Archives par mot-clé : travail des enfants

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : entretien avec Vasilia Tsaousoglou et sa fille = συνομιλια με την Βασιλεια Τσαουσογλου και την κορη της

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Vasilia Tsaousoglou, réfugiée de la première génération, évoque la catastrophe de Smyrne qu’elle a vécu en 1922, avec le soutien de sa fille 

Η Βασιλεία Τσαούσογλου, πρόσφυγας πρώτης γενιάς, αφηγείται τα γεγονότα της μικρασιατικής καταστροφής με την βοήθεια της κόρης της, όπως τα έζησε η ίδια το 1922
Ηχογραφήθηκε στις 7 Αυγούστου του 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου  για την συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“ 1

H Bασιλεία Τσαούσογλου μας μεταφέρει τις μνήμες της, πριν και μετά την Mικρασιατική Kαταστροφή. Στη συζήτηση βοηθά και η κόρη της συμπληρώνοντας τα κενά μνήμης της. Η Βασιλεία γεννήθηκε το 1909 στο Λιβίσι της Μικρἀς Ασίας. Ο πατέρας της λεγόταν Μάρκος Χατζηστεφάνου, καπνέμπορος στο επάγγελμα και η μητέρα της Κοραλία, η οποία έκανε τέσσερα παιδιά : τρία αγόρια και ένα κορίτσι. Οι μνήμες από την παιδική ηλικία είναι θολές, θυμάται πως έμαθε γράμματα από δασκάλες που ερχόντουσαν στο σπίτι και ότι το Λεβίσι ήταν μια πόλη μικτή με αρκετούς Τούρκους. Λίγο πριν την καταστροφή, φίλοι Τούρκοι τους είχαν προειδοποιήσει να φύγουν γιατί ο τουρκικός στρατός ήταν έτοιμος για μεγάλη επίθεση.  Το 1922, κατά την διάρκεια των γεγονότων, όλη η οικογένεια επιβιβάστηκε σε καράβι και καταλήξανε στη Σύρο. Στην αρχή οι συνθήκες ζωής ήταν πολύ δύσκολες. Ο πατέρας της Μάρκος έπαθε εγκεφαλικό με αποτέλεσμα να τυφλωθεί. Έκτοτε, κυκλοφορούσε με ένα μαύρο πανί στο ένα μάτι και όλοι τον φώναζαν περιπαιχτικά μονόφθαλμο. Αργότερα, νοικιάσανε ένα σπίτι στην Κοίμηση και δεν δέχτηκαν να πάνε στον προσφυγικό συνοικισμό, όπου τους πρόσφεραν σπίτι. Η Κοραλία δούλευε σε σπίτια και έραβε. Όταν έλειπε από το σπίτι, έστελνε την Βασιλεία σε μία πλούσια οικογένεια της συνοικίας όπου μάθαινε νοικοκυριό. Η Κοραλία προσπαθούσε να μορφώσει την κόρη της και της πήρε, με το κομπόδεμα που μάζευε, μια δασκάλα για να της μάθει γράμματα, ενώ τα αγόρια της οικογένειας, πηγαίνανε στο σχολείο τα πρωινά και τα απογεύματα ήταν μαθητευόμενοι· ο ένας δούλευε σε έναν παπουτσή και ο άλλος σε έναν μαραγκό. Η Βασιλεία συνέχισε να δουλεύει στην ίδια οικογένεια μέχρι που παντρεύτηκε τον Ευριπίδη Τσαούσογλου. Ο Ευριπίδης είχε έρθει από την Αγία Φωτεινή της Σμύρνης. Ήταν έμπορος και είχε καΐκια που φόρτωναν εδώδιμα-αποικιακά προϊόντα. Στη Σύρο κατασκεύαζαν σακούλες με αλευρόκολλα και χαρτί. Όταν ο Ευριπίδης και η Βασιλεία παντρεύτηκαν, έφτιαξαν ένα σπίτι στον Άγιο Νικόλαο. Έκαναν έξι παιδιά, μία κόρη και πέντε αγόρια, από τα οποία πέθαναν τα τρία.

Vasilia Tsaousoglou, réfugiée de la première génération évoque la catastrophe de Smyrne qu’elle a vécu en 1922
Portrait de Vasilia Tsaousoglou devant sa maison à Syros

Crédits photographiques : portraits de Vasilia Tsaousoglou. Les photographies de Christos Tsaousoglou ont été déposées à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades. (CC BY-NC).

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922

Une des collections sonores traitées par la phonothèque au cours du premier trimestre 2015 porte sur des témoignages en langue grecque. Ils ont été enregistrés auprès de réfugiés de la première et deuxième génération arrivés d’Asie Mineure en 1922 et installés sur l’île de Syros. Les archives qui documentent cette population de réfugiés étant clairsemées, les Archives Historiques des Cyclades avaient voulu enregistrer le témoignage de ceux qui pouvaient encore raconter ces évènements, de manière directe ou indirecte. Entre 1996 et 2001 une campagne de collecte a été lancée sous la direction d’un historien1. Vingt-neuf entretiens ont été réalisés par deux historiens et une archiviste rattachés aux Archives Historiques des Cyclades. Ces enregistrements ont été numérisés à la phonothèque de la MMSH en 2013 et sont en cours d’analyse, en langues française et grecque. Les supports originaux (27 cassettes) seront conservés aux Archives historiques des Cyclades où une copie numérique des enregistrements accompagnée du traitement des archives en langue grecque y sera bientôt accessible.

A l’époque de la Grande catastrophe, le port d’Ermoupoli, faisait de Syros un centre commercial important et sa zone industrielle offrait un bassin d’emplois conséquent (chantier naval, tanneries et filatures textiles…) ce qui explique en partie que l’île ait pu être une destination pour les réfugiés de Smyrne. Les registres des Archives Historiques des Cyclades indiquent que le nombre des réfugiés  arrivés à Syros peu après la Grande catastrophe a pu atteindre les 7 800 personnes, principalement des femmes et des enfants. Une autre raison de l’arrivée de ces réfugiés a pu être l’installation d’un orphelinat américain, construit à côté d’Ermoupoli en 1923 qui a accueilli des milliers d’orphelins, en majorité d’origine grecque et arménienne2.  La plupart des réfugiés arrivaient des grandes villes d’Asie Mineure : Smyrne, Cilicie, Aïdini, Trébizonde, Halicarnasse, Mésopotamie et Constantinople.3

Dans leurs récits, les réfugiés reconstituent des bribes de leur vie en Asie Mineure avant 1922. Ils évoquent leurs liens avec les habitants de la Turquie d’alors, et plusieurs aspects de leur culture : leurs métiers, leur niveau de vie, leur éducation, leur pratique de la religion, leur vie quotidienne, leurs traditions familiales. A partir de 1922, les réfugiés racontent l’épisode de leur fuite vers la Grèce,4 un pays qui, à cette époque, souffre de la misère et de la pauvreté. Dans cette « nouvelle patrie”, les réfugiés essaient de trouver un travail, de nourrir leurs familles et d’améliorer leurs conditions de vie. L’état grec tente d’accueillir au mieux ces nouvelles populations et de leur fournir une indemnité de guerre. L’intégration des micrasiates en Grèce ne se fait pas sans heurts et nombre d’entre eux se font exploiter : les enfants doivent travailler dès leur plus jeune âge, les salaires sont extrêmement bas – et parfois difficiles à obtenir -, la durée du temps de travail excessive.

Certains commerçants ou artisans vont toutefois tirer parti du contexte cosmopolite et de l’activité commerciale du port d’Ermoupoli et saisir l’occasion de réussir leur nouvelle vie. A travers certains témoignages, comme celui d’Antonis Mavromoustakis (enquête n°4443) quand il évoque le travail réalisé par son père, un des fondateurs de l’association “Union des réfugiés des Cyclades”, on peut saisir la solidarité qui se noue entre les réfugiés et la façon dont ils essaient, à travers la fondation de leurs propres regroupements et associations, d’améliorer leur sort.

Quand il est arrivé d’Asie Mineure, comme il était instituteur et qu’il avait une certaine éducation, il a compté parmi les fondateurs de l’association “Union des Réfugiés des Cyclades” qui avait comme mission d’aider les réfugiés à vivre dans de bonnes conditions. C’est grâce à l’action de cette association qu’a été aménagé le premier quartier pour réfugiés à Xirokampos.

A partir des années 1940, au moment où les réfugiés commencent à laisser derrière eux le souvenir de la Grande catastrophe, un autre épisode historique survient : l’occupation de la Grèce et ses conséquences économiques et sociales désastreuses. Les réfugiés connaissent de nouveau la famine, la peur, la lutte pour la survie. Malgré les difficultés constantes, dans ces discours personnels transparaît la joie de vivre des réfugiés, à travers les fêtes et la musique orientale qui font partie de leurs traditions. Nous vous proposons de vous présenter ce fonds sonore dans une série de billets à venir sur les Carnets de la phonothèque.

Crédits photographiques : Refugees from Asia Minor, 1922, Library of Congress. Pas de restriction de droits connues.

  1. Christos Loukos, aujourd’hui retraité, alors rattaché à l’Université de Crète, a suivi le projet et a déposé les archives à la phonothèque de la MMSH []
  2. La population arménienne avait été victime d’un génocide en 1915 qui a fait de 1,2 à 1,5 victimes []
  3. Nous renvoyons ici vers l’article collectif paru en 1999 sous le titre « Les réfugiés d’Asie Mineure à Ermoupoli : premières hypothèses d’une recherche sur les questions de leur installation et de leur intégration » Οι Μικρασιάτες πρόσφυγες στην Ερμούπολη. Πρώτες υποθέσεις μιας έρευνας για τα προβλήματα εγκατάστασης και ενσωμάτωσης », Εταιρεία Σπουδών Νεοελληνικού Πολιτισμού και Γενικής Παιδείας (εκδ.), Ο ξεριζωμός και η άλλη πατρίδα. Οι προσφυγουπόλεις στην Ελλάδα.. Επιστημονικό Συμπόσιο (11 και 12 Απριλίου 1997), Αθήνα [1999], σ. 203-214. []
  4. En septembre 1922, à la fin de la guerre d’indépendance, l’armée de Mustafa Kemal se livre aux pillages et aux meurtres contre les populations grecque et arménienne. []

Vie quotidienne paysanne dans le pays du haut et moyen Verdon jusqu’en 1970

Dans le monde agricole avant la seconde guerre mondiale, dans la vallée du Haut Verdon comme ailleurs les connaissances fines de la terre, de ses capacités et des soins à y apporter sont les seules garanties pour assurer une production suffisante et échapper à une trop grande pauvreté. Les hommes développent leur ingéniosité pour soulager leur travail, optimiser les tâches et perfectionner les outils. Les témoins des villes et villages de Barrême, Saint-André-les-Alpes, Colmars-les-Alpes et La-Foux-d’Allos ont livré leurs souvenirs de ces trouvailles et savoir-faire pour vivre et parfois survivre.

Explications sur la nécessité de varier les cultures pour ne pas appauvrir la terre (extrait de l’enquête 4180)

Technique pour fouler le blé à l’aide d’un mulet (extrait de l’enquête 4160)

Souvenirs de l’utilisation d’un traineau de transport (extrait de l’enquête 4160)

Pour assurer les ressources alimentaires, on compte sur la complémentarité des cultures et les ressources de l’espace sauvage.

Complémentarité des cultures et des ressources de l’espace sauvage (extrait de l’enquête 4160)

Chasse à la marmotte en pays d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce contexte, les enfants de chaque famille modeste sont investis dans les travaux des champs ; seuls les enfants de propriétaires vont au-delà du certificat d’études. Plusieurs récits témoignent de l’attachement à la scolarisation des enfants, malgré le besoin de leur force de travail aux côtés des adultes, l’école étant pressentie comme le seul moyen d’échapper à la précarité du travail paysan.

Souvenirs des trajets jusqu’à l’école dans la montagne enneigée (extrait de l’enquête 4160)

Monde paysan qui connait plusieurs chamboulement jusqu’aux années de vente massive de terrains agricoles pour le tourisme.

Evolutions progressive des terrains agricoles autour d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Souvenirs de l’électrification de la Foux d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce quotidien décrit comme tellement tributaire de la multiplication de petites ressources, toujours incertaines, de la crainte de la pauvreté et de la soumission aux aléas naturels les fêtes et les animations rattachées aux grandes saisons de la terre tiennent une place toute particulière.

Explications sur la petite paysannerie avant 1945 et la pauvreté dans les campagnes (extrait de l’enquête 4185)

Les souvenirs de ces fêtes sont vifs : c’est l’occasion de renouer ou resserrer des liens au sein de la communauté, de rompre avec le quotidien et pour les jeunes de faire la rencontre de futurs époux. La saison de la lavande qui colore brutalement les montagnes alentours et sa distillation en sont un exemple. Les témoins évoquent son parfum, l’activité fébrile qui agite le pays.

Souvenirs des fêtes autour de l’hôtel de la gare de Barrême (extrait de l’enquête 4174)

Crédits photographiques et video

Fonctionnement du ventaire par André Rouvier, Barrême, 2012, Corinne Cassé.

Maison de village aux pieds des montagnes, Alpes, Bibliothèque municipale de Toulouse, domaine public.

Les travaux des champs : le labour, Trutat Eugène, 1910, bibliothèque municipale de Toulouse, collection numérique, domaine public.