Archives par mot-clé : transmission

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : Συνεντευξη της Ευθυμιας Κεχαγια = entretien avec Euthimia Kehagia

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Euthimia Kehagia, issue d’une famille de réfugiés sur l’île de Syros, évoque les récits de son père Nikolaos Kehagias qui a vécu l’incendie de Smyrne à l’âge de 13 ans

Η Ευθυμία Κεχαγιά κόρη του Νικόλαου Κεχαγιά αφηγείται την ζωή του πατέρα της που έζησε την καταστροφή της Σμύρνης στην ηλικία των 13 χρονών. Ηχογραφήθηκε στις 9 Αυγούστου του 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου1

H Ευθυμία Κεχαγιά μας μεταφέρει τις αναμνήσεις του πατέρα της Νίκου Κεχαγιά που έζησε την μικρασιατική καταστροφή στην ηλικία των 13 χρονών. Ο Νίκος γεννήθηκε περίπου το 1907 και προερχόταν από μία τετραμελή οικογένεια όπου ζούσαν όλοι μαζί, στο δικό τους σπίτι, σε ένα μικρό χωριό κοντά στην Σμύρνη. Το 1922 οι τούρκικες αρχές τους ανάγκασαν να πουλήσουν γρήγορα το σπίτι και την περιουσία τους  και να φύγουν για την πόλη της Σμύρνης. Όταν μετά από λίγο έγινε η καταστροφή, η οικογένεια έκρυψε τις οικονομίες της και κάποια τιμαλφή αντικείμενα, μέσα σε μία βάρκα και καταφέρανε να ξεφύγουν. Η πρώτη τους στάση ήταν στην Μυτιλήνη. Η συνθήκες διαβίωσης ήταν ανυπόφορες, η πόλη ήταν γεμάτη πρόσφυγες και ήταν αδύνατο να βρουν κατάλυμα για να μείνουν με αποτέλεσμα να  μετακομίσουν στην Αθήνα στην περιοχή του Βύρωνα. Με το προσφυγικό επίδομα καταφέρανε να αγοράσουν ένα μικρό σπίτι, το οποίο πούλησαν για να ενισχύσουν την προίκα της μεγαλύτερης κόρης τους. O γάμος έγινε στην Θεσσαλονίκη όπου εκεί μετακόμισε όλη η οικογένεια και ανοίξανε ένα ζαχαροπλαστείο στην Εγνατία οδό. Ο Νίκος Κεχαγιάς αισθανόταν όμως την ανάγκη να  χαράξει τον δικό του δρόμο, έτσι  πήγε  στην Σύρο και μαθήτευσε δίπλα σε ένα θείο του που ήταν διάσημος λουκουμοποιός. Παρόλο που στην αρχή, οι συριανοί ήταν καχύποπτοι με τους πρόσφυγες και το κλίμα δεν ήταν ευνοϊκό, έμαθε πολύ καλά την τέχνη της ζαχαροπλαστικής. Αργότερα προσπάθησε να μείνει και να εργαστεί στην Αθήνα αλλά τελικά επέστρεψε στην Σύρο, για να δημιουργήσει και να αναπτύξει την δική του επιχείρηση. Έφτιαχνε λουκούμια, τα έβαζε σε μεγάλα καλάθια και  τα πουλούσε σε γιορτές. Επίσης, πολλές φορές έπαιρνε την βάρκα του και πήγαινε στην Ικαρία για να τα πουλήσει στα παραδοσιακά πανηγύρια. Την δεκαετία του 1940 γνώρισε την γυναίκα του και άνοιξε ένα δικό του ζαχαροπλαστείο στο λιμάνι της Ερμούπολης. Στο τέλος της συνέντευξης, η Ευθυμία δίνει έμφαση στην αλληλεγγύη που έδειχναν οι πρόσφυγες μεταξύ τους και στην προσπάθεια διατήρησης της συλλογικής τους μνήμης.

Crédits photographiques de l’image à la une : portrait d’Euthimia Kehagia avec son mari vers 1960. Les photographies de madame Ntina Sikoutri ont été déposées à la phonothèque de la MMSH (CC BY-NC-BY).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών. []

Fuir Smyrne en bateau en 1922

En 2013, la phonothèque de la MMSH a numérisé et traité une collection sonore déposée par les Archives historiques des Cyclades (Grèce) portant sur les réfugiés de la catastrophe de Smyrne de 1922 sur l’île de Syros. Une série de billets présente ces entretiens en langues française, grecque et anglaise.

Plusieurs témoignages issus de la collection sur les Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 évoquent la fuite en bateau des grecs de Smyrne et de sa région depuis les côtes d’Asie Mineure en septembre 1922. Sur les ports1 sont amarrés des bateaux grecs, français, américains et anglais qui vont transporter les grecs persécutés jusqu’en Grèce. Les récits de la fuite des réfugiés de la première et de la deuxième génération racontent les épreuves de la vie comme la  maladie,  la mort,  l’amitié ou encore l’amour.

Ceux qui habitent à l’intérieur des terres sont contraints de parcourir de longues distances à pied, en emportant seulement leurs enfants, comme la famille de Timonidou (entretien n°4465) qui est partie de la Haute-Mésopotamie jusqu’à Mersin ou encore la famille Chrisafidis (entretien n°4458) qui a fait le chemin d’Eskişehir jusqu’à Antalya. Ils racontent comment, pour éviter les mauvais traitements et les arrestations durant le voyage, ils échafaudent différentes ruses : les filles revêtent des vêtements d’homme, tandis que les garçons portent des pantalons plus courts pour paraître plus jeunes. Comme les autorités turques interdisent aux grecs de transporter des objets de valeur, les femmes cousent des pièces d’or dans le revers de leur jupon ou de leurs chaussettes, d’autres vont jusqu’à les avaler. Une fois obtenue une place – si convoitée – sur les bateaux surchargés, ils doivent encore affronter les dangers de la mer agitée et l’épidémie de typhus.

Ce billet reprend les récits directs et indirects de trois témoins : Despina Dimou, Despina Eleftheriadou et un réfugié qui a souhaité demeurer anonyme.

Despina Dimou est une réfugiée de la première génération originaire d’Aïvali, ville au nord-ouest de la mer Egée. Toute la famille a réussi à s’enfuir, à l’exception des grands-parents. Ils ont embarqué sur les bateaux nord-américains qui les ont conduit à Mytilène, sur l’île de Lesbos, située en face de la côte turque. Ils y ont vécu quelques temps puis se sont installés à Syros.

Despina Dimou : A Aïvali, des bateaux anglais et américains sont venus nous chercher.
Enquêtrice : Il y avait beaucoup de familles ?
Despina Dimou : Ceux qui voulaient partir, c’est à dire tous, puisqu’on pouvait pas rester, les turcs nous chassaient. Il m’est arrivé une aventure en route, comme on était des gens pieux, j’avais pris avec moi une icône… (l’informatrice se met à pleurer) (…) Ma mère avait de l’argent sur elle, des livres turques, qu’elle avait cousues dans l’ourlet de ses vêtements et les turcs n’ont rien remarqué. Mais ils lui ont pris autre chose, une petite montre je crois, qu’ils lui ont rendue par la suite en lui disant “nous ne prenons pas les accessoires féminins” Ils se sont comportés avec gentillesse, on ne peut pas dire le contraire. Mais nous, on tremblait comme des oiseaux. Puis on est partis à Mytilène.
Enquêtrice : Qu’est-ce que vous aviez pris d’autre avec vous ?
Despina Dimou : Pas grand chose : un matelas, une poule bouillie pour la manger.

Despina Eleftheriadou est une réfugiée de la deuxième génération. Elle raconte la fuite de ses parents originaires d’Istanbul (alors Constantinople) en reprenant le récit familial entendu dans sa jeunesse. Lors des événements de 1922, sa mère réussit à embarquer sur un bateau, avec sa mère et sa soeur. Sur le bateau elle rencontre son futur mari. A leur arrivée en Grèce à Ioannina, ils se marient et fondent une famille. Ils travaillent pendant 6 ans dans les usines de la région avant de s’installer à Syros.

Despina Eleftheriadou  : Ma mère m’a raconté : ils nous ont mis sur un bateau et nous avons voyagé pendant un mois. La saleté, nulle part où te laver, des poux, rien à manger… On pensait qu’on allait mourir sur le bateau.
Enquêtrice : Qui a réussi à s’enfuir dans votre famille?
Despina Eleftheriadou : Elle, sa mère, sa soeur…
Enquêtrice : Les femmes donc ?
Despina EleftheriadouToutes les femmes. Les hommes avaient été exilés et ils sont morts de faim et de soif.
Enquêtrice : Elles ont pu prendre des affaires avec elles ?
Despina EleftheriadouElles avaient seulement un matelas, qui nous a sauvé pendant l’Occupation car il était fait de laine à l’intérieur et ma mère fabriquait des vêtements pour les échanger dans des villages contre des pois chiches, du riz, de l’huile, des légumes… (…) Si vous savez ce que ces gens-là ont enduré : ils sont morts très fatigués et malheureux. (…)
Enquêtrice : Et qu’est-il arrivé après le bateau?
Despina EleftheriadouIls sont descendus à Ioannina et ils ont reçu de l’aide de l’Etat pour trouver un logement (…) C’est dans le bateau que ma mère a rencontré mon père. Il avait 17 ans et ils n’avaient pas réussi à l’attraper. Il avait dû s’enfuir car mon père était très malin. Elles étaient 6-7 femmes et il a proposé de les aider. Il dit à ma mère : “Tu me plais beaucoup et j’aimerais que tu deviennes ma femme”. Elle avait 14 ans.

Le troisième entretien présenté dans le billet a été enregistré auprès d’un réfugié de la première génération né à Ikonios en Asie Mineure. En 1922, il se dirige avec sa mère et ses trois frères et soeurs vers la ville de Mersin, sur la côte turque. Arrivés au port, sa mère cherche un moyen pour faire passer des pièces d’or par la douane. Elle fait alors appel à un voisin turc qui a eu une idée : il demande à sa mère d’amener des couteaux et autres ustensiles de cuisine avec de grands manches. Il ouvre une cachette dans les manches et cache les pièces à l’intérieur. Puis, ils en cache dans la doublure de leurs vêtements et leur fait avaler le reste. Ils réussissent à passer la douane sans être découverts. Ils voyagent ensuite dans un un bateau de transport où de milliers des gens sont entassés. Puis ils débarquent dans la ville de Nauplie, dans le Péloponnèse. Après un séjour à Tripoli, ils partent rejoindre des parents à Syros.

(extrait) L’informateur : Durant la catastrophe, nous sommes passés par Mersin. C’était le port où  les bateaux grecs arrivaient pour prendre  les réfugiés. Pour monter sur les bateaux nous devions passer la douane : ils nous avaient interdit de faire passer de l’or, mais nous pouvions emporter de la monnaie grecque, autant de billets qu’on voulait. Ma mère ne savait pas si en Grèce la monnaie turque allait être acceptée et elle s’inquiétait de savoir comment elle allait nourrir ses 4 enfants. On avait de l’or, beaucoup de pièces de livres turques, et elle réfléchissait à comment les faire passer à la douane (…)
Enquêtrice : En Grèce où êtes-vous allés ?
L’informateur : Avec le bateau, nous avons voyagé 7 jours et nous sommes arrivés à Nauplie. A Nauplie, ma mère a loué un logement. Après nous sommes allés à Tripoli, puis notre oncle a envoyé quelqu’un pour nous faire venir à Syros.

Crédits photographiques : photographie à la une Too crowded for comfort, 1921, Library of Congress. Pas de restrictions de droits connues.

Vignette de soundcloud : Smyrna, Silas and Anna Weaver Hertzler Papers. Middle East Photographs, 1919-20. HM1-197. Box 19 Folder 1 photo 1822. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. Pas de restrictions de droits connues.

  1. Dans les entretiens, quatre ports sont cités par les réfugiés : Antalya, Istanbul – anciennement Constantinople-, Izmir – anciennement Smyrne -, Mersin. []

Expérience d’enquête orale sur la transmission culinaire en Guyane

Mardi 18 mars, 15h00, dans le cadre d’un enseignement sur la collecte de données numériques au sein du Pôle Universitaire de Guyane nous voilà avec un exercice pratique à réaliser : interroger un témoin qui accepterait de répondre à nos questions sur ses pratiques culinaires et leur transmission. Nous n’avions que deux magnétophones, deux groupes de huit étudiants se sont formés. Les questionnaires sont établis, il ne manque plus que notre informateur, une salle assez silencieuse. Ça y est, tout est trouvé, nous pouvons commencer. Continuer la lecture de Expérience d’enquête orale sur la transmission culinaire en Guyane

LUNDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille (Cote D2364 – N°2126. Enregistré le 19 octobre 2007 à Marseille  par Johana Lees. Durée : 2h).

Ecouter l’enquête en ligne

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 avec l’objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Dans l’entretien présenté ici à l’écoute, l’informatrice, âgée de 81 ans, raconte l’histoire de sa famille et de celle de son époux de la fin des années 1920 jusqu’à sa retraite. Elle raconte l’exode et les longues marches subies, l’arrivée en France en 1930 avec un contrat de travail en Ardèche dans les filatures de soie, leur installation à Marseille et les déménagements fréquents, les difficultés pour obtenir des papiers et la vie dans la clandestinité. Elle raconte également comment sa famille est devenue française tout en transmettant aux générations suivantes les racines de leur culture arménienne. Dans sa famille, personne n’a jamais participé à la vie associative arménienne en France : ils se disent non  »arménophile » mais fier  »d’être arméniens ».

Cette enquête (comme l’ensemble du corpus sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône) est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH.

 

Crédits photographiques : Jeune femme en costume traditionnel arménien à Artin [Armenian woman in national costume, Artvin], photographiée entre 1905 et 1915 par Sergeĭ Mikhaĭlovich (1863-1944), collections de la bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droits connues.

La mémoire de l’exploitation de la lavande dans le pays barrêmois (04) avant 1950

Plusieurs témoignages déclinent l’évolution de l’exploitation de la lavande autour de Barrême (04) avant les années 1950 dans la collection Mémoires orales des industries du bord de l’eau. Les témoins évoquent leurs propres expériences (coupes sur les terrains sauvages, embauches saisonnières, culture de la lavande, alambics de campagne) et celles de leurs parents à l’époque de l’installation de la distillerie de l’allemand Schimmel à Barrême. C’est la belle époque de l’exploitation de la lavande par les parfumeurs grassois qui viennent dynamiser le contexte économique et social des « paoutous », surnom peu flatteur donné aux barrêmois en raison des fréquents débordements des rivières voisines qui laissent de durables traces de boue dans les rues du village.

Explications sur le surnom des barrêmois (extrait de l’enquête 4175)

La lavande tient une place particulière dans les mémoires provençales et dans les récits déposés à la phonothèque. Dans le corpus des enquêtes diverses réalisées par, ou sur l’impulsion de, la famille Martel, dans le collectage de La tradition orale à Soleihas, comme dans les travaux de collectage à Courbons dans les années 1970 dans le cadre des campagnes du MNATP, jusqu’à celles plus récentes de la MSH de Nice sur les enquêtes d’histoires orales dans les vallées de la Roya et de la Bevera. Il faut aussi entendre les chants des coupeurs de lavande enregistrés en 1959 par Jean Mascaux qui reconstituent l’ambiance des repas collectifs des travailleurs saisonniers. Dans cette enquête, les ouvriers sans doute venus de la région de Valence interprètent plusieurs chants a capella rythmés en frappant des mains à la manière andalouse au milieu des rires et des interpellations des convives.

La plante concerne plusieurs territoires comme le Luberon, interrogé dans la collection Enquêtes ethnobotaniques en Luberon (1994-1995), ou encore le mont Ventoux en 1980-1981 Mémoire orale d’une commune du Ventoux.

Lavendula_Rillke-110627CreativeCommonsPartageal-identiqueSource importante de revenus, avant l’apparition des cultures immenses de lavandin, de l’exportation massive de fleurs des pays de l’Est ou de la substitution du parfum de synthèse, la lavande sauvage Lavandula Angustifolia, a laissé des traces profondes dans les mémoires paysannes de la première partie du 20ème siècle.

Explications sur les  revenus apportés par l’exploitation de la lavande

(extrait de l’enquête 4179)

(extrait de l’enquête 4185)

Les témoignages recueillis en 2012 sur l’exploitation de la lavande avant la seconde guerre mondiale présentent une série d’exemples de souvenirs transmis au sein des familles. Nous vous proposons d’en écouter ici quelques extraits. Souvenirs d’une ressource extraordinaire lorsque la vente des fleurs dépassait largement le salaire d’un instituteur, souvenirs des activités autour des nombreux alambics de campagne, ou encore de l’attente fébrile de la date autorisant la première coupe sur les terrains sauvages de montagne. Un entretien particulier entre deux générations de salariés de la distillerie Mane, compare les salaires des années 40 et des années 70, et permet de comprendre l’écart entre deux sociétés, entre ce que représentait le salaire à la distillerie avant la guerre et pour un étudiant en 1970.

Les entretiens nous font découvrir une multitude de détails. Par exemple, celui de ce lavandiculteur aujourd’hui, qui connait, par récit entendu au sein de sa famille, de son réseau relationnel ou par sa propre participation, les histoires d’utilisation des alambics de campagne jusqu’au années 60 et 70.

Discussion familiale autour du fonctionnement des alambics de campagne dans les années 50-60 (extrait de l’enquête 4179)

L’informateur peut situer ces utilisations dans leur contexte, les expériences et les erreurs du passé, et peut les comprendre, les expliquer :  le trop petit nombre d’alambics de campagne face à la multiplication des parcelles, l’impossibilité de stocker la fleur, la connaissance grossière de la combustion et de la fabrication chimique de l’essence. Dans son parcours il a cherché à savoir et à comprendre l’impact de la chauffe et de sa régularité dans la qualité de l’essence. Ce savoir lui a permis d’améliorer sa pratique en perfectionnant les acquis des générations précédentes.

Dans un environnement de procédés très artisanaux, la technologie de la distillerie Mane, avec ses 10 cuves installées en série et alimentées par une chaudière fait figure d’exception. Son produit est de grande qualité mais aussi très stable là où les autres production varient fortement.

Explications sur le fonctionnement technique de la distillerie Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4180)

Le travail au sein de la distillerie Mane a laissé des souvenirs impérissables dans la mémoire de ses salariés. Malgré le temps ou le peu de temps passé dans l’entreprise, chacun a été marqué par les techniques inventives de la machinerie du début du 20ème siècle à la distillerie Mane de Barrême. Ce témoin, par sa curiosité, son observation attentive a appris un savoir-faire technique, des procédés chimiques et en témoigne encore avec passion.

Souvenir de la filtration de l’essence après distillation (extrait de l’enquête 4175)

Évocation du travail autour des alambics de la société Mane de Barrême (extrait de l’enquête 4175)

L’or bleu, la lavande, dont tout un chacun essaye de vendre de la fleur ou de l’essence aux courtiers des parfumeries de Grasse, dépasse toutes les autres sources de revenus. Les témoins se souviennent des soins aux cultures, de la récupération des graines sous les tiges dressées en « andins » pour éviter quelles ne pourrissent dans la cours de la distillerie de Barrême.

Récupération des graines de lavande pour le repiquage de pieds (extrait de l’enquête 4175)

La vie reprend à la belle saison. De grands évènements rythment l’année : les foires, les fêtes votives, les saisons agricoles. Celle de la lavande ne déroge pas à la règle. Les courtiers visitent les villages, les coupeurs sont embauchés, les locaux comme ceux venus d’Italie ou d’Espagne, les distilleries et les alambics de campagne tournent à plein régime. Cette suractivité temporaire fait circuler les hommes, les bêtes, créé de l’activité et des odeurs. Le soir venu, on vient bader, flâner du côté des distilleries. C’est l’occasion de se retrouver et de profiter du parfum qui envahit tout.

Souvenirs de la saison de la lavande (extrait de l’enquête 4174)

Les savoir-faire autour de l’exploitation de la lavande sont multiples : de la coupe des fleurs au meilleur moment, de leur entreposage pour éviter le moisissement à ceux plus récents entourant la distillation. Ce jeune lavandiculteur explique la nécessaire « désinfection » des cuves entre les distillations de plantes différentes pour assurer une qualité optimale de l’essence AOC. Ce savoir-faire est issu de son héritage familial, de ses études comme de son expérimentation personnelle. Au cours de son entretien il décrit ses choix de pratiques professionnelles respectant une charte de qualité pour une valorisation d’un produit local et son plaisir de transmettre ses connaissances aux visiteurs de son entreprise.
Tous les savoirs semblent se croiser, des techniques modernes des jeunes professionnels, issus de leurs études spécialisées, aux savoirs plus anciens, empiriques comme cette description du voyage de l’essence dans la tige de la lavande, en fonction du froid, du soleil, de la pluie.

Explications sur le nettoyage des cuves entre différentes distillations (extrait de l’enquête 4180)

Explications sur l’influence de la météorologie sur l’essence végétale (extrait de l’enquête 4181)

Le travail de la main, la maîtrise du geste, le rythme des mouvements font la différence d’un terrain à l’autre, d’une plantation à l’autre et de sa configuration. Dans cette description des différentes formes de « coupe » de lavande, les savoir-faire et compétences techniques se présentent comme des spécialités de groupes de travailleurs. Dans les équipes de coupeurs venus d’Italie ou d’Espagne, la façon de couper se transmettait, d’une génération à l’autre, d’un coupeur à l’autre. Elle semblait devenir une carte de visite professionnelle, un savoir spécifique, observé, reconnu, discuté, en compétition dans le monde de la lavande. Il est aussi question de la pénibilité du travail sous la morsure du soleil.

Explications sur les différentes façons de couper des ouvriers français, italiens et espagnols et sur le chant au travail (extrait de l’enquête 4180)

Crédits photographiques
Lavandula Angustifolia, Rillke, 2011, Creative Commons, partage à l’identique

Cueillette de lavande sauvage sur le mont Ventoux, 1910, auteur inconnu, domaine public, wikicommons

« La mélodie de la semaine », à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association « La mélodie de la semaine« , offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais « All Rights Reserved » (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson « La barque aux 30 matelots », une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée « Ont anarem gardar ». []

Oralité première, oralité seconde

Après ces journées sur le patrimoine immatériel de Rennes, j’ai trouvé par sérendipité un article Jean Dérive (LLACAN) sur l’oralité qui m’a semblé un bel écho à cette formation qui a réuni plus de 150 personnes. L’article a été publié ces jours-ci sous le titre « Les modes spécifiques de transmission du patrimoine oral : traditions et perspectives » sur HAL-SHS. Il est destiné à un livre d’hommages à Jean-Pierre Perrot qui paraîtra en 2009.

Dans ce texte, Jean Dérive rappelle qu’au Moyen-âge, les artistes – souvent musiciens – réalisaient de véritables performances culturelles devant leur public, en récitant leur texte de mémoire, selon les principes habituels de l’oralité. Si des manuscrits circulaient, ils n’étaient qu’un support graphique pour raviver la mémoire. A partir de cet exemple médiéval, et en s’appuyant sur son terrain en Afrique noire, il démontre ainsi que l’oralité n’est pas une culture par défaut, placée sous le signe du manque : manque d’écriture, manque d’auteur (les oeuvres en sont souvent anonymes), manque du raffinement que seul permettrait le recul de l’écrit. Elle est plutôt un choix culturel impliquant un type de rapport au verbe incarné, consommé à chaud dans le cadre « immédiat » d’une cohésion communautaire qui adhère collectivement.

Se référant à W. J. Ong et à son ouvrage Orality and Literacy. The technologizing of the word (Londres, New-York, Methuen, 1982) il suggère que la concurrence entre « oralité première » (transmise de bouche à oreille) et « oralité seconde » (relayée par des médias) se rapproche de la situation médiévale. L’oralité seconde, est capturée par les enregistrements – hier magnétiques, aujourd’hui numériques -, qui deviennent matériellement consultables et conservés, au même titre qu’un ouvrage dans une bibliothèque. Son texte se clos sur cette idée qui mériterait d’être développée dans un autre article : selon Jean Dérive nous assistons, dans les sociétés de l’oral, à une révolution comparable à cette dont nous parle Mc Luhan. Ainsi, de la même manière que le livre a permis de passer de l’audition collective à la lecture individuelle, la consultation des archives sonores substitue à une écoute, ou à des pratiques, collectives, la solitude de l’auditeur devant son écran et son fichier MP3 ou avec son casque sur les oreilles dans une phonothèque. De quoi trouver matière à réflexion pour nous aider à la mise en place du portail portail du patrimoine oral, ou portail de « l’oralité seconde », encore naissant…

Consulter la notice détaillée de l’article de J. Derive sur HAL-SHSLire l’article en texte intégral

Crédits photographiques : soirée du 12 décembre, 21h, après avoir discuté longuement (entre autres choses) d’oralité seconde, les participants aux journées sur le patrimoine immatériel à Rennes passent à l’oralité première et écoutent les conteurs et les chanteurs qui se succèdent au cours du repas. V. Ginouvès CC