces de boue dans les rues du village.

Explications sur le surnom des barrêmois (extrait de l’enquête 4175)

La lavande tient une place particulière dans les mémoires provençales et dans les récits déposés à la phonothèque. Dans le corpus des enquêtes diverses réalisées par, ou sur l’impulsion de, la famille Martel, dans le collectage de La tradition orale à Soleihas, comme dans les travaux de collectage à Courbons dans les années 1970 dans le cadre des campagnes du MNATP, jusqu’à celles plus récentes de la MSH de Nice sur les enquêtes d’histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera. Il faut aussi entendre les chants des coupeurs de lavande enregistrés en 1959 par Jean Mascaux qui reconstituent l’ambiance des repas collectifs des travailleurs saisonniers. Dans cette enquête, les ouvriers sans doute venus de la région de Valence interprètent plusieurs chants a capella rythmés en frappant des mains à la manière andalouse au milieu des rires et des interpellations des convives.

La plante concerne plusieurs territoires comme le Luberon, interrogé dans la collection Enquêtes ethnobotaniques en Luberon (1994-1995), ou encore le mont Ventoux en 1980-1981 Mémoire orale d’une commune du Ventoux.

Lavendula_Rillke-110627CreativeCommonsPartageal-identiqueSource importante de revenus, avant l’apparition des cultures immenses de lavandin, de l’exportation massive de fleurs des pays de l’Est ou de la substitution du parfum de synthèse, la lavande sauvage Lavandula Angustifolia, a laissé des traces profondes dans les mémoires paysannes de la première partie du 20ème siècle.

Explications sur les  revenus apportés par l’exploitation de la lavande

(extrait de l’enquête 4179)

(extrait de l’enquête 4185)

Les témoignages recueillis en 2012 sur l’exploitation de la lavande avant la seconde guerre mondiale présentent une série d’exemples de souvenirs transmis au sein des familles. Nous vous proposons d’en écouter ici quelques extraits. Souvenirs d’une ressource extraordinaire lorsque la vente des fleurs dépassait largement le salaire d’un instituteur, souvenirs des activités autour des nombreux alambics de campagne, ou encore de l’attente fébrile de la date autorisant la première coupe sur les terrains sauvages de montagne. Un entretien particulier entre deux générations de salariés de la distillerie Mane, compare les salaires des années 40 et des années 70, et permet de comprendre l’écart entre deux sociétés, entre ce que représentait le salaire à la distillerie avant la guerre et pour un étudiant en 1970.

Les entretiens nous font découvrir une multitude de détails. Par exemple, celui de ce lavandiculteur aujourd’hui, qui connait, par récit entendu au sein de sa famille, de son réseau relationnel ou par sa propre participation, les histoires d’utilisation des alambics de campagne jusqu’au années 60 et 70.

Discussion familiale autour du fonctionnement des alambics de campagne dans les années 50-60 (extrait de l’enquête 4179)

L’informateur peut situer ces utilisations dans leur contexte, les expériences et les erreurs du passé, et peut les comprendre, les expliquer :  le trop petit nombre d’alambics de campagne face à la multiplication des parcelles, l’impossibilité de stocker la fleur, la connaissance grossière de la combustion et de la fabrication chimique de l’essence. Dans son parcours il a cherché à savoir et à comprendre l’impact de la chauffe et de sa régularité dans la qualité de l’essence. Ce savoir lui a permis d’améliorer sa pratique en perfectionnant les acquis des générations précédentes.

Dans un environnement de procédés très artisanaux, la technologie de la distillerie Mane, avec ses 10 cuves installées en série et alimentées par une chaudière fait figure d’exception. Son produit est de grande qualité mais aussi très stable là où les autres production varient fortement.

Explications sur le fonctionnement technique de la distillerie Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4180)

Le travail au sein de la distillerie Mane a laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire de ses salariés. Malgré le temps ou le peu de temps passé dans l’entreprise, chacun a été marqué par les techniques inventives de la machinerie du début du 20ème siècle à la distillerie Mane de Barrême. Ce témoin, par sa curiosité, son observation attentive a appris un savoir-faire technique, des procédés chimiques et en témoigne encore avec passion.

Souvenir de la filtration de l’essence après distillation (extrait de l’enquête 4175)

Évocation du travail autour des alambics de la société Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4175)

L’or bleu, la lavande, dont tout un chacun essaye de vendre de la fleur ou de l’essence aux courtiers des parfumeries de Grasse, dépasse toutes les autres sources de revenus. Les témoins se souviennent des soins aux cultures, de la récupération des graines sous les tiges dressées en « andins » pour éviter quelles ne pourrissent dans la cours de la distillerie de Barrême.

Récupération des graines de lavande pour le repiquage de pieds (extrait de l’enquête 4175)

La vie reprend à la belle saison. De grands évènements rythment l’année : les foires, les fêtes votives, les saisons agricoles. Celle de la lavande ne déroge pas à la règle. Les courtiers visitent les villages, les coupeurs sont embauchés, les locaux comme ceux venus d’Italie ou d’Espagne, les distilleries et les alambics de campagne tournent à plein régime. Cette suractivité temporaire fait circuler les hommes, les bêtes, créé de l’activité et des odeurs. Le soir venu, on vient bader, flâner du côté des distilleries. C’est l’occasion de se retrouver et de profiter du parfum qui envahit tout.

Souvenirs de la saison de la lavande (extrait de l’enquête 4174)

Les savoir-faire autour de l’exploitation de la lavande sont multiples : de la coupe des fleurs au meilleur moment, de leur entreposage pour éviter le moisissement à ceux plus récents entourant la distillation. Ce jeune lavandiculteur explique la nécessaire « désinfection » des cuves entre les distillations de plantes différentes pour assurer une qualité optimale de l’essence AOC. Ce savoir-faire est issu de son héritage familial, de ses études comme de son expérimentation personnelle. Au cours de son entretien il décrit ses choix de pratiques professionnelles respectant une charte de qualité pour une valorisation d’un produit local et son plaisir de transmettre ses connaissances aux visiteurs de son entreprise.
Tous les savoirs semblent se croiser, des techniques modernes des jeunes professionnels, issus de leurs études spécialisées, aux savoirs plus anciens, empiriques comme cette description du voyage de l’essence dans la tige de la lavande, en fonction du froid, du soleil, de la pluie.

Explications sur le nettoyage des cuves entre différentes distillations (extrait de l’enquête 4180)

Explications sur l’influence de la météorologie sur l’essence végétale (extrait de l’enquête 4181)

Le travail de la main, la maîtrise du geste, le rythme des mouvements font la différence d’un terrain à l’autre, d’une plantation à l’autre et de sa configuration. Dans cette description des différentes formes de « coupe » de lavande, les savoir-faire et compétences techniques se présentent comme des spécialités de groupes de travailleurs. Dans les équipes de coupeurs venus d’Italie ou d’Espagne, la façon de couper se transmettait, d’une génération à l’autre, d’un coupeur à l’autre. Elle semblait devenir une carte de visite professionnelle, un savoir spécifique, observé, reconnu, discuté, en compétition dans le monde de la lavande. Il est aussi question de la pénibilité du travail sous la morsure du soleil.

Explications sur les différentes façons de couper des ouvriers français, italiens et espagnols et sur le chant au travail (extrait de l’enquête 4180)

Crédits photographiques
Lavandula Angustifolia, Rillke, 2011, Creative Commons, partage à l’identique

Cueillette de lavande sauvage sur le mont Ventoux, 1910, auteur inconnu, domaine public, wikicommons

« La mélodie de la semaine », à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association « La mélodie de la semaine« , offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais « All Rights Reserved » (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson « La barque aux 30 matelots », une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée « Ont anarem gardar ». []