Archives par mot-clé : violon

De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt

La luthière Anne-Sophie Trivin travaillant sur les collections du musée de la lutherie et de l'archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)
La luthière Anne-Sophie Trivin en train de classer un fond d’atelier au  musée de la lutherie et de l’archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)

Anne-Sophie Trivin (ex Benoit) a débuté sa formation de lutherie en 1982, à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux luthiers » venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle commence le violoncelle à 12 ans. Les activités artisanales – qu’elle connaît par son grand-père, tailleur de pierre et sculpteur et un grand-oncle ébéniste – l’attirent. Après la 3e, elle est admise à l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, établissement ouvert depuis douze ans.

Un monde à part (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Dans sa classe formée de six élèves, le nombre de filles est égal à celui des garçons, marquant une tendance forte des années 1980 : la féminisation du métier, favorisée par l’insertion de la formation en lutherie dans le système de l’éducation nationale.

Féminisation du métier (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A l’école, pour la formation, elle n’a pas senti de différence faite entre filles et garçons.

Pas de différence  filles/garçons (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Par contre, l’ambiance lui apparaît dure et compétitive, les aînés ont une autorité écrasante sur les plus jeunes.

Ambiance de compétition (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Elle est gauchère et doit faire encore plus d’efforts que les autres pour suivre le rythme, une manière, dit-elle, de forger le caractère.

Les gauchers (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin vernissant un violon, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)

Elle évoque l’équipe des enseignants pour la lutherie et la jeunesse des formateurs, à peine sortis de l’école et qui prennent le relai des anciens partant à la retraite.

Enseignants en lutherie (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2e année, la pression est moins forte. On acquiert une certaine aisance grâce à la répétition des gestes techniques qui deviennent « naturels ».

La méthode d’apprentissage (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Pour Anne-Sophie Trivin, l’époque est privilégiée car il existe un véritable suivi des jeunes.

Suivi des élèves (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Gabarits. Collections du Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises à Mirecourt (2014, cliché HCH)
Gabarits (Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises à Mirecourt ,2014) Cliché HCH

La 2e année, elle fait un stage chez le luthier René Quenoil, qui est gaucher comme elle. Elle voit dans cet atelier toutes les facettes du métier (réparation et neuf).

Stage chez René Quenoil (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

L’ambiance de travail est silencieuse, le savoir se transmet essentiellement en « montrant ».

On ne parlait pas (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin en train de fabriquer un violoncelle, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)

Elle considère qu’on apprend beaucoup en regardant et durant ses trois années d’études à l’école de lutherie à Mirecourt, elle rend visite tous les mercredis à l’archetier Charles Alfred Bazin pour le regarder travailler.

Apprendre en regardant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A la fin de la 3e année, après le diplôme, elle est employée chez Jacques Camurat à Paris. Dans l’atelier, le travail est intense et l’ambiance bonne et bienveillante. Elle fait de la réparation. Cependant, elle ne reste pas dans la capitale où elle ne se sent pas bien et tombe souvent malade. Elle retourne à Mirecourt, embauchée par Jean-Jacques Pagès qui vient d’ouvrir un atelier en Italie et n’est présent que 15 jours par mois à Mrecourt.

Embauchée dans l’atelier JJ Pagès (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)
La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)

Au début, elle préfère la réparation, mais elle apprend aussi dans cet atelier à aimer fabriquer du neuf et à travailler sur les effets de sonorité, ce qui la passionne. Elle évoque une  expérience faite à partir de copies d’un violon de Nicolas Amati.

Obtenir un son puissant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Il y a un style atelier, mais chacun a sa personnalité, identifiable dans chaque instrument.

Chacun sa main (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2002, après 17 ans passé dans la maison Pagès, elle perd son emploi suite à la création par ce dernier d’une nouvelle structure (Ecole internationale de lutherie Jean-Jacques Pagès) où elle n’est pas incluse. Après une pause d’un an, elle reprend la lutherie en partageant un atelier avec l’archetière Catherine Baroin, installée dans l’ancien atelier René Morizot à Mirecourt. C’est l’expérience professionnelle la plus positive de sa carrière.

Tester les instruments (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne Sophie Trivin évoque la relation de travail équilibrée et enrichissante qu’elles partagent pendant trois ans et l’entraide qui caractérise cette « lutherie au féminin », nom du site que la luthière et l’archetière fondent pour faire connaître leur atelier.

La lutherie au féminin (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2005 (cliché Cathy Baroin)
Anne-Sophie Trivin à l’établi, Mirecourt, 2005 (cliché Catherine Baroin)

Cependant, la clientèle n’est pas suffisante. Elle fait de la sous-traitance, mais son travail ne lui permet pas de vivre. Elle doit renoncer avec tristesse à la lutherie et changer d’activité professionnelle en 2008, après plus de vingt ans passés à l’établi.

Difficile d’arrêter l’atelier (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Elle obtient ensuite en juin 2009 un poste au Musée de la lutherie et de l’archèterie de Mirecourt pour travailler notamment sur les collections d’instruments et les inventaires d’ateliers, dans une perspective incluant les facteurs d’instruments, les musiciens et autres acteurs des métiers de la musique .

La lutherie comme aventure humaine (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Classement d'un fond d'atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad
Classement d’un fond d’atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad

Elle revient sur l’apprentissage de la lutherie et l’idée que la violence et l’humiliation utilisées par certains vis-à-vis des apprentis n’aboutissent finalement qu’à entraver la transmission des savoirs.

Une méthode dure et inutile (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)(

Anne-Sophie Trivin, Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)
Anne-Sophie Trivin, Annexe du Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Trivin, Anne Sophie  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt, Mirecourt, 7 juillet 2014. Enregistrement numérique :  85 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4915.

Crédits photographiques : C. Baroin (photos 3 et 5 : Anne Sophie Trivin à l’établi) ; autres : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les “nouveaux luthiers” , 2012-2016.

 

Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles

Anne Houssay dans l'atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)
Anne Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)

Anne Houssay commence sa formation de lutherie en 1976, à vingt ans, après deux ans d’études universitaires. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle a été « élevée dans le disque » par des parents mélomanes. Elle commence le hautbois à 10 ans, joue dans un orchestre d’enfants et prend plaisir à faire des tournées. Son professeur de hautbois lui apprend à faire des anches elle-même. Pouvoir modifier le son de l’instrument en ajustant une pièce la fascine.

Changer le son d’un instrument (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Parce qu’elle aime la musique et le travail manuel, l’orientatrice scolaire lui signale le lycée de la lutherie à Mirecourt qu’elle va visiter ainsi que l’atelier Morizot pour un premier contact. Mais ses parents l’incitent à passer d’abord son baccalauréat.

1er contact avec Mirecourt (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)
Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)

Elle s’inscrit ensuite à l’université en mathématiques-physique et suit des cours d’acoustique en auditeur libre, tout en continuant le hautbois au conservatoire de Strasbourg. Démotivée par les conséquences de la physique nucléaire, elle repense à lutherie et apprend que des écoles à l’étranger prennent les élèves à un âge plus tardif qu’à Mirecourt (qui ne recrute pas au-delà de 17 ans et qui, en France, paraît incontournable).

Des écoles de lutherie à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle envoie plusieurs demandes et, en attendant, s’inscrit en musicologie, tout en fréquentant l’atelier d’un facteur de clavecin, Rémi Gug, chez qui elle commence à s’initier au travail de précision de la facture instrumentale. Elle rend visite aux luthiers parisiens de la rue de Rome. L’attitude assez  moqueuse et misogyne de certains ne fait qu’amplifier sa détermination.

Une attitude misogyne (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Quel que soit l’accueil réservé par les ateliers qu’elle visite, on lui fait comprendre que la priorité est donnée aux luthiers formés à l’école de Mirecourt

Remontée de la rue de Rome (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle est admise en 1976 à l’Ecole anglaise de Newark-on-Trent (The Newark School of Violin Making) dans le Nottinghamshire au centre de l’Angleterre.

L’école de Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les outils d'Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay
Les outils d’Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay

La 1e année, sa classe compte douze personnes dont deux femmes. L’apprentissage se faisant par mimétisme, elle découvre un nouveau rapport à la connaissance. Les élèves apprennent également à fabriquer les outils et les meubles utiles au luthier.

La formation à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les enseignants de lutherie ont des spécialités différentes (restauration, neuf, vernis…).

L’équipe de formateurs à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Ingrédients pour le vernis, atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994 (cliché HCH)
Ingrédients pour le vernis (atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994, cliché HCH)

Anne Houssay décrit le programme d’apprentissage en 3 ans, avec un choix à faire la dernière année entre neuf et restauration.

Le programme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sa formation lui a paru difficile mais enthousiasmante. En dernière année, on les initiait également à l’expertise.

Initiation à l’expertise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sortie de l’école de Newark en 1979, elle retourne à Longwy, ville sinistrée par l’effondrement de la sidérurgie. Après un tour de France des ateliers (hormis Paris), elle  décide de s’installer en indépendante à Avignon et constate que la plupart des musiciens vont à Paris. Pour acquérir plus d’expérience, elle tente d’entrer dans un atelier, comme d’autres jeunes luthiers formés à l’étranger, notamment à Crémone. Mais il est très difficile de s’intégrer au réseau professionnel français, ce qui va s’améliorer par la suite.

Difficulté d’insertion dans le réseau français (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle prend un travail de laborantine à Metz et fait des violons chez elle à la maison. Elle rend visite au luthier de Metz, Paul Didier, pour avoir des conseils. Un jour, ce dernier, selon la méthode ancienne qui préfère le geste au mot, intervient énergiquement sur son moule de violoncelle.

Visite à l’atelier de Paul Didier (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982
Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

En 1983, elle fait un stage de trois mois à Lyon chez le luthier Jean Schmitt avec Dominique Camard comme chef d’atelier. Elle y apprend une méthode ergonomique de montage de l’instrument. On la charge de vernir 17 violons dans une pièce spéciale consacrée au vernissage.

La suite du récit d’Anne Houssay sur son parcours professionnel a fait l’objet d’un deuxième entretien, onze mois plus tard, en février 2015. Voir “Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée“, enquête n° 4914 [23 mars 2016].

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles. 18 mars 2014. Enregistrement numérique : 49 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4913.

Crédits photographiques : A. Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. privée A. Houssay) ; Le luthier René Morizot, vers 1995, Mirecourt, cliché J. D. Braconnier ; Les outils d’Anne Houssay (cliché A. Houssay) ; Ingrédients pour le vernis, atelier de P. Claudot, 1994, La Bouilladisse, cliché H. Claudot-Hawad ; Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing).

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  “Les nouveaux luthiers” , 2012-2016.

Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922 : entretien avec Despina Dimou = συνεντευξη με την Δεσποινα Δημου

En 2013, le corpus sonore “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922″ a été déposé conjointement au sein des Archives historiques de l’île de Syros et à la phonothèque de la MMSH et traités à la phonothèque en langue grecque et française. Les notices en langue française sont accessibles sur la base de données Ganoub, celles en langue grecque le sont aux  Archives historiques de l’île de Syros et sur les Carnets de la phonothèque, sous forme de billets.

Notice en langue française : Despina Dimou, réfugiée de la première génération évoque la catastrophe de Smyrne qu’elle a vécu à l’âge de 14 ans 

Δέσποινα Δήμου πρόσφυγας πρώτης γενιάς μιλάει για την μικρασιατική καταστροφή που έζησε σε ηλικία 14 χρονών Ηχογραφήθηκε το 2001 στην Σύρο από την ιστορικό Κατιλένα Σταθάκου  για την συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“ 1

Η Δέσποινα Δήμου τη στιγμή της συνέντευξης είναι 92 χρονών. Γεννήθηκε το 1908 στο Αϊβαλί (Κυδωνίες) κοντά στην Σμύρνη. Ο πατέρας της Γαβριήλ Δήμος και η μητέρα της Φανή ήταν από την Κωνσταντινούπολη  και είχαν πέντε παιδιά  τον Θανάση, τη Μαρία, την Ειρήνη, την Αφροδίτη και τη Δέσποινα. Ο Γαβριήλ ήταν γνωστός βιολιστής στο Αϊβαλί με μεγάλο ρεπερτόριο που δεν ήταν μόνο παραδοσιακό.  Χωρίς να έχει πάει  για πολύ καιρό στο σχολείο, είχε μάθει να γράφει και να διαβάζει, ενώ η Φανή ήταν αναλφάβητη. Ήταν μια μεσοαστική οικογένεια με πολύ αγάπη για τη μουσική και διαφορετικά ακούσματα. Ο Θανάσης και η Μαρία ήξεραν και αυτοί να παίζουν βιολί, ενώ όλοι είχαν μουσικές γνώσεις. Η Δέσποινα λέει συγκινημένη πως “έβγαινε πάντα μουσική  μέσα από το σπίτι και πως το μόνο ουσιώδες και χαριτωμένο ήταν αυτό”.Kuiawiak Πριν τα γεγονότα του 1922, όλα τα παιδιά πηγαίναν στο σχολείο εκτός από την Ειρήνη που δούλευε ήδη ως καθηγήτρια και ήταν αρραβωνιασμένη με έναν επίσης καθηγητή, τον Δημήτρη Κοντέλλη, τον οποίο  κατά τη διάρκεια των γεγονότων του 1922 οι Τούρκοι στρατιώτες τον πυροβόλησαν και τον σκότωσαν. Σύμφωνα με την Δέσποινα, πριν τη Μικρασιατική καταστροφή οι Τούρκοι και οι Έλληνες ζούσαν χωρίς εχθρότητα και προβλήματα. Το αίσθημα μίσους από κάποιες ομάδες και η αντιπαλότητα ήρθε αργότερα. – Τον Σεπτέμβριο του 1922, κατά την διάρκεια των διωγμών, η οικογένεια διέφυγε με τα αμερικάνικα πλοία για την  πόλη της Μυτιλήνης στη Λέσβο. Η Φανή κατάφερε να κρύψει κάποιες χρυσές λίρες στο στρίφωμα του φορέματος της και να τις περάσει από το τουρκικό τελωνείο.  – Στη Μυτιλήνη η οικογένεια έμεινε για περίπου ένα χρόνο. Εκεί κατοικούσε μία μεγάλη μειονότητα Τούρκων με τους οποίους η οικογένεια Δήμου ήταν γείτονες. Οι Τούρκοι τους συμπεριφέρθηκαν πολύ καλά, τους βοήθησαν και είχαν μεταξύ τους πολύ καλές σχέσεις. Ένας νεαρός Τούρκος ερωτεύτηκε τη Μαρία (μία από τις αδελφές) η οποία, όπως  η Δέσποινα υποστηρίζει,  ήταν πολύ όμορφη, αλλά εκείνη την  εποχή ήταν σχεδόν αδύνατο να γίνει μικτός θρησκευτικός γάμος. Στο νησί, ζούσαν αρκετές προσφυγικές οικογένειες και συζούσαν όλοι μαζί, μέσα σε μια  όμορφη καθημερινότητα. Η Δέσποινα αναπολεί εκείνη την περίοδο και θυμάται πως ήταν πολύ χαρούμενη. – Ένα χρόνο μετά, λόγω της συνθήκης της Λωζάνης και της ανταλλαγής των πληθυσμών, οι Τούρκοι αναγκάστηκαν να εγκαταλείψουν τη Μυτιλήνη και την Ελλάδα. Ο Θανάσης είχε κάποιες γνωριμίες στη Σύρο από το στρατό και η οικογένεια μετακινήθηκε στην Ερμούπολη. Πέρασαν στην αρχή δύο επισφαλή χρόνια, όπου ο Γαβριήλ έπαιζε βιολί δεξιά και αριστερά και ζούσαν σε μια καρβουναποθήκη. Έπειτα, με πολλές προσπάθειες, κατάφεραν να ανοίξουν ένα μικρό παντοπωλείο στην Ερμούπολη και να νοικιάσουν ένα σπίτι για να μείνουν. Η αδελφή του Ειρήνη, που ήταν καθηγήτρια, έδινε μαθήματα στις μικρότερες αδελφές της, ανάμερα σ’ αυτά ήταν και το μάθημα μουσικής. Η Δέσποινα μας λέει πως η ίδια, είχε πολύ ωραία φωνή και της άρεσε να τραγουδάει, ενώ αργότερα ξεκίνησε να φοιτά στην εμπορική σχολή και έκτοτε δούλευε. Η άποψη της Δέσποινας για την υποδοχή των προσφύγων στη Σύρο είναι αντιφατική, από την μια υποστηρίζει πως οι Συριανοί ήταν καλοπροαίρετοι με τους πρόσφυγες, από την άλλη μιλάει για πολλές δυσκολίες ένταξης, όπως επίσης και για «χαρακτηρισμούς» στο πρόσωπό τους. Κλείνοντας η Δέσποινα λέει  “Συγγνώμη αλλά δεν έχω όμορφες ιστορίες να διηγηθώ”.

Crédits photographiques : Image à la une, portraits de Despina Dimou et son mari. La photographie de Despina Dimou a été déposée à la phonothèque de la MMSH. Toutes les photographies de cette collection sont diffusées avec l’autorisation des témoins, elles sont déposées à la phonothèque de la MMSH et aux archives des Cyclades.(CC BY-NC).                                       Deuxième image, KuiawiakHistoric Sheet Music Collection 1800-1922), Library of congress. Pas de restrictions de droits connues.

  1. H συλλογή προφορικών μαρτυριών “Μικρασιάτες πρόσφυγες του 1922 στη Σύρο“  κατατέθηκε σε συνεργασία με το Ιστορικό Αρχείο Κυκλάδων της Σύρου στην  Φωνοθήκη του Κέντρου Μεσογειακών και Ανθρωπιστικών Σπουδών (maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Οι προφορικές μαρτυρίες έγιναν στο πλαίσιο του προγράμματος “H πόλη στους νεότερους χρόνους” με επικεφαλή τον καθηγητή νεότερης ιστορίας, Χρήστο Λούκο, σε συνεργασία με το Ινστιτούτο Μεσογειακών Σπουδών []

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête “Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur“.

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []

Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie

Yves Morizot chez lui à l’établi (collection famille Morizot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin de cette enquête, Yves Morizot, appartient à une autre génération d’apprentis luthiers: celle des années 1950, période qui correspond à une nouvelle crise dans le métier (cela durera une vingtaine d’années). Il interrompt son apprentissage débuté chez son oncle, le luthier René Morizot, pour s’orienter vers d’autres débouchés, en rapport cependant avec la lutherie (il sera employé à la Sofraluth, Société Française de Lutherie).

Abandon de la lutherie (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Yves Morizot décrit les coutumes de la corporation des luthiers et les occupations du dimanche ainsi que du lundi, jour ferié des luthiers.

Le jardin et la vigne (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il rapporte différentes anecdotes liées au métier et parle des farces que les luthiers avaient l’habitude de faire.

Les farces (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Il décrit l’organisation « à la division » pour fabriquer les instruments, avec les ouvriers regroupés en « chantiers » selon les pièces à produire. Pour les ateliers artisanaux, il y avait aussi différentes spécialités : luthier, archetier, fabricant de têtes, vernisseur.

Le vernisseur (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

L’atelier de vernissage. Maison Laberte-Humbert (carte postale, début XXe siècle, extrait)

Les instruments, souvent transportés à bicyclette, circulaient ainsi entre les ateliers de lutherie, de sculpture de têtes, de polissage, de vernissage et aussi le domicile des artisans. Dans le travail manufacturé, les femmes faisaient le filetage, le moule, le polissage, le ratissage. Les grandes maisons comptaient autant de femmes que d’hommes chez les ouvriers.

Mirecourt, ville de luthiers (carte postale, début XXe siècle)

Yves Morizot évoque le rythme de travail intense de ces artisans : 10 h par jour à quoi s’ajoutaient les “temps perdus”, c’est-à-dire le travail à domicile après l’atelier ou la fabrique, pendant le temps de repos ou les congés. La rapidité de fabrication était indispensable pour obtenir le rendement exigé. Il mentionne la qualité diverse des instruments en fonction de chaque artisan.

Trois violons par semaine (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

A Mirecourt, les seuls grands pôles d’activité étaient alors la lutherie ou la dentelle.

La lutherie ou la dentelle (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

 

Les dentellières de Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Le témoin revient sur les anecdotes que transmettaient les anciens (luthiers, brodeuses) aux plus jeunes le soir au pied des maisons du Faubourg à Mirecourt.

Le « coyroye » (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

, Le Faubourg Saint-Vincent à Mirecourt (carte postale, début XXe siècle)

Il mentionne aussi les activités pratiquées par les luthiers et liées aux saisons et à la nature (jardinage, champignons, escargots, pêche…).

Jardin, cueillette et pêche (Yves Morizot, extrait de l’enquête 3495)

Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon dans les années 1900  (carte postale)
Mirecourt, le Vieux Pont et le Madon en 2012 (cliché H. Claudot-Hawad)

 

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Morizot, Yves (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  30 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3495. 

Crédits photographiques : Monsieur Yves Morizot à l’établi (collection particulière famille Morizot). Cartes postales du début du XXe siècle sur les ateliers de la Maison Laberte-Humbert, Mirecourt-La lutherie et Les dentellières, mises aimablement à disposition par Mme Morizot.   Cartes postales du début du XXe siècle Faubourg St-Vincent et Vieux Pont (archives A. Claudot). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980

 

Le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Ici elle s’entretient avec Jean Villaume (Jean-Baptiste à l’état civil), dit le Jeanjinot, déjà  interrogé lors d’une précédente enquête menée chez son frère, le luthier Gustave Villaume.

Une pièce du logis – dans lequel vit toujours le témoin – était déjà réservée à l’atelier du temps où son père travaillait, lui aussi luthier de profession. La maison est située dans un quartier du vieux Mirecourt, anciennement fief de la profession.

Le luthier Jean Villaume et son épouse à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 Le quartier des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Ce père sera mobilisé lors de la guerre de 1914, dont il reviendra pour mourir (en 1921). Les deux frères aînés de Jean sont dans la lutherie, sa mère le place par commodité en apprentissage en 1917, il n’a pas encore douze ans. Trop petit de taille, on doit le surélever pour qu’il travaille à l’établi.

Luthiers de père en fils (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

De ses premières années dans le métier,  Jean Villaume raconte l’effort de travail difficile à fournir pour un enfant et  les étapes de l’apprentissage sous le contrôle des plus grands.

L’apprentissage (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489).

Il évoque les distractions du dimanche à Mirecourt  (bal, cinéma, fanfare municipale).

La “Musique” à Mirecourt en 1924 (Archives Pierre Claudot)

Les loisirs des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Il travaille dans la Maison Mougenot quelques années mais la quitte pour des raisons financières. Il embauche alors dans une nouvelle maison dont il n’apprécie cependant pas le travail qu’il juge grossier (pratique du moulage de la voûte et du fond au détriment du travail à la main).

L‘expérience du violon moulé (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Au contraire, la fabrication artisanale des violons à la main est restée quasi identique des temps anciens jusqu’à aujourd’hui.

La fabrication à la main (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

L’atelier de Jean Villaume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

 Jean Villaume travaille finalement à domicile, grâce aux commandes de son frère Gustave, devenu propriétaire d’un atelier à Nancy. Ils évoquent, avec l’enquêtrice, les différents hommes de leur famille liés à la lutherie et le rôle des femmes et filles dans les ateliers. 

Emploi du grand-père maternel chez Darte (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

 

Les outils du luthier. Atelier de Jean Villaume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

 

Après avoir donné le contexte familial de son enfance, Jean Villaume revient sur les types de rémunération des luthiers, sur leurs difficiles conditions de vie et sur son souhait (assouvi) que ses enfants connaissent d’autres métiers avec de meilleures situations.

Véritablement passionné par chaque étape de la fabrication d’un instrument, Jean Villaume a encore les gestes dans les mains ; il illustre ce qu’il décrit par l’exposition des outils et la démonstration de leur usage. Il dit pouvoir reconnaître les violons de sa fabrication parmi tous, chaque luthier possèdant une facture et un style singuliers : “chacun a sa main”.

 

« Chacun a sa main » (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)


Il se fait aussi chroniqueur de la vie luthière de Mirecourt : il distingue les grandes maisons que sont les manufactures (Laberte-Magnié, Thibouville-Lamy) des artisans (dont Dieudonné, Mougenot…) dans les années 1920, et décrit quelques us et coutumes des luthiers (leur apparence vestimentaire, leur esprit frondeur et jovial, leur pratique de l’alcool).

L’esprit frondeur des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Chez le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Villaume, Jean (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  40 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3489.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt

L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 – de gauche à droite, au fond, Amédée Dieudonné, Marcel Thomassin, Nono Demengeot (beau-frère de Dieudonné) et devant, Pierre Claudot, Alfred-Eugène Holder, Auguste Mouchot (Fonds d’archives P. Claudot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice annonce qu’il s’agit ici de leur second entretien et le nomme “La vie dans les ateliers”. L’informateur a été un apprenti rémunéré pendant deux ans et demi à Mirecourt chez Thibouville dans l’atelier de lutherie d’art.

Apprentissage et rémunération (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

En 1923, il change d’atelier. Il est recruté par le luthier Amédée Dieudonné, revenu s’établir à Mirecourt après quelques années passées en Belgique.

 Circulation entre les ateliers  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Pierre Claudot expose l’organisation de l’emploi du temps journalier et hebdomadaire des ouvriers luthiers dont la journée du lundi est consacrée au pâquis (jardin).

“Le paquis” (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Il explique le mode de rémunération à la pièce et la nécessité d’efficacité qu’elle engendre ; une prime est d’ailleurs créée chez Thibouville pour inciter les apprentis à aller plus vite.

Les primes (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

La fabrique Thibouville et Lamy à Mirecourt en 1908 (carte postale)

L’ambiance de l’atelier est décrite avec sa rigueur quotidienne mais aussi ses moments de rire et de détente.

L’ambiance dans les ateliers de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

La tradition des farces pratiquée par les luthiers est évoquée.

Les farces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484) 

L’économie de Mirecourt repose à cette époque en grande partie sur la lutherie (et activités liées, comme la confection des étuis de violons, des tabliers de travail, etc). Tous les luthiers portent alors le long tablier bleu fabriqué en toile des Vosges.

Le tablier (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Le canif du luthier Pierre Claudot (cliché H. Claudot-Hawad)

Les autres secteurs économiques importants sont la dentelle artisanale de Mirecourt et l’agriculture (vigne). Les outils des ouvriers sont fournis par l’atelier. Le canif est l’outil principal du luthier qui le passe à la meule pour en aiguiser la lame et obtenir un biseauplat, cela entraîne une forte usure des doigts et des blessures pour les débutants.

 Savoir affûter les lames  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Au moment de l’entretien, dans les années 1980, la profession ne trouve plus à se fournir sur place en matériel et matériaux. Les luthiers doivent commander outils et bois d’érable, nécessaires à la fabrication des instruments, à l’étranger (principalement en Allemagne et en Bohème où l’érable pousse lentement à cause de la densité des forêts et fournit un bois à fibres serrées propices à la diffusion du son). Les marchands de bois de lutherie et les outilliers ont disparu de Mirecourt pendant la crise des années 1930.

Sur l’établi du luthier Pierre Claudot (cliché H. Claudot-Hawad)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt. La Bouilladisse, 26 avril 1981. 1 cass. : 20 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3484.

Crédits photographiques :  L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 (collection particulière), Carte postale de Mirecourt (collection particulière) Le canif du luthier P. Claudot, L’établi du luthier (clichés de H. Claudot-Hawad). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

 


Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite

Le luthier Pierre Enel et l'enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Pierre Enel et l’enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier. Pierre Enel, désormais mal voyant, commence par ces quelques mots : “triste métier”. Il a mené trente ans de sa carrière en dehors de Mirecourt. Il parle des conditions rudes du métier plus que des traditions de la ville liées à la profession, et, se jugeant trop critique, souhaite régulièrement interrompre l’entretien.

Pas le choix (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

A douze ans, en 1914, beaucoup d’hommes sont à la guerre, le petit Pierre est d’abord ferblantier avant de débuter son apprentissage de luthier en 1916 dans la Maison Mougenot.

L’apprentissage  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Il part ensuite à 16 ans chez son oncle, le luthier Charles Enel, installé à Paris, chez lequel il restera jusqu’en 1934. Ensuite, il ira à Lyon. Suite à des soucis personnels, il décide de rentrer à Mirecourt et travaillera à distance pour son oncle pendant huit ans. Il se spécialisera dans la restauration fine d’instruments anciens, développant aussi, par l’observation, son estimation de la valeur des instruments (selon lui, ceux réalisés à Mirecourt ne dépassent pas l’instrument d’étude).

Il évoque son travail comme celui d’un martyre obligé, afin de faire vivre la famille au prix d’un travail énorme, disant à la fois la vie inimaginable d’alors et la normalité que cela représentait. Les patrons d’ateliers ne vivaient pas forcément mieux que leurs ouvriers. C’était une vie de labeur et de rigueur pour tous.

La dureté du métier  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Tout le monde devait beaucoup travailler, mais pour des rémunérations très faibles qui ne permettaient pas de vivre de manière décente.

Travailler beaucoup pour gagner peu  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Atelier du luthier Pierre Enel à Mirecourt. Au mur, la photo de son ami d'enfance, le luthier Albert Claudot (cliché J. D. Braconnier)
Atelier du luthier Pierre Enel à Mirecourt. Au mur, la photo de son ami d’enfance, le luthier Albert Claudot (cliché J. D. Braconnier)

Mirecourt jusqu’à l’après guerre était isolée et ni les clients, ni les musiciens n’y venaient. Les artisans vendaient leurs instruments aux collègues installés dans les grandes villes et aux professeurs qui prenaient une commission importante sur la revente de l’instrument.

Les clients des luthiers de Mirecourt  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Pierre Enel dénigre l’évolution de la lutherie vers quelque chose de scientifique ou d’artistique, soulignant les éléments fondamentaux : l’épaisseur et la qualité du bois. Pour avoir une bonne formation, il évoque l’importance de “qui vous dresse” et où vous pouvez voir beaucoup de beaux instruments.

L’importance de “qui vous dresse”  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enfin, pour faire un vrai luthier, il faut au moins 15 ans de métier.

Le temps utile pour acquérir le métier (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque :http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Enel, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite. Mirecourt, 1982. 1 cass. 41 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3493.

Crédits photographiques : Monsieur Pierre Enel avec l’enquêtrice, Hélène Claudot-Hawad, chez lui en 1982 ; Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt

Gustave Villaume présente un de ses violons, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens avec son père de 1981 à 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Elle est reçue ici par Gustave Villaume et sa femme qui se livrent aux souvenirs : anecdotes professionnelles, évocation des camarades et collègues. Rejoints par Jean Vuillaume, frère du premier témoin et également luthier, les conversations se croisent jusqu’à provoquer parfois un joyeux brouhaha. Au cours de l’apprentissage, commencé dès l’âge de douze ans à la suite du certificat d’études et pour une durée de trois ans, les jeunes garçons de Mirecourt sont formés plus qu’à un métier ; imitant les habitudes de leurs collègues adultes, ces enfants apprentis sont aussi formés à l’école de la vie. Gustave Villaume a été formé chez Léon Mougenot.

L’apprentissage du luthier (Gustave Villaume,  extrait de l’enquête 3487)

Le métier tel que Gustave Villaume l’a connu n’existe plus aujourd’hui. Il évoque les conditions d’apprentissage de la lutherie et les concours qu’on faisait faire aux apprentis chaque année.

Les concours de lutherie (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Après avoir débuté sa carrière comme ouvrier luthier à Mirecourt, il part travailler à Nancy chez Jacquot, et quand cette maison fait faillite, il s’installe à son compte en 1924.

Monsieur et Madame Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

A la fin de sa carrière, il a fabriqué des contrebasses. Les différences extrêmes de rémunérations qu’il découvre pour un même travail entre Mirecourt et Paris l’indignent et lui font refuser la restauration de harpes qu’il avait dans un premier temps acceptée. Les salaires de misère répandus à Mirecourt ont incité les vieux luthiers à orienter leurs enfants vers d’autres métiers.

Orientation des enfants vers un autre métier (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Chez le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)


Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Villaume, Gustave (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt. Mirecourt, 1982. 1 cass. 1h 10min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3487.

Crédits photographiques : Gustave Villaume présentant un violon ; Monsieur et Madame Villaume à leur domicile ; chez Gustave Villaume à Mirecourt, 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.