Archives par mot-clé : vinyle

La longue vie de l’analogique

Statista-Infographic_1465_vinyl-lp-sales-in-the-us-

Le New-York Times a publié récemment (16 janvier 2014) un bref article reprenant des chiffres sur les usages du livre et du disque, numériques et analogiques. Le paradoxe peut étonner : à la différence du livre, dans la musique les usages numériques sont dominants (alors que 4% des lecteurs se déclarent « e-books only ») et pourtant, les ventes de vinyles n’ont  cessé d’augmenter depuis 2007, avec un saut de 6 millions en 2013 en Amérique du Nord.

Pourquoi écouter encore de la musique sur un vinyle ? La qualité du son n’est pas en jeu. Une étude de 2004 réalisée par la NHK démontre qu’il est très difficile pour un auditeur, même averti, de faire la différence entre un son analogique et numérique1… Les explications sont nombreuses et complexes et ne se réduisent pas au fétichisme ou au retour au passé. En 2011 sur le blog  de Paste Magazine, Tyler Kane avait demandé à 20 vendeurs de disques leur avis sur le retour du vinyles. Ainsi, Terry Currier de Music Millenium insiste sur l’importance du livret et de la pochette qui accompagnent les supports analogiques et de leur aspect artistique2. Pour Michel White de Sound Warehouse la musique numérique est comme un repas trop rapide, fait de quelques sandwiches qu’on s’enfourne sans y prêter attention, alors que le vinyle nécessite de se mettre à table, de s’installer et d’en discuter3. L’aspect convivial mais aussi celui de l’engagement physique revient régulièrement. D’après Matthew Bradish, d’Underground Sounds devoir s’occuper d’un lecteur et de son support implique un engagement physique qui soutient l’attention4.

Dans le blog du site Audiovisual preservation Solutions, Joshua Ranger5 revient sur ces questions et insiste sur le fait que le numérique n’est pas exclusif de l’analogique, la bataille n’a pas lieu d’être6. Il est temps de penser numérique et analogiques en terme de complémentarité plutôt que d’opposition et de profiter des expériences qui se posent pour le livre.

Voir plus de statistiques sur l’industrie de la musique sur le site de Statista.

  1. « Perceptual Discrimination between Musical Sounds with and without Very High Frequency Components », par Toshiyuki Nishiguchi, Masakazu Iwaki, and Akio Ando, NHK Laboratories Note n°486, 2004 []
  2. « Vinyl was treated more like art than the CD and especially more than digital downloads. You interface with the packaging much more with a 12″ × 12″ than you do with a 5″ × 5″ cover of the CD, thusly you learn much more about who all made it possible for the music you are experiencing. » []
  3. « Digital music is a snack. We’ve been snacking for so long that for some kids it is the only thing they have eaten their whole lives. While it is possible to survive on snacks, it’s no way to live your life. Sometimes you have to sit down at a real table with real people and eat a real meal. No music reproduction technology—from the boombox to the Mp3 player—offers the satisfying nourishment of a factory sealed 180-gram chunk of wax fresh from your local store’s shelf. » []
  4. « Vinyl requires a commitment. One tends to pay attention more to a natural, magnetic recording that could be scratched and must be attended to, to fully experience. One has to get up to flip the record or replay a track. It’s more about the album than that one “Glee” track you and your friends beat to death. Digital media, even CDs, allow many people to miss the point of a good record. I can recall someone at a party playing “I Get Knocked Down” by Chumbawumba repeatedly for over an hour and that band was better than that song. » []
  5. Enough with the winuyle already, 17 janvier 2014, http://www.avpreserve.com/blog/enough-with-the-vinyl-already/ []
  6. « And this is the second issue I have, that stories like this continue to stoke the digital/analog culture war, obviously pulling for the poor underdog analog that is being mindlessly wiped out by digital Skynet. This is a false dichotomy and a false battle. Digital and analog both exist and are not mutually exclusive. Their continued existence is the decision of the corporation that manufactures them, which is not a conflict over quality or beauty. » []

Les conseils de l’été d’Internet Archives

Disque noirVous avez chez vous dans un coin, quelques 33 tours improbables. Ces disques là n’ont pas connu de reprise commerciale sur cédé et vous souhaiteriez les conserver sur un format numérique. Dans un post du mois de juin 2008, le blog What’s new at the Internet Archives ? prodigue des conseils à tous ceux qui souhaitent numériser leurs anciens disques noirs. Sous le titre How to digitize a LP, toute la chaîne de numérisation y est décrite avec précision accompagnée d’images de captures d’écran qui vous permettront de suivre pas à pas cette méthode. L’outil proposé pour le transfert et la réalisation des plages est le logiciel libre Audacity. L’objectif direct est que les apprentis du numérique mettent le son de leurs disques en ligne au format MP3 sur le site d’Internet Archives sous couvert bien sûr d’avoir les droits d’autorisation et de diffusion.

Crédit photographique : Paysage du temps / Festival de musiques électroniques, Lyon du 16 au 20 Mai 2007 www.nuits-sonores.com CC 2.0